Mitsui O.S.K. Lines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mitsui O.S.K. Lines
Image illustrative de l'article Mitsui O.S.K. Lines

Création Voir et modifier les données sur Wikidata
Forme juridique Kabushiki kaishaVoir et modifier les données sur Wikidata
Siège social Drapeau du Japon MOL Building, 1-1 Toranomon 2-chome Minato JaponVoir et modifier les données sur Wikidata
Site web www.mol.co.jpVoir et modifier les données sur Wikidata
Porte-conteneurs MOL Continuity sur l'Elbe avec Destination Hambourg

Mitsui O.S.K. Lines, Ltd. (MOL) (株式会社商船三井, Kabushiki-gaisha Shōsen Mitsui?) (TSE : 9104) est une entreprise japonaise de transport maritime. Mitsui O.S.K. est un des plus grands groupes de transport maritime au monde, et un des trois grands groupes maritimes japonais, avec NYK (groupe Mitsubishi) et K-Line.

Mitsui O.S.K. est present sur tous les principaux segments de transports maritimes, conteneurs, voitures et materiels roulants roro', vracs secs, vracs liquides (petrole, gaz naturel liquefie)...etc.

Historique[modifier | modifier le code]

Mitsui O.S.K. est le resultat de la fusion en 1964 entre O.S.K. Lines (Osaka Shosen Kaisha, cree en 1884) et Mitsui Line, creee en 1942, dans le cadre du conglomerat Mitsui.

Fin octobre 2016, NYK Line, MOL et K Line, les trois principales compagnies de transports de conteneur du japon, ont annoncé la fusion de leur activité maritime de transport de conteneur dans une coentreprise détenue à Kawasaki Kisen and Mitsui O.S.K. will each own 31 % par K Line et MOL et à 38 % par NYK Line. Cette nouvelle entité gérera 256 navires, pour une part de marché de 7 % sur le transport maritime de conteneur. Cette nouvelle entité doit être créée entre 2017 et 2018. Les autres activités de ces trois groupes ne sont pas concernés par cette fusion. Cette annonce intervient peut après la faillite de Hanjin Shipping[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. 3 Japanese Shipping Companies to Merge Container Businesses, Jonathan Soble et Gerry Doyle, The New York Times, 31 octobre 2016

Liens externes[modifier | modifier le code]