Shanghai Automotive Industry Corporation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
SAIC - Shanghai Automotive Industry Corporation
Description de l'image SAIC Motor logo.png.
Création 1955 Shanghai Internal Combustion Engine Components Company
1995 Shanghai Automotive Industry Corp. (Group)
2011 SAIC Motor Corporation Limited
Dates clés 2007 rachat de Nanjing automobiles [1]
Forme juridique Entreprise publique
Siège social Drapeau de Chine Shanghai (Chine)
Direction Chen Zhixin (Président)
Chen Hong (Directeur Général)[2]
Activité Automobile
Produits Automobile Poids lourds
Filiales Roewe, Nanjing Automobile (MG), Maxus
Effectif en augmentation 144 955 (2013)[3]
Site web http://www.saicgroup.com/english/index.shtml
Capitalisation en augmentation 304 Md yuan [4]
Chiffre d’affaires en augmentation 630,00 Md yuan (2014)[5]
en augmentation +11.35%
Résultat net en augmentation 27,973 Md yuan (2014)
en augmentation +12.78%

Shanghai Automotive Industry Corporation (en chinois: 上海汽车工业(集团)总公司; Pinyin: Shànghǎi Qichē Gõngyè (Jítuán) Zǒnggõngsī; ou 上汽, Shàngqi; abrégé SAIC, prononcé : ['sei-ɪk]) est l'un des plus importants constructeur automobile chinois.

SAIC a réalisé en 2013 un chiffre d'affaires de 630 milliards de yuans, soit 94 milliards d'euros, avec 144 955 salariés et 32 centres techniques en Chine. Avec des ventes de 5,620 millions d'unités, SAIC est le leader du marché automobile chinois, lui-même premier marché automobile mondial, devant le marché américain. SAIC devance en effet son compatriote FAW et Dongfeng Motors en 2014, et conserve ainsi sa place en tête des constructeurs automobiles chinois[6]. L'entreprise se classe au 85e rang mondial par son chiffre d'affaires, selon le dernier classement Fortune 500 réalisé par Forbes[7]

SAIC possède entre autres la marque Roewe, une des seules marques de luxe chinoises, qui produit en fait d'anciens modèles de Rover, la marque britannique disparue en 2005. Par ailleurs, SAIC détient la marque de voitures de sport MG, par l'intermédiaire de Nanjing Automobile.

SAIC joue sur différents tableaux :

  • l'automobile : le groupe est en tête des ventes sur le marché chinois grâce aux coentreprises formées avec Volkswagen et General Motors[8], mais aussi grâce à sa politique de rachat de concurrents (Rover, Nanjing Automobile)
  • les véhicules industriels et les poids lourds : SAIC s'est aussi hissé en première position sur le marché domestique grâce à la coentreprise formée avec Fiat et Iveco, SAIC Iveco Commercial Vehicle Investment Company, distribués sous la marque Hongyan.
  • les composants : le groupe est un important fournisseur de composants automobiles grâce à la coentreprise avec Magneti Marelli.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondée à proprement parler en 1955, SAIC trouve son origine dans les nombreux ateliers de réparation automobile de Shanghai qui se sont développés pendant et après la seconde guerre mondiale. Le premier modèle de l'usine d'assemblage de Shanghai est lancé en 1958 : c'est la Phoenix, une voiture destinée aux couches les plus aisées de la population chinoise[9].

Contrairement à ses concurrents du XXIe siècle et du fait de son positionnement sur le marché du luxe, FAW et Dongfeng Motors, SAIC n'avait pas d'emblée une position dominante sur le marché chinois. C'est la forte hausse de la demande chinoise couplée à une stratégie adoptée très tôt d'alliance avec des groupes automobiles étrangers qui ont permis à SAIC de se faire une place dans le paysage automobile chinois. En effet, dès 1985, SAIC crée une coentreprise avec Volkswagen[10], la Shanghai Volkswagen Automotive Co pour la fabrication de la Volkswagen Santana qui va remplacer progressivement la Shanghai SH760 dans l'usine d'Anting qui se verra accompagner plus tard par la Volkswagen Passat Variant ainsi que l'Audi 100 C2.

Par ailleurs, SAIC a toujours bénéficié du soutien sans failles des autorités locales. En effet, SAIC a été pendant longtemps propriété des autorités municipales de Shanghai. En 1997, SAIC crée une coentreprise avec General Motors : Shanghai GM. Cinq ans plus tard, SAIC et General Motors réitèrent en constituant SAIC-GM-Wuling (SGMW).

Ainsi les années 1990 constituèrent-elles pour SAIC une décennie de croissance organique et par création de coentreprises. En outre, SAIC parvient à créer une chaîne logistique efficace et ainsi à imposer la production locale de la majeure partie des véhicules produits par ses coentreprises.

Les années 2000, cette croissance organique fut complétée par une politique ciblée de rachats de concurrents. En 2002, SAIC souscrit à 10% du capital de Daewoo-GM. En 2004, le groupe rachète SsangYong, un constructeur automobile coréen en difficulté[11]. Ce rachat fut de courte durée, car SAIC revendra peu après ses parts à Mahindra. Le rachat le plus notable de la décennie reste celui de Nanjing Automobile[12], le plus ancien constructeur automobile chinois, en 2007. SAIC verse 2.095 milliards de yuans, soit 285.7 millions de dollars, et cède 4,9 % de son capital à Yuejin, la maison mère de Nanjing Automotive, pour cette transaction[13].

Ce rachat mit un terme à un contentieux existant entre Nanjing Automobile et SAIC. SAIC avait acheté les technologies et brevets d'exploitation de certains modèles de Rover, avec l'intention de racheter ensuite l'intégralité du groupe MG Rover, mis en faillite en 2005. Cependant, Nanjing Automobile avait réussi à prendre SAIC de court et racheté les actifs de la compagnie. Cette situation empêchait SAIC d'utiliser complètement ces brevets et technologies. La fusion de Nanjing Automobile et de SAIC en 2007 permet enfin le lancement la même année de la marque Roewe, le nom de Rover rendu inutilisable car racheté par Ford à BMW[14]. Roewe est aujourd'hui la seule marque de luxe chinoise ayant une visibilité à l'échelle du pays.

SAIC et General Motors : un partenariat stratégique tenace[modifier | modifier le code]

Shanghai GM[modifier | modifier le code]

SAIC est partenaire depuis 1997 avec le constructeur américain General Motors au sein d'une coentreprise, Shanghai GM. À sa création, le capital est détenu à parité, conformément à la législation en vigueur en Chine où tout constructeur automobile étranger doit former une coentreprise avec une société locale et ne peut pas détenir plus de 50 % de cette coentreprise. La première production fut, en 1999, la Buick Century, dans une usine capable de produire 200 000 véhicules par an et située à Pudong, près de Shanghai.

En février 2010, GM cède 1% de la coentreprise au profit de SAIC. Le choix est en premier lieu comptable, car il permet à SAIC de consolider les comptes de la coentreprise dans son propre bilan. Cependant, face à la montée en puissance du marché chinois, GM fait le choix de revenir à parité à peine deux ans plus tard, en 2012[15]. Sur les 11 premiers mois de 2014, Shanghai GM a vendu 1.52 million de véhicules[16].

SAIC-GM-Wuling[modifier | modifier le code]

En 2002, SAIC, General Motors et Wuling Motors créent une coentreprise détenue respectivement à 50.1%, 34% et 15.9%. La nouvelle entité est appelée SAIC-GM-Wuling, nom couramment abrégé en SGMW. De 2008 à 2011, General Motors monte progressivement au capital en rachetant des actions à Wuling Group, pour atteindre 44%[17].

SGMW possède quatre usines en Chine pour des ventes estimées à 1,8 million de véhicules pour l'année 2014[18].

En 2015, General Motors annonce l'implantation d'une usine en Indonésie, à Jakarta[18]. Cette décision est la suite logique de la nouvelle orientation stratégique de SGMW : la conquête de l'Asie du Sud-Est dans les prochaines années.

General Motors SAIC Investment Ltd[modifier | modifier le code]

En 2009, les deux entreprises décident également de créer une société commune basée à Hong Kong : General Motors SAIC Investment Limited (GMSIL). Cette coentreprise reprend les activités de la division indienne de General Motors. En effet, lors de la mise en faillite de GM, il lui a été demandé de faire ce genre de montages pour trouver de l'argent. À sa création, la coentreprise était détenue à parité par GM et SAIC. Cependant, General Motors, une fois sa situation financière rétablie, et après la constatation d'un semi-échec dans le partenariat établi, décide en 2012 de racheter 44 % de la coentreprise, qui redevient GM India Ltd[19]. SAIC garde 7% du capital de la structure.

Accords de synergie[modifier | modifier le code]

Parallèlement, les deux entreprises ont passé des accords pour partager des moteurs et les nouvelles générations de transmissions automatiques économes en carburant, cela à partir de 2012. SAIC souhaite les utiliser pour sa marque de luxe Roewe. SAIC a donc acquis le partage des droits de propriété industrielle à l'échelle mondiale[20],.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « annonce du rachat sur le site du Figaro », sur lefigaro.fr
  2. « annonce des nominations sur le site britannique de MG », sur mguk.org
  3. « rapport annuel 2013 (lire page 30) », sur saicgroup.com
  4. « cours de bourse du groupe sur le site de Bloomberg »
  5. « chiffres clés de l'année 2013 (en chinois) », sur saicgroup.com
  6. « classement des plus gros constructeurs automobiles chinois de 2014 », sur peopledaily.com
  7. (en) « page de SAIC dans le classement Fortune 500 »
  8. « SAIC prend la tête des constructeurs chinois », sur usinenouvelle.com,‎
  9. (en) « la Phoenix, voiture emblématique des origines de SAIC »
  10. (en) Frank Jürgen Richter, Dragon millenium : Chinese business in the coming world economy, Praeger,‎ , 240 p. (ISBN 978-1567203530, "Shanghai+Car+Plant"&pg=PA65&redir_esc=y#v=onepage&q&f=false lire en ligne), page 67
  11. « historique du groupe Sangyong », sur lesechos.fr
  12. La Tribune.fr 26 décembre 2007
  13. « Chine : fusion des constructeurs SAIC et Nanjing », sur leblogfinance,‎
  14. (en) « FAQ Roewe sur le site de MG »
  15. http://www.freep.com/article/20120418/BUSINESS0101/120418050/GM-China-partner-Shanghai-automotive-deal
  16. http://media.gm.ca/media/ca/fr/gm/news.detail.print.html/content/Pages/news/cn/en/2014/Dec/1208_sgm_sales.html
  17. http://www.autonews.com/article/20101110/GLOBAL03/101119982/1131
  18. a et b http://media.gm.com/media/cn/en/gm/news.detail.html/content/Pages/news/cn/en/2015/feb/0202_indonesia.html
  19. (en) « annonce de la reprise de 43 % du capital par GM »
  20. « SAIC and GM sign memorandum of understanding for long-term strategic cooperation », sur General Motors,‎