Centrale nucléaire de Paluel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Centrale nucléaire de Paluel
Image illustrative de l'article Centrale nucléaire de Paluel
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Commune Paluel
Coordonnées 49° 51′ 28″ Nord, 0° 38′ 07″ Est
Opérateur Électricité de France
Année de construction 1977
Date de mise en service
Direction Brice Farineau
Réacteurs
Fournisseurs Framatome, Alstom
Type REP
Réacteurs actifs 4 x 1 300 MW
Puissance nominale 5 200 MW
Production d’électricité
Production annuelle d'électricité 38 TWh (année 2011)
Production moyenne 33,714 TWh (5 dernières années)
Production totale 890 TWh (à fin 2012)
Divers
Source froide Manche
Site web EDF : Paluel

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Centrale nucléaire de Paluel

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

(Voir situation sur carte : Seine-Maritime)
Centrale nucléaire de Paluel

La centrale nucléaire de Paluel est située sur la commune de Paluel (Seine-Maritime), à 40 km de Dieppe, 65 km de Rouen et 70 km du Havre, sur la côte de la Manche en Normandie.

La centrale dispose d'un centre d'information du public qui a accueilli 6 000 visiteurs en 2012. Des visites des installations industrielles sont possibles sous certaines conditions, dans le cadre du plan Vigipirate.

Présentation[modifier | modifier le code]

Elle a été construite et est exploitée par EDF[1]. La centrale, qui utilise l'eau de mer (Manche) pour son système de refroidissement, dispose de quatre réacteurs nucléaires de 1 300 MW chacun. Le chantier des réacteurs de la centrale a débuté en 1977 et s'est terminé en 1986[2].

1 515 salariés d'EDF travaillent à la centrale de Paluel, ainsi que 300 salariés d'entreprises prestataires[3].

La centrale à proximité

Caractéristiques des réacteurs[modifier | modifier le code]

Les 4 réacteurs de Paluel ont été construits par Framatome de 1977 à 1986. Ils font partie du palier P4, comme les 2 premiers réacteurs de la centrale nucléaire de Flamanville et les deux réacteurs de la centrale nucléaire de Saint-Alban. Depuis leur mise en service, ils sont exploités par EDF. Les caractéristiques des réacteurs sont les suivantes[4].

Nom du réacteur Palier Puissance [MW] Début constr. Raccord. au réseau Mise en service comm. 1re visite décennale 2nde visite décennale 3e visite décennale
Thermique brute Nette
Paluel-1 P4 3 817 MWt 1 382 MWe 1 330 MWe  août 1977 juin 1984 déc 1985 1996 2006
Paluel-2 P4 3 817 MWt 1 382 MWe 1 330 MWe jan 1978 sept 1984 déc 1985 1995 2005 2015[5]
Paluel-3 P4 3 817 MWt 1 382 MWe 1 330 MWe  fév 1979 sept 1985 fév 1986 1997 2007
Paluel-4 P4 3 817 MWtt 1 382 MWe 1 330 MWe  fév 1980 avril 1986 juin 1986 1998 2008

Incidents[modifier | modifier le code]

La tempête en Manche du a provoqué une arrivée massive d'algues dans les tambours filtrants de la station de pompage du circuit de refroidissement. Tous les réacteurs de la centrale ont alors été arrêtés. L’incident a été classé au niveau 1 (anomalie) de l’échelle internationale des événements nucléaires (INES). Ces algues ont fait perdre 6 % de production à la centrale de Paluel en 2004. Le phénomène de prolifération des algues serait lié, au moins partiellement, aux nitrates d'origine agricole qui se retrouvent entraînés en mer par les eaux de ruissellement.

Entre le 30 et le 31 décembre 2005, en raison de la formation de glace sur les transformateurs électriques, les quatre réacteurs de la centrale nucléaire de Paluel ont été coupés du réseau de transport d'électricité. Les opérations d'ilôtage ont donc été lancées et ont réussi pour les réacteurs no 1, 3 et 4. En revanche, pour le réacteur no 2, une défaillance matérielle au niveau de l'automatisme de contrôle de la vitesse de la turbine a conduit à un arrêt automatique du réacteur. Le réacteur no 2, n'étant alimenté en électricité ni par le réseau de transport ni par son alternateur, les générateurs électrogènes de secours ont démarré afin de maintenir une alimentation électrique de sauvegarde jusqu'au rétablissement de l'alimentation par le réseau de transport. [1]

En septembre 2009, un réacteur de la centrale nucléaire EDF de Paluel a été arrêté après un départ de feu sur une excitatrice d'un alternateur. Le feu a été maîtrisé après l'intervention d'une cinquantaine de pompiers[6].

Des fuites à répétition auraient été repérées en juin 2011, ainsi que des rejets de gaz radioactif et des contaminations de travailleurs[7]. Le CHSCT s'en est saisi, et a engagé toutes les procédures nécessaires. Le syndicat CGT a accusé la direction de la centrale d'avoir fait pression sur les salariés pour poursuivre la production [8]. L'exploitant EDF a alors annoncé qu'un incident avait eu lieu en avril sur le réacteur Paluel-3 lors d'une opération de changement du combustible, mais qu'il n'y avait eu aucune fuite hors de la centrale. L'incident a été classé de niveau 0 (écart) sur l'échelle INES[9].

Le 11 avril 2016, EDF déclare à l’ASN un événement significatif relatif à la détection tardive de l’arrêt du système de ventilation de l’enceinte du bâtiment réacteur pendant les opérations de rechargement des assemblages combustibles de la cuve du réacteur No 4[10],[11].

3e visite décennale[modifier | modifier le code]

La 3e visite décennale (VD3) du réacteur no 2 débute fin mai 2015 et est initialement prévue pour durer jusque début février 2016[12].

Dans la soirée du 2 juillet 2015, alors que le réacteur no 2 est à l'arrêt pour sa VD3 (visité décennale de 30 ans, un incendie s'est déclaré sur le condenseur dans la salle des machines. 71 pompiers ont mis plus de 6 heures et 1 200 m3 d'eau (récupérés et analysés avant rejet), pour maîtriser l'incendie[13] confiné à l'intérieur du condenseur. Cet incendie est un feu métal qui a pour origine des travaux de découpe des tubes en titane du condenseur.

Le 31 mars 2016, un accident se produit alors que le troisième générateur de vapeur usé est en train d'être sorti du réacteur no 2 (qui en compte 4), toujours dans le cadre de la VD3. D'un poids de plus de 400 tonnes, il bascule pendant sa manutention et s'abat de toute sa hauteur (27 mètres) sur le plancher du bâtiment réacteur ainsi que sur le platelage de protection de la piscine du bâtiment et occasionne des dégâts matériels. Un employé est légèrement blessé au thorax[14]. L'Autorité de Sûreté Nucléaire est dépêchée immédiatement[15]. Dans un courrier du 7 avril 2016, les inspecteurs de l'ASN interrogent EDF sur la conformité des appareils de levage, notamment celle du palonnier utilisé lors des travaux [16]. Le 3 mai 2016, le directeur de la centrale indique que le réacteur no 2 ne sera pas redémarré avant mars 2017[17],[18].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. EDF, « Paluel » (consulté le 21 mai 2009)
  2. ASN, « Centrale nucléaire de Paluel » (consulté le 13 janvier 2010)
  3. http://haute-normandie.france3.fr/2013/06/12/la-centrale-nucleaire-de-paluel-recrute-268877.html
  4. (en) « IAEA - Power Reactor Information System », sur www.iaea.org/ (consulté le 3 avril 2015)
  5. « Gros lifting pour le deuxième réacteur de la centrale nucléaire de Paluel », sur http://www.paris-normandie.fr/,‎ (consulté le 3 juillet 2015)
  6. Incendie à la centrale nucléaire de Paluel, AFP, 25 septembre 2009
  7. Nucléaire: incidents en série à la centrale de Paluel, Médiapart, 22 juin 2011
  8. Centrale de Paluel: EDF sur les traces de Tepco ?, Cgt-dieppe, 16 juin 2011
  9. EDF : incident mineur sur le réacteur Paluel-3 ; pas de fuite, zonebourse, 22 juin 2011
  10. (fr) « Y a-t-il un "problème de radioactivité" dans la centrale nucléaire de Paluel ? », sur Sciences et avenir (consulté le 10 mai 2016)
  11. « Détection tardive de l’arrêt du système de ventilation du bâtiment réacteur pendant les opérations de rechargement en combustible du réacteur n° 4 », sur ASN.fr (consulté le 10 mai 2016)
  12. http://www.paris-normandie.fr/detail_communes/articles/3279173/gros-lifting-pour-paluel-2#
  13. « Seine-Maritime: un incendie touche la centrale nucléaire de Paluel », sur http://www.bfmtv.com,‎ (consulté le 3 juillet 2015)
  14. http://www.leparisien.fr/faits-divers/seine-maritime-soudain-la-chaudiere-de-la-centrale-nucleaire-bascule-02-04-2016-5681203.php
  15. La-Croix.com, « EDF reconnaît un « accident de manutention » à la centrale nucléaire de Paluel », sur La Croix (consulté le 10 mai 2016)
  16. « Prise en compte de la chute en cours de manutention d'un générateur de vapeur dans le bâtiment du réacteur 2 », sur ASN.fr,‎ 07/2016/ (consulté le 10 mai 2016)
  17. « Centrale de Paluel: le réacteur n°2 arrêté jusqu'en mars 2017 », sur Connaissance des Énergies (consulté le 10 mai 2016)
  18. (fr) « Centrale nucléaire de Paluel : le réacteur n°2 "ne redémarrera pas avant mars 2017" », sur Sciences et avenir (consulté le 10 mai 2016)