Raoul Vaneigem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Raoul Vaneigem
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Domicile
Formation
Université libre de Bruxelles (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
écrivain
militant révolutionnaire
philosophe
Autres informations
Mouvement
Œuvres principales

Raoul Vaneigem, né à Lessines (Hainaut, Belgique) le , est un écrivain et philosophe belge connu notamment pour sa participation centrale de 1961 à 1970 à l'Internationale situationniste aux côtés de Guy Debord.

Médiéviste, spécialiste des hérésies, il est l'auteur d'une cinquantaine d'ouvrages.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après une scolarité à l'école communale de Lessines puis à l'Athénée de Ath à partir de 1948, il suit des études de philologie romane à l'Université libre de Bruxelles de 1952 à 1956. Il écrit en 1955-1956 son mémoire de licence sur Isidore Ducasse[2], refusé en juin et accepté (après censure) en deuxième session en . Une semaine plus tard, il occupe un poste de professeur à l’École normale de Nivelles[3] dans le Brabant[4] qu'il conservera jusqu'en 1964[5].

Étouffant rapidement dans sa province et cherchant à retrouver Paris où il avait rédigé en partie son mémoire sur Ducasse, il envoie le un courrier à Henri Lefebvre[6] dont il vient de lire La Somme et le reste et Critique de la vie quotidienne. Il lui joint un essai intitulé Fragments pour une poétique (suivis de quatre poèmes à parfaire) lui demandant son avis. Henri Lefebvre le met alors en rapport, via Guy Debord qu'il rencontre au début de l'année 1961, avec l'Internationale situationniste dont il connaît l'existence grâce à Attila Kotányi qu'il fréquente alors à Bruxelles[7].

Il participe ensuite activement à l'Internationale situationniste de 1961 à sa démission en 1970, invitant la jeunesse de l'époque à abandonner toutes les valeurs héroïques pour adopter un hédonisme épicurien radical résumé dans le mot d'ordre : « Vivre sans temps mort, jouir sans entraves. ». Il contribue de façon importante à la revue éponyme du groupe dont douze numéros ont été publiés de 1958 à 1969 [8].

L'une de ses œuvres les plus célèbres est son Traité de savoir-vivre à l'usage des jeunes générations, paru en 1967. Il s'inscrit dans le projet des situationnistes de renverser l'ordre social dominant. Il y exprime une critique radicale du monde en y dénonçant ses illusions, la survie que ces illusions produisent, et la fausse contestation qui en découle, et invite à un « renversement de perspective », en considérant que ce sont les contraintes qui empêchent la création. Dans Le Livre des plaisirs, paru en 1979, il renouvelle son invitation à une « jouissance sans entrave », qu'il présente comme une critique de la société marchande. Il est également l'auteur de la chanson La vie s'écoule, la vie s'enfuit, composée en mai 68, sur une musique de Francis Lemonnier, lors de l'occupation par le Comité pour le Maintien des Occupations (CMDO) de l'Institut Pédagogique National[9].

En 1970, il présente sa démission à l'Internationale situationniste en répondant, par une lettre[10] datée du , à la Déclaration du [11] signée par René Riesel, Guy Debord et René Viénet. Ces deux derniers signent le de la même année un communiqué de l'Internationale situationniste à propos de Vaneigem[12].

Vaneigem est également l'auteur en 1974 d'un mode d'emploi de la révolution, publié sous le pseudonyme de Ratgeb, De la grève sauvage à l'autogestion généralisée[13].

Médiéviste reconnu[14], il a travaillé sur les hérésies[15] et la résistance au christianisme, dans lesquelles il voit « les signes d'une civilisation à venir, fondée non plus sur l'aliénation du travail, le pouvoir et le profit, mais sur la créativité, la jouissance et la gratuité. »

L'œuvre de Vaneigem se divise en deux tendances. L'une, théorique, trouve sa justification dans l'idée que « la révolution n'est plus dans le refus de la survie, mais dans une jouissance de soi que tout conjure à interdire[16] ». L'autre, faisant appel à une érudition de chercheur, tente de démontrer que l'esprit de la liberté et de la jouissance se rencontre dès le Moyen Âge central dans le mouvement du Libre-Esprit, qu'il distingue, dans un premier temps, des hérésies, dans lesquelles il voit « des filiales de l'orthodoxie » (Le Mouvement du Libre-Esprit, 1986), avant de revenir sur cette opposition dans son livre sur « les hérésies, des origines au XVIIIe siècle », au titre évocateur de La Résistance au christianisme, publié en 1993.

Il participe occasionnellement au journal Siné Hebdo[17], devenu Siné Mensuel[18], créé par son vieil ami Siné à la suite de son licenciement de Charlie Hebdo. Depuis 2019, il publie occasionnellement sur Le Média[19].

En 2005, Michel Onfray lui dédie son livre intitulé Traité d'athéologie.

En 2014, Raoul Vaneigem publie un livre d'entretiens avec Gérard Berréby, Rien n'est fini, tout commence, dans lequel il revient sur son parcours.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il partage son existence entre sa maison de Flobecq en Belgique, non loin de sa ville natale de Lessines, et Tonnerre dans l'Yonne[20]. Un entretien par correspondance publié fin 2020 mentionne qu'il passe sa retraite sous le soleil catalan près de Barcelone[21].

Raoul Vaneigem a eu trois enfants: Ariane, née en 1961 de son union avec sa compagne et épouse Thérèse Dubrule, et Ariel et Tristan, nés en 1977 et 1979[22].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Œuvre personnelle[modifier | modifier le code]

Le Mouvement du libre-esprit, édition italienne de 1995.
  • Isidore Ducasse et le comte de Lautréamont dans les Poésies, 1958, réédité par Belladona, Barcelone, 1978, plaquette brochée de 16 pp[23]
  • Traité de savoir-vivre à l’usage des jeunes générations[1], 1967 ; rééd. Folio, 1992
  • De la grève sauvage à l'autogestion généralisée, sous le pseudonyme de Ratgeb[24], Union générale d'éditions 10/18, Paris, 1974
  • Le Livre des plaisirs, éd. Encre, 1979 ; rééd. Labor, Bruxelles 1993 avec nouvelle préface de l'auteur, lecture de Pol Charles et 8 photographies
  • L'Île aux délices, sous le pseudonyme d’Anne de Launay, éditions du Bébé noir, collection «Plaisir», 1979, 192 p.
  • La vie secrète d’Eugénie Grandet, sous le pseudonyme de Julienne de Cherisy, Éditions de la Brigandine, 1981
  • Le Mouvement du libre-esprit. Généralités et témoignages sur les affleurements de la vie à la surface du Moyen Âge, de la Renaissance et, incidemment, de notre époque, Ramsay, 1986 ; rééd. L'Or des fous, 2005 avec préface de l'auteur et notice et bibliographie de Shigenobu Gonzalvez
  • Adresse aux vivants sur la mort qui les gouverne et l’opportunité de s’en défaire[25], Seghers, Paris 1990prix quinquennal de l'essai de la Communauté française de Belgique 1991
  • Louis Scutenaire, Seghers, coll. Poètes d'aujourd'hui, Paris, 1991
  • Les Controverses du christianisme, Bordas 1992 — sous le pseudonyme de Tristan Hannaniel
  • Lettre de Staline à ses enfants enfin réconciliés de l’Est et de l’Ouest, Manya, Levallois-Perret 1992, Verdier éditeur, Lagrasse (Aude),1998
  • La Résistance au christianisme. Les hérésies des origines au XVIIIe siècle, Fayard, Paris 1993
  • Les Hérésies, PUF, collection « Que sais-je ? », 1994
  • Avertissement aux écoliers et lycéens[26], 1995, Mille et une nuits, 80 pages, (ISBN 2-910-233-93-6)
  • Nous qui désirons sans fin, Le Cherche Midi, 1996, rééd. Gallimard Collection Folio actuel (no 59), 1998
  • La Paresse, Éditions du Centre Pompidou, 1996
  • Notes sans portée, Á la Pierre d'Alun, Bruxelles, 1997
  • Dictionnaire de citations pour servir au divertissement et à l’intelligence du temps, Le Cherche midi, Coll. Amor Fati, 1998, Librio 2007
  • Pour une internationale du genre humain, Le Cherche midi, Collection Amor Fati 1999. Réédité chez Gallimard, Collection Folio actuel (no 86), 2001.
  • De l’inhumanité de la religion, Denoël, 2000
  • Déclaration des droits de l’être humain. De la souveraineté de la vie comme dépassement des droits de l’homme, Le Cherche midi, 2001
  • Déclaration universelle des droits de l’être humain, Le Cherche midi, 2001
  • L’Ère des créateurs, Complexe, 2002
  • Pour l’abolition de la société marchande pour une société vivante, Payot, 2002
  • Salut à Rabelais ! Une lecture au présent, Complexe, 2003
  • Rien n’est sacré, tout peut se dire. Réflexions sur la liberté d'expression, La Découverte, coll. Sur le vif, 2003
  • Le Chevalier, la Dame, le Diable et la Mort, Le Cherche midi, 2003
  • Banalités de base, réédition de l'article publié en deux parties dans les numéros 7 et 8 de la revue Internationale situationniste, rééditiion Ludd éditions, Paris 1995 puis Verticales, collection Minimales, 2004 (ISBN 2-84335-192-8)
  • Modestes propositions aux grévistes, Verticales, Minimales, 2004
  • Voyage à Oarystis, roman, dessins de Giampiero Caiti, Estuaire, coll. Carnets littéraires, Tournai, 2005 (ISBN 2-87443-007-2)
  • Journal imaginaire, Le Cherche midi, Paris, 2006
  • Éloge de la paresse affinée, publié dans le recueil de textes La Volonté de paresse, L'or des fous, éditeur 2006
  • Pour une internationale du genre humain, publié simultanément en français et en persan, L'or des fous, éditeur, 2006
  • Entre le deuil du monde et la joie de vivre (les situationnistes et la mutation des comportements), Verticales | phase deux, 2008, 230 p. (ISBN 978-2-07-0774760)
  • Ni pardon ni talion. La question de l'impunité dans les crimes contre l'humanité[27], La Découverte, coll. Sur le vif, 2009
  • De l’amour, Le Cherche midi, Paris, 2010,
  • L’État n’est plus rien, soyons tout, publié aux éditions Rue des cascades, 2010[28], 47 p. (ISBN 978-2-9170-5109-2)
  • Lettre à mes enfants et aux enfants du monde à venir, Le Cherche Midi, 2011
  • Les Cueilleurs de mots, album jeunesse illustré par Gabriel Lefebvre, Le Renard découvert, 2012, rééd. L'Atlante, Neuilly, 2014 72 p. (ISBN 978-2-350-30303-1)
  • Histoire désinvolte du surréalisme, initialement publiée sous le pseudonyme de Jules-François Dupuis aux éditions Paul Vermont, Collection rappel au désordre en 1977, puis réédité aux éditions L'Instant en 1988; édition revue et corrigée, Libertalia,
  • Rien n'est fini, tout commence, livre d'entretiens avec Gérard Berréby, Allia, 2014[29],[30]
  • De la destinée, Le Cherche midi, Paris, 2015
  • Pourquoi je ne vote pas et autres inédits, Cactus inébranlable éditions/P'tits Cactus, Amougies, 2017, 84 p. (ISBN 978-2-930659-65-7)
  • Propos de table, Dialogue entre la vie et le corps, Le Cherche Midi, 2018[31]
  • Contribution à l'émergence de territoires libérés de l'emprise étatique et marchande. Réflexion sur l’autogestion de la vie quotidienne, éditions Payot Rivages, 2018[32]
  • Appel à la vie contre la tyrannie étatique et marchande, Libertalia, mai 2019[33]
  • La liberté enfin s'éveille au souffle de la vie, manifeste, Le Cherche midi, Poche, Paris, 2020, 160 p. (ISBN 978-2-7491-6598-1)[34],[35]
  • L'insurrection de la vie quotidienne, textes et entretiens, Éditions Grevis, Caen, juin 2020, 192 p. (ISBN 978-2-9568078-2-7)
  • Retour à la base, Cactus inébranlable éditions, Amougies, février 2021

En collaboration[modifier | modifier le code]

  • Raoul Vaneigem et Jacques Serena, Les péchés capitaux Tome 1 - La Paresse, Editions du Centre Georges Pompidou-Ircam, 1999
  • Le retour à Nobodyland (1973) in Anthologie du cinéma invisible de Christian Janicot, Éditions Jean-Michel Place, 1995
  • Hans Ulrich Obrist, Conversation avec Raoul Vaneigem, Manuella Éditions, collection “Une Conversation”, Paris, 2009, 48 pages (ISBN 978-2-917217-22-1)
  • Pour inaugurer l'ère du vivant in Claire Lejeune, Marcel Moreau, Jacques Sojcher et Raoul Vaneigem, Quatuor pour une autre vie (essai), Avin/Hannut, Éditions Luce Wilquin, 2004, pp. 7-45
  • Orlan, Raphaël Enthoven, Raoul Vaneigem, Unions mixtes, mariages libres et noces barbares, éditions Dilecta, Paris, 2010 (ISBN 978-2-916275-66-6)
  • Raoul Vaneigem, Morgan Sportès, Keith Sanborn, Yann Beauvais, Patrick Marcolini, Pierre-Ulysse Barranque, Laurent Jarfer, IN SITUS. Théorie, Spectacle et Cinéma, chez Guy Debord et Raoul Vaneigem, Gruppen Éditions[36], 2013 (ISBN 978-2-919103-08-9)

Préfaces, postfaces, articles[modifier | modifier le code]

  • Terrorisme ou révolution, en préambule à Pour la révolution, choix de textes d'Ernest Cœurderoy, Éditions Champ Libre, Classiques de la subversion 2/3, Paris, 1972
  • Postface-lecture, sous le pseudonyme de Michel Thorgall, à la réédition de La femme de Gilles de Madeleine Bourdouxhe, Éditions Labor-Espace-Nord, Bruxelles, 1985
  • En deçà du langage, préface à la réédition de Sur J.-K. Huysmans de Léon Bloy, Éditions Complexe, collection Le regard littéraire, Bruxelles, 1986
  • Préface, sous le pseudonyme de Michel Thorgal, à Récits de l’Ardenne de Marcellin Lagarde, Labor-Espace-Nord, Bruxelles, 1992
  • Déclaration des droits et devoirs de la personne, postface à André Bercoff, Lettre ouverte à ceux qui ne sont rien et qui veulent être tout, Albin Michel, collection «Lettre ouverte», 1992 (ISBN 978-2226060754)
  • Posface à Alain Mamou-Mani, Au-delà du profit. Comment réconcilier Woodstock et Wall Street, Albin Michel, Paris, 1995
  • Postface-lecture à L'Ordre du jour de Jean-Luc Outers, Éditions Labor-Espace-Nord, Bruxelles, 1996
  • Postface au Manifeste du Parti communiste, Karl Marx et Friedrich Engels, Éditions Mille et une nuits, 1994, 1999
  • Vous qui entrez, laissez tout désespoir, postface à Isidore Ducasse - Lautréamont, Poésies, Éditions Mille et une nuits, novembre 1995 (ISBN 2-84205-012-6)
  • Préface à Contre le travail des enfants, de Philippe Godard, Éditions Desmaret, collection «Comportement», Strasbourg, 2001
  • Préface à L'art de ne croire en rien, suivi de Livre des trois imposteurs, Payot & Rivages/poche, Paris, 2002, 176 pages (ISBN 978-2-7436-1002-9)
  • Une œuvre au futur, préface à Charles Fourier, Des harmonies polygames en amour, Rivages/poche, Paris, 2003
  • Les vérités qui se cherchent sont multiples, préface à Sergio Ghirardi, Nous n'avons pas peur des ruines. Les situationnistes et notre temps, L'insomniaque, Montreuil, 2003
  • De la souveraineté et du mépris de l'amour, préface à André Le Chapelain, Comment maintenir l'amour, Rivages/poche, Paris, 2004
  • Didier Porte, Insupportable ! Chronique d’un licenciement bien mérité, First Editions, 2010, 254 pages, postface (ISBN 978-2-7540-2255-2)
  • Les raisons de la colère, article sur sinemensuel.com, décembre 2018[37]
  • La Vie te salue, Marcel, hommage à Marcel Moreau, écrivain libertaire décédé le 4 avril 2020, sur sinemensuel.com, avril 2020[38]
  • Renaissance, préface à Roland Devresse, Au confinement des mondes, Éditions du Sapin, Bruxelles, 2021

Entretiens[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Voir sur arikel.free.fr.
  2. Geneviève Michel, Le Comte, le Vampire et la Dame : Vaneigem et Ducasse aux bons soins d’Émilie Noulet.
  3. Haute École Paul-Henri Spaak - Catégorie pédagogique ; il s'agit donc d'une école normale primaire.
  4. Michel P. Schmitt, article « Raoul Vaneigem », dans Encyclopædia Universalis, 2000.
  5. Rien n'est fini, tout commence, livre d'entretiens avec Gérard Berréby, Allia, 2014, p. 76.
  6. Article sur Vaneigem sur universalis.fr.
  7. Rien n'est fini, tout commence, livre d'entretiens avec Gérard Berréby, Allia, 2014, p. 93-96
  8. La réédition de la collection complète des douze numéros d'Internationale situationniste a été publiée chez Van Gennep à Amsterdam en 1970, puis en 1975 chez Champ libre et reprise en 1997 par la librairie Arthème Fayard.
  9. S'inspirant des grandes grèves de l'hiver 1961 en Belgique, ce titre compte au nombre de ses interprètes René Binamé et Fanchon Daemers, la version la plus connue étant interprétée par Jacques Marchais (cf. Rien n'est fini, tout commence, livre d'entretiens avec Gérard Berréby, Allia, 2014, p. 277-279).
  10. (fr) « Lettre de démission de Raoul Vaneigem », sur Le Jura libertaire, .
  11. (fr) « Déclaration », sur Le Jura libertaire, .
  12. (fr) « Communiqué de l'IS à propos de Vaneigem (1) », sur Le Jura libertaire, .
  13. (fr) « De la grève sauvage à l’autogestion généralisée », sur infokiosques.net, .
  14. La plupart des 73 notices qu'il a rédigées pour l’Encyclopædia Universalis version CD-ROM de 2000 traitent de sujets médiévaux.
  15. Les Hérésies, PUF, collection « Que sais-je ? », 1994.
  16. Le Livre des plaisirs, p. 9.
  17. Articles dans les nos 1 et 80 de Siné Hebdo, billets dans les nos 7, 9 et 10 et long (et rarissime) entretien dans le no 2 de Siné Mensuel.
  18. Repris en septembre 2011 en formule Siné Mensuel. Le dernier numéro de l'Hebdo était sorti le 28 avril 2010.
  19. Liste des contributions sur Le Média : https://www.lemediatv.fr/auteurs/raoul-vaneigem-RvFLO-GsRo-jJRn-Pb6ZTQ/articles
  20. Rien n'est fini, tout commence, Allia, 2014, pp. 9-10 et 382.
  21. Désobéissance civile, entretien avec Béatrice Delvaux et Catherine Makereelet publié par Le Soir de Bruxelles le 14 novembre 2020.
  22. Éléments biographiques in Le Livre des Plaisirs, réédition Éditions Labor, Espace-Nord, 1993, p. 199
  23. article paru initialement en décembre 1958 dans le numéro 151 la revue internationale bruxelloise Synthèses, reproduit pp. 84-87 in Gérard Berréby et Raoul Vaneigem, Rien n’est fini, tout commence, Éditions Allia, Paris, 2014
  24. Gérard Berréby & Raoul Vaneigem, Rien n'est fini, tout recommence, Éditions Allia, Paris, 2014, p. 362
  25. Voir sur library.nothingness.org.
  26. Voir sur library.nothingness.org.
  27. Voir sur editionsladecouverte.fr.
  28. accompagné d’un second texte Un changement radical est à notre portée, réponses, inédites en français, à un questionnaire rédigé l'été 2007 par Javier Urdanibia évoquant l'Internationale situationniste, la religion, la philosophie et les expériences en terre mexicaine
  29. Diane Lisarelli, « Rien n'est fini, tout commence, passionnant dialogue au long cours entre Raoul Vaneigem et Gérard Berréby », Les Inrockuptibles, 24 octobre 2014, lire en ligne.
  30. Sébastien Lapaque, « Ombres et lumières de Raoul Vaneigem », Le Figaro, 11 décembre 2014, lire en ligne.
  31. Laurent Lemire, « Ce qui est utile et agréable est systématiquement mis à mal », L'Obs, 6 mai 2018, lire en ligne.
  32. Mathieu Dejean, « La critique de Raoul Vaneigem au mouvement dit des “casseurs” », Les Inrockuptibles, 30 octobre 2018, lire en ligne.
  33. « "C'est au peuple qu'il appartient de prendre en mains la chose publique" », sur Marianne, (consulté le )
  34. https://le-carnet-et-les-instants.net/2020/10/13/vaneigem-la-liberte-enfin-s-eveille-au-souffle-de-la-vie/#more-33944
  35. https://blogs.mediapart.fr/vingtras/blog/190920/la-liberte-enfin-seveille-au-souffle-de-la-vie-raoul-vaneigem
  36. Voir sur revuegruppen.com.
  37. https://www.sinemensuel.com/societe/les-raisons-de-la-colere/
  38. https://www.sinemensuel.com/author/raoul-vaneigem/

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie et sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Textes[modifier | modifier le code]