Place fortifiée de Belfort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La place fortifiée de Belfort est une place de première ligne de défense du système défensif Séré de Rivières entre celles d'Épinal et de Besançon.

Histoire[modifier | modifier le code]

France location map-Departements 1871-1914.svg
Brest
Cherbourg
Lille
Maubeuge
Belfort
Langres
Albertville
Briançon
Nice
Toulon
Voir l’image vierge
Les principales places fortifiées entre 1874 et 1914 (système Séré de Rivières).

Au lendemain de la défaite traumatisante de 1870-1871, la place forte de Belfort, important nœud de communications routières et ferroviaires, est choisie, avec celles d'Épinal, de Toul et de Verdun pour constituer la « première ligne » du système de défense mis au point par Séré de Rivières.

La première ligne de défense, dans l’Est de la France à proximité de la frontière, est formée par plusieurs rideaux d’ouvrages. La place fortifiée de Belfort (le camp retranché de Belfort) est située entre le Fort de Giromagny qui fait partie du rideau de la Haute-Moselle et le Fort Lachaux du Môle défensif du Lomont.

Le principe du camp retranché est la concentration de l’artillerie dans les forts permanents construits autour de la ville. La distance par rapport à la ville correspond à la portée des canons et la distance entre les forts permet une défense mutuelle.

Le camp retranché de Belfort comprenait vers la fin du XIXe siècle les forts de la première ceinture fortifiée construits entre 1793 et 1870, les forts Séré de Rivières construits entre 1874 et 1886, et de nombreuses batteries.

Forts construits entre 1792 et 1870 (composant la 1re ceinture fortifiée) :

  • Fort de la Miotte (17..-1835)
  • Fort de la Justice (17..-1842)
  • Fort des Hautes Perches (1815-1870)
  • Fort des Basses Perches (1815-1870)
  • Fort Bellevue (1870) – Fort démoli début XXe siècle
  • Fort des Barres (1865-1870)

Forts Séré de Rivières construits entre 1874 et 1886 (composant la 2e ceinture fortifiée, sauf les forts des Perches qui font partie de la 1re ceinture fortifiée) :

  • Fort du Salbert (1874-1877)
  • Fort de Roppe (1875-1877)
  • Fort de Bessoncourt (1883-1886)
  • Fort de Vézelois (1883-1886)
  • Fort du Bois-d’Oye (1883-1886)
  • Fort du Mont Vaudois (1874-1877)
  • Fort des Hautes Perches (1874-1877) - Reconstruction du fort achevé en 1870
  • Fort des Basses Perches (1874-1877) - Reconstruction du fort achevé en 1870

Les deux forts des Perches de la première ceinture fortifiée ont été conservés mais reconstruits par le général Séré de Rivières. La raison pourrait être la valeur stratégique prouvée lors de la phase finale du siège Denfert-Rochereau en 1870-1871.

Après le décret du 21 janvier 1887 pris par le général Boulanger, alors ministre de la guerre, les bâtiments militaires sont rebaptisés du nom d'une gloire, si possible militaire et locale. Ainsi, les forts prennent de nouveaux noms. Localement, ces "nouveaux" noms ne s'imposeront pas vraiment parmi la population.

Aujourd’hui, la plupart de ces différents sites de cet ensemble ont perdu leur usage militaire : ils sont pour la plupart à l'abandon.

Forts composant la place fortifiée[modifier | modifier le code]

Fort du Salbert (ou fort Lefebvre)[modifier | modifier le code]

Situé sur la commune de Belfort, à une altitude moyenne de 650 mètres. C'est le fort le plus haut de la place.

Fort de Roppe (ou fort Ney)[modifier | modifier le code]

Situé sur la commune de Roppe, c'est le fort situé le plus à l'Est de la place (le plus proche de la frontière franco-allemande).

Fort du Bois d'Oye (ou fort Eblé)[modifier | modifier le code]

Situé sur la commune de Bermont.

Fort des Basses Perches (ou fort Valmy)[modifier | modifier le code]

Situé sur les communes de Danjoutin et de Belfort.

Fort des Hautes Perches (ou fort Rapp)[modifier | modifier le code]

Situé sur la commune de Pérouse.

Magasin de secteur du Bosmont[modifier | modifier le code]

Situé sur la commune de Danjoutin.

Réduit du Bosmont[modifier | modifier le code]

Situé sur la commune de Danjoutin.

Fort de Vézelois (ou fort Ordener)[modifier | modifier le code]

Situé entre les communes de Meroux et de Vézelois.

Fort du Mont Vaudois (ou fort Broussier)[modifier | modifier le code]

Situé sur la commune d'Héricourt.

Ouvrage du Monceau[modifier | modifier le code]

Situé sur la commune de Valdoie.

Ouvrage de Chèvremont[modifier | modifier le code]

Situé sur la commune de Chèvremont.

Fort Lachaux (ou fort Razout)[modifier | modifier le code]

Situé sur la commune de Grand-Charmont. À partir de 1906, il est rattaché à la place forte de Belfort.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Richard, Belfort, 40 années d'efforts, 1873-1913 : le système défensif, Séré de Rivières, Bart, P. Richard, , 110 p. (ISBN 2-9517149-7-1).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]