Pauvre Rutebeuf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pauvre Rutebeuf
Chanson de Léo Ferré
extrait de l'album Le Guinche
Sortie 1956
Enregistré 1956
Durée 3:21
Genre chanson française
Label Disques Odéon

Pistes de Le Guinche

Pauvre Rutebeuf est une chanson de Léo Ferré parue sur l'album Le Guinche, publié par Odéon en 1956. Il s'agit d'un assemblage d'extraits des poèmes La Complainte Rutebeuf et La Griesche d'Yver du poète du XIIIe siècle Rutebeuf, adaptés en français moderne par Ferré lui-même. Cette chanson au succès international a joué un rôle important dans la redécouverte de Rutebeuf par le grand public et est aujourd'hui considérée comme un classique du répertoire.

Paroles[modifier | modifier le code]

Que sont mes amis devenus
Que j'avais de si près tenus
Et tant aimés
Ils ont été trop clairsemés
Je crois le vent les a ôtés
L'amour est morte
Ce sont amis que vent emporte
Et il ventait devant ma porte
Les emporta

Avec le temps qu'arbre défeuille
Quand il ne reste en branche feuille
Qui n'aille à terre
Avec pauvreté qui m'atterre
Qui de partout me fait la guerre
Au temps d'hiver
Ne convient pas que vous raconte
Comment je me suis mis à honte
En quelle manière

Que sont mes amis devenus
Que j'avais de si près tenus
Et tant aimés
Ils ont été trop clairsemés
Je crois le vent les a ôtés
L'amour est morte
Le mal ne sait pas seul venir
Tout ce qui m'était à venir
M'est avenu

Pauvre sens et pauvre mémoire
M'a Dieu donné le Roi de gloire
Et pauvre rente
Et froid au cul quand bise vente
Le vent me vient le vent m'évente
L'amour est morte
Ce sont amis que vent emporte
Et il ventait devant ma porte
Les emporta

L'espérance de lendemain
Ce sont mes fêtes

Enregistrement[modifier | modifier le code]

Musiciens[modifier | modifier le code]

  • Léo Ferré : piano, orgue

Production[modifier | modifier le code]

  • Prise de son : ?
  • Production exécutive : M. Dory

Reprises[modifier | modifier le code]

De nombreuses interprétations de cette chanson existent, entre autres : Catherine Sauvage (1956), Germaine Montero (1956), Cora Vaucaire (1957), Jacques Douai (1957), Marc et André (1961), Joan Baez (1965), Hugues Aufray (1967), Nana Mouskouri (1970), Hélène Martin (1975), Claude Dubois (1987), Petru Guelfucci (1988), James Ollivier (1988), Philippe Léotard (1994), Renée Claude (1994), Marc Ogeret (1999), Didier Barbelivien (2003), Alain Barrière (2007) Dani Klein (Vaya Con Dios) (2009), Jan De Wilde (2010) et Emmanuel Depoix (2014).

Notes et références[modifier | modifier le code]


Liens internes[modifier | modifier le code]