Une charogne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charogne.

Une charogne[1] est un poème de Charles Baudelaire publié dans la section « Spleen et idéal », chapitre XXVII du recueil des Fleurs du mal en 1857.

Version numérisée (par Google, Université du Michigan) de l'un des œuvres originales éditées de 1857.
Version numérisée (par Google, Université du Michigan) de l'une des œuvres originales éditées de 1857.


Forme[modifier | modifier le code]

Le poème est composé de douze quatrains hétérométriques en octosyllabes et alexandrins.

Son schéma de rimes est: ABAB (rimes alternées). Ces rimes permettent à l’auteur de créer un contraste entre le spleen et l’idéal.

La ponctuation s’amplifie et s’accélère à mesure que le poème avance, et en dévoile de plus en plus sur la violence de l’opposition entre la femme et la mort. [2]

Les champs lexicaux dans ce poème sont les suivants: lexique, associé à la mort, au charogne, mais aussi onirique, idyllique, charnel et mélioratif.

Étude[modifier | modifier le code]

Dans ce poème, Charles Baudelaire se souvient d'une promenade faite avec l'être aimé au cours de laquelle il trouva une charogne, en état avancé de décomposition. S'ensuit une transfiguration poétique qui permet au poète de comparer cet objet trivial et dégoûtant à un microcosme vivant en utilisant tous les outils lyriques de la rêverie poétique. Il compare également cette charogne à la femme courtisée, en développant le thème du Memento mori.

Baudelaire joue avec la dissonance esthétique d'une description précise de l'animal mort et les charmes du désir et des femmes. L'antonymie des deux atmosphères est caractéristique du recueil en rappelant l'opposition entre le Spleen et l'Idéal.[3]

Cette approche à la fois percutante et moralisatrice dans une certaine mesure n'est pas sans rappeler quelques poèmes (Le Mépris de la Vie et Consolation contre la Mort) du méconnu poète baroque Jean-Baptiste Chassignet. En effet, son poème Mortel Sonnet a certains points communs avec celui de Baudelaire[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Une Charogne », sur https://poesie.webnet.fr (consulté le 15 février 2019)
  2. Par Amélie Vioux, « Une charogne, Baudelaire : analyse », sur commentaire composé, (consulté le 12 septembre 2019)
  3. Hirota, Daichi (1981-....)., Espace et poésie chez Baudelaire : typographie, thématique et énonciation (OCLC 892945356, lire en ligne)
  4. Esthétique de la pourriture, Marie-Pierre Krück, 2017

[1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Hirota, Daichi (1981-....)., Espace et poésie chez Baudelaire : typographie, thématique et énonciation (OCLC 892945356, lire en ligne)