Fort de Montbré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Fort de Montbré
Douves et entrée du fort , en 2015.
Douves et entrée du fort , en 2015.
Description
Type d'ouvrage Fort
Dates de construction de 1877 à 1879
Ceinture fortifiée place forte de Reims
Utilisation fort intermédiaire de la ceinture fortifiée
Utilisation actuelle à l'abandon
Propriété actuelle commune de Taissy
Garnison 313 hommes
Armement de rempart 13 canons et
4 mortiers
Armement de flanquement 10 pièces
Organe cuirassé néant
Modernisation béton spécial non réalisée
Programme 1900
Dates de restructuration non réalisée
Tourelles -
Casemate de Bourges -
Observatoire -
Garnison 313 hommes en 1914
Programme complémentaire 1908 non réalisé
Coordonnées 49° 11′ 31″ nord, 4° 03′ 36″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Fort de Montbré

Géolocalisation sur la carte : Marne

(Voir situation sur carte : Marne)
Fort de Montbré

Le fort de Montbré est l'un des nombreux forts construits autour de Reims après 1870 dans le cadre de la ceinture fortifiée du système Séré de Rivières construite pour faire de la ville une place forte d'arrière.

Historique[modifier | modifier le code]

Il est d'une ampleur de trois hectares et fut construit à partir du premier octobre 1877 sur le territoire de la commune de Taissy. Il contrôlait le sud de Reims, la vallée de la Vesle et le débouché de la montagne de Reims. Son action défensive est renforcée par le fort de la Pompelle qu'il protège aussi par ses pièces de rempart[1].

Description[modifier | modifier le code]

L'approbation du ministre est faite le 8 janvier 1877, l'achat des terrains se fait pour 18 000 francs et les travaux coûtèrent 1 367 000 F. Sur une forme de pentagone, le tir des pièces de rempart se faisait depuis des places de tir sur le sommet de l'ouvrage. Il était prévu pour une garnison de 313 hommes dont : treize officiers, douze sous-officiers, 288 soldats et avec une infirmerie d'une capacité de seize lits. Des écuries, deux magasins à poudre, un magasin de munitions, un four à pain et un puits.

Déclassement[modifier | modifier le code]

Ce système fut rendu obsolète par les progrès des canons et poudres ; ne pouvant être modernisé comme les forts de Toul ou Verdun, la place fut démantelée dans les années 1910. Sa dernière affectation était un champ de manœuvres pour le 501/503e RCC.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]