Le Conditionnel de variétés

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le Conditionnel de variétés

Chanson de Léo Ferré
extrait de l'album La Solitude
Sortie 1971
Durée 4:57
Genre chanson française
Auteur-compositeur Léo Ferré
Label Barclay

Pistes de La Solitude

Le Conditionnel de variétés est une chanson contestataire de Léo Ferré créée en 1971, parue sur l'album La Solitude, avec une orchestration du groupe rock Zoo.

Historique[modifier | modifier le code]

Scandalisé par l'interdiction du journal maoïste La Cause du peuple, Ferré écrit un texte, pressé par Jean-Luc Godard de composer une chanson quant à l'interdiction qui vient de tomber [1]. Alors qu'il assiste à la création de la chanson, l'écrivain Jean-Pierre Chabrol fait remarquer à Léo Ferré que tous les verbes sont au conditionnel et lui suggère de l'intituler « le conditionnel de variétés »[2].

Ferré explique par la suite dans une interview au magazine Rock & Folk : « Moi, quand j'ai su que Sartre descendait dans la rue pour vendre ce journal, j'ai trouvé ça formidable et je me suis dit : « Je lui téléphone et je vais vendre le canard avec lui. » Cela, parce que je suis un sensible, un passionné. Et puis j'ai compris qu'il ne fallait pas ; parce que si j'y allais ça serait mal pris. Lui non, mais moi, oui. Parce que, moi, je suis sur les planches. Alors je me suis dit que j'allais faire une chanson là-dessus et puis j'ai pensé que les gens allaient penser encore que... Et c'est pour cela que j'ai pris des précautions oratoires et que j'ai fait cette chanson au conditionnel... » [3]

En octobre 1971, il interprète la chanson sur la scène du théâtre de Bobino. A l'entracte, des militants vendent La Cause du peuple dans la salle [4].

Forme[modifier | modifier le code]

Léo Ferré démarre par une mise en garde liminaire : « Je ne suis qu'un artiste de Variétés et ne peux rien dire qui ne puisse être dit “de variétés”, car on pourrait me reprocher de parler de choses qui ne me regardent pas. » Puis il chante son anarchisme et sa colère haut et fort dans cette chanson-tract où il évoque le travail en usine, l'impunité des élites, la fausse justice et l'atteinte à la liberté de la presse. Les prétéritions successives sont éloquentes (« Comme si je vous disais que les cadences chez Renault sont exténuantes / Comme si je vous disais que les cadences exténuent les ouvriers jamais les Présidents... ») et finissent par une invitation à lire La Cause du peuple (plus par provocation que par communauté de vue politique).

Pour Serge Dillaz, Ferré « [dynamite] la forme traditionnelle de la chanson, il bouscule allègrement la sacro-sainte règle des rimes, des couplets et des refrains dans un ensemble assez extraordinaire ressemblant à un récitatif musical, à un collage d'extraits de presse ou tout bonnement à une lecture de journal faite sur scène ... »[5]

Enregistrement[modifier | modifier le code]

Musiciens[modifier | modifier le code]

  • Zoo :
    • André Hervé : orgue électrique
    • Michel Ripoche : saxophone
    • Daniel Carlet : saxophone
    • Michel Hervé : basse
    • Christian Devaux : batterie

Production[modifier | modifier le code]

  • Prise de son : Claude Achalle
  • Production exécutive : Richard Marsan

Reprises[modifier | modifier le code]

Jean-Luc Godard insère Le Conditionnel de variétés dans le film Numéro deux sorti en 1975[1].Cette chanson a été interprétée par Philippe Léotard, Marcel Kanche et LetZeLéo entre autres, cf. Liste des interprètes de Léo Ferré.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Nicole Brenez, Voyage(s) en utopie - Jean-Luc Godard 1946-2006, Centre Georges Pompidou, , p. 171
  2. Dominique Lacout, Léo Ferré, Éditions Sévigny, , 411 p., p. 52
  3. Jacques Vassal, Léo Ferré, la voix sans maître, Cherche Midi, 2013, s.p (ISBN 9782749128337)
  4. Louis-Jean Calvet préface à Maurice Frot, Léo Ferré, comme si je vous disais, Archipel 2008 s.p (ISBN 9782809811049)
  5. Serge Dillaz, La Chanson française de contestation : des barricades de la Commune à celles de mai 1968, Seghers, , 283 p. (lire en ligne), p. 143

Liens externes[modifier | modifier le code]