Jean Teillac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean Teillac
Naissance
Marcillac-la-Croisille (France)
Décès
Paris (France)
Nationalité Flag of France.svg Française
Domaines Physique
Institutions Institut Curie, CNRS, CEA, JET, CERN, ASN

Jean Teillac, né le à Marcillac-la-Croisille et mort le à Paris, est un physicien français.

Carrière[modifier | modifier le code]

Chercheur à l'Institut du Radium, il passe sa thèse de doctorat en physique nucléaire sous la direction d'Irène Joliot-Curie.

Successeur de Frédéric Joliot-Curie, il dirige de 1958 à 1976 la section Physique-Chimie de l'Institut Curie[1] et devient professeur à la faculté des sciences de Paris. Il est parallèlement directeur de l'Institut du radium dès 1959, ainsi que de l'Institut de physique nucléaire d'Orsay de 1959 à 1970. En 1970, l’Institut du radium et la Fondation Curie ont fusionné pour donner naissance à l’Institut Curie.

Il fonde en 1971 l'Institut national de physique nucléaire et de physique des particules du CNRS, qu'il dirige jusqu'en 1975. Il devient alors haut-commissaire à l'énergie atomique, CEA, de 1975 à 1993.

Jean Teillac a également été président du Joint European Torus de 1976 à 1985, représentant de la France au Conseil européen de recherches nucléaires (CERN) de 1978 à 1983 et vice-président du Conseil supérieur de la sûreté et de l'information nucléaire (CSSIN) de l'Autorité de sûreté nucléaire, ce conseil étant remplacé en 2008 par le Haut comité pour la transparence et l'information sur la sécurité nucléaire.

Il est le père de la physicienne Catherine Bréchignac.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]