Le Pont Mirabeau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le Pont Mirabeau
Plaque Sous le pont Mirabeau coule la Seine, Paris 16.jpg
Plaque reprenant les premiers vers du poème sur le pont Mirabeau, à Paris.
Informations générales
Auteur
Création
Publication
Date
Contenu
Dépeint
Lieu de l'action
Sujets
Incipit
« Sous le pont Mirabeau coule la Seine… »Voir et modifier les données sur Wikidata
Explicit
« …Les jours s'en vont je demeure »Voir et modifier les données sur Wikidata

Sur les autres projets Wikimedia :

Le Pont Mirabeau est un poème du poète français Guillaume Apollinaire paru dans le dernier numéro de la revue Les Soirées de Paris en puis repris en 1913 dans son recueil Alcools, où il figure en deuxième position entre Zone et La Chanson du mal-aimé. Il traite de la disparition de l'amour avec le passage du temps, dont la métaphore est l'écoulement de la Seine sous le pont Mirabeau, à Paris[1]. Une plaque sur ce dernier reprend aujourd'hui les premiers vers du poème.

Elaborations successives du poème[modifier | modifier le code]

Apollinaire a d'abord utilisé la ponctuation dans son poème puis l'a fait disparaître, comme on le constate sur les épreuves manuscrites ou dactylographiées conservées à la bnf ou à la bibliothèque Jacques Doucet[2].

Manuscrit de Sous le pont Mirabeau (avec la ponctuation !)

Composition[modifier | modifier le code]

Le refrain du poème est repris d'un manuscrit écrit pendant l'incarcération de l'auteur à la prison de la Santé du au .


Le pont Mirabeau[modifier | modifier le code]

Sous le pont Mirabeau coule la Seine

Et nos amours

Faut-il qu'il m'en souvienne

La joie venait toujours après la peine.


Vienne la nuit sonne l'heure

Les jours s'en vont je demeure


Les mains dans les mains restons face à face

Tandis que sous

Le pont de nos bras passe

Des éternels regards l'onde si lasse


Vienne la nuit sonne l'heure

Les jours s'en vont je demeure


L'amour s'en va comme cette eau courante

L'amour s'en va

Comme la vie est lente

Et comme l'Espérance est violente


Vienne la nuit sonne l'heure

Les jours s'en vont je demeure


Passent les jours et passent les semaines

Ni temps passé

Ni les amours reviennent

Sous le pont Mirabeau coule la Seine


Vienne la nuit sonne l'heure

Les jours s'en vont je demeure

Dans la culture et les médias[modifier | modifier le code]

Le Pont Mirabeau a plusieurs fois été mis en musique. La version de Léo Ferré est sans doute la plus connue, chantée par de multiples interprètes tels qu'Yvette Giraud, Cora Vaucaire, Anne Sofie von Otter, etc. Serge Reggiani, Marc Lavoine et le groupe Pow Wow. Le guitariste Antoine Aureche (en) (Valfeu) l'a mis en musique et enregistré avec la chanteuse Desireless sur l'album Guillaume, produit par Urgence Disk Records[3]. Il est présenté sur scène, dans un conte musical, dont la première eut lieu le au Musée Apollinaire de l'Abbaye de Stavelot en Belgique[4]. Il existe aussi plusieurs versions chorales du poème ; l'une écrite par le chanteur et compositeur québécois Lionel Daunais et une autre traduite en anglais et chantée par le groupe The Pogues. Le Pont Mirabeau figure parmi les poèmes mis en musique par les Têtes raides dans l'album Corps de mots sorti en 2013. Le , Guillaume Apollinaire a enregistré Le Pont Mirabeau et Le Voyageur aux Archives de la Parole, documents sonores conservés à la Bibliothèque nationale de France et écoutables dans Gallica[5].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Voir notamment le commentaire proposé par Alain Frontier, pages148-150 de La Poésie, Belin, collection de poche, 1992.
  2. Apollinaire, Guillaume (1880-1918)., Alcools : manuscrit, Cambremer, Editions des Saints Pères, 485 p. (ISBN 979-10-95457-33-6, OCLC 992151683, lire en ligne), p.43
  3. « « Guillaume » Un album, un spectacle de Desireless et Operation Of The Sun », sur francenetinfos.com,
  4. « Musée Guillaume Apollinaire », sur abbayedestavelot.be
  5. [Archives de la parole]. , Le voyageur ; Le Pont Mirabeau ; Marie / Guillaume Apollinaire, aut. ; Guillaume Apollinaire, voix, (lire en ligne)