Fort de Bondues

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Fort de Bondues
Image illustrative de l’article Fort de Bondues
Description
Type d'ouvrage fort
Dates de construction de 1879 à 1883
Ceinture fortifiée place forte de Lille
Utilisation fort de ceinture
Utilisation actuelle Musée de la résistance
Propriété actuelle commune de Bondues
Garnison 792 hommes
Armement de rempart 14 pièces
Armement de flanquement 10 pièces
Organe cuirassé une tourelle Mougin modèle 1876
Modernisation béton spécial non effectuée
Programme 1900
Dates de restructuration non effectuée
Tourelles -
Casemate de Bourges -
Observatoire -
Garnison ?
Programme complémentaire 1908 non réalisé
Coordonnées 50° 41′ 33″ nord, 3° 05′ 13″ est

Géolocalisation sur la carte : Métropole européenne de Lille

(Voir situation sur carte : Métropole européenne de Lille)
Fort de Bondues

Géolocalisation sur la carte : Nord

(Voir situation sur carte : Nord)
Fort de Bondues

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Fort de Bondues

Le fort de Bondues, appelé brièvement fort Lobau, est un fort semi-enterré situé à Bondues qui faisait partie de la ceinture de douze forts qui entourait Lille. Ce fort est situé au nord-nord-est de la place, à 41 mètres d'altitude.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fortification lilloise du système Séré de Rivières, il fut construit entre 1875 et 1885 près du point de confluence de la Marque et de la Deûle, sur le bord de la route nationale 17 qui relie Lille à Menin, principale voie de communication vers la Belgique.

Par le décret du , le ministre de la Guerre Georges Boulanger renomme tous les forts, batteries et casernes avec les noms d'anciens chefs militaires[1]. Pour le fort de Bondues, son « nom Boulanger » est en référence au général d'Empire Georges Mouton, comte de Lobau : le nouveau nom devait être gravé au fronton de l'entrée. Dès le , le successeur de Boulanger au ministère, Théophile Ferron, abroge le décret[2]. Le fort reprend officiellement son nom précédent.

En forme de trapèze (240 m x 150 m), il est constitué d'un rempart de briques rouges de 720 mètres de périmètre, entouré d'un fossé de 8 m de large. 800 hommes et 40 pièces d'artillerie pouvaient y être abrités. Il intégrait une coupole cuirassée, mais ne disposait pas d'abris ou de magasins à l'épreuve des nouveaux obus et explosifs. De plus il était vulnérable à partir des hauteurs de Mouvaux[3]. Il a donc peu servi en tant qu'élément de défense.

Il est d'abord occupé par le 43e régiment d'infanterie, de 1894 à 1899, puis sert à des exercices d'artillerie. Du 13 octobre 1914 au 17 octobre 1918, il est occupé par l'Armée allemande. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il est de nouveau occupé par l'Armée allemande à laquelle il sert de dépôt de munitions (bombes pour l'aviation allemande) et, du 17 mars 1943 au 1er mai 1944, de lieu d'exécution (68 résistants de la Région y ont été tués, certains d'entre-eux auraient été volontairement dénoncés dans le cadre de l'opération fortitude)[3]. C'est pourquoi les vestiges du fort abritent aujourd'hui un musée consacré à la Résistance de la région du Nord-Pas de Calais.

Cour sacrée du fort Lobau de Bondues (Nord) dans laquelle se dresse, depuis , un mémorial rappelant les 68 résistants qui y furent exécutés entre 1943 et 1944.

Au départ des Allemands, le 1er septembre 1944, ils dynamitent le fort. Démilitarisé en 1962, il ne sera redécouvert et réhabilité que dans les années 1980. Il ne reste aujourd'hui qu'un tiers environ du fort dont notamment le lieu où ont été exécutés les 68 résistants.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Note no 5285 le du ministre de la Guerre Boulanger aux généraux commandant les régions militaires ; décret présidentiel du pour les nouvelles dénominations des forts, batteries et casernes sur proposition du ministre de la guerre, M. le général Boulanger.
  2. Lettre no 14980 bis le de M. le ministre de la Guerre, M. le général Ferron, abrogeant le décret présidentiel du 21 janvier.
  3. a et b Descriptif du fort, Page des « Chemins de mémoire »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Marco Frijns, Luc Malchair, Jean-Jacques Moulins et Jean Puelinckx, Index de la fortification française 1874 - 1914, Edition Autoédition, , 832 p. (ISBN 978-2-9600829-0-6), p. 38-39.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :