Atelier de recherche et de conservation Nucléart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
ARC-Nucléart
Histoire
Fondation
1967
Cadre
Domaine d'activité
Archéologie
Siège social
Coordonnées
Organisation
Affiliation
Localisation sur la carte de Grenoble
voir sur la carte de Grenoble
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

L'atelier de recherche et de conservation Nucléart ou ARC-Nucléart est un groupement d’intérêt public situé sur le polygone scientifique à Grenoble. La mission de ce laboratoire est d'assurer la conservation et la restauration des objets en matériaux organiques (bois, cuir, fibres) par exposition au rayonnement gamma, ainsi que de développer de nouvelles méthodes de traitements pour les matériaux dégradés.

Historique[modifier | modifier le code]

Ce laboratoire d'une surface de 3 000 m2 est créé en 1967 dans le cadre du programme Nucléart du centre d'études nucléaires de Grenoble afin d'améliorer les propriétés du bois. Cette technique est immédiatement adaptée au domaine patrimonial afin de conserver et de restaurer les biens culturels ou vestiges archéologiques constitués de matériaux organiques ou poreux.

Constitué de chimistes, physiciens, techniciens, restaurateurs et d'un conservateur, l'atelier réalise son premier grand travail médiatique en rénovant en 1970 les parquets de l'hôtel de Lesdiguières à Grenoble. Vieux de plus d'un siècle, le bois de ces parquets est imprégné d’une résine styrène-polyester puis soumis au rayonnement gamma émis par des sources de l'isotope Cobalt 60 afin de polymériser la résine au cœur du bois[1].

Courant 1977, grâce à sa méthode de désinfection par exposition au rayonnement gamma, le laboratoire désinfecte des fragments de la momie de Ramsès II lors de sa visite en France[2]. La momie du souverain étant arrivée en France le 26 septembre 1976 pour une exposition, l'irradiation globale de la momie attaquée par différents parasites se déroulant au CEA de Saclay le 6 mai 1977.

En 1989, le programme Nucléart devient l'atelier régional de conservation Nucléart dont le statut évoluera en 1997 en groupement d’intérêt public[3].

En juillet 2010, le laboratoire reçoit en provenance de Russie, Khroma, le plus vieux bébé mammouth congelé, afin de le débarrasser de toute bactérie avant son exposition durant quelques mois au Puy-en-Velay[4]. Khroma est exposé durant une cinquantaine d'heures à un rayonnement gamma de 20 000 grays, soit environ 5 000 fois la dose létale pour l'homme[5].

En 2012, le conseil général des Bouches-du-Rhône a retenu ce laboratoire pour restaurer un chaland romain de 31 mètres datant du Ier siècle (Arles-Rhône 3), découvert dans les profondeurs du Rhône. Ce chaland, la plus imposante embarcation jamais présentée dans un musée, a été restauré grâce aux techniques nucléaires de conservation du patrimoine, et a rejoint le 4 octobre 2013 un ensemble de pièces exposées au musée de l'Arles antique[6].

En juin 2017, l'atelier de conservation reçoit pour une période d'un an et demi une pirogue longue de sept mètres construite à l'époque carolingienne et découverte par 32 mètres de fond dans le lac du Bourget. La pirogue sera par la suite exposée au musée savoisien de Chambéry[7].

Chaque année, le laboratoire organise des expositions à travers la France liées aux objets rénovés[8]. Les journées du patrimoine sont également l'occasion d'accueillir le public[9]. En 2018, alors que sa dénomination devient Atelier de recherche et de conservation Nucléart, il signe un protocole d'accord avec l’Institut coréen de recherche sur l’énergie atomique[10].

Statuts[modifier | modifier le code]

Depuis 1997, le laboratoire a le statut de Groupement d’intérêt public culturel (GIPC) par une convention qui lie les partenaires suivants :

L'association ProNucléart existe depuis le et son but est de soutenir l'action du laboratoire.

Accès[modifier | modifier le code]

Le centre de recherche est desservi par la ligne B du tramway de Grenoble.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sauvé des eaux, Le patrimoine archéologique en bois, Histoires de fouilles et de restauration, Éditeur ARC-Nucléart, 1997, (ISBN 978-2-9529035-0-9)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]