Usine du Bouchet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Usine du Bouchet
Fonctionnement
Opérateur
Date d'ouverture
1946
Date de fermeture
1971
Production
Produits
uranium et plutonium
Localisation
Situation
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Factory.svg

L'usine du Bouchet est la première usine française de traitement de minerai d'uranium, de raffinage et conversion de l’uranium, ainsi que de traitement du combustible nucléaire usé, exploitée de 1946 à 1971[1].

Le site est installé dans une enclave, à l’origine de 6 ha, de la poudrerie du Bouchet, située à Vert-le-Petit dans le département de l'Essonne, à une quarantaine de kilomètres au sud de Paris[2].

Historique[modifier | modifier le code]

1948 : Production du combustible pour la pile atomique Zoé[modifier | modifier le code]

En 1948, le Commissariat à l'énergie atomique (CEA) décide de produire au Bouchet le combustible nucléaire de la pile Zoé, puis de l'uranium métal sous forme de lingots. Les premières fabrications utilisent des stocks de sels d'uranium rassemblés par Frédéric Joliot-Curie à la veille de la Seconde Guerre mondiale et cachés au Maroc pendant l'occupation allemande. En 1948, 8 tonnes d’oxyde d’uranium et 9 tonnes d’uranate de soude d’origine belge ont été épurées pour produire le combustible oxyde d'uranium de la pile Zoé[1].

1949 : Extraction du plutonium du combustible usé de Zoé[modifier | modifier le code]

L'usine retraite également le combustible irradié de la pile Zoé et permet en l'extraction des premiers milligrammes de plutonium, étape essentielle pour la fabrication de la bombe atomique française. Les responsables de cette séparation sont Bertrand Goldschmidt et ses collaborateurs, Pierre Regnaut, Jean Sauteron et André Chesne[3].

Fort de cette première expérience de traitement des combustibles usés, le CEA met en service en 1954 au Fort de Châtillon un petit pilote industriel utilisant le procédé PUREX, puis lance en 1958 la première usine de production de plutonium (UP1) de Marcoule, pour extraire le plutonium des réacteurs G1, G2 et G3[4].

Années 1950 : Production du combustible pour tous les réacteurs français[modifier | modifier le code]

L'usine du Bouchet produit sa première tonne d'uranium métal en 1949. L'usine emploie alors une centaine de personnes, pour la plupart des novices[évasif]. Jusqu'en 1959, l'usine assure la production du combustible nécessaire aux piles du Fort de Châtillon (pile Zoé, réacteurs réacteur Minerve, Triton et Néréide), Saclay (EL2, Aquilon, EL3 et Proserpine) et Marcoule (G1, G2 et G3)[5].

Dans les années 1950, la production d'uranium métal augmente progressivement. 51 tonnes d'uranium métal sont livrées à l’usine du Bouchet du début de l’année à la fin septembre 1952[6]. Le maximum annuel de 500 tonnes est atteint en 1956, année pendant laquelle est construit à quelques kilomètres le site du CEA de Bruyères-le-Châtel pour concevoir l'arme atomique française. Cette même année, le CEA prend la décision de construire une usine à Malvési pour le raffinage de l'uranium, avec une production limitée dans un premier temps à 1 000 tonnes par an[7].

En 1955, la Société alsacienne de constructions mécaniques (SACM) démarre la fabrication de combustible nucléaire sur un site industriel d'Annecy qui deviendra la Société industrielle du combustible nucléaire (SICN)[8]. En 1957 est créée la Compagnie pour l'étude et la réalisation de combustibles atomiques (Cerca) pour la fabrication à Romans et Pierrelatte du combustible utilisé dans les réacteurs de recherche.

Années 1960 : Expérimentation de nouveaux procédés[modifier | modifier le code]

Après la mise en service de l'usine de Malvési en 1959, l'usine du Bouchet reste une usine pilote en ce qui concerne le développement de nouveaux procédés chimiques de traitement de l'uranium. Le Bouchet produit plus de 4 000 tonnes d'uranium métal, notamment pour les réacteurs de recherche et les réacteurs à uranium naturel graphite gaz. En 1961, l’usine du Bouchet, devenue le centre du Bouchet, est dirigée par Jacques Mabile. L'usine fabrique également du tétrafluorure d'uranium pour la conversion en hexafluorure d'uranium et enrichissement à l'usine militaire de Pierrelatte[7].

Le 14 novembre 1969, l'administrateur général du CEA annonce la décision de la fermeture de l'usine du Bouchet, arguant que les besoins en uranium métallique ont considérablement diminué, ainsi que des considérations liées aux facilités de reclassement plus grandes dans la région parisienne[9]

Le 17 novembre 1969, 5 syndicats organisent une grève de protestation contre les licenciements au CEA, 370 emplois sont alors menacés à l'usine du Bouchet[10].

1971 : Fermeture du centre du Bouchet[modifier | modifier le code]

En 1971, le centre du Bouchet est définitivement fermé et le raffinage de l'uranium est désormais assuré en France par la société Comurhex à l'usine de Malvési (Narbonne, Aude). De 1971 à 1979, le centre du Bouchet fait l'objet d'un démantèlement nucléaire conduit par le Centre d'étude nucléaire de Saclay.

L'annexe du site du Bouchet, situé à proximité à Itteville dans une ancienne décharge, est utilisée par le CEA entre 1948 et 1971 comme bassin de décantation et aire de stockage[1],[11].

Se conformant à un arrêté préfectoral, le CEA recouvre le site en 1993 d'argile compactée, de gravier et de terre arable[12].

Le centre CEA de Saclay et l’association « Essonne Nature Environnement » (ENE) conviennent de surveiller l’air, le sol et l'eau sur le site du Bouchet[13].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Mary Byrd Davis, La France nucléaire : matières et sites, Yggdrasil Institute, , 2e éd., 253 p. (ISBN 978-2-95113331-0)
  2. Mathias Goldstein, « Historique du Bouchet, berceau du nucléaire », sur le site Infonucléaire
  3. « le plutonium, fiche 21 », sur le site de l'association des retraités du Commissariat à l'énergie atomique.
  4. Michel Bourgeois, Retraitement du combustible - principales opérations, Techniques de l'ingénieur (lire en ligne).
  5. Jean Ginier, L'énergie nucléaire en France, vol. 29, L'information géographique (no 1), , p. 9-20.
  6. Jacques Blanc, Les mines d’uranium et leurs mineurs français : une belle aventure, Les Annales des Mines, coll. « Réalités industrielles », (lire en ligne)
  7. a et b [PDF]H. Huet, « Plaquette de présentation du centre du Bouchet », sur le site InfoNuclémaire.
  8. Pierre Péan, Les Deux bombes : Ou comment la guerre du Golfe a commencé le 18 novembre 1975, Fayard, (ISBN 2213027447).
  9. L'administration générale : des mesures spéciales de conversion sont étudiées - Le Monde, 14 novembre 1969
  10. Une greve de protestation contre les licenciements au C.E.A. aura lieu le 17 novembre - Le Monde, 14 novembre 1969
  11. Sezin Topçu, La France nucléaire : L'art de gouverner une technologie contestée, Seuil, (ISBN 2021052702).
  12. Mathias Goldstein, « Revue de presse sur Le Bouchet en 1990 », sur le site Infonucléaire.
  13. « À propos du Bouchet », sur le site de la Gazette nucléaire (n°161/162), .

Liens internes[modifier | modifier le code]