Nomura Holdings

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Nomura Holdings
logo de Nomura Holdings
illustration de Nomura Holdings

Création 1925
Forme juridique Kabushiki gaishaVoir et modifier les données sur Wikidata
Action Bourse de Tokyo (8604) et New York Stock Exchange (NMR)Voir et modifier les données sur Wikidata
Siège social Tokyo
Drapeau du Japon Japon
Activité Service financierVoir et modifier les données sur Wikidata
Produits Service financierVoir et modifier les données sur Wikidata
Filiales Nomura Securities
Nomura Asset Management
The Nomura Trust & Banking
Site web www.nomura.com

Chiffre d'affaires en augmentation 15,45 milliards de dollars (2006)

Nomura Holdings (TSE : 8604 SGX : N33 NYSE : NMR) (野村ホールディングス株式会社) est une holding financière japonaise. Elle fait partie des constituants du TOPIX 100.

Historique[modifier | modifier le code]

L'histoire de Nomura commence le , lorsque la société Nomura Securities Co. (NSC) est créée à Osaka, en tant que spin-off du département titres d'Osaka Nomura Bank Co, Ltd (aujourd'hui Resona Bank). NSC s'est d'abord concentrée sur le marché obligataire[1]. Elle tire son nom de son fondateur Tokushichi Nomura II, un riche magnat japonais du courtage boursier. C'est lui qui avait précédemment créé la banque Osaka Nomura en 1918.

Le , Nomura annonce une réduction d'effectif de mille emplois à Londres, sur un total de 4 500, en raison de difficultés dans la reprise des activités de l'ex-banque d'affaires américaine Lehman Brothers en Europe[2],[3],[4]. Nomura s'était engagé à reprendre plus de 8 000 ex-employés de Lehman Brothers en Asie-Pacifique, en Europe et au Moyen-Orient, ainsi qu'au centre de soutien mondial basé à Bombay.

Le , le groupe bancaire annonce la création du prix Nomura, qui devient le prix le plus richement doté dans le domaine de l'art contemporain. D'un montant d'un million de dollars, il est destiné à récompenser « un artiste ayant produit un ensemble de travaux d’une importance culturelle majeure ». Décerné dans le dernier trimestre de l'année, en octobre, il sera précédé de deux Emerging Artist Award, de 100 000 dollars chacun, pour des artistes en début de carrière, et dont les bénéficiaires seront annoncés en mai à Kyoto[5].

Le 26 mars 2021, La banque japonaise Nomura a annoncé qu’elle risquait de perdre 2 milliards de dollars dans l’affaire ARCHEGOS.[6] La débâcle d’Archegos a entraîné une liquidation spectaculaire de plus de 30 milliards de dollars à New York.[7] Nomura figure parmi les principaux clients d’Archegos aux côtés de Goldman Sachs, Morgan Stanley, Deutsche Bank, Wells Fargo et Crédit suisse.

En mai 2021, la banque japonaise écope de 129,5 millions d’euros pour avoir faussé la concurrence sur le marché obligataire[8].

Éthique[modifier | modifier le code]

En septembre 2011, il a été annoncé que Trent Martin a été embauché en tant que vice-président des ventes[9]. En décembre 2012, Martin a fait face à une demande d'extradition à Hong Kong des États-Unis pour délit d'initié présumé, fraude en valeurs mobilières et complot en vue de commettre une fraude en valeurs mobilières. La demande d'extradition n'a pas été contestée[10].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « History of Nomura Securities Company, Limited from fundinguniverse.com »
  2. Anne Michel, « La filiale française de Lehman Brothers a été vendue à la banque japonaise Nomura », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  3. « D'anciens cadres de Lehman Borthers réclament plus de 100 millions de dollars », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  4. (en) « Nomura plans European staff cuts », Financial Times,‎ (lire en ligne)
  5. Emmanuelle Jardonnet, « Le prix Nomura, gros lot de l’art contemporain », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  6. (en) By Takashi Nakamichi and Takako Taniguchi, « Nomura CEO’s Honeymoon Ends With $2 Billion Archegos Debacle »
  7. (en) Julien Chung et Maureen Farrell, « Ex-Tiger Asia Founder Triggers $30 Billion in Large Stocks Sales »
  8. « Marché obligataire : Bruxelles sanctionne UBS, UniCredit et Nomura pour entente », sur Les Echos, (consulté le )
  9. « NOMURA – Nomura ajoute son expertise à son activité d'actions australiennes en pleine expansion avec quatre embauches seniors clés » [20110909/20110909.html archive du ], sur www.nomuraholdings.com (consulté le )
  10. « Un analyste financier australien sera extradé vers les États-Unis pour faire face à des accusations », sur The Sydney Morning Herald,

Liens externes[modifier | modifier le code]