Il n'y a plus rien (album)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Il n'y a plus rien.
image illustrant un album image illustrant la poésie
Cet article est une ébauche concernant un album et la poésie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (février 2013).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Il n'y a plus rien
Album de Léo Ferré
Sortie 1973
Enregistré décembre 1972 aux Studios Barclay, Paris (France)
Durée 45:15 min
Genre Chanson française
Format 33 tours 30 cm
Label Barclay-Universal

Albums de Léo Ferré

Il n'y a plus rien est un album de Léo Ferré, paru en 1973. C'est le premier album symphonique où il prend lui-même en charge tous les aspects de la musique, des orchestrations à la direction d'orchestre.

Genèse[modifier | modifier le code]

Après avoir inséré deux morceaux symphoniques dans l'album « pop » La Solitude, après avoir ré-enregistré son oratorio des années 1950 sur le poème La Chanson du mal-aimé de Guillaume Apollinaire, Ferré est mûr pour s'imposer comme artiste total, auteur et musicien complet, qui se passera désormais des services d'un arrangeur.

Caractéristiques artistiques[modifier | modifier le code]

Le disque s'ouvre avec Préface, réduction du texte qui sert précisément de préface-manifeste à Poète... vos papiers !, recueil de poésies paru en 1956, et se clôt par le radical Il n'y a plus rien, long morceau pessimiste qui solde les comptes des utopies libertaires et révolutionnaires issues des années 1960 et de Mai 68. Ce disque est marqué par une interprétation qui tient plus du récitatif, du spoken word, de la déclamation que du chant.

Réception et postérité[modifier | modifier le code]

Grand succès critique et commercial,[réf. souhaitée] cet album est considéré [réf. souhaitée] comme une des œuvres majeures de Léo Ferré.

Titres[modifier | modifier le code]

Textes et musiques sont de Léo Ferré, sauf mention contraire.

Face A
No Titre Durée
1. Préface 3:20
2. Ne chantez pas la mort (texte : Jean-Roger Caussimon) 7:31
3. Night and day 6:40
4. Richard 5:09
Face B
No Titre Durée
5. L'Oppression 6:29
6. Il n'y a plus rien 16:08

Musiciens[modifier | modifier le code]

Les autres musiciens n'ont pas été identifiés à ce jour.

Production[modifier | modifier le code]

  • Orchestrations et direction musicale : Léo Ferré
  • Prise de son : Claude Achallé, Charles Rochko, assistés de Philippe Omnes
  • Production exécutive : Richard Marsan
  • Crédits visuels : Patrick Ullmann (recto pochette & photo intérieure), Geneviève Vanhaecke (verso pochette)
  • Texte du livret original : Maurice Frot[1]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Qui prend ici le pseudonyme de "Macoute".