Seven & I Holdings

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Seven.
image illustrant une entreprise image illustrant le Japon
Cet article est une ébauche concernant une entreprise et le Japon.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?).
Les entreprises étant sujet à controverse, n’oubliez pas d’indiquer dans l’article les critères qui le rendent admissible.

Seven & I Holdings Co., Ltd.
logo de Seven & I Holdings Co., Ltd.
Création
Action TSE : 3382
Siège social Drapeau du Japon Tokyo (Japon)
Filiales 7-Eleven, Ito Yokado, Denny's, Seven Bank
Effectif 50 775 (2011)
Site web www.7andi.com

Seven & I Holdings Co., Ltd. (株式会社セブン&アイ・ホールディングス, Kabushiki-gaisha Sebun & Ai Hōrudingusu?) (TSE : 3382) est une entreprise japonaise fondée le en tant que holding pour les chaînes de distribution japonaises 7-Eleven, Ito Yokado ainsi que pour la chaîne de restauration Denny's et la Seven Bank.

Elle a développé le porte-monnaie électronique Nanaco, qui serait le troisième plus répandu au Japon en 2012[1].

Historique[modifier | modifier le code]

L'enseigne la plus connue de cette société est 7-Eleven. Le groupe est spécialisé dans les dépanneurs. Ce nom fait référence aux horaires d'ouverture des magasins qui, à l'origine, étaient h - 23 h. En 2014, beaucoup de 7-Eleven sont ouverts 24h/24.

Le classement 2013 de Kantar[2] place le groupe au septième rang mondial avec près de 65 milliards d'euros de ventes. Si on se réfère au nombre de points de vente, plus de 27 600, Seven & I est numéro 1 du classement.

En avril 2016, le PDG Toshifumi Suzuki, en poste depuis 40 ans, démissionne à la suite du refus du conseil d'administration de remplacer Ryuichi Isaka, patron de 7-Eleven par son fils[3]. Le conseil est soutenu par un actionnaire activiste américain, Daniel S. Loeb (en), via sa société Third Point Management (en)[4]. Quelques jours plus tard, Ryuichi Isaka remplace Toshifumi Suzuki, en tant que président et non PDG[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Karyn Poupée, « Live Japon : Porte-monnaie électronique, 2/3 de convaincus, 1/3 de rétifs », Clubic, le 27 janvier 2013
  2. Kantar Retail, Top 50 Retailer 2013, Kantar_Retail_2013_Top_50_Retailers.pdf
  3. Seven & I: les affaires vont bien, AFP sur LeFigaro.fr, le 7 avril 2016
  4. Marc Angrand, Taiga Uranaka et Ritsuko Shimizu, « Japon : Le patron historique de Seven & i part face à un activiste », Reuters sur Investir-Les Echos Bourse, le 7 avril 2016
  5. Ritsuko Shimizu et Véronique Tison, « Japon : Daniel Loeb impose son candidat à la tête de Seven & i », Reuters sur Investir-Les Echos Bourse, le 19 avril 2016

Liens externes[modifier | modifier le code]