Jean-Pierre Le Goff (sociologue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Goff et Jean-Pierre Le Goff.
Jean-Pierre Le Goff
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
(69 ans)
Nationalité
française
Distinction

Jean-Pierre Le Goff, né le , à Équeurdreville, dans la Manche, est un philosophe et sociologue français.

Rattaché au laboratoire Georges Friedmann (IDHE CNRS Paris I), il travaille sur l'évolution de la société, et notamment sur les paradoxes de Mai 68, sur la formation, sur les illusions du discours managérial en entreprise, sur le stress et la souffrance au travail.

Il privilégie l'analyse d'un certain « air du temps » qui ne se réduit pas pour lui à des « modes », mais qui lui semble significatif de mutations plus structurelles des idées, des modes de représentation, et des valeurs.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Pierre Le Goff a fait des études de philosophie et de sociologie à Caen et appartient à cette génération qui s’est partiellement engagée en faveur du mouvement contestataire de Mai 68[1]. À Caen, il rencontre Alain Caillé, alors jeune maître assistant, et surtout Marcel Gauchet[2] et Paul Yonnet[3], avec lesquels il constitue un petit cercle d'étudiants critiques marqué à la fois par l'anarcho-situationnisme et l'enseignement de Claude Lefort[2]. Il participe au mouvement étudiant de Caen qui, au lendemain de mai 68, connaît une flambée de grèves et de manifestations, puis rejoint un groupe maoïste avant d'abandonner ses études. Il vit de petits boulots, puis part s'installer dans la région Nord-Pas-de-Calais[1],[4].

Dans son livre La Gauche à l'épreuve (1968-2011), il écrit :

« Pour ceux qui, comme moi, se sont engagés sans demi-mesure dans l'activisme groupusculaire de l'extrême gauche après mai 68, la fin des illusions et la critique du totalitarisme ont constitué une sérieuse leçon de réalisme et d'humilité. À l'époque, la lecture des ouvrages de Claude Lefort, qui avait été l'un de mes professeurs à l'université, m'a beaucoup aidé : elle m'a amené à m'interroger sur les raisons d'un aveuglement, sur les mécanismes idéologiques et les modes de fonctionnement auxquels j'ai moi-même participé ; elle m'a mis en garde contre ceux qui prétendent faire advenir “le meilleur des mondes” en étant persuadés d'en détenir les clés. »

Il commence un parcours dans le Nord-Pas-de-Calais comme formateur d’adultes en reconversion, puis, de retour à Paris, comme formateur de jeunes dans la banlieue nord. Intégré au CNAM de Paris (Conservatoire national des arts et métiers) en 1984, il a mené un travail d’enquêtes et d’études sur les évolutions du travail dans le secteur du bâtiment et de l’industrie, sur l'insertion des jeunes dans le bâtiment, les formations aux nouvelles technologies dans l'industrie, les évolutions du métier d’ingénieur et du management[1],[4].

Habilité à diriger des recherches en sociologie et qualifié au poste de professeur des universités, il est entré au CNRS en 2002. Thèmes principaux de recherche : modernisation et management, étude des nouveaux mouvements sociaux, évolution des idées et des mœurs dans les sociétés démocratiques. Il analyse les discours managériaux, qui peuvent sonner creux ou se révéler manipulatoires. Il est l'auteur d'ouvrages sur la modernisation des organisations, le management, mais aussi sur les transformations culturelles et politiques qui traversent nos sociétés, tout particulièrement Mai 68 et ses effets sociétaux[5].

Il a également contribué à la revue Le Débat. Il a été membre de la commission Sciences humaines du Centre national du livre (CNL) de 2006 à 2008 et a participé au jury du prix Sophie-Barluet qui récompense un ouvrage de sciences humaines[6]. Il préside le club Politique Autrement qui explore les conditions d'un renouveau de la démocratie dans les sociétés développées.

Apports[modifier | modifier le code]

Jean-Pierre Le Goff a voulu apporter une interprétation critique des paradoxes de Mai 68, des illusions du discours managérial, du stress au travail, de la formation, et, de façon plus générale, des mutations de la société[7]. Son interprétation des phénomènes sociaux entend mettre en lumière les idées, les croyances, les représentations qui imprègnent plus ou moins consciemment la société et les acteurs sociaux et politiques. Dans ses écrits, les évolutions culturelles ne sont pas considérées comme une « superstructure » des réalités économiques et sociales, mais prises en compte comme ayant une consistance et une signification propres. Il veut se démarquer tout autant d'une sociologie réduite à l'expertise et à l'audit qui réduit les contenus de signification à des paramètres à prendre en considération afin de corriger les dysfonctionnements, que d'un type de « sociologie critique » qui réduit les évolutions à des phénomènes de domination, d'inégalité ou de discrimination. En dehors de ces deux grands courants, il privilégie l'étude de l'arrière-fond culturel des sociétés, qui déterminent un certain « air du temps »[8]. Ce dernier ne se réduit pas pour lui à des « modes », mais serait significatif de mutations plus structurelles. Sa démarche se veut une conception de la sociologie ouverte à l'anthropologie et à l'interrogation philosophique dans l'interprétation des phénomènes sociaux.

Son livre La fin du village. Une histoire française[9] se présente comme un roman sociologique et historique qui s’attache à décrire la mentalité et le style de vie des habitants d’une collectivité villageoise (Cadenet dans le département du Vaucluse, au sud du Luberon) en soulignant les mutations et les bouleversements que cette collectivité a subis depuis la dernière guerre jusqu’aux années 2000.

Le concept de gauchisme culturel[modifier | modifier le code]

Dans son livre Mai 68, l'héritage impossible (1998), Jean-Pierre Le Goff avance la notion de « gauchisme culturel », formulation dont il est l'auteur et qui finira par être reprise dans le milieu journalistique et intellectuel. Selon lui, le "gauchisme culturel" se distingue de l'extrême gauche traditionnelle dans la mesure où il entendrait avant tout « changer les mentalités » et les mœurs par une « révolution culturelle en douceur », en accordant une grande place à l'éducation et aux nouvelles générations.

Dans un article intitulé « Du gauchisme culturel et de ses avatars » publié dans la revue Le Débat en 2013, il avance l'opinion qu'il existerait une opposition « entre une gauche politique et sociale et un gauchisme sociétal qui s'est approprié le magistère de la morale ». Il décrit le paradoxe qui a vu arriver au pouvoir les représentants du second courant « toujours prompts à jouer la société contre l'Etat ». Cette situation décrédibilise selon lui « la parole politique et la puissance publique » et accentuerait la césure de la gauche et des couches populaires[10]. En servant de substitut à la crise du projet socialiste et en devenant nouvelle culture dominante, le gauchisme culturel aurait fini par imprégner la société et une partie de la droite, tout en provoquant des fractures sociales et culturelles au sein de la société.

Dans une interview publié dans La Revue des deux Mondes en 2016, « L'hégémonie du camp du Bien battue en brèche », il diagnostique la « fin d'un cycle historique » marqué par le fait que, dans le domaine des mœurs, de l'école et de la culture, le gauchisme culturel serait de plus en plus rejeté par une partie de la population. Nombre de journalistes militants n'en continueraient pas moins d'exercer une « police de la parole et de la pensée » qui ne se confond pas avec le totalitarisme mais constituerait néanmoins une mise en cause des libertés démocratiques en pratiquant la dénonciation, le lynchage médiatique et les plaintes en justice.

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Le Mythe de l’entreprise : critique de l’idéologie managériale, Paris, La Découverte, 1992 réédité en 1995
  • Les Illusions du management. Pour le retour du bon sens, Paris, La Découverte, 1996 réédité en 2000 (ISBN 2-7071-3319-1)
  • Le Tournant de décembre, avec Alain Caillé, Paris, La Découverte, 1996
  • Mai 68. L’héritage impossible, Paris, La Découverte, 1998 réédité en 2002 et 2006 (ISBN 2-7071-3654-9)
  • La Barbarie douce, Paris, La Découverte, 1999 réédité en 2003 (ISBN 2-7071-3032-X)
  • La Démocratie post-totalitaire, Paris, La Découverte, 2002 réédité en 2003 (ISBN 2-7071-3618-2)
  • La France morcelée, Paris, Gallimard, 2008 (ISBN 978-2-07-034975-3)
  • La Gauche à l'épreuve 1968-2011, Perrin, , 288 p. (ISBN 978-2-262-03335-4)
    Partant du constat que « La gauche se trouve dans un état de crise qui n'en finit pas » et qu'elle a « versé depuis longtemps dans la cacophonie [et] le discours codé pour militants initiés aux luttes internes » Le Goff cherche dans ce livre à trouver « comment en est-on arrivé là ?[11] »
    Ce livre constitue aussi une réflexion sur les soixante-huitards qui ont été tout comme l'auteur engagés dans des groupuscules d'extrême-gauche. En particulier, il pointe la difficulté qu'ils ont à distinguer ce qu'il appelle le plan existentiel (les passions, les tempéraments des acteurs, leur famille, leur éducation etc.) et les « idées auxquelles ils adhèrent ou ont adhéré »[12]. Selon lui cette difficulté conduit bien de ses anciens camarades à reproduire dans les postes qu'ils occupent actuellement (journalistes, hommes politiques etc.) « les mêmes postures d'imprécation et de justiciers, les mêmes réflexes dogmatiques et sectaires, toujours persuadés d'être dans le bon camp[13]. »
      • republié en version augmentée sous le titre : La Gauche à l'agonie ? 1968-2017 Perrin/édi8, 2017
  • La Fin du village. Une histoire française, Paris, Gallimard, 2012 (ISBN 978-2-07-077442-5)
    • Grand Prix du livre historique de Provence (2012)
    • Prix Montaigne (2013)
    • Prix du Mémorial - Grand Prix Littéraire d'Ajaccio (2013)
    • Prix Biguet de l'Académie française (2013)
  • Malaise dans la démocratie, Paris, Stock, 2016 (ISBN 2-2340-8082-7)
  • La France d'hier. Récit d'un monde adolescent, des années 1950 à Mai 68, éditions Stock, 2018, 468 p.

Conférence filmée[modifier | modifier le code]

Une de ses conférences à l'université de tous les savoirs a été éditée sous forme d'un film documentaire Management et imaginaire social produit par Agnès de Warenghien et distribué par le Service du film de recherche scientifique (Vanves) en 2000 et réédité en 2001.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c La Procure 2012
  2. a et b Éric Aeschimann, « Marcel Gauchet, invité spécial de Libération ce mardi 28 avril », sur Libération,
  3. Marcel Jaeger, « Paul Yonnet : la mort d’un sociologue en short », Libération,‎ (lire en ligne)
  4. a et b Cécile Daumas, « Jean-Pierre Le Goff, ex-fan de 68 », Libération,‎ (lire en ligne)
  5. Université Paris1 2011
  6. Nicolas Guégan, « François Azouvi reçoit le prix Sophie-Barluet », Le Nouvel Observateur,‎ (lire en ligne)
  7. Le Figaro 10 octobre 2012
  8. « Le « nouvel air du temps » par Le Goff », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  9. Éditions Gallimard 2012.
  10. « Briser l'influence du gauchisme culturel », lemonde.fr, 24 octobre 2013.
  11. Legoff 2011, p. 19.
  12. Legoff 2011, p. 23.
  13. Legoff 2011, p. 22.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]