Yen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Yens.

Yen japonais
日本円 (ja)
Unité monétaire moderne actuelle
Pays officiellement
utilisateurs
Drapeau du Japon Japon
Drapeau des Philippines Philippines
Autres pays
utilisateurs
Drapeau du Zimbabwe Zimbabwe[1],[2]
Banque centrale Banque du Japon
Symbole local ¥ (international)
 (Japon)
 (Japon, traditionnel)
Code ISO 4217 JPY
Sous-unité sen (1100), rin (11000)
Taux de change 1 EUR = 132,7760 JPY[3] ()
Chronologie de la monnaie

Le yen (, en?, symbole monétaire : ¥, code : JPY) est la monnaie officielle du Japon.

Il a été créé par une loi du [4], pour remplacer le Ryō (?).

Le symbole graphique latinisé du yen est ¥ ; en japonais il s'écrit , ce qui est une forme simplifiée de l'ancienne graphie . Le code ISO du yen est JPY.

Le yen avait deux subdivisions, le sen (1/100) et le rin (1/1000). Néanmoins ces subdivisions ne sont plus utilisées depuis 1954.

Prononciation et étymologie[modifier | modifier le code]

En japonais, se lit « en », prononcé /en/ (c'est-à-dire comme « enne »). La graphie « yen » provient de la romanisation de l'ancienne écriture sino-japonaise qui ne tenait pas compte de l'évolution de la prononciation. En japonais, signifie « rond » ou « cercle » — comme en chinois yuan ou en coréen won, de même étymologie.

Pièces et billets[modifier | modifier le code]

Pièces de monnaie[modifier | modifier le code]

La toute première pièce de monnaie japonaise, Wado Kaichin (ou Wado Kaiho selon l'interprétation du dernier kanji), a été frappée en 708. La pièce de 1 yen a la propriété anecdotique de mesurer 1 centimètre de rayon et de peser exactement 1 gramme.

Il a été relevé que la pièce de 100 yens s'ajustait parfaitement à la fente des têtes de vis d'attache rapide des trépieds photographiques[5].

Billets[modifier | modifier le code]

Le premier billet japonais, le Yamada Hagaki, a été créé vers 1600. Il existait en 2006 sept sortes de billets, d'une valeur de 1 000, 2 000, 5 000 et 10 000 yens. Les billets de 100 et 500 yens n'existent plus.

  • Le billet de 1 000 yens, mis en circulation à partir du , représente l'écrivain Sōseki Natsume (1867-1916).
  • Le billet de 2 000 yens est moins répandu car mis en circulation plus tardivement (le ).
  • Le billet de 5 000 yens, mis en circulation à partir du , représente Inazo Nitobe (1862-1933).
  • Le billet de 10 000 yens, mis en circulation à partir du , représente Yukichi Fukuzawa (1835-1901).

De nouveaux billets de 1 000, 5 000 et 10 000 yens ont été introduits le , soit vingt ans après les précédents. Ils reprennent et complètent les mécanismes de sécurité du nouveau billet de 2 000 yens.

  • Le billet de 1 000 yens représente le médecin Noguchi Hideyo (1876-1928)
  • Le billet de 5 000 yens représente l'écrivaine Ichiyo Higuchi (1872-1896)
  • Le billet de 10 000 yens représente toujours Yukichi Fukuzawa (1835-1901) mais le dessin du recto a été modifié et ne présente plus un faisan mais un phénix, celui du Byōdō-in (平等院?), à Kyōto, le même qui est représenté sur les pièces de 10 yens.
1 000 yens (recto).
1 000 yens (verso).
Nouveau 1 000 yens (recto).
Nouveau 1 000 yens (verso).
2 000 yens (recto).
2 000 yens (verso).
5 000 yens (recto).
5 000 yens (verso).
Nouveau 5 000 yens (recto).
Nouveau 5 000 yens (verso).
10 000 yens (recto).
10 000 yens (verso).
Nouveau 10 000 yens (recto).
Nouveau 10 000 yens (verso).
Anciens billets de 100, 500, 1 000 et 5 000 yens (recto).
Anciens billets de 100, 500, 1 000 et 5 000 yens (verso).

Autres yens de l'empire japonais[modifier | modifier le code]

Le yen taïwanais (?) est la monnaie ayant eu cours à Formose de 1895 à 1946 durant l'occupation japonaise.

De 1904 à 1945, un yen militaire japonais est mis en circulation pour régler la solde des militaires des forces impériales japonaises.

De 1910 à 1945, un yen coréen est établi pendant la colonisation japonaise de la Corée.

De 1942 à 1945, une monnaie d'invasion japonaise est établie pour les territoires occupés par ce pays lors de la Seconde Guerre mondiale.

Spéculations contre le yen des années 2005 - 2007[modifier | modifier le code]

Durant les années 2005 - 2007, les spéculateurs internationaux choisissent de s'endetter en yens puis de les échanger contre des dollars pour les placer aux États-Unis afin de profiter de l'écart entre les taux d'intérêt japonais proches de zéro et les taux américains proches de 5 %. Cette manœuvre a pour conséquence une baisse importante du yen par rapport au dollar sous l'effet de la demande grandissante sur le dollar. Les premiers spéculateurs, qui ont procédé au remboursement des prêts qu'ils avaient contractés, ont échangé leurs dollars contre les yens moyennant des taux de change plus faibles par rapport aux taux auxquels ils avaient acheté les dollars. Le gain réalisé grâce au différentiel des taux d'intérêt se voit alors conforté par un gain supplémentaire issu des écarts sur les taux de change. Cette stratégie a induit une baisse du yen de 1 dollar = 103 yens en janvier 2005 à 1 dollar = 124 yens en juillet 2007, soit un gain de 31 % pour les spéculateurs[6]. Ces opérations entraînaient une dépréciation du yen, au moment même où la monnaie japonaise était censée être forte au regard des fondamentaux économiques du pays. Le solde courant du Japon était fortement excédentaire alors que celui des États-Unis était largement déficitaire[7]. Ce mouvement se retourne brutalement début 2009 : le yen remonte ; 1 dollar ne valant plus que 93 yens. Le Japon est confronté à une forte perte de compétitivité[6].

Évolution de l'euro par rapport au yen[modifier | modifier le code]

Variation du taux euro/yen depuis 1999.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Zimbabwe Switches to Yuan as Reserve Currency », sur VOA, (consulté le 14 décembre 2016).
  2. « New coins to help ease Zimbabwe cash crunch », sur Daily Mail, (consulté le 14 décembre 2016).
  3. (en) Cours du yen par rapport à l'euro, Banque centrale européenne.
  4. Abram Piatt Andrew, The End of the Mexican Dollar, Quarterly Journal of Economics, (présentation en ligne), p. 345, 18:3:321-356.
  5. (en) Popular Photography, (lire en ligne), p. 26.
  6. a et b Catherine Mathieu et Henri Sterdyniak, La globalisation financière en crise, Revue de l'OFCE, 2009/3 (n° 110), Les éditions du Net, p.13-73
  7. Hafid Idoukharaz, Libéralisation des changes... comment dire bonjour à l'instabilité monétaire, leseco.ma, 5 avril 2018

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :