Rick Moranis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Rick Moranis
Description de cette image, également commentée ci-après
Rick Moranis en 1990.
Nom de naissance Frederick Allan Moranis
Naissance (66 ans)
Toronto, Ontario, Drapeau du Canada Canada
Nationalité Drapeau du Canada Canadien
Profession Acteur, scénariste, réalisateur, musicien
Films notables La Folle Histoire de l'espace
SOS Fantômes
Chérie, j'ai rétréci les gosses

Frederick Allan Moranis, dit Rick Moranis, né le à Toronto (Canada), est un acteur, scénariste et réalisateur canadien.

Il est surtout connu pour ses rôles dans les franchises SOS Fantômes (1984-1988) et Chérie, j'ai rétréci les gosses (1989-1997).

Valeur sûre de la comédie américaine, il a joué avec Richard Pryor, John Candy, Mel Brooks et Steve Martin (à quatre reprises).

Biographie[modifier | modifier le code]

Dans les années 1970, Rick officie comme DJ à la radio locale Chum FM à Toronto, sous le pseudonyme de Rick Allen.

Comédies noires cultes (années 1980)[modifier | modifier le code]

Il devient célèbre en apparaissant dans SCTV, un show comique diffusé à la télévision canadienne, notamment dans le rôle de Bob du duo Bob & Doug McKenzie (Doug étant interprété par Dave Thomas). Rick et Dave créèrent ces personnages en contradiction avec les exigences du gouvernement canadien qui demandait du « contenu clairement canadien » pour les programmes télévisés de grande audience : leurs personnages Bob et Doug accumulaient donc à l'excès tous les stéréotypes des Canadiens. Malgré cela, leur duo devint si populaire qu'il apparut dans la version américaine du show, et les deux acteurs furent décorés de l'Ordre du Canada pour leur contribution à la culture canadienne.

Au cinéma, il se fait connaître par son rôle de Louis Tully dans la comédie fantastique SOS Fantômes, gros succès critique et commercial de l'année 1984, où il seconde le quatuor de héros formé par Dan Aykroyd, Harold Ramis, Bill Murray et Ernie Hudson. La meme année, il joue dans la comédie dramatique Attention délires !, écrite par Cameron Crowe.

Durant le reste des années 1980, il s'impose comme un second rôle marquant de la comédie américaine : pour Comment claquer un million de dollars par jour (1985), avec Richard Pryor et John Candy ; Head Office (1985), avec Judge Reinhold ; Club Paradise (1986), avec Robin Williams (et devant la caméra d'Harold Ramis). Puis il est enfin tete d'affiche pour la comédie fantastique La Petite boutique des horreurs (1986), de Frank Oz.

L'acteur conclue cette décennie en faisant ensuite partie du casting de la comédie La Folle Histoire de l'espace (1987), de Mel Brooks. Il y retrouve John Candy. Puis il fait partie de la distribution de la suite SOS Fantômes 2 (1989), toujours sous la direction d'Ivan Reitman.

Comédies familiales (années 1990)[modifier | modifier le code]

L'année 1989 le lance dans un registre plus familial, en le voyant porter la comédie d'aventure fantastique Chérie, j'ai rétréci les gosses, réalisée par Joe Johnston et produite par Disney. Le film est un joli succès critique et un carton au box-office.

L'acteur tient également un second rôle dans la comédie dramatique Portrait craché d'une famille modèle (1989), de Ron Howard, portée par l'humoriste Steve Martin. C'est avec ce dernier qu'il partage ensuite l'affiche de la comédie Un pourri au paradis (1990). Il partage ensuite l'affiche de la comédie parodique Grandeur et descendance (1993) avec Barbara Hershey.

Mais c'est dans un registre plus familial qu'il confirme : d'abord en partageant l'affiche de l'adaptation à succès du dessin animé La Famille Pierrafeu (1994), avec John Goodman ; puis de la comédie sportive Les Petits Géants (en) (1994) avec Ed O'Neill ; puis de la comédie Le Souffre-douleur (1996) avec Tom Arnold.

Parallèlement, il redevient l'inventeur Wayne Szalinski pour deux suites : Chérie, j'ai agrandi le bébé (1992), qui rapporte beaucoup moins d'argent, puis Chérie, nous avons été rétrécis (1997), qui sort directement en vidéo, et dont il est le seul membre de la distribution originale à revenir. Pour la série télévisée Chérie, j'ai rétréci les gosses, diffusée de 1997 à 2000, c'est Peter Scolari qui le remplace.

La fin de la trilogie cinématographique est aussi celle de la carrière de l'acteur à l'écran. Ce dernier se contente depuis d'activités de doublage, comme pour les films d'animation Frère des ours (2003) et Frère des ours 2 (2006)[1].

L'acteur refuse un caméo dans le reboot féminin SOS Fantômes, sorti en 2016[2]. Cependant, deux ans plus tard, une véritable suite aux films des années 1980 est mise en chantier par Jason Reitman, le fils d'Ivan Reitman, dans laquelle le casting d'origine reprend ses rôles. Mais seule la participation de Rick Moranis reste en suspens[3].

Vie privée[modifier | modifier le code]

En février 1991, sa femme Anne Belsky, créatrice de costumes avec laquelle il était marié depuis 1986, meurt d'un cancer du sein, lui laissant 2 enfants, Rachel et Mitchell. Il décide alors de laisser en suspens sa carrière.

Filmographie comme acteur[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Court-métrage[modifier | modifier le code]

Doublage[modifier | modifier le code]

Comme scénariste[modifier | modifier le code]

Comme réalisateur[modifier | modifier le code]

Distinction[modifier | modifier le code]

Récompense[modifier | modifier le code]

Voix françaises[modifier | modifier le code]

et aussi :

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • En juin 2004, une rumeur circula sur Internet, prétendant que Rick Moranis avait péri dans un accident de train. Cette rumeur se révéla fausse, et émanait apparemment d'une private joke (blague entre potes) sur un site perso. La rumeur refait surface de temps en temps.
  • Apparitions dans des vidéos musicales, incluant sa propre version de The Girl from Ipanema, Ghostbusters de Ray Parker Jr., On Our Own de Bobby Brown, Tomorrow's Girls de Donald Fagen et We're the Flinstones des B52s.
  • DJ Lubel lui a consacré une chanson entière intitulée I Miss Moranis.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]