Presse underground des années 1960 et 1970

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Une de la revue Oz (édition londonienne), n°33, février 1971, signée Norman Lindsay.

On désigne par presse underground, ou underground press en anglais, un ensemble de publications, journaux et fanzines apparus dans les années 1960 et 1970, principalement aux États-Unis où elle fut la plus prolifique, mais d'une manière générale dans l'ensemble des pays occidentaux, reflétant les idées d'émancipation et la contre-culture naissante du mouvement hippie et des courants politiques progressistes de cette époque.

Le terme de presse underground, que l'on pourrait traduire littéralement par presse souterraine ou presse clandestine, n'est aucunement une presse illégale. Elle est simplement une presse, souvent amateur, dont les thèmes traités et l'approche de l'information se situent en marge, voir en opposition aux méthodes de la presse écrite classique et traditionnelle. Cette presse prend souvent fait et cause pour les combats politiques de son époque, comme le féminisme, la lutte pour le droit à l'avortement, la lutte contre la guerre du Viêt Nam.

Cette presse est représentée aux États-Unis par des journaux tels que le Village Voice à New York, ou le Freep' à Los Angeles. En Angleterre, le it, acronyme de International Times, en est l'un de ses principaux supports.

Liste de publications underground[modifier | modifier le code]

Amérique du Nord[modifier | modifier le code]

Canada[modifier | modifier le code]

États-Unis[modifier | modifier le code]

Europe[modifier | modifier le code]

Allemagne[modifier | modifier le code]


France[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Italie[modifier | modifier le code]

Norvège[modifier | modifier le code]


Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Suisse[modifier | modifier le code]

  • La Pomme

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (Bacos)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m « http://owni.fr/2011/10/06/les-oublies-de-la-presse-parallele-des-seventies/index.html »
  3. https://carl-tyr.firebaseapp.com/geranonymo-n-7-la-liberte-sans-reserve-mensuel-geranonymo-mai-juin-1973-underground-presse-alternative-periodiques-b01n5rg7yq.html
  4. http://www.imec-archives.com/fonds/blaine-julien/
  5. http://www.lecointredrouet.com/media/catalogues_pdf/PRESSE_2015.pdf
  6. Rédaction, Le Quetton, pionnier de la presse underground, Ouest France, 2 avril 2018, lire en ligne.
  7. « La presse parallèle est surtout provinciale. Contrairement à ce qu'on pourrait attendre, ce n'est pas à Paris qu'elle se fabrique et se lit. Cherbourg voit paraître depuis juin 1967 le plus vieux journal underground français, le Quetton, " journal rempli de poils et de fautes d'ortographes, poétique, suréalo-fantastique, satirique, néo-anarchiste, anti-militariste, antisyndicaliste, anti-ouvrier " normaux " (sic). », Thierry Pfister, La révolution par le plaisir, Le Monde, 24 avril 1975, lire en ligne.
  8. http://archivesautonomies.org/spip.php?article1800

Sources[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

  • Laurent Martin, La « nouvelle presse » en France dans les années 1970 ou la réussite par l'échec, Vingtième Siècle, revue d'histoire, 2008/2, n°98, pp. 57-69, 10.3917/ving.098.0057, [lire en ligne].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]