Accès au projet et à son bistro :
Le projet « Politique en Italie » lié à ce portail
Bistro du projet « Politique en Italie » lié à ce portail

Portail:Politique en Italie

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

[[Fichier:{{{icone}}}|20px]] Portail
[[Fichier:{{{icone}}}|20px]] Projet
[[Fichier:{{{icone}}}|20px]] La buvette de la Chambre des députés
Portail de la politique en Italie

Il y a actuellement 2 526 articles liés au portail.

Introduction
Hémicycle de la Chambre des députés.

L’Italie est une République (en italien : Repubblica Italiana) à régime parlementaire.

Le président de la République est le chef de l'État. Élu au suffrage indirect, il exerce une magistrature morale, au-dessus du jeu politique. Le pouvoir exécutif est exercé par le gouvernement, dont le président du Conseil des ministres est le chef. Le pouvoir législatif appartient au Parlement, constitué de la Chambre des députés et du Sénat de la République, élus au suffrage universel pour cinq ans. La Cour suprême de cassation est la plus haute juridiction du pays tandis que la Cour constitutionnelle veille à la conformité des lois avec la Constitution.

L'actuelle Constitution a été approuvée par le Parlement le puis promulguée le . Elle est entrée en vigueur le et remplace le statut fondamental de qui définissait l'Italie comme une monarchie.

L'Italie est une démocratie multipartite sujette à une forte instabilité politique. De à , les deux principaux partis politiques sont la Démocratie chrétienne (DC) et le Parti communiste italien (PCI). La DC se maintient au pouvoir tout au long de cette période grâce à des alliances à géométrie variable, tandis que le PCI reste dans l'opposition. À la suite du tournant de Bologne et de l'opération Mains propres, ces deux grandes formations disparaissent au profit de coalitions de centre gauche — emmenée par le Parti démocrate de la gauche (PDS), puis les Démocrates de gauche (DS), L'Olivier et enfin le Parti démocrate (PD) — et de centre droit — dominée par l'homme d'affaires Silvio Berlusconi et son parti Forza Italia puis par la Ligue du Nord. En , l'apparition du mouvement populiste antisystème Mouvement 5 étoiles (M5S) bouleverse le jeu politique.

Scrutins récents
Dernière procédure électorale Prochaine procédure électorale
Flag of Valle d'Aosta.svg Flag of Trentino-South Tyrol.svg
1 mois et 28 jours depuis les élections régionales en Vallée d'Aoste. 95 jours avant les élections régionales au Trentin-Haut-Adige.


Élections et partis politiques
Flag of Italy.svg 4 mois et 14 jours depuis les élections générales.

Les élections ont pour résultat deux chambres sans majorité, aucune des trois principales forces politiques n'étant parvenue à obtenir la majorité absolue. Le Mouvement 5 étoiles arrive en tête et devient le premier parti au Parlement avec près d'un tiers des sièges. Il est toutefois devancé par la somme des partis de la « coalition de centre droit », au sein de laquelle la Ligue s'impose face à Forza Italia, tandis que le Parti démocrate du président du Conseil sortant Paolo Gentiloni observe un net recul. Son chef Matteo Renzi annonçe le lendemain sa démission du secrétariat du parti.

Sièges à la Chambre des députés à l'issue des élections de 2018.
Drapeau de l'Italie Partis politiques nationaux 
Drapeau de l’Union européenne Élections européennes (dernières élections en 2014)
Institutions


Citation
Left pointing double angle quotation mark sh3.svg
Il convient que les lois dans la période de la société cultivée soient écrites dans des codes immuables et non pas comprises uniquement dans les us et coutumes incertains, à l'interprétation arbitraire. Il faut aussi que les lois soient claires, générales, brèves, précises et ne soient pas sujettes à l'interprétation de magistrats tatillons.
Right pointing double angle quotation mark sh3.svg Francesco Mario Pagano, dans les années 1790.
Lumière sur une personnalité historique
Presidente Mattarella.jpg

Sergio Mattarella, né le à Palerme, est un juriste et homme d'État italien d'obédience démocrate-chrétienne, élu président de la République italienne le .

Fils d'un ancien ministre, Sergio Mattarella commence sa carrière politique après la mort de son frère, Piersanti Mattarella, assassiné par la mafia sicilienne en 1980. Membre de la Démocratie chrétienne (DC) jusqu'à sa dissolution, il siège à la Chambre des députés durant sept législatures, entre 1983 et 2008.

En 1987, il est nommé ministre des Relations avec le Parlement, avant d'être chargé, deux ans plus tard, du portefeuille de l'Instruction publique au sein du sixième gouvernement de Giulio Andreotti. Il démissionne l'année suivante pour protester contre un projet de loi favorisant certaines entreprises privées comme Fininvest.

Il propose en 1993 une réforme du mode de scrutin pour l'élection des deux chambres du Parlement, qui sera adoptée et prendra le surnom de « Mattarellum », remplaçant le système proportionnel en vigueur depuis 1946. Ayant appartenu au courant de centre gauche de la DC, il rejoint le Parti populaire italien (PPI) en 1994 et se fait élire sous les couleurs de L'Olivier en 1996.

En 1998, Sergio Mattarella est nommé vice-président du Conseil des ministres au sein du premier gouvernement de Massimo D'Alema, lequel le charge, un an plus tard, du portefeuille de la Défense ; à ce titre, il abolit le service militaire obligatoire et promeut l'engagement militaire de l'Italie pour le maintien de la paix en Bosnie-Herzégovine et dans l'ex-République yougoslave de Macédoine. Confirmé à ce poste par Giuliano Amato, il quitte le gouvernement après la victoire du centre-droit aux élections générales de 2001.

Il occupe alors diverses fonctions parlementaires, mais ce n'est que sept ans plus tard, en 2008, qu'il met un terme à sa carrière politique. En 2011, fort de son passé d'enseignant en droit, il est élu juge à la Cour constitutionnelle par le Parlement.

Le , Sergio Mattarella est élu président de la République italienne au quatrième tour de scrutin par 665 suffrages sur 991 votants. Succédant à Giorgio Napolitano, il est le premier chef de l'État italien né en Sicile. Il prête serment le suivant devant le Parlement.

Lire la suite
Des élections marquantes
Parti arrivé en tête par circonscription.

Les élections européennes de 1984 en Italie (en italien : Elezioni europee del 1984 in Italia) se tiennent le , afin d'élire les 81 députés européens italiens de la 2e législature du Parlement européen.

Ce scrutin intervient alors que le socialiste Bettino Craxi est au pouvoir depuis un an avec le soutien du Pentapartito, une alliance dominée par la Démocratie chrétienne (DC). Il se tient seulement six jours après la mort du secrétaire général du Parti communiste italien (PCI) et figure de la vie politique italienne, Enrico Berlinguer.

Le résultat est marqué par un fait unique dans l'histoire de la République italienne, surnommé le « sorpasso ». La victoire revient en effet au PCI, qui devance la DC pour la première fois depuis , de 130 000 voix environ. La participation est en baisse d'environ trois points mais reste largement supérieure — de 23 points — à la moyenne européenne.

Lire la suite
Un article au hasard
Nous vous proposons de lire au hasard l'article :

« Felice Casson »

Vous pouvez aussi retenter votre chance.
Portails connexes
Wikimedia-logo.svg Projets Wikimédia associés
Sur les autres projets Wikimedia
Commons-logo.svg

Wikimedia Commons
(Ressources multimédia)
Politique en Italie


Wikinews-logo.svg

Wikinews
(Actualités)
Politique en Italie