Jon Hamm

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jon Hamm
Description de cette image, également commentée ci-après
Jon Hamm en 2014.
Nom de naissance Jonathan Daniel Hamm
Naissance (50 ans)
Drapeau des États-Unis Saint-Louis (Missouri)
Nationalité Américain
Profession Acteur
Films notables The Town
Sucker Punch
Million Dollar Arm
Baby Driver
Séries notables Mad Men
A Young Doctor's Notebook
Black Mirror
Good Omens

Jon Hamm, de son vrai nom Jonathan Daniel Hamm, est un acteur américain né le à Saint-Louis.

Il est principalement connu pour son rôle de Don Draper dans la série Mad Men.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Jon Hamm est le fils de Dan Hamm, gèrant d'une entreprise de transports de camions, de Deborah Hamm, secrétaire de cette entreprise[1]. Ses parents divorcent lorsqu'il a deux ans[2], et il vit alors avec sa mère à Creve Coeur dans le Missouri. Il perd sa mère à l’âge de dix ans et part vivre à Clayton dans le Missouri[3], avec sa grand-mère et son père dont il déclarera plus tard s’être inspiré pour le rôle de Don Draper dans la série Mad Men[4]. En 1989, après ses études secondaires, il est admis à l'université du Texas qu'il quitte pour l'université du Missouri où il obtient son baccalauréat universitaire (licence) de littérature anglaise en 1993[3].

Il a exercé en qualité de professeur de théâtre pendant trois ans à la John Burroughs School (en)[5], son ancienne école dont il est sorti diplômé en 1989[6]. Il y a dispensé des cours, notamment à l'actrice Ellie Kemper[5],[7],[8] et à Beau Willimon[8], futur créateur de la série à succès House of Cards.

Carrière[modifier | modifier le code]

Télévision (2000-)[modifier | modifier le code]

Après une poignée de rôles dans des séries télévisées, durant près d'une dizaine d'années, John Hamm accède, en 2007, à une reconnaissance critique et commerciale internationale avec le rôle de Don Draper, dans la série dramatique Mad Men[9],[10],[11]. Sa performance lui vaut d'être nommé pour chacune des sept saisons de la série aux Emmy Awards, entre 2008 et 2015, ne remportant la récompense que lors de la dernière nomination, et de décrocher le Golden Globe du meilleur acteur dès la première année de la série.

À l'approche de la fin de la série[12],[13], il tente de se diversifier : d'abord en livrant des prestations plus tourmentées dans des fictions britanniques : en 2012 pour la série A Young doctor's Notebook[14] et en 2014, pour un épisode de la série d'anthologie Black Mirror: White Christmas.

Mais surtout en cassant son image d'homme séducteur et viril : d'abord en tenant des rôles récurrents entre 2009 et 2011 dans les séries satiriques 30 Rock et Childrens Hospital, puis en jouant les machos au cinéma dans la comédie Mes meilleures amies, sortie en 2011. Il multiplie parallèlement les apparitions et caméos décalés dans des comédies, sketchs et émissions comiques.

Cinéma (2010-)[modifier | modifier le code]

Il tente également de se construire une carrière cinématographique : en 2010, il joue ainsi dans le film indépendant Howl de Rob Epstein et Jeffrey Friedman[15], puis enchaîne deux productions plus commerciales : d'abord en apparaissant dans le blockbuster d'action L'Agence tous Risques, puis en tenant l'un des rôles principaux du polar The Town[16],[17], seconde réalisation de l'acteur Ben Affleck.

L'année d'après, il se contente d'un petit rôle dans le blockbuster fantastique Sucker Punch, et fait partie de la distribution chorale de la comédie dramatique Friends with Kids[18], écrite et réalisée par sa compagne Jennifer Westfeldt. Il faut attendre 2013 pour le voir endosser des rôles plus importants : il donne la réplique à Larry David dans le téléfilm Clear History[19], puis en 2014, il est enfin la tête d'affiche d'une production Disney, le biopic sportif Million Dollar Arm[20],[21]. Mais le long-métrage déçoit quelque peu la critique, et rembourse à peine son budget.

En 2015, alors que Mad Men se conclut après huit ans de diffusion, c'est dans des rôles secondaires comiques qu'il se distingue : d'abord en incarnant le révérend Richard Wayne dans la série Unbreakable Kimmy Schmidt, produite par Tina Fey et portée par Ellie Kemper[22],[23] ; puis en jouant les mystérieux tueurs dans la mini-série potache Wet Hot American Summer: First Day of Camp[24].

L'année suivante, il reviendra au cinéma pour la comédie d'espionnage Keeping Up with the Joneses de Greg Mottola, pour laquelle il sera entouré d'Isla Fisher et de Gal Gadot[25]. Et reviendra vers un registre dramatique en menant le thriller Opération Beyrouth, avec Rosamund Pike[26],[27], et ce sous la direction de Brad Anderson et sur un scénario de Tony Gilroy. En 2018, il sera présent au casting de Top Gun 2[28].

En 2019, il interprète l'ange Gabriel dans la série Good Omens, aux côtés de David Tennant et Michael Sheen[29].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il a été marié pendant 18 ans avec l'actrice Jennifer Westfeldt. Ils annoncent leur séparation à l'amiable peu après que Jon a suivi une cure de désintoxication contre l’alcool[30],[3].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Voix francophones[modifier | modifier le code]

En France, Constantin Pappas est la voix française régulière de Jon Hamm[37]. Depuis le milieu des années 2010, Bruno Choël, qui l'a doublé dans la série Mad Men, l'a doublée dans quasiment toutes ses apparitions à la télévision ainsi que dans les films Les Espions d'à côté et Absolutely Fabulous, le film[37] tandis que Jérémie Covillault l'a doublé à six reprises et uniquement dans des films dont Baby Driver, The Report et Le Cas Richard Jewell[37]. Il a également été doublé par Serge Biavan dans les séries What About Brian et Unbreakable Kimmy Schmidt ainsi qu'à titre exceptionnel par Patrick Delage dans la série Providence, David Krüger dans le film Mes meilleures amies et par Bruno Dubernat dans le filmFriends with Kids.

Au Québec, Patrick Chouinard est sa voix habituelle[38].

Version françaises
  • Constantin Pappas dans Charmed, L'Agence tous risques, The Town, Sucker Punch, Sale temps à l'hôtel El Royale, Good Omens, Lucy in the Sky[37]etc.
  • Bruno Choël dans Mad Men, Wet Hot American Summer: First Day of Camp, Black Mirror, Les Espions d'à côté, The Last Man on Earth, Legion[37]etc.
  • Jérémie Covillault dans Baby Driver, Opération Beyrouth, Tag : Une règle, zéro limite, The Report, Le Cas Richard Jewell[37]
Version québécoises
Note : La liste indique les titres québécois.
  • Patrick Chouinard dans Amis et Parents, Un lancer à un million de dollars, Baby le chauffeur, Beyrouth, Sale temps à l'hôtel El Royale, Le Cas Richard Jewell[38]etc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en-US) « Jon Hamm », sur Biography (consulté le ).
  2. (en) « Jon Hamm », Encyclopedia Britannica (consulté le ).
  3. a b et c (en-US) « Who is Jon Hamm? Everything You Need to Know », sur www.thefamouspeople.com (consulté le ).
  4. « Jon Hamm '89 », John Burroughs School, (consulté le ).
  5. a et b « Jon Hamm says he 'might still' go back to teaching instead of acting », Business Insider France, (consulté le ).
  6. « Jon Hamm '89 », John Burroughs School (consulté le ).
  7. « Secret Sharer », Town & Country Mag, (consulté le ).
  8. a et b « Jon Hamm on His 'Unbreakable Kimmy Schmidt' Villain and Former Eighth-Grade Student Ellie Kemper », The Daily Beast, (consulté le ).
  9. (en-US) Dave Itzkoff, « As ‘Mad Men’ Comes to an End, Jon Hamm Reflects on Don Draper », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le ).
  10. (en-US) Glenn Whipp, « When Jon Hamm became Matthew Weiner's 'Mad Men' pitchman », Los Angeles Times, (consulté le ).
  11. (en-US) Sarah Larson, « “Mad Men”: Another Day at the Office », The New Yorker (consulté le ).
  12. (en) Tara Brady, « Jon Hamm interview: Life after ‘Mad Men’ », The Irish Times (consulté le ).
  13. (en-US) « Jon Hamm talks about the perfect Sunday, impact of ‘Mad Men’ », Las Vegas Review-Journal, (consulté le ).
  14. (en-US) Mike Hale, « Into the Heart (and Other Assorted Body Parts) of Old Russia », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le ).
  15. (en) Jane Ganahl et ContributorAuthor, « Jon Hamm on the Set of Howl », sur HuffPost, (consulté le )
  16. (en) « Mad Men's Jon Hamm is the talk of The Town », sur the Guardian, (consulté le )
  17. (en-US) Roger Ebert, « The Town movie review & film summary (2010) | Roger Ebert », sur www.rogerebert.com (consulté le )
  18. (en-US) Jeannette Catsoulis, « Let’s Have a Baby and Look for Love Later », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  19. (en-US) Alessandra Stanley, « A Tale Told by a Loser, Chock-Full of Failure », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  20. (en) Variety Staff et Variety Staff, « Disney, Jon Hamm Play Ball at ‘Million Dollar Arm’ Premiere », sur Variety, (consulté le )
  21. (en-US) Stephen Holden, « Hapless Meal Tickets, Plucked From India », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  22. (en-US) Dave Trumbore, « 'Unbreakable Kimmy Schmidt' Netflix Special to Star Jon Hamm & Daniel Radcliffe », sur Collider, (consulté le )
  23. (en) Marlow Stern, « Ellie Kemper on the End of ‘Unbreakable Kimmy Schmidt’ and Reuniting With Former Teacher Jon Hamm », The Daily Beast,‎ (lire en ligne, consulté le )
  24. (en) « Jon Hamm Joins Netflix's Wet Hot American Summer: First Day At Camp », sur Empire, (consulté le )
  25. (en-US) Ben Kenigsberg, « Review: ‘Keeping Up With the Joneses’ Might Not Be Worth It », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  26. (en-GB) Wendy Ide, « The Negotiator review – John Hamm excels in Middle East spy thriller », The Observer,‎ (ISSN 0029-7712, lire en ligne, consulté le )
  27. (en-GB) Robbie Collin, « The Negotiator, review: Jon Hamm proves he's still not a movie star », The Telegraph,‎ (ISSN 0307-1235, lire en ligne, consulté le )
  28. « Top Gun 2 : Ed Harris et Jon Hamm au casting – CinéSéries », CinéSéries,‎ (lire en ligne, consulté le )
  29. (en-US) Joanna Robinson, « Good Omens: First Look at Jon Hamm as Angelic Asshole Gabriel », sur Vanity Fair (consulté le )
  30. (en) « Jon Hamm, Jennifer Westfeldt Break Up After 18 Years », sur People.com (consulté le ).
  31. (en-US) Glenn Kenny, « Review: ‘Marjorie Prime’ and Jon Hamm: Ceaselessly Into the Past », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  32. (en-US) Manohla Dargis, « Review: In ‘Beirut,’ a War-Torn Backdrop for American Spy Games », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  33. a et b (en) « Jon Hamm », sur www.goldenglobes.com (consulté le ).
  34. (en-US) « TCA Awards – Television Critics Association » (consulté le ).
  35. (en-US) « The Television Critics Association Announces 2015 TCA Awards Winners – Television Critics Association » (consulté le ).
  36. (en-US) « Outstanding Lead Actor In A Drama Series Nominees / Winners 2015 », sur Television Academy (consulté le ).
  37. a b c d e et f « Comédiens ayant doublé Jon Hamm en France » sur RS Doublage, consulté le 7 mai 2015.
  38. a et b « Comédiens ayant doublé Jon Hamm au Québec » sur Doublage.qc

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :