Le Chien (chanson)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Chien.
Le Chien

Chanson de Léo Ferré
extrait de l'album Amour Anarchie
Sortie mai 1970
Enregistré avril 1970
Durée 6 min 55 s
Genre chanson française
Label Barclay

Pistes de Amour Anarchie

Le Chien est un morceau emblématique de Léo Ferré, publié dans le premier volume de l'album Amour Anarchie et sur 45 tours en 1970.

Ce morceau ouvre esthétiquement (et moralement) un nouveau cycle pour Ferré. Il ne chante pas mais dit son texte sur une musique rock déstructurée, à la pulsation intermittente. Il s'agit d'un manifeste à la fois poétique, politique et moral pour lui, où allusions autobiographiques, références au temps présent (à la « révolution sexuelle » notamment), revendication de sa propre différence et rejet des normes hypocrites de la société se mêlent avec une force d'impact nouvelle.

On peut y voir l'acte de naissance d'un « spoken word » à la française.

Historique[modifier | modifier le code]

Après avoir essayé de se rapprocher des Moody Blues, dont il s'est inspiré pour créer « C'est extra » (qui élargit considérablement son audience auprès de la jeunesse), Ferré cherche une musique nouvelle, plus âpre, qui convienne à son nouveau verbe, qu'il veut insurrectionnel.

Avec la complicité de son pianiste Paul Castanier, improvisateur hors-pair, Ferré décide de simplement dire son poème, laissant toute latitude à Castanier pour suivre les inflexions de son phrasé, tout en ruptures. Ils donnent Le Chien sur scène dès décembre 1969 (une version captée au Théâtre Municipal de Yerres sera publiée en janvier 1970, sur le EP Un chien à la Mutualité).

Depuis 1968, Léo Ferré s'intéresse à la « musique pop » (Beatles, King Crimson, Pink Floyd...), qu'il aime écouter durant ses trajets en voiture et qu'il voit comme une expression spontanée échappant au contrôle artistique des maisons de disque. Il l'envisage comme un moyen de bousculer les habitudes du paysage musical français ainsi que ses propres habitudes.

À l'instigation de Jean Fernandez, son ancien directeur artistique désormais responsable de la branche Barclay aux États-Unis, Léo Ferré est alors invité à se rendre à New York pour éventuellement enregistrer avec le guitariste Jimi Hendrix. Ferré fait le déplacement mais Hendrix, malade, ne se présente pas au rendez-vous. Une version est tout de même enregistrée avec de jeunes musiciens de jazz-rock : John McLaughlin et Billy Cobham, respectivement futur guitariste et futur batteur du Mahavishnu Orchestra, et Miroslav Vitouš, futur bassiste de Weather Report.

Ferré et son nouveau directeur artistique, Richard Marsan, n'utilisent finalement pas cette version, restée inédite à ce jour.

Enregistrement[modifier | modifier le code]

À la faveur des sessions d'enregistrement de l'album Amour Anarchie, Léo Ferré fait la connaissance de certains des membres du jeune groupe de rock français Zoo, groupe que sa maison de disques vient par ailleurs de signer et souhaite mettre en avant. Il enregistre avec eux « La "The Nana" » et du coup réenregistre « Le Chien », le 14 avril 1970.

Forme[modifier | modifier le code]

Le texte est composé de deux parties formellement distinctes : la première comporte sept huitains octosyllabiques rimés commençant sous la forme d'un legs cryptique, la deuxième se poursuit en vers libres programmatiques et se termine par la tonitruante affirmation suivante :

« Je n'écris pas comme de Gaulle ou comme Perse
Je cause et je gueule comme un chien
Je suis un chien ! »

Ce monologue ne comporte ni couplets ni refrains et atteint une durée d'environ sept minutes. Léo Ferré ici s'émancipe du format chanson[1].

45 tours[modifier | modifier le code]

« Le Chien » (version studio), est publié en face B d'un 45 tours (référence 61 288) publié le 5 décembre 1970. La pochette de ce disque montre une des seules images de Léo Ferré portant la barbe. Au verso, on voit le chanteur répéter sur une scène, entouré du groupe Zoo.

Voir également :

Musiciens[modifier | modifier le code]

  • Zoo :
    • André Hervé : orgue électrique, piano
    • Pierre Fanen : guitare électrique
    • Michel Ripoche : trombone, saxophone ténor, violon électrique
    • Daniel Carlet : saxophones (alto, baryton, soprano), flûte, violon électrique
    • Michel Hervé : basse
    • Christian Devaux : batterie

Production[modifier | modifier le code]

  • Prise de son : Claude Achallé
  • Production exécutive : Richard Marsan

Interprétations sur scène[modifier | modifier le code]

Il existe à ce jour six versions disponibles :

Dans les cinq premières versions, Léo Ferré est accompagné au piano par Paul Castanier. Dans la sixième, il change du tout au tout et dit le poème sur la musique religieuse du motet O vos omnes de Tomás Luis de Victoria.

Reprises[modifier | modifier le code]

Cette chanson a été interprétée par le groupe canadien Brégent (1973), Jef Lee Johnson et Nathalie Richard (2005), Bernard Lavilliers (2009), le groupe LetzeLéo (2013) et, de manière tronquée, par Marcel Kanche (2012) et le groupe rap La Vie d'artiste (2013), cf Liste des interprètes de Léo Ferré.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Robert Belleret, Léo Ferré, une vie d'artiste : huitième partie, chap. « À mes frangins de l'entre bise », Actes Sud, 1996.