James Gandolfini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
James Gandolfini
Description de cette image, également commentée ci-après
James Gandolfini en 2011.
Nom de naissance James Joseph Gandolfini, Jr.
Surnom James Gandolfini
Naissance
Westwood, (New Jersey),
Drapeau des États-Unis États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Décès (à 51 ans)
Rome, (Latium), Drapeau de l'Italie Italie
Profession Acteur, producteur
Films notables True Romance
Terminal Velocity
USS Alabama
Get Shorty
8 millimètres
In the Loop
Welcome to the Rileys
Séries notables Les Soprano

James Gandolfini, né James Joseph Gandolfini, Jr[1] le à Westwood, dans le New Jersey et décédé le à Rome, est un acteur et producteur américain. Il est principalement connu pour avoir incarné le chef de la mafia Tony Soprano dans la série télévisée Les Soprano, diffusé sur HBO de 1999 à 2007.

Au cinéma, ses rôles notables sont un homme de main de la mafia dans True Romance, le lieutenant Bobby Dougherty dans USS Alabama et le maire de New York dans L'Attaque du métro 123. Il a également joué le rôle d'un cascadeur dans la comédie Get Shorty et prêté sa voix à l'impulsif « Wild Thing Carol » dans le film d'aventures Max et les Maximonstres. Sa prestation dans la comédie dramatique All About Albert, Gandolfini a reçu à titre posthume de nombreux éloges critiques et distinctions, dont une nomination au Screen Actors Guild et au Boston Society of Film Critics Award du meilleur acteur dans un second rôle.

En 2007, Gandolfini produit Alive Day Memories: Home from Iraq, un documentaire dans lequel il a interviewé des anciens combattants blessés de la Guerre en Irak et en 2010, Wartorn: 1861-2010, qui examine l'impact du syndrome de stress post-traumatique des soldats et des familles dans plusieurs guerres dans l'histoire américaine de 1861 à 2010.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

James Gandolfini est né à Westwood, dans le New Jersey[2]. Sa mère, Santa (née Penna), cantinière d'école, est née aux États-Unis, et a grandi à Naples, en Italie[3]. Son père, James Gandolfini Sr., originaire de Borgotaro est maçon puis gardien-chef de la Paramus Catholic High School dans le New Jersey[3],[4]. Il obtient la médaille Purple Heart au cours de la Seconde Guerre mondiale[5]. Ses parents sont de fervents catholiques et parlent l'italien à la maison. En raison de l'influence de ses parents, il développe un fort sentiment d'être italien et visite régulièrement l'Italie[4],[6]. Il a deux sœurs[7],[8].

James Gandolfini grandit à Park Ridge, New Jersey, et est diplômé de Park Ridge High School en 1979, où il a pratiqué le basket-ball et joué dans des pièces de théâtres scolaires[9] et recevait le titre de «Class Flirt» dans son album de finissants. Il obtient un diplôme en communication de l'université Rutgers, à New Brunswick en 1982, où il a travaillé comme videur dans un pub sur le campus[10]. James Gandolfini a également travaillé comme barman et manager de boîte de nuit avant de s'engager dans la carrière d'acteur[10]. Il est introduit dans le métier d'acteur comme un jeune homme vivant à New York, quand il a accompagné son ami Roger Bart à une classe de la technique de Meisner[11] où il a étudié pendant deux ans dans la classe de Kathryn Gately au The Gately Poole Conservatory. Lors de son passage à l'émission Inside the Actors Studio, Gandolfini a cité Mean Streets comme l'un des films qui l'a le plus influencé[12].

Carrière[modifier | modifier le code]

1993-1998 : Premiers rôles[modifier | modifier le code]

James Gandolfini en 2007.

En 1992, il joue six semaines à Broadway dans la pièce Sur les Quais. L'un de ses premiers rôles au cinéma est celui de Virgil, homme de main brutal de la mafia dans le thriller True Romance écrit par Quentin Tarantino et réalisé par Tony Scott, sorti en 1993. C'est Tom Sizemore, qui devait l'incarner avant d'obtenir un autre rôle, a recommandé Gandolfini pour incarner Virgil[13]. Très impliqué dans le projet, il insista auprès de Patricia Arquette, actrice principale du film, de réellement lui planter un tire-bouchon dans le pied lors de la scène où leurs deux personnages se battent, afin qu'il ressente vraiment la douleur. Arquette refuse et c'est finalement un assistant de production qui plante un compas dans le pied de Gandolfini devant l'insistance de l'acteur[14]. Malgré un échec commercial lors de sa sortie en salles[15], True Romance est bien accueilli par la critique[16],[17] et est devenu au fil des années un film culte[18],[19],[20]. L'année suivante, il tient le rôle de Ben Pinkwater, un homme gentil en apparence qui s'avère être un gangster russe dans le thriller Terminal Velocity, qui ne rencontre pas son public[21]. En 1994, il tourne le film français Le Nouveau Monde d'Alain Corneau[22], dans lequel il joue un sous-officer américain s'installant dans une base militaire en France dans les années 1950[23].

C'est en 1995 qu'il obtient ses deux premiers succès au box-office[24] : il est à l'affiche du thriller USS Alabama, pour lequel il tourne pour la deuxième fois sous la direction de Tony Scott après True Romance. Dans ce film, il incarne le lieutenant Bobby Dougherty se trouvant dans un sous-marin où une lutte entre deux officiers, incarnés respectivement par Denzel Washington et Gene Hackman, sur l'interprétation contradictoire d'un ordre de tir de missiles nucléaires, sévit. Quelques mois plus tard, il prête ses traits à Bear, un ex-cascadeur barbu et garde du corps d'un trafiquant de drogue dans la comédie Get Shorty, dans lequel il rencontre celui qui était son inspiration dans le métier, John Travolta, avec lequel il va se lier d'amitié[25]. Entre 1996 et 1998, il enchaîne les films tels que La Jurée, où il joue le rôle d'un exécuteur de la mafia avec une conscience[3], le drame policier Dans l'ombre de Manhattan de Sydney Lumet, Le Témoin du Mal, retrouvant Denzel Washington, le drame Les Puissants et le thriller 8MM de Joel Schumacher, dans lequel il incarne le principal antagoniste.

1999-2007 : Consécration avec Les Soprano[modifier | modifier le code]

C'est à la télévision que James Gandolfini va se faire véritablement connaître du grand public, grâce au rôle de Tony Soprano dans la série Les Soprano, créée par David Chase, obtenant pour la première fois le rôle principal. La série narre l'histoire de Tony Soprano, mafieux du New Jersey, qui a du mal à concilier les intérêts de sa famille et ceux de l'organisation criminelle qu'il dirige, tout en suivant une thérapie en raison de sa dépression et ses crises d'angoisses. Gandolfini a été invité à passer une audition pour le rôle de Tony Soprano après que la directrice de casting, Susan Fitzgerald, a vu un petit clip de sa prestation dans le film True Romance[26]. Il obtient le rôle et le pilote est financé par la chaîne HBO[26] et tourné en 1997, mais doit attendre un an pour que HBO commande une saison de treize épisodes[26],[27].

James Gandolfini (à gauche) aux côtés de Tony Sirico (premier à droite), l'un de ses partenaires de la série Les Soprano, et d'un militaire américain, lors d'une visite au Koweit en 2010.

Le premier épisode, Égarement, est diffusé pour la première fois sur les écrans américains le sur HBO, ce qui fit des Soprano la seconde série télévisée dramatique d'une heure produite par HBO, la première étant le drame carcéral Oz. La série obtient un grand succès critique et public[28],[27] et devient la série câblée ayant connu le plus grand succès financier de l'histoire de la télévision[29] et a fréquemment été décrite par les critiques comme étant la plus grande série télévisée de tous les temps[30],[31].

La série connaîtra six saisons entre 1999 et 2007. La prestation de Gandolfini est saluée en remportant à trois reprises l'Emmy Award du meilleur acteur dans une série dramatique et une fois le Golden Globe dans la même catégorie. Le magazine Entertainment Weekly a classé le personnage de Tony Soprano à la 42e place des plus grandes icônes télé de tous les temps[32]. En plus des récompenses qu'il a gagnées, Gandolfini a reçu de nombreuses nominations et deux SAG Awards de la meilleure distribution d'ensemble pour une série[33]. Gandolfini n'a pas hésité à reverser une partie de son salaire des Soprano, qui a doublé après négociation avant la mise en chantier de la cinquième saison, en donnant des parts à plusieurs membres de l'équipe[34],[35].

Parallèlement aux Soprano, James Gandolfini continue de tourner pour le cinéma, se retrouvant à l'affiche de six films durant la période durant laquelle la série est diffusée. En 2001, il obtient de bonnes critiques pour son rôle de tueur à gages homosexuel dans la comédie Le Mexicain[36],[37],[38],[39], dans lequel il partage la vedette avec Brad Pitt et Julia Roberts. C'est l'actrice, ayant suggéré le nom de Gandolfini, à insisté pour le faire engager sur le film[40],[41],[42]. Le film obtient un succès commercial[24] et la prestation de Gandolfini est considérée comme l'un de ses plus grands rôles[43]. L'année suivante, il fait un crochet dans l'univers des frères Coen dans The Barber, dans lequel il joue l'amant de Frances McDormand, qui malgré un échec commercial[24], est bien reçu par la critique. La même année, il incarne le strict directeur d'une prison militaire et antagoniste principal dans Le Dernier Château, dans lequel il tient tête à Robert Redford[44],[45]. Le film obtient des critiques mitigées et un énorme échec commercial[24]. Ses films suivants, Famille à louer, Les Fous du roi et Cœurs perdus ne rencontrent pas le public escompté[24].

En 2007, Gandolfini produit un documentaire avec HBO portant sur les anciens combattants de la guerre d'Irak blessés et leur dévouement à l'Amérique tout en examinant les coûts physiques et émotionnels de la guerre. Gandolfini a interviewé dix soldats survivants, qui ont révélé leurs pensées sur les défis auxquels ils sont confrontés pour se réinsérer dans la société et la vie de famille. Ils ont également réfléchi à leurs souvenirs du jour où ils ont échappé de justesse à la mort et à ce que la vie a pu être dans d'autres circonstances. La même année, Gandolfini revient à HBO en tant que producteur exécutif du documentaire Alive Day Memories: Home From Iraq , son premier projet après Les Soprano et la première production de sa compagnie Attaboy Films, créée en 2006 avec partenaire de production Alexandra Ryan.

2007-2013 : diversification et autres rôles[modifier | modifier le code]

Après avoir produit les deux documentaires pour HBO en 2007, James Gandolfini fait son retour au théâtre avec la pièce Le Dieu du carnage de Yasmina Reza, jouée à Broadway, dans lequel il partage la vedette avec Marcia Gay Harden, Jeff Daniels et Hope Davis[46]. Il a été nommé au Tony dans la catégorie Meilleure performance par un acteur principal pour son rôle dans la pièce. En 2009, il fait son retour au cinéma en incarnant le rôle du maire de New York dans le film d'action L'Attaque du métro 123, réalisé par Tony Scott dans lequel il retrouve John Travolta après Get Shorty, She's So Lovely et Cœurs perdus et Denzel Washington après USS Alabama et Le Témoin du mal. Les critiques sont mitigées[47] et ne sont pas d'énormes succès au box-office[24]. La même année, il incarne un militaire dans la comédie britannique acclamée par la critique In the Loop[48].

James Gandolfini en 2010.

En 2010, Gandolfini produit un autre documentaire avec HBO, qui a analysé les effets du stress post-traumatique dans toute l'histoire américaine, de 1861 à 2010, présentant des interviews de militaires américains sur leur perception du TSPT et comment ils tentent d'aider les soldats touchés. Des lettres de soldats de la guerre civile américaine et de la Première Guerre mondiale qui ont été touchés par le SSPT sont examinées, ainsi que des entrevues avec des soldats touchés par le TSPT et leurs familles. La même année, il tient le rôle d'un homme ayant perdu sa fille prenant sous son aile une jeune strip-teaseuse dans Welcome to the Rileys qui, malgré une audience limitée[24], lui permet obtenir de bonnes critiques[49].

Gandolfini est producteur délégué du téléfilm de HBO sur Ernest Hemingway et sa relation avec Martha Gellhorn, intitulée Hemingway & Gellhorn (2012)[50]. Gandolfini retrouve le créateur des Soprano David Chase pour Not Fade Away (2012), une production axée sur la musique dans le New Jersey des années 1960, et le premier long métrage de ce dernier[51],[52].

En 2012, il est également à l'affiche du thriller Cogan: Killing Them Softly, dans lequel il incarne un tueur aux côtés de Brad Pitt. Au départ, il était réticent à jouer un autre rôle lié à la mafia, mais il a finalement été conquis par ce que le personnage symbolisait[53]. Le film est bien accueilli par la critique[54] et obtient qu'un succès commercial relativement modeste[24]. La même année, il tient le rôle du directeur de la CIA dans le thriller d'espionnage Zero Dark Thirty, relatant la traque d'Oussama Ben Laden après les attentats du 11 septembre 2001[55],[56]. Le film, controversé à l'époque de sa sortie, est unanimement salué par la critique, et obtient un succès commercial[24].

À la première moitié de l'année 2013, l'acteur est à l'affiche de deux films à l'audience limitée[24]Down the Shore et Violet & Daisy (dernier film sorti de son vivant) – et une comédie avec Steve Carell et Jim Carrey, The Incredible Burt Wonderstone, échec critique et commercial[24].

Avant son décès, James Gandolfini avait tourné deux films sortis à titre posthume. Le premier est All About Albert, comédie romantique indépendante dans lequel il partage la vedette avec Julia Louis-Dreyfus. Il incarne le rôle-titre, qui était initialement prévu pour Louis C.K.[57]. L'acteur ne se sentait pas bon pour le rôle[58], mais la réalisatrice Nicole Holofcener a décrit sa prestation comme « parfaite »[59]. Gandolfini n'a jamais vu le film terminé[60]. Le long-métrage lui sera dédié[60],[61]. Le film est bien accueilli par la critique, qui salue notamment la performance de l'acteur[62]. Le film obtient un certain succès au box-office[63]. Il a reçu des récompenses posthumes du meilleur acteur dans un second rôle de la Boston Society of Film Critics et de la Chicago Film Critics Association ainsi que de nombreuses nominations, y compris une nomination pour le Screen Actors Guild Award dans la catégorie Performance exceptionnelle par un acteur masculin. Le second est Quand vient la nuit, drame policier dans lequel il a partagé la vedette avec Tom Hardy et Noomi Rapace. Sorti le 12 septembre 2014, le film a été accueilli avec des critiques positives pour la performance de Gandolfini[64].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Gandolfini est resté lié à sa ville natale de Park Ridge, dans le New Jersey, en soutenant sa Octoberwoman Foundation for Breast Cancer Research. Il vivait à New York et possédait des terres au lac Manitoba[65]. Gandolfini avait auparavant vécu sur une propriété de 14 hectares à Chester Township, dans le New Jersey[66]. En 2009, il achète une maison dans les collines de Tewksbury Township, New Jersey[67]. Brett Martin du magazine GQ a dit à propos de Gandolfini: « Dans les entrevues, que l'acteur a fait de son mieux pour les éviter, l'acteur s'est souvent rabattu sur une version de "Je suis juste un gros gars muet de Jersey" »[68].

Gandolfini et sa première femme, Marcy Wudarski, ont divorcé en décembre 2002. Ils ont un fils nommé Michael (né en 2000)[69]. Le 30 août 2008, après deux ans en couple , Gandolfini a épousé l'ancienne mannequin et actrice Deborah Lin dans sa ville natale de Honolulu, à Hawaï[70]. Leur fille, Liliana Ruth Gandolfini, est née à Los Angeles, en Californie, en octobre 2012[71].

Décès[modifier | modifier le code]

James Gandolfini meurt soudainement d'une crise cardiaque le 19 juin 2013 à Rome, alors qu'il est en voyage en Italie, pour recevoir un prix au Festival du film de Taormine en Sicile[72],[73]. Après que sa famille et lui ont passé une journée à visiter les lieux sous une chaleur étouffante, son fils Michael le découvre inconscient à 22 h (heure locale) dans la salle de bain de l'hôtel Boscolo Exedra. Michael a appelé la réception, qui à son tour a appelé les ambulanciers. Gandolfini est arrivé à l'hôpital à 22 h 40 et est déclaré mort à 23 h[74]. Une autopsie a confirmé qu'il est décédé d'une crise cardiaque[75].

Alors que la nouvelle de sa mort s'est répandue, des politiciens comme John McCain et Chris Christie se sont rendus sur Internet pour y répondre[76],[77],[78]. Christie a ordonné à tous les bâtiments d'état du New Jersey à mettre leurs drapeaux en berne le 24 juin, pour honorer Gandolfini quand son corps a été renvoyé aux Etats-Unis[79]. Les habitants de la ville natale de Gandolfini ont créés une page Facebook pour discuter des plans pour l'honorer, y compris nommer une rue après lui et en renommant Little Theater at Park Ridge High School, où il a fait ses premières représentations, à son nom[80].

Au lendemain de la mort de Gandolfini, Bruce Springsteen et le E Street Band, dont est membre le guitariste Steven Van Zandt (qui a incarné Silvio Dante dans Les Soprano), ont consacré une performance de leur album Born to Run en faisant une interprétation pour Gandolfini[81]. De nombreux acteurs et actrices, dont certains ayant travaillés avec lui, ont salué sa générosité et sa gentillesse[82],[83],[84].

Le corps de Gandolfini a été rapatrié aux États-Unis le 23 juin 2013. Le porte-parole de la famille, Michael Kobold, a remercié les autorités italiennes et américaines d'avoir accéléré le processus de rapatriement, qui prend normalement sept jours[85]. Broadway a obscurci les lumières des auvents des théâtre dans la nuit du mercredi 26 juin en l'honneur de Gandolfini[86].

Les funérailles de Gandolfini ont eu lieu le 27 juin 2013 à la cathédrale épiscopale de Saint John the Divine à Morningside Heights, à Manhattan[87],[88]. Il a été incinéré et ses cendres ont été rendues à sa famille.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

James Gandolfini en 2006.

Télévision[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Voix françaises[modifier | modifier le code]

En France, James Gandolfini fut régulièrement doublé par Gabriel Le Doze et Patrice Melennec en alternance. Il a été également doublé à plusieurs reprises par Luc Florian (3 fois), Bernard-Pierre Donnadieu, Patrick Raynal et Bernard Métraux (2 fois pour les trois).

Au Québec, il a été doublé à plusieurs reprises par Benoit Rousseau. Auparavant, Mario Desmarais l'avait doublé à trois reprises.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. Crédité Jim Gandolfini au générique.
Références
  1. « James Gandolfini Is Dead at 51; a Complex Mob Boss in 'The Sopranos' », The New York Times (consulté le 5 décembre 2015)
  2. (en) « James Gandolfini », sur hbo.com (consulté le 22 mai 2007).
  3. a b et c (en) « Youtube interview of James Gandolfini – Inside the Actors Studio, 2004 », Youtube.com, (consulté le 11 avril 2010).
  4. a et b (en) « This Is James Gandolfini, He's Not Tony, The Actor Behind The Sopranos Mob Boss Is More Like "A 260-Pound Woody Allen" », sur CBS News, (consulté le 11 avril 2010).
  5. (en) John Heilpern, « Out to Lunch: Curtains for Gandolfini », Vanity Fair, .
  6. (en) Encyclopædia Britannica, « James Gandolfini – Britannica Online Encyclopedia », Britannica.com (consulté le 11 avril 2010).
  7. « James Gandolfini dies at 51; actor starred in 'The Sopranos' », Los Angeles Times (consulté le 25 août 2015)
  8. « Gandolfini 'displayed his usual sense of humor' when he signed will », Daily News, New York, (consulté le 25 août 2015)
  9. (en) Jeff Goldman/The Star-Ledger, « Yearbook photos of James Gandolfini acting, playing basketball at Park Ridge High School », sur NJ.com, New Jersey On-Line LLC, (consulté le 20 juin 2013).
  10. a et b (en) « James Gandolfini », sur AskMen.com, IGN Entertainment, Inc, (consulté le 20 juin 2013).
  11. « 25 (Not Quite) Random Facts About James Gandolfini », Broadway.com: Broadway Buzz, (consulté le 13 février 2017)
  12. Scott Collins, « James Gandolfini dies at 51; actor starred in 'The Sopranos' », Los Angeles Times, (consulté le 9 février 2017)
  13. « True Romance : Trivia », sur imdb.com (consulté le 26 juillet 2018).
  14. « True Romance - Commentaire audio de Tony Scott », Metropolitan Filmexport, 2004, DVD.
  15. (en) « True Romance », Box Office Mojo (consulté le 21 septembre 2012)
  16. (en) « True Romance », Rotten Tomatoes (consulté le 10 août 2015)
  17. (en) « True Romance », Metacritic (consulté le 21 septembre 2012)
  18. (en) « Cult Films Examples », sur filmsite.org (consulté le 22 septembre 2012)
  19. (en) Marc Spitz, « True Romance: 15 Years Later », Maximal (consulté le 22 septembre 2012)
  20. (en) Maxwell Hubbard, « Cult Classic: True Romance », sur maxandtomsquared.co.uk (consulté le 22 septembre 2012)
  21. « Terminal Velocity », sur BoxOfficeMojo.com, Internet Movie Database (consulté le 22 novembre 2016)
  22. https://www.nouvelobs.com/cinema/20130620.CIN3206/james-gandolfini-mort-d-un-cine-tueur.html
  23. http://cinema.encyclopedie.films.bifi.fr/index.php?pk=52637
  24. a b c d e f g h i j et k « James Gandolfini », sur Box Office Mojo, IMDb (consulté le 26 juillet 2018)
  25. « James Gandolfini : John Travolta, ébranlé par sa mort, révèle leur lien profond », sur PurePeople, (consulté le 26 juillet 2018)
  26. a b et c (en) Peter Biskind, « AN AMERICAN FAMILY », sur Vanity Fair, (consulté le 26 juillet 2018).
  27. a et b (en) Jesse Oxfeld, « Family Man », sur Stanford Alumni, septembre/octobre 2002 (consulté le 26 juillet 2018)
  28. (en) « http://www.hollywoodreporter.com/hr/content_display/television/features/e3i5caaebc3b67867e5395b97e39aa8026d »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 24 mars 2013)
  29. (en) Bill Carter, « HBO Pushes End of 'The Sopranos' to 2007 », The New York Times, (consulté le 1er novembre 2007) : « La série dramatique sur un mafieux du New Jersey a obtenu davantage d'Emmy Awards que les autres séries câblées et a fréquemment attiré une audience plus importante que les autres programmes sur le hertzien même si HBO est disponible dans seulement un tiers des foyers. »
  30. (en) Rebbeca Traister, « The best TV show of all time », Salon.com, (consulté le 22 septembre 2007)
  31. (en) « Sopranos, The (HBO) - Reviews from Metacritic », Metacritic (consulté le 2 octobre 2007)
  32. « The 50 Greatest TV Icons - JAMES GANDOLFINI », Entertainment Weekly, (consulté le 20 juin 2013)
  33. « Clive James on The Sopranos », The Daily Telegraph, (consulté le 5 décembre 2013)
  34. http://www.lefigaro.fr/cinema/2013/06/20/03002-20130620ARTFIG00728-james-gandolfini-cinq-choses-a-retenir-de-tony-soprano.php
  35. http://www.dailymars.net/gandolfini-sprano-mort-hbo-hommage/
  36. Mexican' crosses the border with wit, style" (March 2, 2001) Cedar Rapids Gazette
  37. "Roberts, Pitt: Is It a Waste of Screen Time?" (March 2, 2001) Doylestown Intelligencer
  38. "Star power doesn't save 'The Mexican (March 2, 2001) Titusville Herald
  39. "From adulterous mob boss to gay hit man: Tough-guy Gandolfini praised for The Mexican" (Mar 8, 2001) Edmonton Journal
  40. François Forestier, « "Le Mexicain": pour James Gandolfini et pour lui seul », sur Télé Obs, (consulté le 27 juillet 2018)
  41. Louis B. Hobson, Ryder on the storm. "Stargazing", Ottawa Sun Showcase, March 18, 2001, p. 3.
  42. Cindy Pearlman, Why the fuss, Gandolfini wonders. Ottawa Citizen, February 28, 2001, p. F9.
  43. Tshepo Mokoena, James Gandolfini: five best moments. The Guardian, November 14, 2014. Retrieved 2016-07-09.
  44. https://www.lexpress.fr/diaporama/diapo-photo/culture/cinema/en-images-james-gandolfini-est-mort-la-gueule-de-l-emploi_1259228.html
  45. https://www.lexpress.fr/diaporama/diapo-photo/culture/cinema/james-gandolfini-sa-carriere-cine-en-5-films_1259294.html#photo-1
  46. https://www.lexpress.fr/culture/tele/video-5-raisons-de-regretter-james-gandolfini_1259262.html
  47. Ridley, Jim : « Blood on Tracks in Taking of Pelham 123: In this subway series, the original Pelham wins » dans The Village Voice, le 9 juin 2009 [1]
  48. Damon Wise, In the Loop at the Sundance Film Festival, Utah, The Times, 21 January 2009. Retrieved 2010-02-26.
  49. Friedman, Roger. James Gandolfini Rubs Out Tony Soprano Again, The Hollywood Reporter, January 24, 2010. Retrieved April 24, 2010.
  50. « HBO Orders Hemingway Film With Nicole Kidman and Clive Owen », TV Guide
  51. McNary, Dave, « Gandolfini, Chase reconnect at 'Twylight' », Variety, (consulté le 1er février 2011)
  52. Andreeva, Nellie, « 'Sopranos' Big-Screen Reunion: James Gandolfini Joins David Chase's New Movie », sur Deadline Hollywood, (consulté le 1er février 2011)
  53. http://ew.com/article/2013/06/20/brad-pitt-on-james-gandolfini/
  54. « Killing Them Softly », Rotten Tomatoes, Flixster (consulté le 19 août 2013)
  55. (en) Adam Chitwood, « James Gandolfini’s Secret Role in ZERO DARK THIRTY Revealed », sur Collider, (consulté le 27 juillet 2018).
  56. (en) Anthony Breznican, « Zero Dark Thirty: James Gandolfini's secret role revealed - EXCLUSIVE », sur Entertainment Weekly, (consulté le 27 juillet 2018).
  57. Tim Robey, « Nicole Holofcener interview: 'Gandolfini was perfect – belly and all' », The Daily Telegraph, (consulté le 2 avril 2015)
  58. Steve Pond, « Julia Louis-Dreyfus on the 'Enough Said' Scene With James Gandolfini Moviegoers Almost Didn't See », TheWrap, (consulté le 20 février 2015)
  59. Tim Robey, « Nicole Holofcener interview: 'Gandolfini was perfect – belly and all' », The Daily Telegraph,‎ (lire en ligne)
  60. a et b Hilary Lewis, « 'Enough Said' Screening: Julia Louis-Dreyfus, Nicole Holofcener Remember James Gandolfini », The Hollywood Reporter, (consulté le 2 avril 2015)
  61. Helen Barlow, « Enough Said: Julia Louis-Dreyfus and Nicole Holofcener interview », Special Broadcasting Service, (consulté le 2 avril 2015)
  62. « Enough Said », Rottentomatoes.com, (consulté le 5 novembre 2014)
  63. « Enough Said (2013) », The Numbers (consulté le 13 mai 2018)
  64. « The Drop », Rottentomatoes.com, (consulté le 5 novembre 2014)
  65. « Everybody's scared to upset Mr. Soprano », Winnipeg Free Press, (consulté le 11 avril 2010)
  66. Slaught, Veronica. "Sopranos star James Gandolfini buys home in Tewksbury", The Star-Ledger, September 24, 2009. Accessed May 12, 2017. "The star of The Sopranos previously lived in a 150-year-old colonial on 34 acres in Chester Township."
  67. Veronica Slaght, « 'Sopranos' star James Gandolfini buys home in Tewksbury », The Star-Ledger, (consulté le 20 juin 2013)
  68. Martin, Brett, « The Night Tony Soprano Disappeared », GQ Magazine,‎ (lire en ligne)
  69. « James Gandolfini discovered by 13-year-old son », The Daily Telegraph (consulté le 20 juin 2013)
  70. Katherine Nichols, « Sopranos Star James Gandolfini Gets Married », People,‎ (lire en ligne[archive du ])
  71. « James Gandolfini Welcomes Daughter », USA Today, (consulté le 19 juin 2013)
  72. « Mort de James Gandolfini, mythique Tony Soprano », sur Le Monde, (consulté le 20 juin 2013).
  73. (en) « James Gandolfini dead at 51: The Sopranos star dies in Italy following suspected heart attack », sur The Daily Mail, (consulté le 20 juin 2013).
  74. Associated Press, « James Gandolfini died of cardiac arrest », News24,
  75. « James Gandolfini Cause of Death: Autopsy Confirms Heart Attack Killed 'Sopranos' Star, Source Says », The Huffington Post (consulté le 11 juin 2015)
  76. « Reactions to the Death of James Gandolfini », The New York Times (consulté le 21 juin 2013)
  77. « Stars share reaction to James Gandolfini's death », Yahoo! News (consulté le 21 juin 2013)
  78. « James Gandolfini's death stirs reactions from stars », sur RGJ (consulté le 21 juin 2013)
  79. « Governor Christie orders flags at half-staff on Mon., June 24 to recognize James Gandolfini » [archive du ], sur northjersey.com (consulté le 21 juin 2013)
  80. « Ex-classmates want street named after Gandolfini » [archive du ], FIOS News 1 (consulté le 26 juin 2013)
  81. « Bruce Springsteen Dedicates 'Born to Run' to James Gandolfini Onstage », Rolling Stone, (consulté le 21 juin 2013)
  82. http://www.elle.fr/People/La-vie-des-people/News/Mort-de-James-Gandolfini-les-stars-sont-bouleversees-2463139
  83. http://www.toutelatele.com/james-gandolfini-hommages-de-ses-anciens-partenaires-a-l-ecran-et-d-hollywood-50421
  84. https://deadline.com/2013/06/brad-pitt-on-james-gandolfini-his-co-star-on-the-mexican-525699/
  85. « James Gandolfini's Body Returned to U.S. » [archive du ], People,
  86. United Press International, « Broadway to dim marquee lights for Gandolfini » (consulté le 25 juin 2013)
  87. http://www.lepoint.fr/culture/dernier-hommage-a-james-gandolfini-alias-tony-soprano-27-06-2013-1686617_3.php
  88. http://www.lefigaro.fr/culture/2013/06/28/03004-20130628ARTFIG00459-le-dernier-hommage-a-james-gandolfini.php
  89. a b c d e et f « Comédiens ayant doublé James Gandolfini en France », sur RS Doublage, .
  90. « Fiche du doublage français du « Mexicain » », sur VoxoFilm (consulté le 20 juin 2013).
  91. « Fiche doublage français du « Dernier Château » », sur VoxoFilm (consulté le 20 juin 2013).
  92. « Comédiens ayant doublés James Gandolfini au Québec », sur Doublage.qc.ca (consulté le 22 avril 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]