Resona Holdings

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Resona Holdings
logo de Resona Holdings
illustration de Resona Holdings

Création Voir et modifier les données sur Wikidata
Forme juridique Kabushiki kaishaVoir et modifier les données sur Wikidata
Action Bourse de Tokyo (8308)[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Siège social KōtōVoir et modifier les données sur Wikidata
Filiales Resona Bank (d), Saitama Resona Bank (d) et Kinki Osaka Bank (d)
Site web www.resona-gr.co.jpVoir et modifier les données sur Wikidata

Resona Holdings, Inc. est une banque japonaise issue en 2003 de la fusion de Daiwa Bank et de Asahi Bank. Elle fait partie de l'indice TOPIX 100.

Historique[modifier | modifier le code]

Resona a été créée sous le nom de Osaka Nomura Bank en 1918. Cette entité a servi de branche financière d'un groupe fondé par Tokushichi Nomura. Ses activités de courtage en valeurs mobilières se sont séparées en 1925 pour former Nomura Securities Co. (NSC), devenue Nomura Holdings. L'activité bancaire a été rebaptisée The Daiwa Bank en 1948, après la Seconde Guerre mondiale. Elle a été l'une des seules grandes banques à offrir des services bancaires et fiduciaires dans l'après-guerre. Le groupe Resona a été formé, en décembre 2001, par la fusion des banques Daiwa et Asahi et de deux autres banques régionales. A l'époque, les analystes avaient émis des doutes sur la pérennité de l'ensemble issu de cette fusion. Et dès 2003, Le gouvernement japonais a été amené à injecter 2 000 milliards de yens dans l'établissement financier, devenu le cinquième établissement financier du pays[2].

En février 2017, SMFG annonce la fusion de ses activités de banque régionale avec Resona Holdings[3].

Condamnation[modifier | modifier le code]

La banque est condamnée à une amende de 340 millions de dollars après avoir plaidé coupable de 16 infractions criminelles. Elle est reconnue coupable de fraude en bande organisée de dissimulation de crime, de falsifications de ses comptes, de faux et usage de faux et d'obstruction à un audit bancaire[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « http://www.resona-gr.co.jp/holdings/investors/faq/stock.html »
  2. Philippe Pons, « La banque japonaise Resona est quasiment nationalisée », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  3. Japan's SMFG, Resona agree to combine three regional lenders, Thomas Wilson and Taiga Uranaka, Reuters, 3 mars 2017
  4. Frank Browning, John Gerassi, Histoire criminelle des États-Unis, Nouveau monde, , p. 10

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :