Symphonie interrompue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Symphonie interrompue
Genre Symphonie
Nb. de mouvements 3
Musique Léo Ferré
Effectif Orchestre
Durée approximative 21 minutes environ
Dates de composition 1954
Création
Drapeau de Monaco Monaco (Opéra de Monte-Carlo)

La Symphonie interrompue est une symphonie composée par Léo Ferré en 1954, et créée le 29 avril de la même année à Monaco sous la direction du compositeur. Sous-titrée « À la recherche d'un thème perdu », cette œuvre méconnue des amateurs de Ferré et des mélomanes fait partie des symphonies intégrant du chant soliste dans la nomenclature de l'orchestre.

Genèse de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Cette première et unique symphonie de Léo Ferré lui a été commandée par le prince Rainier III de Monaco en décembre 1953. Les deux hommes se rencontrent au cabaret l'Arlequin où Ferré chante, à Saint-Germain-des-Prés[1]. Ferré sollicite son aide pour faire vivre sur scène l'oratorio qu'il vient de composer de mars 1952 à avril 1953[2] sur le poème « La Chanson du mal-aimé » de Guillaume Apollinaire. Après avoir écouté l'œuvre en piano-voix chez Ferré, le monarque décide de mécéner son compatriote en mettant à sa disposition l'Opéra de Monte-Carlo et son orchestre, à charge pour lui de trouver des chanteurs et de diriger les répétitions, puisque Ferré souhaite tenir la baguette. L'exécution publique est fixée au 29 avril 1954 et comme l'oratorio dure environ trois quart d'heures, ce qui est jugé un peu court pour un programme de concert, Ferré est amené à composer en trois mois une symphonie, d'une durée d'exécution d'une vingtaine de minutes.

Instrumentation[modifier | modifier le code]

Instrumentation de La Symphonie interrompue
Cordes
premiers violons, seconds violons, altos, violoncelles, contrebasses, harpe, piano
Bois
1 piccolo, 3 flûtes, 3 hautbois, 1 cor anglais,

1 petite clarinette en mi ♭, 2 clarinettes si ♭, 1 clarinette basse, 3 bassons, 1 contrebasson

Cuivres
4 cors, 3 trompettes en ut, 3 trombones, 1 tuba
Percussions
(...)
Voix soprano soliste

Analyse de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Cette symphonie est composée de trois mouvements :

  1. Allegro : deciso
  2. Andante : largamente - Scherzo : molto marcato - Andante : tragico
  3. Scherzo : allegramente

Enregistrements[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Robert Belleret, Léo Ferré, une vie d'artiste : sixième partie, chap. « Sous le règne d'un monarque absolu... », Actes Sud, 1996.
  2. Robert Belleret, Léo Ferré, une vie d'artiste : sixième partie, chap. « Mon beau navire ô ma mémoire... », op. cit.