Raoul Girardet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Girardet.
Raoul Girardet
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 95 ans)
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Parti politique
Conflit

Raoul Girardet, né le [1] et mort le [2],[3], est un historien français.

Il est spécialiste des sociétés militaires et du nationalisme français[2].

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

Agrégé d'histoire et docteur ès lettres, Raoul Girardet fut professeur à l'université de Paris, à l'Institut d'études politiques de Paris — avec entre autres pour élèves Laurent Fabius et Jean-Pierre Chevènement[4] —, à l'École nationale d'administration (ENA), l'École spéciale militaire de Saint-Cyr et à l'École polytechnique.

Parmi d'autres enseignements à l'Institut d'études politiques de Paris, il a assuré, en alternance avec René Rémond et Jean Touchard[5], secrétaire général de la Fondation nationale des sciences politiques, un cours mémorable sur Le mouvement des idées politiques dans la France contemporaine, étalé sur plusieurs années, ainsi qu'un séminaire de 3e cycle sur « Les années 1930 ». Il est « une personnalité phare de Sciences Po et marque des générations d'étudiants »[6].

Biographie[modifier | modifier le code]

Raul Girardet, né un an après Verdun, vient d'une famille de militaires de carrière, patriotes et républicains.

Sa jeunesse est marquée par un premier engagement : l'Action française. Les ligues nationalistes se présentent alors « comme une forme de contestation à l'égard de l'ordre établi, de rupture, de refus et de subversion » [réf. nécessaire], extrêmement séduisante pour un adolescent. Girardet est également sensible au romantisme de l'action révolutionnaire dirigée contre l'ennemi héréditaire allemand. Le rayonnement de Charles Maurras, le prestige de l'Action française expliquent le choix particulier de cette ligue, bien plus qu'une adhésion totale aux thèses de Maurras. Outre les diverses actions menées en tant que Camelot du Roi, l'Action française est pour Girardet l'occasion de se créer un tissu de relations, qu'il ne reniera pas, et de se faire de solides amis avec qui il partagera parfois ses engagements futurs. Il quitte toutefois le mouvement au début de la guerre, écœuré par l'antisémitisme et la collaboration.

Le second engagement majeur est l'entrée dans la Résistance. Si Girardet éprouve quelques difficultés à se détacher de la personnalité tant vénérée du maréchal Pétain, héros de la Première Guerre mondiale, son indignation devant l'armistice est immédiate. Il se sent alors plus proche du général Giraud que de De Gaulle et avoue avoir eu une préférence pour un engagement dans l'armée britannique plutôt que dans les troupes gaullistes[7]. Il sert la Résistance par un grand nombre de petites actions quotidiennes et cependant dangereuses (boîte aux lettres, transport de messages, etc.), qui lui valent finalement d'être arrêté par la Gestapo en 1944 et d'être interné à la prison de Fresnes durant six mois puis au camp de Compiègne, mais il échappe de peu à la déportation. Il recevra la Croix de guerre 1939-1945[8].

À partir de 1955, il écrit dans l'hebdomadaire royaliste de Pierre Boutang La Nation française sous le pseudonyme de Philippe Méry. Ses articles spécialisés dans les questions militaires font de lui une « référence et même une sorte de conscience pour les officiers de l'armée d'Algérie »[9].

La troisième grande aventure de Girardet est son engagement dans la guerre d'Algérie, où les velléités d'abandon que montra de Gaulle dès son allocution sur l'autodétermination, le 16 septembre 1959, poussaient Girardet à adopter un antigaullisme féroce. Pensant qu'un abandon de l'Algérie équivaudrait à un nouvel armistice, ou tout simplement incapable de reconnaître les propres torts de la France, Girardet est déçu par l'attitude du général de Gaulle. À la suite du Manifeste des 121 publié le 5 septembre 1960 dans Les Temps modernes appelant les appelés du contingent à l'insoumission, est rédigé un manifeste des intellectuels français réaffirmant « la mission civilisatrice de l'armée en Algérie. Contre les professeurs de trahison ». Raoul Girardet fait partie des signataires[10] aux côtés de Jacques Perret, de Jacques Laurent, de Roger Nimier, de François Natter, d'Henri Massis ou encore de Jules Monnerot. Il quitte La Nation française, trop gaulliste à ses yeux, et écrit des articles pro-OAS qu'il publie dans L'Esprit Public – où il est corédacteur en chef avec Roland Laudenbach –, journal très radical qui va jusqu'à comparer de Gaulle à Hitler[11]. Girardet participe à l'OAS en métropole[12] puisqu'il prend part à la branche « Action politique et propagande » aux côtés de ces mêmes universitaires (François Bluche, Jules Monnerot, le patron des éditions de la Table ronde, Roland Laudenbach) et les écrivains Jacques Laurent et Jacques Perret. La revue L'Esprit public, lancée en décembre 1960 par Philippe Héduy et Hubert Bassot, est d'ailleurs la « façade publique de l'OAS ». Ces activités militantes lui vaudront d'être arrêté et incarcéré au début de septembre 1961 pour « provocation de militaires à la désobéissance[11] ». Le procès s'achève sur un non-lieu.

Ces trois engagements reflètent, pour lui, son attachement à certaines valeurs, patriotisme et tradition. Les origines et les combats de Girardet expliquent en grande partie les centres d'intérêts autour desquels se concentre son œuvre : la question militaire, le nationalisme, le colonialisme, l'histoire des idées politiques. Ce sont ces thèmes que l'on retrouve essentiellement dans sa bibliographie et dans les participations qu'il a pu apporter à divers ouvrages collectifs.

Atteint de la maladie d'Alzheimer dans ses dernières années, Girardet meurt le 18 septembre 2013[2],[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice d'autorité personne sur le site du catalogue général de la BnF
  2. a, b et c Mort de l'historien Raoul Girardet, consulté le 20 septembre 2013.
  3. a et b La mort de l'historien Raoul Girardet sur l'Opinion, consulté le 22 septembre 2013.
  4. Documentaire Raoul Girardet par Pierre-André Boutang, Chaîne Histoire , regardé le .
  5. « Mort de Raoul Girardet "Mythes et mythologies politiques"», Michel Winock, huffingtonpost.fr, 26 septembre 2013.
  6. « Raoul Girardet, historien du sentiment national », Philippe-Jean Catinchi, Le Monde.fr, 22 septembre 2013.
  7. Singulièrement libre, entretiens avec Pierre Assouline, Perrin, Paris, 1990
  8. Raoul Girardet, mort d'un historien engagé, Jacques de Saint Victor, Le Figaro.fr, 22 septembre 2013
  9. Philippe d'Hugues, Raoul Girardet, un acteur du XXe siècle, La Nouvelle Revue d'Histoire, no 69, novembre-décembre 2013, p. 34-35
  10. Jean-Paul Gautier, Les extrêmes droites en France, éditions Syllepses, 2009, p. 63.
  11. a et b Article nécrologique du Monde, édition datée du mardi 24 septembre 2013, page 18
  12. Jean-Paul Gautier, Les extrêmes droites en France, éditions Syllepses, 2009, p. 73.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]