Colette Magny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les personnes ayant le même patronyme, voir Magny.
Colette Magny
Naissance
Paris, France
Décès (à 70 ans)
Villefranche-de-Rouergue (Aveyron)
Activité principale Auteur-compositeur-interprète
Genre musical Protest song, jazz, free jazz, blues, rock
Instruments Piano, guitare
Années actives 19621997
Labels Le Chant du Monde, CBS

Colette Magny, née le à Paris et morte le à Villefranche-de-Rouergue (Aveyron), est une chanteuse et auteur-compositeur-interprète française.

Elle vécut les dernières années de sa vie à Verfeil-sur-Seye (Tarn-et-Garonne) et y fonda l'association culturelle Act'2, dont le festival Des Croches et la Lune a fêté ses 20 ans en 2007.

Une militante d'extrême gauche[modifier | modifier le code]

Colette Magny, Bordeaux 1972, SIGMA Chanson
Colette Magny, Fête du PSU, La Courneuve, 1975

Par son allure, son style, ses textes rebelles et ses engagements, Colette Magny est un personnage singulier de la chanson contemporaine. Souvent délaissée par les médias, elle a trouvé la notoriété, dans les années 1960, avec un répertoire souvent inspiré par le blues et surtout grâce à sa chanson à succès, Melocoton (1963).

Appuyant sa voix grave sur des textes d'extrême gauche, elle s'est préoccupée des problèmes de ce monde : album Vietnam 67 d'une période contestataire ; Kevork, en 1991, où elle dénonce les injustices, les inhumanités et le péril écologique.

« Dans la famille coup de poing, Ferré c’est le père, Ribeiro la fille, Lavilliers le fils. Et moi la mère !, disait Colette Magny[1]. Elle est partie jeudi dernier. Ferré l’avait précédée. Lavilliers voyage. Ribeiro chante Magny.
Le Forestier, qui chante Brassens, se souvient sans doute de l’enregistrement partagé il y a vingt et un ans avec Colette et sa copine Mara, Chili, un peuple crève. Se souvient-il aussi avoir dansé, quelques années plus tard, avec le « pachyderme de sexe féminin » sur la scène du théâtre de la Ville ? Une plume de Télérama, Jacques-André Bertrand, aujourd’hui écrivain, enlaça aussi la dame lors de ses concerts…
Journalistes et lecteurs, on a toujours aimé Magny, ici. Quand Télérama a relayé l’appel à souscription de la chanteuse pour réaliser l’album Kevork, vous avez été nombreux à répondre. On a toujours aimé Colette Magny pour ses combats irréductibles. Civiques : sa tempétueuse solidarité avec toutes les minorités, tous les minorisés ; artistiques : son timbre blues, allié au jazz et au free jazz, qui incendiait ses chroniques-collages (articles, tracts, poèmes), ses interprétations de Louise Labé, Rimbaud, Artaud, Billie Holiday…, ses chansons à elle, inventives, insoumises.
Kevork, c’est la saga de la pintade, volatile venu d’Afrique, volaille d’élevage qui peut, en s’échappant, redevenir sauvage. Magny, jamais domestiquée, a gardé son chant libre. L’entendons-nous ? »

— Colette Magny, l'insoumise. Par Anne-Marie Paquotte (Télérama)[2]

Hommages[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Collaborations & participations[modifier | modifier le code]

  • 1958 : Des classiques du Jazz, avec Gilles Thibaut (morceaux Black and Blues, de Fats Waller, et Macky the Knife, de Kurt Weill)
  • 1975 : Chili, un peuple crève, avec Maxime Le Forestier et Mara (Le Chant du Monde)
  • 1976 : Visage-Village, avec Lino Léonardi et le Dharma Quintet (Le Chant du Monde)
  • 1979 : Colette Mâgny, je veux chaanter, avec les enfants de l'Institut médico-pédagogique de Fontenoy-le-Château (Le Chant du Monde)
  • 1983 : Cahier d'une tortue, avec Sylvie Dubal (Le Chant du Monde)
  • 1987 : Tous des Johnny ! de Liselotte Hamm et Jean-Marie Hummel
  • 1990 : Berceuses du monde entier (Le Chant du Monde)
  • 1991 : Urgent Meeting d'Un drame musical instantané (GRRR)
  • 1993 : Marazul de Michel Precastelli

Super 45 tours (EP)[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'Humanité, .
  2. Article paru dans le no 2475, .

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sylvie Vadureau, Colette Magny, citoyenne-blues, Cessey-sur-Tille (34 rue des Vernottes), 21110, les Éd. Mutine, (ISBN 2911573005)

Liens externes[modifier | modifier le code]