Système automatisé de maintien dans sa voie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Premier véhicule implémentant une fonction de Système automatisé de maintien dans sa voie Automobile Série S de la série 223 en mars 2020 à Vaihingen-sur-l'Enz près de Stuttgart

Le système automatisé de maintien dans sa voie (en anglais ALKS pour Automated Lane Keeping System) est un système de conduite autonome de véhicule capable sur une route à caractéristique autoroutière de maintenir un véhicule dans sa voie et de rester à distance du véhicule qui précède.

Le caractère autonome tient au fait que le système est de niveau 3, ce qui signifie que l'interaction du conducteur est limitée pendant que le véhicule fonctionne automatiquement.

Dénomination[modifier | modifier le code]

Le système était dénommé Système automatisé de maintien dans la voie dans une version préliminaire d'avril 2020[1]. Le règlement a été officiellement proposé le 3 juillet 2020 sous cette appelation de Système automatisé de maintien dans la voie[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Japon est doté d'un large réseau d'autoroutes urbaines dénivelées du trafic local sous-jacent[Quoi ?] , avec une vitesse de conception pouvant atteindre 60 ou 80 km/h qui pourraient être adaptées au « système automatisé de maintien de trajectoire » que le Japon appliquera dès 2021

Ce règlement international a été défini et adopté en avril 2020 par le Forum mondial pour l'harmonisation des règlements concernant les véhicules[3],[4] et la commission économique pour l'Europe des Nations unies pour entrer en vigueur en janvier 2021[5],[6]. Ce premier règlement concernant les véhicules de niveau 3 est conclu l'année où le Japon et la Corée du Sud, deux membres du forum, veulent introduire les véhicules de niveau 3 sur leurs routes[7].

Il s'agit du premier règlement international contraignant sur l'automatisation de niveau 3 des véhicules[8].

Dès début janvier 2021 — à l'issue de la période de six mois commencée mi-2020 — le système peut être approuvé dans les pays CEE-ONU qui ne se sont pas opposés à l'accord. Des pays comme le Japon, le Royaume-Uni ou la Corée sont intéressés par son déploiement, alors que ce type de produit doit aussi être disponible dans le marché unique européen: Certains constructeurs envisagent de commercialiser dès fin 2020 des véhicules dont la mise à jour fonction autonome pourra être téléchargée après son homologation en 2021[réf. nécessaire].

La Mercedes-Benz Classe S (Type 223) a été conçue pour que son système automatisé de maintien dans sa voie fonctionne en Allemagne et au Royaume-Uni dès 2021[9].

Perspective, Enjeux[modifier | modifier le code]

Ce type de système est considéré comme une première étape, qui pourrait être suivi par des évolutions permettant le changement de file, ou bien des vitesses plus élevées jusqu'à 130 km/h.

Certains points restent à résoudre, notamment concernant la question de la responsabilité[10].

Fonction[modifier | modifier le code]

« L’ALKS contrôle le déplacement latéral et longitudinal du véhicule pendant des périodes prolongées sans intervention du conducteur. L’ALKS est un système qui, une fois activé, dirige le véhicule. »

— Règlement 157 sur les systèmes automatisés de maintien dans la voie

Environnement technique[modifier | modifier le code]

Pour être activé, ce système automatique devra se trouver dans un environnement approprié :

Interface homme-machine[modifier | modifier le code]

L'interface homme machine doit être dotée de plusieurs éléments:

  • Système de détection de la disponibilité du conducteur
  • Activation, désactivation et intervention du conducteur
  • Neutralisation du système
  • Information du conducteur

L'information du conducteur doit notamment indiquer

  • L’état du système
  • Toute défaillance affectant le fonctionnement du système
  • Toute demande de transition, par au moins un signal visuel et en plus un signal d’avertissement sonore et/ou tactile
  • Toute manœuvre à risque minimal, par au moins un signal visuel et en outre, un signal d’avertissement sonore et/ou tactile
  • Toute manœuvre d’urgence, par un signal visuel.

Système de stockage de données pour la conduite automatisée[modifier | modifier le code]

Le Système de stockage de données pour la conduite automatisée — d'acconyme DSSAD — doit permettre de connaitre les interactions entre le véhicules et le conducteur, en cas d'accident[3],[11].

Le Système de stockage de données pour la conduite automatisée doit permettre d'enregistrer des événements comme: Activation du système ;Désactivation du système, Demande de transition par le système, Réduction ou arrêt de l’intervention du conducteur ; Début de la manœuvre d’urgence ; Fin de la manœuvre d’urgence ; Action de déclenchement de l’enregistreur de données de route ; Détection d’un danger de collision ; Déclenchement d’une manœuvre à risque minimal par le système ; Défaillance grave de l’ALKS ; Défaillance grave du véhicule[11].

Ces événements doivent être horodatés avec une précision de mille millisecondes, mais en conservant la chronologie des événements survenant simultanéments[11]. La durée de conservation de ces données pourrait dépendre de la législation du pays[11].

Les données doivent être conservées après un choc correspondant au règlements ONU no 94, 95 ou 137[11].

Manœuvres[modifier | modifier le code]

L'ALKS devra être capable d'exécuter différents types de manœuvres (sic) :

  • Manœuvres d'urgence ;
  • Demandes de transition, lorsque le système demande au conducteur de reprendre le contrôle ;
  • Manœuvres à risque minimal.

Controverse[modifier | modifier le code]

Le danger que ce système automatique pourrait causer aux motocyclistes soulève une controverse d'après l'Association des constructeurs européens de motocycles[12].

Cette technologie a créé des débats au Royaume-Uni avec le gouvernement, le parlement et les assurances pour savoir quelle législation serait adaptée à cette technologie[13].

Controverses britanniques[modifier | modifier le code]

Au Royaume-Uni, dans la consultation qui se termine au , le Système automatisé de maintien de trajectoire est critiqué par Thatcham Research et l'Association des Assureurs Britanniques (ABI) au motif qu'il ne serait pas suffisamment sur[14].

Selon Thatcham Research et les assureurs britanniques, le Système automatisé de maintien de trajectoire n'aurait pas les mêmes capacités qu'un conducteur expérimenté et concentré. De ce fait, ces sociétés proposent de classer la fonctionnalité en aide à la conduite (niveau 2) plutôt qu'en automobile automatisée (niveau 3)[14].

Les sociétés ont imaginés trois scénarios ou un Système automatisé de maintien de trajectoire peut réagir différemment d'un conducteur:

  • Présence de débris dans la voie
  • Empiètement sur la voie d'un piéton
  • Fermeture d'une voie autoroutière[14].

Un autre point critiqué est le temps de reprise en main, limité à quatre secondes par des technologies qui sondent une distance de 120 mètres, là où un conducteur nécessite quinze secondes pour réagir à un risque routier[14].

Spécificités du droit local[modifier | modifier le code]

Spécificités britanniques[modifier | modifier le code]

Les britanniques envisagent d'autoriser l'ALKS à des vitesse jusqu'à 70 mph, 113 km/h. Pacts s'y oppose au motif que le système n'est conçu que pour des vitesses jusqu'à 60 km/h[15],[16].

Le Royaume-Uni cherche à savoir si l'ALKS est complètement compatible avec le Highway Code de Grande-Bretagne — et notamment les règles 144, 261, 270, 286, 226, 236,258, 106, 107, 108, 109, 281, 227, 231, 233 — ce qui peut conduire le gouvernement de Grande-Bretagne à mettre à jour le Highway Code si nécessaire dans certain cas:

  • capacité à détecter une limitation de vitesse temporaire annoncée par un panneau lumineux sur le dessus de la file
  • capacité à détecter un accident pour réaliser l'arrêt obligatoire en cas d'accident, par exemple dans le cas d'une motocyclette circulant en interfile; Pacts considère que l'ALKS n'a pas été préu pour ça[17],[18].
  • cas d'un arrêt causé par une mauvaise transition
  • cas d'un véhicule suivi par la police qui doit s'arrêter selon la loi britannique

Autres interrogations:

  • barrières légales l'accès aux données en cas d'enquête pour accident;
  • la formation des conducteurs aux spécificités du véhicule;
  • classification des véhicules ALKS en tant que véhicules automatiques au sens de la loi britannique, responsabilité du fabriquant et du conducteur en cas d'accident;
  • l'utilisation d'un ALKS doit-il permettre de vaquer à d'autres occupation[19]?

Texte de référence[modifier | modifier le code]

Le système automatisé de maintien de trajectoire, ALKS de l'anglais Automated Lane Keeping System, est un concept décrit par le règlement 157[20] annexé à l'accord de 1958 de l'UNECE intitulé « Accord concernant l'adoption de prescriptions techniques uniformes applicables aux véhicules à roues, aux équipements et aux pièces susceptibles d'être montés ou utilisés sur un véhicule à roues et les conditions de reconnaissance réciproque des homologations délivrées conformément à ces prescriptions »[Lequel ?][Où ?][21],[4].

Le texte du règlement est disponible en plusieurs langues:

  • Anglais: ALKS
  • Français: système automatisé de maintien de trajectoire
  • Russe: автоматизированной системы удержания в пределах полосы движения (АСУП)

Bénéfices attendus[modifier | modifier le code]

Mike Hawes, responsable de la Society of Motor Manufacturers & Traders (SMMT) considère que cette technologie permettra d'éviter 47 000 accidents sérieux et de sauver 3 900 vies sur la première décennie[22].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. https://undocs.org/ECE/TRANS/WP.29/2020/81
  2. https://treaties.un.org/doc/Publication/CN/2020/CN.297.2020-Frn.pdf
  3. a b et c Le règlement des Nations unies sur les systèmes automatisés de maintien de la trajectoire est une étape importante vers la mise en circulation de véhicules autonomes unece.org, le 25 juin 2020
  4. a et b (en) UN Regulation on Automated Lane Keeping Systems is milestone for safe introduction of automated vehicles in traffic, unece.org, le 25 juin 2020
  5. Le Figaro avec AFP, « Voitures autonomes: norme contraignante adoptée à l'ONU », sur Le Figaro.fr, (consulté le 13 août 2020)
  6. Véhicules autonomes : trois règlements des Nations-Unies pour encadrer la cybersécurité et les systèmes de délégation de conduite, actualitesdudroit.fr du 26 juin 2020, consulté le 22 octobre 2020
  7. (en)New Level 3 Autonomous Vehicles Hitting the Road in 2020, ieee.org, consulté le 22 octobre 2020
  8. (en)Automotive: Go-ahead for level 3 Lane Keeping System, lexology.com du 9 juillet 2020n consulté le 22 octobre 2020
  9. https://theworldnews.net/uk-news/mercedes-s-class-will-be-one-of-the-first-cars-to-offer-hands-free-uk-driving
  10. Véhicules autonomes : trois règlements des Nations-Unies pour encadrer la cybersécurité et les systèmes de délégation de conduite, actualitesdudroit.fr du 26 juin 2020, consulté le 22 octobre 2020
  11. a b c d et e Proposition de nouveau Règlement ONU ... système automatisé de maintien dans la voie, undocs.org, juin 2020, consulté le
  12. (en)Automated Lane Keeping Systems consultation launched, bmf.co.uk du 19 aout 2020, consulté le
  13. (en)Safety experts say automated lane-keeping systems are 'nascent tech' and car insurers 'aren't convinced' as MPs plan their introduction on motorways, thisismoney.co.uk du 20 aout 2020, consulté le
  14. a b c et d (en)Government Urged to revise Automated Lane Keeping Systems (ALKS) plans, iaea-online.org du 26 octobre 2020, consulté le
  15. https://www.pacts.org.uk/2020/10/automatic-lane-keeping-systems-pacts-response-to-ccav-consultation/
  16. https://www.pacts.org.uk/wp-content/uploads/PACTS-ALKS-Response-Data.pdf
  17. https://www.pacts.org.uk/2020/10/automatic-lane-keeping-systems-pacts-response-to-ccav-consultation/
  18. https://www.pacts.org.uk/wp-content/uploads/PACTS-ALKS-Response-Data.pdf
  19. (en)[PDF] Safe Use of Automated Lane Keeping System (ALKS), gov.uk, aout 2020, consulté le
  20. « ECE/TRANS/WP.29/2020/81 - F - ECE/TRANS/WP.29/2020/81 », sur undocs.org (consulté le 13 août 2020)
  21. règlement 157 annexé à l'accord de 1958
  22. (en) Government introduces automated system to keep your car in lane, confused.com du 26 aout 2020, consulté le