Honda CBR600RR

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Honda CBR600RR
Image illustrative de l’article Honda CBR600RR
Honda CBR600RR PC 37

Constructeur Honda
Années de production 2003-2017
Type Sportive
Moteur et transmission
Moteur(s) 4 cylindres en ligne, 4 temps, refroidissement liquide
Démarrage Électrique
Distribution 2 ACT, 4 soupapes par cylindre
Cylindrée 599
Puissance maximale 119,6 ch à 13 500 tr/min ch
Couple maximal 66 Nm à 11 250 tr/min kg⋅m
Alimentation Injection électronique PGM-DSFI
Embrayage Multidisque en bain d’huile
Boîte de vitesses à 6 rapports
Transmission par chaîne
Vitesse maximale 260 km/h
Cadre, suspensions et freinage
Cadre Périmétrique en aluminium
Suspension avant (débattement) Fourche inversée Showa “Big Piston” ø 41 mm, entièrement réglable, débattement 120 mm
Suspension arrière (débattement) Monoamortisseur Unit Pro-Link à gaz et réservoir séparé entièrement réglable, débattement 130 mm
Frein avant 2 disques ∅ 310 mm, étriers radiaux 4 pistons
Frein arrière 1 disque ∅ 220 mm, étrier 1 piston
Poids et dimensions
Roue avant 120/70 ZR 17 (58W)
Roue arrière 180/55 ZR 17 (73W)
Empattement 1 373 mm
Hauteur de selle 823 mm
Poids à sec 196 kg
Réservoir (réserve) 18.1 Litres litres

La Honda CBR600RR est une moto de 599 cm3, de la famille des CBR introduite par Honda en 2003. Elle remporta entre 2002 et 2008 chaque Championnat du monde de Supersport. Elle réitère la performance en 2010, puis à nouveau en 2014. Elle rencontrera rapidement un grand succès et reste l'une des sportives en 600 cm3 les plus appréciées en Europe.

2003-2004[modifier | modifier le code]

La Honda CBR600RR commence sa carrière en 2003, inspirée de la RC211V (modèle engagé par Honda en MotoGP).

Le moteur développe 117 chevaux, il est alimenté par injection électronique (PGM-DSFI) et la moto dispose d'une suspension arrière Unit Pro-Link. Ces techniques proviennent directement des motos GP de la marque. Le cadre lui est rigidifié, et les disques de freins prennent de l'embonpoint pour atteindre 310 mm de diamètre. Elle est l'une des premières motos à arborer un silencieux d'échappement sous la selle, caractéristique qu'elle a conservée depuis.

2005-2006[modifier | modifier le code]

En 2005, la Honda CBR600RR procède à une grosse évolution. La moto possède une fourche avant inversée entièrement réglable, des freins à disque avec des étriers à quatre pistons à montage radial, un bras oscillant et un nouveau cadre en aluminium. Le poids sera réduit de 7 kg.

L'esthétique, elle, ne varie que sur des détails. En fin d'année, des versions aux couleurs de l'écurie Movistar de MotoGP et de la moto de Sébastien Charpentier (baptisée « Win Win ») apparaissent au catalogue.

2007-2008[modifier | modifier le code]

En 2007, Honda présente un refonte la plus radicale de la CBR600 depuis l'introduction du RR en 2003. Elle est mise en évidence par un tout nouveau moteur, cadre et carrosserie qui aboutit à un CBR600RR plus petit, plus léger et plus puissant avec un rapport puissance / poids excellent pour la catégorie. La moto perd encore 10 kg et tombe à 182 kg.

Le moteur complètement nouveau est plus petit et plus légerque son prédécesseur, il perd 2 kg et passe à 118 ch.

La sonorité en revanche perd un peu de son charme dans cette nouvelle mouture.

2009-2012[modifier | modifier le code]

En 2009, L'ABS Combiné fait son apparition, il évite les pertes d'adhérence lors des freinages sur surfaces changeantes.

Le moteur lui est légèrement optimisé.

2013-2017[modifier | modifier le code]

En 2013, le CBR reçoit de nouvelles roues, et des optimisations moteur. Le moteur gagne légèrement en puissance et passe à 119,6 ch.

Mais le marché des petites sportives se rétrécit face aux roadsters et trails plus polyvalents et mieux équipés, l'entreprise nippone a donc pris la décision de ne pas procéder à une refonte de la CBR afin qu'elle respecte la norme Euro 4, trop coûteux en R & D

En 2017, la CBR 600 RR termine donc sa carrière en Europe[1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Honda CBR600RR et Triumph Daytona 675 : c'est fini ! », (consulté le 16 août 2016)