Monsieur William

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Monsieur William
Chanson de Léo Ferré
extrait de l'album Paris canaille
Sortie 1953
Enregistré 10 avril 1953
Durée 3:40
Genre chanson française
Auteur Jean-Roger Caussimon
Label Disques Odéon

Pistes de Paris canaille

Monsieur William est une chanson caustique de Léo Ferré et Jean-Roger Caussimon, gravée pour la première fois sur disque 78 tours en 1950 par le duo Marc et André, puis enregistrée par Léo Ferré dans son premier album, paru chez Odéon en 1953. Caussimon l'interprètera à son tour dans son premier album, en 1970 quand il se lancera dans la carrière de chanteur.

Cette chanson est un des premiers succès d'estime de Léo Ferré. Elle a été abondamment reprise.

Historique[modifier | modifier le code]

Les paroles sont de Jean-Roger Caussimon, la musique de Léo Ferré. C'est la deuxième fois que les deux hommes collaborent après « À la Seine » (mis en musique par Ferré dès 1946 mais enregistré au disque en 1954 seulement - voir Le Piano du pauvre). Ils ne retravailleront ensemble qu'à partir de 1957, créant d'un même élan plusieurs chansons couronnées par le succès public du « Temps du tango ».

« Monsieur William » a été enregistrée par Ferré une première fois au piano en 1950 pour Le Chant du Monde, mais pour une raison inconnue cette version n'a jamais été publiée de son vivant.

Production[modifier | modifier le code]

Version de 1950[modifier | modifier le code]

  • Piano : Léo Ferré
  • Prise de son : ?
  • Production exécutive : Yvette Loreille

Version de 1953[modifier | modifier le code]

  • Arrangements et direction musicale : Jean Faustin
  • Musiciens non identifiés à ce jour
  • Prise de son : ?
  • Production exécutive : M. Dory

Reprises[modifier | modifier le code]

Cette chanson, d'abord créée au disque par Marc et André (1950), a été chantée notamment par Catherine Sauvage (1952), Les Frères Jacques (1953), Philippe Clay (1961), Serge Gainsbourg (1968), Barbara (1969), Jean-Roger Caussimon (1970), Philippe Léotard (1994), Guido Belcanto (1996, en Néerlandais), Michel Hermon (1998), Manu Lann Huel, Christophe Bell Œil (2003), Gianmaria Testa (2007), Jean Guidoni (2008), Bernard Lavilliers (2009), Annick Cisaruk (2010).

Liens internes[modifier | modifier le code]