Fort Brûlé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Fort d'Asnières
(fort Brûlé)
L'entrée du fort, entourée par la végétation.
L'entrée du fort, entourée par la végétation.
Description
Type d'ouvrage fort à massif central
Dates de construction de 1876 à 1877
Ceinture fortifiée place forte de Dijon
Utilisation fort de ceinture
Utilisation actuelle terrain de paintball
Propriété actuelle propriété privée
Garnison 608 hommes
Armement de rempart 28 canons et 4 mortiers
Armement de flanquement 12 pièces
Organe cuirassé néant
Modernisation béton spécial non réalisée
Protection  Inscrit MH (2006)
Programme 1900
Dates de restructuration non réalisée
Tourelles -
Casemate de Bourges -
Observatoire -
Garnison 131 hommes en 1914
Programme complémentaire 1908 non réalisé
Coordonnées 47° 23′ 41″ nord, 5° 03′ 05″ est

Le fort d'Asnières, appelé aussi fort Brûlé, est un ensemble défensif situé sur les communes d'Asnières-lès-Dijon et de Norges-la-Ville dans le département français de la Côte-d'Or. Il fait partie d’un ensemble de fortifications bâti à partir de 1874 pour protéger les frontières françaises, le système Séré de Rivières. Il est un des éléments d'une ceinture de fortifications devant assurer la protection de la place de Dijon. Le fort fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 5 mai 2006[1].

Situation géographique[modifier | modifier le code]

Le fort est située au nord de l'agglomération dijonnaise, à la limite des communes d’Asnières-lès-Dijon et de Norges-la-Ville. Son altitude moyenne est de 362 mètres.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article connexe : Place fortifiée de Dijon.

Au lendemain de la défaite traumatisante de 1870-1871, la place de Dijon est choisie, avec Langres, Besançon, Reims, Laon et La Fère pour constituer la « deuxième ligne » du système de défense de Séré de Rivières (la première étant axée sur Verdun, Toul, Épinal et Belfort). Un ensemble de forts et de réduits militaires ceinture donc l'agglomération dijonnaise de 1875 à 1883 : le fort d'Asnières, la redoute de Saint-Apollinaire, le fort de Varois, le fort de Sennecey, le fort de Beauregard, le réduit du Mont-Afrique, le fort de la Motte-Giron et le fort d'Hauteville.

Le fort d'Asnières fut construit entre 1876 et 1877.

Le fort Brûlé n'aura pas défendu l'agglomération dijonnaise lors des deux guerres mondiales. Ce sont les Allemands qui le réutiliseront comme stock de munitions pendant la seconde guerre mondiale. Ceux-ci ont occasionné de considérables dégâts en 1944 en faisant sauter des munitions dans le fort, tant et si bien qu’à l'exception de l'aileron du saillant II, il ne reste pratiquement rien de la moitié gauche de l'ouvrage.

Le fort est maintenant la propriété d'un propriétaire privé.

Construction[modifier | modifier le code]

Plan.

Son plan polygonal à batterie basse, était flanqué de deux ailerons à chaque saillant, pour la défense des fossés. Une caponnière de front de tête, deux coffres de courtine de part et d'autre de l'entrée, défendaient l'accès menant à un système de pont, modèle unique autour de Dijon.

Ce pont, de type Truck, était constitué d'un plateau roulant sur deux rails placés transversalement devant la porte d'entrée. Son effacement sous le poste de garde dégageait une fosse profonde créant une brèche sous le porche.

La façade de gorge et la courtine sont conservées, portant la date de 1876-1877 au-dessus du porche d'entrée. L'armement, réparti pour le flanquement, les huit casemates et les remparts, est de quarante-quatre pièces d'artillerie. Les deux citernes avaient une capacité totale de 600m², permettant de soutenir un siège de six mois.

Le service de l'artillerie et de l'infanterie était assuré par 735 hommes[1],[2].

Le fort aujourd’hui[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Laissé à l'abandon depuis sa destruction, ce sont maintenant des associations pratiquant le paintball qui l'entretiennent et le font vivre depuis 1999[3],[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Fort d'Asnières dit fort Brûlé », notice no PA21000033, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Plan des archives départementales
  3. Fort d'Asnières, sur iff.fortiff.be. Consulté le 14 mars 2013.
  4. « Fort Brulé Paintball », sur Fort Brulé Paintball (consulté le 18 mars 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :