Laboratoire d'innovation pour les technologies des énergies nouvelles et les nanomatériaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
LITEN
Image illustrative de l'article Laboratoire d'innovation pour les technologies des énergies nouvelles et les nanomatériaux

Siège Grenoble
Pays Drapeau de la France France
Coordonnées 45° 12′ 07″ nord, 5° 42′ 04″ est
Rattachement CEA Grenoble
Directeur Florence Lambert
Site web http://www.liten.fr/fr

Géolocalisation sur la carte : Grenoble

(Voir situation sur carte : Grenoble)
LITEN

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
LITEN

Le Laboratoire d’innovation pour les technologies des énergies nouvelles et les nanomatériaux (LITEN) est un institut de recherche consacré aux nouvelles technologies de l’énergie, basé principalement sur le polygone scientifique de Grenoble, ainsi que sur le technopôle Savoie Technolac par le biais de l'Institut national de l'énergie solaire au Bourget-du-Lac.

Établissement public à caractère industriel et commercial créé en 2005 à l'initiative du directeur délégué aux énergies renouvelables du CEA, Jean Therme[1], et composé d'un effectif d'environ 1 300 personnes[2], il dispose d’experts techniques implantés dans les plates-formes régionales de transfert technologique du CEA-Tech d'Aquitaine, de Lorraine, de Midi-Pyrénées, des Pays de la Loire, de Provence-Alpes-Côte d’Azur, ainsi que de plates-formes expérimentales au centre de Cadarache et en Corse.

Domaines d'activité[modifier | modifier le code]

Le LITEN améliore les systèmes de production d'hydrogène par électrolyse à haute température[3], et d'une manière générale toutes les autres productions d'énergie renouvelable comme l'énergie solaire photovoltaïque, l'énergie solaire thermique, les biocarburants ou la biomasse. Il est l’unique centre de recherche européen à être présent sur toute la chaîne de valeur, de la molécule à l'usine de production d'énergie[4]. En étant l'un des principaux acteurs du pôle de compétitivité national Tenerrdis, le laboratoire possède ses salles blanches et conduit des recherches dans le domaine des sources d'énergie miniaturisées. Il a également accès aux installations proches comme celles de Minatec ou du LETI.

Missions et applications[modifier | modifier le code]

La mission première du LITEN est de diversifier les ressources énergétiques en France, en améliorant et en développant les énergies renouvelables notamment pour les besoins en énergie des transports, de l'habitat mais également dans l'amélioration de la compétitivité des entreprises. Le LITEN en menant chaque année 400 contrats de recherche partenariale dans des secteurs tels que l'aéronautique, l'information ou l'énergie, mais également en déposant 230 brevets au cours de l'année 2014 est l'un des laboratoires du CEA les plus prolifiques en termes de dépôt de brevets, gérant un portefeuille sur le plan international de 1 162 brevets en 2014[5].

Partenariat et collaboration[modifier | modifier le code]

Le LITEN signe régulièrement des accords de coopération avec des entreprises ou des institutions liées au secteur de l'énergie. Un accord de coopération entre le LITEN et l'institut de recherche allemand Fraunhofer ISE a permis de mettre en place un laboratoire commun afin de développer de nouveaux produits photovoltaïques performants à moindre coût et doter ainsi l’industrie européenne d’un avantage compétitif[6]. En 2009, le LITEN a signé un partenariat avec le groupe Swiss Solar System en vue de la mise au point de modules photovoltaïques intégrant des cellules solaires à hétérojonction[7]. En 2010, le LITEN a signé un contrat avec la société McPhy Energy afin de trouver une solution de stockage de l'hydrogène sous forme solide à l'échelle industrielle[8],[9]. De même, un accord de collaboration d'une durée de trois ans a été signé en 2012 avec la société Axiosun, filiale du groupe Sunpartner, afin de développer la deuxième génération de centrale solaire photovoltaïque à basse concentration[10]. En 2013, le LITEN crée un laboratoire commun avec la société Atmostat, dans le but de développer une unité de méthanation[11] consacrée aux applications de Power to Gas[12]. En 2015, le LITEN signe un accord avec la société Prodways afin d'améliorer la recherche sur l’impression 3D et notamment la nano-structuration des matériaux pour en améliorer leurs propriétés[13],[14]. Dans cette perspective, le CEA-LITEN se dote d’une plate-forme entièrement consacrée à l’impression 3D, ainsi que d’une plate-forme de recherche et développement composée d’une chaîne complète d’équipements industriels pour mener l’ensemble du processus de réalisation de ces matériaux à partir de poudres métalliques, céramiques ou magnétiques.

Créations d’entreprises[modifier | modifier le code]

Le LITEN est aussi à l'origine de plusieurs startups comme ISORG développant des interfaces avec reconnaissance gestuelle en 3D[15],[16].

Médiatisation[modifier | modifier le code]

En 2010, le LITEN a mis au point une pile à combustible pour un voilier de 12 mètres de long, dont le moteur auxiliaire, indispensable à toutes les manœuvres de port, est sans rejet de gaz carbonique[17],[18]. En 2011, le laboratoire bat le record du monde de distance pour une propulsion électrique en équipant un véhicule de batteries lithium ion à base de phosphate de fer qui parcourt 1 280 kilomètres en 24 heures autour de Grenoble[19].

Sa présence sur le polygone scientifique a favorisé en juin 2015 la mise en service de 21 véhicules électriques fonctionnant avec de l'hydrogène, alimentés par trois stations de recharge d’hydrogène dans la métropole grenobloise dont deux sur la presqu'île (CEA et société Symbio FCell) et une sur le campus d'Air liquide à Sassenage[20],[21]. Le LITEN est régulièrement représenté au salon PCIM Europe (Power conversion and intelligent motion)[22] qui se tient chaque année à Nuremberg en Allemagne[23].

En juillet 2015, les chercheurs du LITEN ont présenté la batterie lithium-soufre comme celle du futur[24],[25]. En octobre 2015, une équipe du LITEN a démontré qu'il était possible de produire des aimants aux performances comparables à ceux du commerce, en utilisant jusqu’à 30 % de matière recyclée issue d'une fusion[26].

Face à l'électrification croissante des satellites et des lanceurs, le LITEN espère fournir en 2020 au lanceur Ariane 6 des cellules de batteries lithium. Le laboratoire ayant déjà développé deux prototypes, l'un constitué de batteries rechargeables avec un accumulateur, et l'autre constitué d'une pile non rechargeable[27].

En 2017, le navire à hydrogène Energy Observer, équipé par le LITEN et l'INES doit se lancer dans un tour du monde comportant cent-une escales durant les six années de son périple[28]. Le voyage permettra de partir à la rencontre de ceux qui œuvrent pour la transition énergétique et le développement durable.

Accès[modifier | modifier le code]

Le site de Grenoble est desservi par la ligne B du tramway.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. actu-environnement.com du 15 janvier 2010, Jean Therme est nommé Directeur délégué aux énergies renouvelables du CEA.
  2. « Une nouvelle énergie au CEA », sur usinenouvelle.com,
  3. « Hydrogène, un rendement de 90 % sur un système d'électrolyse du CEA », sur techno-science.net,
  4. Rapport d'activité 2013 du LITEN, p. 4. [PDF]
  5. Rapport d'activité 2014 du LITEN, p. 4. [PDF]
  6. lessor.fr du 31 juillet 2015, Le CEA et Fraunhofer ISE s'associent.
  7. enerzine du 3 novembre 2009, Exploiter le potentiel des cellules à hétérojonction.
  8. « La solution de stockage d'hydrogène sous forme solide », sur enerzine.com, .
  9. « Stockage d’hydrogène : McPhy Energy livre son premier réservoir d’1 Kg », sur usinenouvelle.com, .
  10. enerzine.com du 12 avril 2012, Axiosun et le LITEN signent un accord de collaboration.
  11. AFP, « GRTgaz va développer sur le Port de Marseille un projet de stockage d'électricité sous forme de gaz », Le Parisien,‎ (ISSN 0767-3558, lire en ligne)
  12. « Une alternative aux batteries basée sur l'hydrogène et le captage de CO2 », sur lesechos.fr,
  13. Prodways signe un accord de recherche sur l’impression 3D avec le CEA-Liten, sur zesmallfactory.com
  14. (en) Prodways and CEA-Liten: Serving Industry with 3D Printing and Materials R&D Partnership, sur 3dprint.com, 3 octobre 2014
  15. (en) Printed Electronics Interface with Contactless 3D Gesture Recognition, sur printedelectronicsworld.com, 29 septembre 2015
  16. Startups, sur liten.cea.fr
  17. enerzine.com du 8 mars 2010, Zéro CO2 : 1er bateau au monde alimenté par hydrogène.
  18. ujf-grenoble.fr du 22 septembre 2010, La pile à combustible développée par le CEA-Liten actuellement en test à Grenoble.
  19. maxisciences.com du 7 décembre 2011, Record : une voiture électrique parcourt 1.280 kilomètres en 24 heures.
  20. airliquideadvancedtechnologies.com du 10 juin 2015, Air liquide installe une nouvelle station de recharge d’hydrogène en France.
  21. lessor.fr du 16 juin 2015, Véhicules à hydrogène : la plus grande flotte européenne à Grenoble.
  22. Salon PCIM. (en)
  23. filiere-3e.fr du 6 octobre 2015, Électronique de puissance : la croissance est portée par l’innovation et les nouvelles applications.
  24. cea-tech.fr du 29 juillet 2015, Le Liten développe les batteries du futur.
  25. humanoides.fr du 21 août 2015, Le LITEN a développé les batteries du futur.
  26. industrie-techno.com du 14 octobre 2015, Des aimants permanents de qualité en partie recyclés.
  27. acteursdeleconomie.latribune.fr du 10 mai 2016, Grenoble : CEA Liten, objectif Ariane 6.
  28. lefigaro.fr du 24 janvier 2017, Energy Observer, le premier bateau propulsé à l'hydrogène des océans.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]