Barry Sonnenfeld

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sonnenfeld.
image illustrant un acteur image illustrant américain
image illustrant un réalisateur image illustrant américain
Cet article est une ébauche concernant un acteur américain et un réalisateur américain.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les conventions filmographiques.

Barry Sonnenfeld
Description de cette image, également commentée ci-après

Barry Sonnenfeld en 2012.

Naissance (63 ans)
New York
Drapeau des États-Unis États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Profession Réalisateur
Films notables La Famille Addams
Get Shorty
Trilogie Men in Black

Barry Sonnenfeld est un réalisateur, acteur, producteur et directeur de la photographie américain né le à New York (États-Unis).

Il est surtout connu pour avoir signé la mise en scène de la trilogie cinématographique à succès Men in Black, avec Will Smith et Tommy Lee Jones dans les rôles-titre.

Carrière[modifier | modifier le code]

Années 1990 : révélation et succès[modifier | modifier le code]

Il est révélé en 1991 avec le succès de l'adaptation cinématographique de la série télévisée éponyme, La Famille Addams, le lance à Hollywood. Il enchaîne en 1993 avec la suite Les Valeurs de la famille Addams, qui parvient à dépasser son prédécesseur en termes d'accueil critique, qui salue son humour plus noir, mais c'est à l'international que le film fonctionne cette fois davantage.

Il enchaîne rapidement avec la comédie romantique Le Concierge du Bradbury, portée par la star Michael J. Fox, et sur laquelle il officie aussi en tant que producteur mais c'est cette fois le flop. Il revient donc en 1995 vers un humour plus élaboré et un récit plus ambitieux avec le polar Get Shorty, Stars et Truands. Cette fois, le succès critique est énorme, et le box-office satisfaisant.

Les studios Sony lui font donc confiance avec le blockbuster Men in Black, porté par la alors jeune star Will Smith. Adaptation d'une série de comics du même nom, centrée sur une agence gouvernementale top-secrète veillant à la coexistence pacifique entre humains et extra-terrestres sur la planète Terre, cette comédie de science-fiction est portée par le tandem Smith/Jones, et connait un succès critique et commercial mondial durant l'été 1997. L'univers légèrement gothique du film, et ses codes esthétiques entrent dans la pop-culture, et Will Smith s'impose comme une méga-star du cinéma, et de la musique, grâce au tube qu'il interprète.

Après avoir produit un autre succès critique, le polar Hors d'atteinte, première tentative purement hollywoodienne du cinéaste indépendant Steven Soderbergh, avec George Clooney et Jennifer Lopez, il enchaîne avec un nouveau projet, très attendu, Wild Wild West. Will Smith décline le premier rôle de Matrix pour retrouver Sonnenfeld et tenter de reproduire leur hit précédent. Cette fois c'est avec Kevin Kline que Smith forme un tandem d'enquêteurs classieux et malins, plongé dans un univers délirant très librement adapté cette fois d'une série télévisée des années 1970.

Cette fois, c'est le flop critique et commercial. Seul le tube de la bande originale, signé Will Smith, parvient à s'imposer comme un succès. Le tandem décide donc d'enchaîner avec un projet plus sûr, Men in Black 2.

Années 2000 : échecs et passage à la production[modifier | modifier le code]

Le réalisateur au Festival du Film de TribeCa, en avril 2007

Plus axée comédie, cette suite sorti en 2002 ne convainc pas la critique, mais confirme la popularité de la franchise en connaissant un joli succès en salles, même si inférieur au premier.

La même année, Sonnenfeld essaye de revenir vers un cinéma plus adulte avec la comédie Big trouble, plus proche du ton de son Get Shorty. Mais cette fois, ni le public, ni la critique ne le suit.

Le réalisateur se fait alors rare, alors que Smith se fait désormais diriger par des cinéastes dans des projets plus réalistes.

Il ne revient qu'en 2006 avec la comédie potache Camping Car, avec Robin Williams, néanmoins un échec. Il peut cependant compter sur la télévision pour connaître un ponctuel regain critique : l'épisode pilote de la série Pushing Daisies, qu'il produit et réalise, est salué par la critique, et lui vaut un Emmy Award en 2007. Il tourne alors de nombreux épisodes pilotes qui n'aboutiront cependant pas.

Il faut attendre 2012 pour le voir revenir au cinéma. Il parvient en effet à obtenir le poste de réalisateur de Men in Black 3, malgré sa longue période inactivité à un tel poste. Le blockbuster, qui est aussi son 10ème long-métrage, malgré de sérieux problèmes de script, parvient à connaître à conclure la trilogie lancée 14 ans plus tôt, avec le meilleur box-office de la franchise, et des critiques supérieures à celles du second opus.

En 2016, c'est le studio français Europacorp qui lui confie la réalisation de la comédie familiale Nine Lives, avec Kevin Spacey dans le rôle d'un homme d'affaires puissant prisonnier dans le corps d'un chat.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Producteur[modifier | modifier le code]

Producteur délégué[modifier | modifier le code]

Directeur de la photographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]