Le Piano du pauvre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Piano du pauvre
Album de Léo Ferré
Sortie 1954
Enregistré 15 mars, 7 avril, 7 octobre 1954 au Studio Odéon, Paris
Durée 25:40 min
Genre Chanson française
Format 33 tours 25 cm
Label Odéon (1954)
Sony (1993)
La Mémoire et la Mer (2006)

Albums de Léo Ferré

Le Piano du pauvre est le troisième album studio de Léo Ferré et le deuxième à paraître chez Odéon, en 1954. Sans titre à l'origine, il est désormais identifié par celui de la chanson qui ouvre le disque.

Historique[modifier | modifier le code]

Cet album a été assemblé à partir de trois séances d'enregistrement étalées sur l'année 1954, alors que Léo Ferré est très occupé par la révision de son oratorio La Chanson du mal-aimé, la composition de la Symphonie interrompue et la préparation de leur exécution publique programmée le 29 avril 1954 à l'Opéra de Monte-Carlo.

Le 15 mars 1954, Léo Ferré enregistre sous l'égide de l'arrangeur Jean Faustin une première version du « Piano du pauvre », restée à ce jour introuvable[1], ainsi que « Le Parvenu », dont le texte est tiré de son opéra inédit La Vie d'artiste.

Chez Odéon, on lui présente alors l'accordéoniste Jean Cardon, qui va devenir un accompagnateur fidèle - son seul accordéoniste - jusqu'en 1963. Ensemble, ils enregistrent le 7 avril la version studio définitive du « Piano du pauvre », ainsi que « À la Seine » en duo, premier texte de Jean-Roger Caussimon mis en musique par Ferré, à son arrivée à Paris fin 1946[2]. « Le Piano du pauvre » sera un succès, à la fois commercial et critique (la chanson remporte le Grand prix de l'Académie du Disque Français 1954), qui ouvrira à Ferré les portes de l'Olympia en 1955. Durant cette session d'enregistrement, Ferré grave aussi un de ses classiques : « L'Homme », chanson grinçante qui lui vaudra le Prix Citron[2].

Le 7 octobre Ferré revient en studio et enregistre quatre nouveaux titres dont il est l'arrangeur, cette fois en étant à la tête d'une formation orchestrale non identifiée : « Mon p'tit voyou », « Notre-Dame de la Mouise », « Graine d'ananar » et « Merci mon Dieu ». C'est la troisième fois qu'il dirige un orchestre symphonique, après celui de Radiodiffusion française en 1951 (voir De sac et de cordes) et celui de l'Opéra de Monte-Carlo tout récemment. Pour une raison inconnue, cette expérience ne sera pas renouvelée[2]. Ces accompagnements, assez proches de ce que Ferré fera vingt ans plus tard, tranchent avec les arrangements de Jean Faustin. Il est d'ailleurs choisi pour la publication du disque (33 tours 25 cm) de ne pas mélanger les esthétiques. Ces titres sont regroupés en deuxième face.

Caractéristiques artistiques[modifier | modifier le code]

Réception et postérité[modifier | modifier le code]

« Le Piano du pauvre » a été immédiatement reprise par Catherine Sauvage et des interprètes comme Patachou et Germaine Montero. Plus tard par Marc Ogeret, puis Philippe Léotard.

Catherine Sauvage reçoit le Grand Prix du disque 1954 pour sa version de « L'Homme »[3]. Cette chanson a été adaptée et chantée en anglais par Eartha Kitt. Michel Hermon et Annick Cisaruk en offrent une interprétation contemporaine.

« Mon p'tit voyou » a été reprise par Catherine Sauvage, Germaine Montero, Jacques Douai, Marc Ogeret et en 2013 par Éric Lareine[4].

« Graine d'ananar » a été reprise par Catherine Sauvage et Philippe Léotard.

Titres[modifier | modifier le code]

Textes de Léo Ferré, sauf spécification contraire. Musiques de Léo Ferré.

Face A
No Titre Auteur(s) Durée
1. Le Piano du pauvre 3:12
2. À la Seine Jean-Roger Caussimon 3:18
3. L'Homme 2:43
4. Le Parvenu 3:17
Face B
No Titre Auteur(s) Durée
5. Mon p'tit voyou 3:30
6. Notre-Dame de la mouise Albert Willemetz & Madeleine Rabereau 3:23
7. Graine d'ananar 3:11
8. Merci mon Dieu 2:41

La réédition CD de 2006[5] ajoute une version inédite en piano-voix du « Piano du pauvre », enregistrée et diffusée à la radio le 25 mars 1954, ainsi que deux versions instrumentales inédites.

No Titre Durée
9. Le Piano du pauvre (enregistrement radio) 2:45
10. Mon p'tit voyou (version instrumentale) 3:30
11. Merci mon Dieu (version instrumentale) 2:37

Musiciens[modifier | modifier le code]

  • Jean Cardon : accordéon
  • Les autres musiciens n'ont pas été identifiés à ce jour.

Production[modifier | modifier le code]

  • Arrangements et direction d'orchestre : Jean Faustin (pistes 1, 3, 4), Léo Ferré (pistes 5-8)
  • Prise de son : ?
  • Production exécutive : M. Dory
  • Crédits visuels : G. Justh

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cette version ne comportait vraisemblablement pas d'accompagnement à l'accordéon. Cf Alain Raemackers, livret album Le Piano du pauvre, La Mémoire et la Mer, 2006
  2. a, b et c Alain Raemackers, op. cit.
  3. Robert Belleret, Léo Ferré, une vie d'artiste : sixième partie, chap. « Les faits divers que l'on mâchonne », Actes Sud, 1996.
  4. http://www.legrandtarbes.fr/agenda/Concert-LAREINE-chante-FERRE---Conservatoire/543/0
  5. Cette réédition par le label La Mémoire et la Mer propose en sus un deuxième disque sur lequel figure la captation inédite d'un concert de Ferré à l'Opéra de Monte-Carlo le 29 avril 1954, pendant lequel ont été données la Symphonie interrompue (inédit) et La Chanson du mal-aimé.