Fort de la Revère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Fort de la Revère
Image illustrative de l’article Fort de la Revère
Description
Type d'ouvrage fort Séré de Rivières
Dates de construction de 1882 à 1885
Ceinture fortifiée place forte de Nice
Utilisation fort d'enceinte
Utilisation actuelle ?
Propriété actuelle département des Alpes-Maritimes
Garnison 429 hommes
Armement de rempart 13 canons et 4 mortiers
Armement de flanquement 4 pièces
Organe cuirassé néant
Modernisation béton spécial 1891-1895 (abri-caverne)
Programme 1900
Dates de restructuration non réalisée
Tourelles -
Casemate de Bourges -
Observatoire -
Garnison ?
Programme complémentaire 1908 non réalisé
Coordonnées 43° 44′ 20″ nord, 7° 22′ 00″ est

Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes

(Voir situation sur carte : Alpes-Maritimes)
Fort de la Revère

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Fort de la Revère

Le fort de la Revère, appelé brièvement fort Anselme, est un ouvrage militaire construit entre 1882 et 1885 au-dessus du village d'Èze dans le Parc forestier de la Grande Corniche du département des Alpes-Maritimes. Situé à 696 m d'altitude, il domine sur une ligne de crête toute la côte depuis l'Italie jusqu'à l'Esterel.

Présentation[modifier | modifier le code]

Le fort fait partie d'un ensemble de fortifications semi-enterré et bâti à partir de 1874 et jusqu'au début de la Grande Guerre, le long des frontières et des côtes de France. Conçu selon le système Séré de Rivières, il est de type dit "à massif central et batterie basse" avec batterie sur les périphéries et casernements en partie centrale. Son projet apparaît dans un rapport de 1877 du commandant Wagner, chef du Génie de Nice. Les plans sont établis par le capitaine Rougier en 1878. Son périmètre en forme de trapèze est entouré en totalité par un fossé sec flanqué de caponnières. Son armement se composait de 16 canons et de 4 mortiers. Ce dispositif était complété par trois batteries annexes: la Calanca, la Forna et Samboules. Avec son homologue le fort de la Drète, il défendait les voies de pénétrations par les vallées. Durant la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement de Vichy y transférait des prisonniers alliés, principalement des pilotes britanniques. Il est ensuite déclassé et fermé au public.