Spoken word

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le spoken word (littéralement « mot parlé ») est une façon particulière d'oraliser un texte, qu'il soit poétique ou autre. Il comprend souvent une collaboration (ou expérimentation) avec d'autres formes d'art comme la musique, le théâtre ou la danse. Cependant, le spoken word se concentre essentiellement sur les mots eux-mêmes, la dynamique et le ton de la voix, les gestes, les expressions.

« L'expression spoken word comme telle nous vient des États-Unis, inspirée des traditions jazz, soul et blues, et surtout de la Beat generation, symbolisée par Kerouac, Ginsberg et Burroughs. »[1]

Histoire[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, le mouvement Beat d'une part, des artistes Noirs d'autre part, ont désigné par l'expression spoken word une technique de poésie à voix haute, souvent accompagnée de musique, dont le slam est l'évolution directe. Les poètes Beat Allen Ginsberg, ou Lawrence Ferlinghetti ont enregistré de nombreux disques de spoken word. Les plus célèbres restent néanmoins The Last Poets. Le spoken word poétique contemporain se popularise chez la communauté noire des années 1960 grâce à ce groupe de poètes noirs fortement inspirés politiquement par Marcus Garvey, ouvertement révolutionnaire[2]. Parfois désignés comme les ancêtres ou les précurseurs du rap, ils se sont formés en 1968 et sont toujours en activité en 2007.

Le spoken word poétique nord-américain tire ses origines de la poésie de la Renaissance de Harlem[3], ainsi que du blues et des beatniks des années 1960[4]. I Have a Dream de Martin Luther King, Ain't I a Woman? de Sojourner Truth et Cast Down Your Buckets de Booker T. Washington changeront également le cours de l'histoire[5]. Le spoken word poétique se popularise brièvement près du grand public lorsque Gil Scott-Heron fait paraître son poème « The Revolution Will Not Be Television » sur l'album Small Talk at 125th and Lenox en 1970[6]. À la fin des années 1970, la poétesse Wanda Coleman contribue au genre avec la série Mad Dog, Black Lady en 1979 publiée par Black Sparrow Press[7].

Le mot est aujourd'hui employé en France et en Allemagne dans l'univers du slam afin de le distinguer de ce dernier par son accompagnement musical (voir les règles habituelles du slam).

Le spoken word partage une technique similaire avec la chanson et le rock français à savoir le parlé-chanté.

Artistes notables[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. D. Kimm, « Les poètes ont une voix mais aussi un corps », revue de théâtre, n°112, (3) 2004, p. 99-103 [PDF].
  2. (en) Last poet fragments.
  3. (en) Aptowicz, Cristin O'Keefe (2007), Words in Your Face: a guided tour through twenty years of the New York City poetry slam. New York : Soft Skull Press. 400 pp. (ISBN 1-933368-82-9).
  4. (en) Neal, Mark Anthony (2003). The Songs in the Key of Black Life. A Rhythm and Blues Nation. New York : Routledge. 214 pages (ISBN 0-415-96571-3).
  5. (en) Smithsonian Folkways, « Say It Loud », Smithsonian Institution (consulté le 15 février 2013).
  6. (en) Ben Sisario, Gil Scott-Heron, Voice of Black Protest Culture, Dies at 62, New York Times, 28 mai 2011.
  7. (en) Wanda Coleman biography, Poetry Foundation.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]