Les Nouveaux Partisans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les nouveaux partisans.

Les Nouveaux Partisans est une chanson écrite et composée en 1969 par Dominique Grange pour le mouvement maoïste de la Gauche prolétarienne (GP) dont elle est alors une militante active. Au moment où Dominique Grange compose cet hymne, elle participe au mouvement des « établis », travaillant en usine dans la banlieue de Nice.

Le titre et les paroles de ce chant expriment sans ambiguïté les penchants de la Gauche prolétarienne pour un anticapitalisme violent et la lutte armée, ainsi que leur identification à la Résistance et en particulier aux Francs-tireurs et partisans (FTP)[1].

Le titre fait allusion au célèbre Chant des Partisans qui fut l’hymne de la Résistance intérieure française.

Si la GP se considère comme des résistants, les « patrons » sont assimilés aux « fascistes[2] » et les communistes du PCF à des « collabos[3] ».

Histoire[modifier | modifier le code]

En 2008, à l'occasion de la commémoration des 40 ans de Mai 68, Dominique Grange et son époux Jacques Tardi ont sorti un album CD de chansons révolutionnaires, 1968-2008, n’effacez pas nos traces, dont fait partie entre autres Les Nouveaux Partisans.

En 2011, la Compagnie Jolie Môme a sorti un CD Paroles de mutins dans lequel ils reprennent Les Nouveaux Partisans.

En 2013, pour l'anniversaire des 45 ans de Mai 68, l'enregistrement original de la chanson Les Nouveaux Partisans figure sur l'album de Dominique Grange, intitulé Notre Longue Marche.

Paroles[modifier | modifier le code]

Les Nouveaux Partisans

Paroles & musique : Dominique Grange (Éditions AMOC)


Écoutez-les nos voix qui montent des usines
Nos voix de prolétaires qui disent y en a marre
Marre de se lever tous les jours à cinq heures
Pour prendre un car, un train, parqués comme du bétail
Marre de la machine qui nous saoule la tête
Marre du chefaillon, du chrono qui nous crève
Marre de la vie d’esclave, de la vie de misère
Écoutez-les nos voix, elles annoncent la guerre

Nous sommes les nouveaux partisans
Francs-tireurs de la guerre de classe
Le camp du peuple est notre camp
Nous sommes les nouveaux partisans

Regardez l’exploité quand il rentre le soir
Et regardez les femmes qui triment toute leur vie
Vous qui bavez sur nous, qui dites qu’on s’embourgeoise
Descendez dans la mine à 600 mètres de fond
C’est pas sur vos tapis qu’on meurt de silicose
Vous comptez vos profits, on compte nos mutilés
Regardez nous vieillir au rythme des cadences
Patrons regardez-nous, c’est la guerre qui commence

Nous sommes les nouveaux partisans
Francs-tireurs de la guerre de classe
Le camp du peuple est notre camp
Nous sommes les nouveaux partisans

Et vous les gardes-chiourmes de la classe ouvrière
Vous sucrer sur not’e dos, ça ne vous gêne pas
Vos permanents larbins nous conseillent la belote
Et parlent en notre nom au bureau du patron
Votez, manipulez, recommencez Grenelle
Vous ne nous tromperez pas, maintenant ça marche plus
Il n’y a que deux camps, vous n’êtes plus du nôtre
À tous les collabos, nous on fera la guerre

Nous sommes les nouveaux partisans
Francs-tireurs de la guerre de classe
Le camp du peuple est notre camp
Nous sommes les nouveaux partisans

Baladez-vous un peu dans les foyers putrides
Où on dort par roulement quand on fait les trois-huit
La révolte qui gronde au foyer noir d’Ivry
Annonce la vengeance des morts d’Aubervilliers
C’est la révolte aussi au cœur des bidonvilles
Où la misère s’entasse avec la maladie
Mais tous les travailleurs immigrés sont nos frères
Tous unis avec eux on vous déclare la guerre

Nous sommes les nouveaux partisans
Francs-tireurs de la guerre de classe
Le camp du peuple est notre camp
Nous sommes les nouveaux partisans

La violence est partout, vous nous l’avez apprise
Patrons qui exploitez et flics qui matraquez
Mais à votre oppression nous crions résistance
Vous expulsez Kader, Mohamed se dresse
Car on n’expulse pas la révolte du peuple
Peuple qui se prépare à reprendre les armes
Que des traîtres lui ont volées en 45
Oui bourgeois contre vous, le peuple veut la guerre

Nous sommes les nouveaux partisans
Francs-tireurs de la guerre de classe
Le camp du peuple est notre camp
Nous sommes les nouveaux partisans.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • L'Utopie toujours (compilation épuisée - 17 chansons de Dominique Grange sur 2 CD + livret illustré par Tardi), Edito Musiques/Mélodie (DG 01-02), janvier 2005
CD 1 : Bavure - Gueule noire - La Voix des prisons - Hammam palace - Le Vieux - Soirée paisible sur la banlieue - Les Anges de la mort - On achève bien les chevaux - Un jour à faire sa valise.
CD 2 : La Pègre - Grève illimitée - Chacun de vous est concerné - À bas l'état policier - Les Nouveaux Partisans - Cogne en nous le même sang - Tous ces mots terribles - Les Nouveaux partisans (version courte).
  • 1968-2008… N’effacez pas nos traces ! (livret illustré par Tardi), Juste une Trace (AMOC 092036842313), mars 2008
Grève illimitée - Chacun de vous est concerné - Pierrot est tombé - La Commune est en lutte - Le Sang - Entre océan et cordillère - Petite fille du silence - Les Rivières souterraines - Paris, ce printemps-là - Toujours rebelles, toujours debout - Le Temps des cerises - Droit d'asile - La Pègre - Les Nouveaux Partisans - N'effacez pas nos traces !
Les pirates - L’hymne des femmes - Si j’avais su - C’est dans la rue qu’ça s’passe - La crise - Ébullition - Big brother - Ouch ouille aïe aïe - Si tu vois le père noël - Près de chez moi - Son de la barricada - Démocratie policière - Les Nouveaux Partisans - Lilith
  • Notre Longue Marche (19 enregistrements d'origine de Dominique Grange), Juste une Trace (AMOC840814628191), avril 2013
N'effacez pas nos traces ! - La pègre - Grève illimitée - Dégage ! Dégage ! Dégage ! - La Commune est en lutte - Pierrot est tombé - Cogne en nous le même sang - Entre océan et cordillère - Les rivières souterraines - Au ravin des enfants perdus (Chanson pour Vauquois) - Laisse-moi passer, sentinelle ! - Le déserteur - Les Nouveaux Partisans - Chacun de vous est concerné - Gueule noire - Les anges de la mort - Droit d'asile - À bas l'État policier ! - Toujours rebelles, toujours debout !

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Refrain
    « Nous sommes les nouveaux partisans
    Francs-tireurs de la guerre de classe ».
  2. « Écoutez-les nos voix qui montent des usines » (…)
    « Pour prendre un car, un train, parqués comme du bétail »
  3. « (…) Il n’y a que deux camps, vous n’êtes plus du nôtre
    À tous les collabos, nous on fera la guerre »