Torigni-sur-Vire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thorigny.
Page d’aide sur l’homonymie Torigny-sur-Vire redirige ici.
Torigni-sur-Vire
Image illustrative de l'article Torigni-sur-Vire
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Saint-Lô
Canton Condé-sur-Vire
Intercommunalité Saint-Lô Agglo
Statut commune déléguée
Maire délégué Anne-Marie Cousin
2016-2020
Code postal 50160
Code commune 50601
Démographie
Gentilé Torignais
Population 2 360 hab. (2014)
Densité 784 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 02′ 08″ nord, 0° 58′ 46″ ouest
Altitude Min. 53 m – Max. 139 m
Superficie 3,01 km2
Historique
Commune(s) d’intégration Torigny-les-Villes
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de la Manche
City locator 15.svg
Torigni-sur-Vire

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 15.svg
Torigni-sur-Vire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Torigni-sur-Vire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Torigni-sur-Vire

Torigni-sur-Vire est une ancienne commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie. Elle est depuis 2016 une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Torigny-les-Villes[1].

Anciennement Thorigny, elle a été le fief de la famille de Matignon dont il demeure l'aile sud du château du XVIe siècle, restaurée après les bombardements du 12 juin 1944, qui ont détruit les deux tiers de la commune. Ancien centre laitier sur la vallée des Nonains, à une dizaine de kilomètres au sud-est de Saint-Lô, elle est le siège de la communauté de commune et a été chef-lieu de canton jusqu'en 2015. Elle est peuplée de 2 360 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Torigni-sur-Vire est en Bocage normand, plus précisément en Pays saint-lois. L'atlas des paysages de la Basse-Normandie place principalement la commune dans l'unité de la vallée de la Vire aux « paysages variés mais déterminés par un encaissement profond du cours d’eau »[2], mais en limite ouest du Bocage en tableaux caractérisé par « une série de vallées parallèles sud-ouest/nord-est » aux « amples tableaux paysagers »[3]. Ne couvrant que 301 hectares, le territoire communal est le moins étendu de son canton et est majoritairement couvert par l'agglomération. Celle-ci est à 13 km au sud-est de Saint-Lô et à 25 km au nord de Vire[4].

La ville est au croisement de l'ancienne route nationale 174, déclassée en route départementale 974, et de la départementale 40. Celle-ci permet de rejoindre Caumont-l'Éventé et Caen à l'est et Tessy-sur-Vire à l'ouest. La D 974 rejoint l'autoroute A84 à Guilberville au sud et permet de continuer vers Vire. Au nord, elle rejoint Saint-Lô qui est également accessible par la nouvelle N 174 à quatre voies (de Guilberville à Carentan) qui offre une entrée proche sur le territoire de Condé-sur-Vire. Depuis la fermeture aux voyageurs de la gare ferroviaire de Torigni et de la ligne Saint-Lô - Vire en 1938, la gare la plus proche est celle de Saint-Lô. L'aéroport de Caen - Carpiquet est à 42 km[4].

Le territoire est entièrement dans le bassin de la Vire par un sous-affluent appelé ruisseau de Torigni[5] ou les Nonains[6]. Ce ruisseau et ses deux affluents alimentent dès leur entrée sur le territoire les étangs de Torigni, puis le ruisseau traverse l'agglomération avant de passer sur le territoire de Condé-sur-Vire où il rejoint le Hamel un kilomètre avant sa confluence avec le fleuve côtier.

Le point culminant (138/139 m) se situe au sud-ouest, en limite de commune, près du lieu-dit la Maladrerie. Le point le plus bas (53 m) correspond à la sortie du territoire des Nonains, à l'ouest.

La pluviométrie annuelle avoisine les 950 mm[7].

En dehors de la partie urbaine, les principaux lieux-dits — la plupart dans la partie sud du territoire — sont, de l'est à l'ouest, dans le sens horaire, la Passelaie, la Bigne (au sud), la Cavée, la Maladrerie, la Dannerie, la Goulerie, le Champ (à l'ouest) et la Planquerie[8].

Communes limitrophes de Torigni-sur-Vire[9]
Condé-sur-Vire Saint-Amand Saint-Amand
Condé-sur-Vire Torigni-sur-Vire[9] Saint-Amand
Brectouville (par un angle),
Giéville
Giéville Saint-Amand

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Torineo en 1159, Torignie vers 1175, Thorigni en 1252[10].

Une étymologie savante, forgée sur le mode de l'étymologie populaire et sans aucun rapport avec l'étude des formes anciennes, veut que Torigni tire son nom de turris ignis « tours de feu » en latin. C'est ainsi qu'a été créé le blason de la ville. Ces tentatives d'explications par des étymologies latines sont communes (cf. Fécamp, Louviers, etc.), mais n'ont généralement pas de fondement.

Comme le montrent les formes anciennes, Torigni appartient à toute la série des Thorigny (ex: Thorigny-sur-Marne, Tauriniaco vers 700), Thorigné (ex: Thorigné-d'Anjou, Tauriniacum 996 - 1010), Thorignat, type toponymique gallo-roman composé du suffixe -(i)acum signifiant « lieu, propriété de » (gaulois -acon, du celtique commun *-āko(n) ), précédé d'un nom d'homme gallo-roman Taurinus, anthroponyme qui a eu une grande diffusion en Gaule[10]. Ce nom de personne est, entre autres, illustré par saint Taurin, évêque d'Évreux aux IVe - Ve siècles.

Il dérive du latin taurus « taureau » (le mot celtique équivalent est taruos, taureau), cependant le suffixe -in- est également commun au celtique. La forme féminine Taurina est attestée dans des inscriptions en langue gauloise à côté de termes celtiques (exemple : le peson de fuseau d'Autun, où l'on trouve : TAVRINA|VIMPI « belle génisse »)[11]. L'utilisation de noms de personnes latins ou latinisés correspond à un processus de romanisation également bien attesté dans l'épigraphie, où les mêmes personnages ou des personnages de la même famille mêlent à la fois des anthroponymes latins à d'autres bien gaulois.

Les formes plus récentes Thorigny ou encore Torigny sont conformes à l'usage qui veut que le [i] final d'un nom propre français soit graphié -y (sauf Henri) depuis la fin du Moyen Âge. La généralisation de la graphie Torigni date du XIXe siècle et représente un retour à celle utilisée initialement à l'époque médiévale, ce qui est exceptionnel pour les noms en -(i)acum. Le déterminant complémentaire -sur-Vire a été ajouté en 1849[10], sans que la Vire ne coule sur son territoire.

Le gentilé est Torignais.

Histoire[modifier | modifier le code]

Thorigny est le lieu de naissance de Jacques Ier de Monaco.

Bombardée le 12 juin 1944, la commune est libérée le 31 juillet par le 35e régiment d'infanterie américain[12]. À la suite de ces bombardements, le château a entièrement brûlé.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Torigni-sur-Vire

Les armes de la commune de Torigni-sur-Vire se blasonnent ainsi :
D'azur au château d'argent, les tours enflammées aussi d'argent[13].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Candidats ou listes ayant optenu plus 5 % des suffrages exprimés lors des dernières élections politiquement significatives :

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1815 1830 Achille Le Chartier de la Varignière[18]    
         
1840 1849 Léonor Havin[18]    
         
1887 1888 Aimé Dufour[18]    
1888 1890 Jules Pommier[18]    
1890 1902 Aimé Dufour[18]    
1902 1908 Jules Pommier[18]    
         
1935 1945 Paul Bucaille[18]   Médecin
1945 1960 Émile Daudon[18]    
1960 1977 Gustave Le Breton[18]    
1977 1994 Pierre Dupont[18]    
septembre 1994[19] 31 décembre 2015[20] Anne-Marie Cousin[21] UDF puis NC[22] Enseignante
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de dix-neuf membres dont le maire et cinq adjoints[23].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le collège public Albert-Camus accueille environ 420 élèves.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune comptait 2 360 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2007, 2012, 2017, etc. pour Torigni-sur-Vire[24]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 290 2 227 2 226 2 133 2 184 2 311 2 186 2 175 2 206
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 098 2 082 2 116 2 008 2 021 1 998 2 013 2 020 1 992
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 931 2 029 1 964 1 764 1 847 1 855 1 852 1 755 1 900
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
2 100 2 557 2 796 2 905 2 659 2 578 2 422 2 362 2 360
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[25] puis Insee à partir de 2006[26].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La commune de Torigni-sur-Vire est labellisée Village étape depuis 2004.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Laurent[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

En tant qu'ancienne chapelle du château, dite des Mausolées, l'église Saint-Laurent et son histoire sont liées aux seigneurs de Torigny. En 1033, Saint-Laurent existe sous la dénomination de chapelle baptismale. À cette époque, Robert le Magnifique, père de Guillaume le Conquérant, la donne en patronage avec l'église de Saint-Amand aux religieux de l'abbaye de Cerisy-la-Forêt, fondée en 1032 par lui même. Au XIIe siècle, une nef est ajoutée. En 1400, quand Hervé de Mauny, baron de Torigny, construit une chapelle avec caveau sépulcral adossé à l'église, le patronage de Saint-Laurent subsiste. Il est supprimé en 1575 par le maréchal Jacques II de Matignon, devenu seigneur de Cerisy, par échange des patronages de Saint-Amand et de Saint-Laurent contre celui de Brectouville. En 1601, sa femme, Françoise de Daillon du Lude, transforme cette première chapelle appelée Saint-Pierre ou du Château. Elle fait aussi reconstruire la voûte du chœur de l'église et édifier la chapelle Notre Dame ou des Mausolées. Ces travaux s'inscrivent dans ceux plus vastes, de construction du château et de ses dépendances, dont le pavillon de garde est proche de l'église. En 1793, les sépultures de la famille de Matignon sont profanées. Les monuments funéraires sont en majorité brisés et les fragments dispersés. Au XIXe siècle, l'église Saint-Laurent fait l'objet d'une campagne de rénovation. En 1893, les deux chapelles sont démolies puis reconstruites : elles portent aujourd'hui le nom de chapelle du Sacré-Cœur et de chapelle de la Sainte-Vierge. Les voûtes sont restaurées, une nouvelle sacristie y est installée. Paradoxalement, c'est à cette époque que l'église Saint-Laurent perd son clocher.

L'orgue[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Laurent possède un modeste orgue posé au fond de la nef. Il est offert à la paroisse en 1888 par la famille Lemonnier et par quelques paroissiens.

Composition de l'orgue[modifier | modifier le code]

L'orgue de l'église Saint-Laurent possède huit jeux réels repartis sur deux claviers de 56 notes et 448 tuyaux. Il comporte également un pédalier de trente notes.

I. Grand Orgue (Do2-Sol5) II. Récit expressif (Do1-Sol5) Pédale (Do1-Fa3)
Bourdon 16' basse (Do1-Si1) Flûte Harmonique 8' Tirasses
Bourdon 16' dessus (Do2-Sol5) Gambe 8'
Principal 8' Voix Céleste 8'
Salicional 8' Trompette 8'
Flûte Octaviante 4'
  • Tirasses: GO/Péd, Réc/Péd
  • Accouplement: Réc/GO, Réc/GO octave aiguë
  • Appel Trompette
  • Temolo Récit
  • Appel du Souffleur (clochette)

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Le Football club des Étangs fait évoluer une équipe de football en ligue de Basse-Normandie et trois autres en divisions de district[29].

L'Étoile sportive Torigni handball possède une équipe masculine en Honneur régional dans la Ligue de Normandie, et une féminine en Excellence départementale. Le club dispose également de deux équipes B[30].

L'Étoile sportive torignaise tennis de table a son école de tennis de table grâce à l'emploi d'un entraîneur-animateur diplômé d'État dans ce sport depuis 1999. Deux équipes évoluent en championnat régional (saison 2011-2012), Régionale 4 pour l'équipe masculine et Régionale 1 pour l'équipe féminine, ce qui est le plus haut niveau régional. En championnat départemental, de la D4 à la D1, tous les niveaux sont représentés en senior. Les enfants sont eux aussi régulièrement présents sur les podiums départementaux et régionaux aux compétitions individuelles[31].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2014.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Arrêté préfectoral du 28 septembre 2015 portant création de la commune nouvelle de Torigny-les-Villes, préfecture de la Manche, art. 1, 2 et 9.
  2. [PDF] « www.basse-normandie.developpement-durable.gouv.fr (Dreal Basse-Normandie) - Les unités de paysage : Unité 7.3.1 : La vallée de la Vire » (consulté le 15 décembre 2013)
  3. [PDF] « www.basse-normandie.developpement-durable.gouv.fr (Dreal Basse-Normandie) - Les unités de paysage : Unité 4.3.3 : Le Bocage en tableaux » (consulté le 15 décembre 2013)
  4. a et b Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  5. Carte d'État-Major sur Géoportail.
  6. Article 51 du décret n°58-873 du 16 septembre 1958 déterminant le classement des cours d'eau en deux catégories
  7. « Pluviométrie interannuelle. Normale 1970-2000 » (consulté le 4 août 2012) (archive Wikiwix du site basse-normandie.ecologie.gouv.fr)
  8. Torigni-sur-Vire sur Géoportail.
  9. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  10. a, b et c François de Beaurepaire, Les noms des communes et anciennes paroisses de la Manche, éditions Picard 1986, p. 225.
  11. Pierre-Yves Lambert, La langue gauloise, éditions errance 1994.
  12. « 1944, la bataille de Normandie, la Mémoire - Pont-Farcy, Tessy-sur-Vire et Le Chêne Guérin » (consulté le 4 août 2012)
  13. « GASO, la banque du blason - Torigni-sur-Vire Manche » (consulté le 9 février 2012)
  14. « Résultats des élections européennes 2014 », sur www.interieur.gouv.fr, ministère de l'Intérieur (consulté le 5 septembre 2014)
  15. « Résultats des élections législatives 2012 », sur www.interieur.gouv.fr, ministère de l'Intérieur (consulté le 5 septembre 2014)
  16. « Résultats de l'élection présidentielle 2012 », sur www.interieur.gouv.fr, ministère de l'Intérieur (consulté le 5 septembre 2014)
  17. « Résultats des élections européennes 2009 », sur www.interieur.gouv.fr, ministère de l'Intérieur (consulté le 28 mai 2015)
  18. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j « Les quatre maires de l'après-guerre », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 5 septembre 2014)
  19. « Un 4e mandat de maire pour Anne-Marie Cousin », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 5 septembre 2014)
  20. À la suite de la création de Torigni-les-Villes le 1er janvier 2016
  21. Réélection 2014 : « Ouest-france.fr - Municipales à Torigni-sur-Vire. Anne-Marie Cousin entame son 4e mandat » (consulté le 29 mars 2014)
  22. http://www.nouveaucentre.fr/candidates/482
  23. « Torigni-sur-Vire (50160) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 5 mai 2014)
  24. Date du prochain recensement à Torigni-sur-Vire, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  25. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  26. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  27. « Château », notice no PA00110620, base Mérimée, ministère français de la Culture
  28. « Œuvres mobilières à Torigni-sur-Vire », base Palissy, ministère français de la Culture.
  29. « Site officiel de la Ligue Basse-Normandie – F.C. des Etangs » (consulté le 5 septembre 2014)
  30. « Site officiel de l'ES Torigni Handball » (consulté le 9 février 2012)
  31. « Site officiel de l'ES torignaise Tennis de table » (consulté le 9 février 2012)
  32. « haras-nationaux.fr - Épisodes et personnage clés - Haras-nationaux » (consulté le 18 février 2011)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :