Chamars

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chamars
Chamars
Vue générale de l'espace vert
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Ville Besançon
Canton Besançon-sud
Démographie
Population hab. (2006)
Fonctions urbaines Parking, espace vert
Étapes d’urbanisation XVIe siècle
Géographie
Coordonnées 47° 14′ 01″ nord, 6° 01′ 06″ est
Cours d’eau Doubs
Site(s) touristique(s) Parking Chamars, fontaine, espace vert, Tour de Chamars, Tour du Marais, Corps de garde de Chamars
Transport
Tramway TRAMT1 T2 
Bus BUSL4 L6 9 10 21 23 24 

Ginko Citadelle ,
lignes 81  à 86  (sauf 84) ;
Ginko Diabolo D1 D2 

Localisation
Localisation de Chamars
Chamars, secteur de La Boucle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chamars

Chamars est un secteur situé à l'ouest du centre historique de Besançon, dont la quasi-totalité du site est occupée par le parking Chamars et par l'espace vert.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Chamars proviendrait de la contraction de campus martii (champ de Mars, dieu de la guerre des Romains).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le site, étant géographiquement situé dans le centre historique de Besançon, fut occupé dès l'époque romaine. À l'origine marécageux, le secteur est devenu un pâturage et accueillait le moulin de la ville. Chamars était aussi coupé par un bras du Doubs, il était donc divisé en deux sous secteurs : le petit et le grand Chamars ; le bras du Doubs fut comblé à la fin du XIXe siècle.

Au XVIIe siècle, Vauban décide de fortifier le site, qu'il juge beaucoup trop vulnérable. Il y construit la Tour bastionnée de Chamars, la Tour bastionnée du Marais, le Corps de garde de Chamars ainsi qu'un réseau de remparts qui protégeaient l'intégralité du site. À la fin du règne de Louis XV, l'intendant de Lacoré décide d'embellir le centre ville de la capitale comtoise. Il y fit aménager un des plus beaux espaces verts de France en faisant appel à l'architecte Claude Joseph Alexandre Bertrand. On y trouvait à l'époque un café, des bains pour la noblesse construits par Claude-Antoine Colombot, une volière d'oiseaux rares, des cascades, un jardin botanique et de nombreuses plantations.

En 1830, les remparts sont détruits ainsi qu'une partie du jardin, avant d'être totalement réaménagés de 1978 à 1982. Quelques platanes, ainsi que les deux vasques de pierre de Jean-Baptiste Boutry, ont été conservés.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le secteur est situé à l'ouest du centre historique de Besançon, au centre de Besançon. Il est bordé par le Doubs, et limitrophe du secteur de la Gare d'eau et du reste du centre ville. Les principaux axes de communication sont le boulevard Charles De Gaulle, reliant le secteur à la Grette et à Planoise.

Transport[modifier | modifier le code]

C'est la compagnie Ginko qui gère le transport urbain de Besançon. Chamars constitue un pôle du réseau, regroupant :

  • les lignes de TRAMT1 T2 ,
  • les lignes de bus BUSL4 L6 9 10 21 23 24 81 82 83 85 86 , les Ginko Diabolo D1 D2 , ansi que la ligne Ginko Citadelle  reliant Chamars (dont elle est le terminus) à la Citadelle de Besançon,
  • Chamars regroupe aussi une station de partage de vélos VéloCité et une station de voitures libre-service Citiz.

Monuments[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]