Bricqueville-sur-Mer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bricqueville-sur-Mer
Bricqueville-sur-Mer
L'église Saint-Vigor.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Avranches
Canton Bréhal
Intercommunalité Communauté de communes de Granville, Terre et Mer
Maire
Mandat
Hervé Bougon
2014-2020
Code postal 50290
Code commune 50085
Démographie
Gentilé Bricquais
Population
municipale
1 204 hab. (2016 en augmentation de 2,99 % par rapport à 2011)
Densité 93 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 54′ 48″ nord, 1° 31′ 19″ ouest
Altitude Min. 3 m
Max. 73 m
Superficie 12,88 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de la Manche
City locator 14.svg
Bricqueville-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 14.svg
Bricqueville-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bricqueville-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bricqueville-sur-Mer
Liens
Site web www.bricqueville-sur-mer.fr

Bricqueville-sur-Mer est une commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie, peuplée de 1 204 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune affecte la forme générale d'un rectangle d'environ 6 à 7 km de long d'est en ouest et de 2 à 3 km de large du nord au sud. Au nord, la limite avec les communes de Lingreville et de Muneville-sur-Mer est constituée par le ruisseau de Talvas encore appelé ruet de Saucey, au sud par le ruisseau du Pont de Bois qui sépare Bricqueville de la commune de Bréhal.

À l'ouest, une côte dunaire se terminant par un estran extrêmement plat explique des amplitudes de marées très importantes proches de celles de la baie du mont Saint-Michel. À l'arrière de ce cordon dunaire, la Vanlée, fleuve côtier qui prend sa source à Bréville-sur-Mer, se jette dans un havre à la limite de Lingreville. Le havre de la Vanlée constitue le plus méridional des huit havres de la côte ouest du département de la Manche.

Le franchissement de la Vanlée s'est effectué jusqu'en 1972 par un passage à gué pour les voitures et une passerelle en bois pour les piétons. Depuis cette date, une route submersible permet de traverser sans difficulté la Vanlée, sauf par grande marée. L’inondation de la route par la mer à partir d'un coefficient de 100 constitue toujours un spectacle apprécié.

Le point culminant de la commune se situe au Village Maire avec une altitude d'environ 70 mètres.

On observe un écart moyen de température de 2 à 3 °C entre la côte et la partie orientale de la commune à la limite de la commune de Cérences.

Lieux-dits ou hameaux[modifier | modifier le code]

  • Les Salines : situé près de la mer et du havre de la Vanlée.
  • La Châtellerie : situé au sud de la route du Havre entre les Salines et le centre du village.
  • Le village de l'Isle.
  • La Bretonnière : situé à la limite nord de la commune entre Lingreville et le centre du village.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de [1]
Mer de la Manche (havre de la Vanlée) Lingreville Muneville-sur-mer
Mer de la Manche (une partie du territoire est séparée par le havre de la Vanlée) [1] Cérences
Bréhal Bréhal Bréhal

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Brichevilla en 1154, Brikevilla en 1227[2], Briquevilla en 1263, Briquevilla sur la mer en 1349[3].

Le premier élément est probablement le nom de personne d'origine scandinave Briki, d'où le sens global de « domaine de Briki ». Briki est cependant un nom hypothétique[4].

Le déterminant -sur-Mer est employé d'après la situation géographique de la commune pour la différencier de Bricqueville-la-Blouette, apparaît pour la première fois en 1332 sous la forme latinisée supra Mare, puis au milieu du XIVe siècle sous la forme romane sur la Mer, et près la Mer aux XVIIe et XVIIIe siècles. La forme « -sur-Mer » est fixée au début du XIXe siècle.

Le gentilé est Bricquais.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les fouilles archéologiques effectuées en 1995 au nord des Salines ont révélé une occupation du site dès la période néolithique.

Historiquement, Bricqueville apparaît pour la première fois en 1145 dans l'acte de fondation de l'abbaye d'Hambye par Guillaume Paynel qui est cité comme en étant le seigneur. Le fief de la grande seigneurie de Bricqueville relevait de l'abbaye du Mont-Saint-Michel.

Les huit fiefs qui constituaient la paroisse de Bricqueville-près-la-Mer appartenaient à deux seigneurs différents : les Paynel auxquels succédèrent les Halluin de Piennes puis les Montgomery pour les fiefs de Bricqueville, de Saint-Éloy, des Mézières et de Sey et les seigneurs de Chanteloup pour les fiefs de la Saucée, d'Annoville, de la Vallée et de la Motte.

À ces deux seigneuries correspondaient deux sections de la paroisse : la grande portion ou portion majeure dite de Saint-Vigor dont le curé était présenté par le seigneur de Bricqueville et la petite portion ou portion mineure dite de Saint-Jean dont le curé était présenté par le seigneur de Chanteloup.

Une ancienne tradition veut que les deux curés aient disposé à l'origine chacun d'une église : l'église Saint-Vigor pour l'un au Bourg et l'église Saint-Jean pour l'autre au Village Maire, à 2 km à l'ouest. Une croix de granite érigée en 1953 signale l'emplacement présumé de cette dernière qui semble avoir disparu depuis longtemps et ce au moins depuis le milieu du XVIIe siècle, époque où les plus anciens registres paroissiaux qui nous soient parvenus prouvent qu'ils étaient déjà tenus en commun par les deux curés. Le curé de Saint-Jean qui résidait au Bourg dans un presbytère en face de celui de son confrère, célébrait son office dans l'église Saint-Vigor ce qui a engendré à certains moments des problèmes de préséance.

Les deux portions fusionnèrent au moment de la Révolution. C'est également à cette période que l'ancien nom de Bricqueville-près-la Mer disparaît au profit de celui de Bricqueville-sur-Mer donné à la nouvelle commune dont le territoire fut augmenté peu après de Sainte-Marguerite-près-la-Mer, au nord du territoire, qui avait préalablement été érigée en commune peuplée de 258 habitants en 1793[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1945 Docteur Dubos   Président de la Délégation spéciale
1945 1951 Delphin Lebailly   Décédé en cours de mandat
1951 1969 Jean-Marie Fauchon    
1969 1977 Jean Samson    
1977 1989 Bernard Adam    
1989[6] 2008 Raymond Costentin   Enseignant
2008[7] mars 2014 Yves Delisle   Libraire retraité
mars 2014[8] En cours Hervé Bougon   Infirmier anesthésiste
Pour les données antérieures, dérouler la boîte ci-dessous.

Le conseil municipal est composé de quinze membres dont le maire et quatre adjoints[9].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[11].

En 2016, la commune comptait 1 204 habitants[Note 2], en augmentation de 2,99 % par rapport à 2011 (Manche : -0,23 %, France hors Mayotte : +2,44 %). Bricqueville-sur-Mer a compté jusqu'à 2 361 habitants en 1800.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 8902 3612 0671 9671 8591 8281 7671 6541 628
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5481 5051 5361 4331 4671 4171 4041 2921 242
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1641 1781 1891 0561 0201 039947921892
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
8967747787978109081 0631 0851 107
2013 2016 - - - - - - -
1 1771 204-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie et tourisme[modifier | modifier le code]

Bricqueville-sur-Mer est dénommée « commune touristique » depuis février 2010[14].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Havre de la Vanlée (site naturel classé en 1988[15]). Ce site servit en 1975 de décor pour le tournage de Grand-père viking du réalisateur Claude-Jean Bonnardot avec dans les rôles principaux Étienne Bierry, Marie Déa, Éric Laborey et Henri Lambert. Ce téléfilm produit par TF1 sera diffusé en six épisodes en janvier et février 1976.

L'église Saint-Vigor, du XIXe siècle, dépend de la paroisse Notre-Dame-de-l'Espérance du doyenné du Pays de Granville-Villedieu[16].

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Valentine Camax née Valentine Denfer, artiste de music-hall, comédienne de théâtre et de cinéma (Sèvres 1883 - Bricqueville-sur-Mer 1978), restée célèbre pour le rôle de l'Anglaise qu'elle tint dans le film Les Vacances de monsieur Hulot de Jacques Tati (1953).
  • Prosper Liot (1886 - 1910), quartier-maître torpilleur, une des vingt-sept victimes de la catastrophe du sous-marin Pluviôse coulé le 26 mai 1910 devant Calais qui auront droit à des funérailles nationales le 22 juin suivant en présence du président de la République Armand Fallières et du président du Conseil Aristide Briand. Sa tombe, toujours visible dans le cimetière communal, est entretenue par le Souvenir français.
  • André Prévot-Valéri (Paris 1890 - Granville 1959) peintre de paysages et de scènes de genre qui travailla et résida un temps aux Salines d'où était originaire son épouse. Il y a peint notamment de nombreuses représentations de la vie des champs et de la récolte du varech. L'école communale porte son nom.
  • Mona Ozouf, écrivain et historienne, née en 1931, a vécu et est toujours propriétaire d'une maison sur le havre de la Vanlée, aux Salines.
  • Jacques Gamblin, comédien et écrivain né en 1957 à Granville, dont la famille paternelle est originaire de Bricqueville.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Saint Vigor, évêque de Bayeux, patron de Bricqueville-sur-Mer, par l'abbé A. Drouet (Lafare Frères, Nîmes, 1895)
  • Sur le rivage normand, Bricqueville-sur-Mer, par l'abbé Pierre Béhier (Ocep, Coutances, 1975)
  • Un parcellaire en étoile dans le marais de Bricqueville-sur-Mer en 1247, par Xavier Halard (Annales de Normandie, Caen, octobre 1981)
  • 100 ans en images, Bricqueville-sur-Mer, par Bernard Vivier et Jean-Pierre Lehoussu, préface de Mona Ozouf (Ocep, Coutances, 1995)
  • Un site protohistorique dans le havre de la Vanlée à Lingreville et Bricqueville-sur-Mer (Manche), par Cyrille Billard et al. (Revue archéologique de l'Ouest, Rennes, 1995).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2016.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  2. Ernest Nègre - 1998 - Toponymie générale de la France - Volume 2 - Page 953.
  3. François de Beaurepaire - 1986 - Les noms des communes et anciennes paroisses de la Manche, Page 89.
  4. Jean Adigard des Gautries et Fernand Lechanteur, « Les noms de communes de Normandie », in Annales de Normandie XIV (1964), § 498.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Sainte-Margueritte », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 18 mai 2011)
  6. « L'ancien maire de Bricqueville-sur-Mer décédé », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 14 mars 2015)
  7. « Yves Delisle briguera un deuxième mandat de maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 14 mars 2015)
  8. « Hervé Bougon, nouveau maire, succède à Yves Delisle », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 14 mars 2015)
  9. « Bricqueville-sur-Mer (50290) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 29 juin 2014)
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  14. [PDF] « Préfecture de la Manche - Recueil des actes administratifs - février 2010 » (consulté le 28 mars 2010) : page 4.
  15. « Site de la Dreal de Basse-Normandie - Décret du 26 décembre 1988 » [PDF] (consulté le 20 août 2013)
  16. Site du diocèse

Liens externes[modifier | modifier le code]