Fort des Adelphes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Fort des Adelphes
Description
Type d'ouvrage fort
Dates de construction de 1883 à 1885
Ceinture fortifiée place fortifiée d'Épinal
Utilisation fort de ceinture
Utilisation actuelle BA 133
Propriété actuelle État
Garnison 235 hommes (en 1885)
Armement de rempart 9 canons et un mortier
Armement de flanquement 12 pièces
Organe cuirassé néant
Modernisation béton spécial 1892-1894
Programme 1900
Dates de restructuration 1909-1914
Tourelles 1 tourelle de 75 mm,
1 tourelle de mitrail.
Casemate de Bourges une tirant vers le nord
Observatoire trois obs. cuirassés
Garnison 264 hommes
Programme complémentaire 1908
Coordonnées 48° 11′ 17″ nord, 6° 29′ 48″ est

Géolocalisation sur la carte : Vosges

(Voir situation sur carte : Vosges)
Fort des Adelphes

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Fort des Adelphes

Le fort des Adelphes, ou fort Richepance, fait partie des fortifications d'Épinal. Il a été construit près du village de Deyvillers entre 1883 et 1885, et a été modernisé à partir de 1907. Il fait partie du système Séré de Rivières. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, le fort se rendit aux forces allemandes et fut ensuite utilisé par les Allemands pour tirer sur les forts voisins de Longchamp et de Dogneville. Le fort est aujourd'hui occupé par l'Armée de terre française et n'est pas accessible au public.

Situé à 3,75 kilomètres au nord-est de Épinal, le fort des Adelphes fait partie des 43 kilomètres de la ligne comprenant seize grands fortifications autour d'Épinal conçu pour empêcher l'avance de l'armée allemande en France.

Description[modifier | modifier le code]

Le fort est situé à une altitude de 419 mètres, donnant sur la route de Saint-Dié entre le fort de Razimont et l'ouvrage de Deyvillers. Le fort comprenant un mur en forme de pentagone, entouré par un fossé. La construction, se passe de 1883 à 1885. Le fort comprend une caserne fortifiée, des installations de stockage, et des abris pour les troupes. La première garnison est composée de 235 hommes, et le coût de la construction du fort s'élève à environ 1,2 million de francs. Le principal armement se composait de cinq canons de 155 mm et trois de 120 mm disposés sur les remparts du fort[1].

Le fort des Adelphes a été presque immédiatement améliorée avec des baraquements en bétons pour 150 hommes entre 1892 et 1894. Entre 1900 et 1906, un certain nombre d'abris pour l’infanterie ont été construits autour du fort. De 1907 à 1914, le fort a été largement renforcé, grâce le remplacement des caponnières gardant le fossé avec de plus efficace coffres de contrescarpe. Une seconde caserne renforcée est ajouté avec une casemate de Bourges couvrant le sol dans la direction de l'ouvrage de Deyvillers. Entre 1907 et 1909 des postes d'observation blindés et une tourelle de 75 mm ont été ajoutés. Une troisième coupole d'observation et une tourelle munie d'une mitrailleuse ont été ajoutés en 1909-1910. Enfin, le fort a été connecté au réseau électrique en 1913. La garnison du fort était à cette époque de 400 hommes de troupe[2],[3].

L'ajout de deux autres tourelles de 75 mm à l'extérieur du fort était prévu, mais le travail fut interrompu par le déclenchement de la guerre en 1914.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le premier obus de 75 mm tiré par le fort visait un avion allemand pendant la Première Guerre mondiale, mais n'a pas atteint l'avion. Le fort a tiré sur les troupes allemandes en juin 1940 lors de la bataille de France, mais il se rendit aux Allemands le 20 juin et a fut ensuite utilisé pour tirer sur les forts voisins[1].

Utilisation[modifier | modifier le code]

Le fort des Adelphes a accueilli l'escadron de guerre électronique de l'armée de l'Air entre 1990 et la dissolution de ce dernier en 2014 [4]. À partir de septembre 2018, il sert de centre d'entraînement pour le 1er régiment de tirailleurs d’Épinal[5]. Le fort n'est pas accessible au public.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Cédric & Julie Vaubourg, « Le fort des Adelphes ou fort Richepance », fortiffsere.fr, (consulté le 13 avril 2010)
  2. « Le fort des Adelphes », Association pour la Restauration du Fort d'Uxegney et de la Place d'Epinal, (consulté le 13 avril 2010)
  3. Jean-Yves Mary, Hohnadel, Alain et Sicard, Jacques, Hommes et Ouvrages de la Ligne Maginot, Tome 1, Histoire & Collections, (ISBN 2-908182-88-2), p. 16
  4. « Les militaires désertent le fort des Adelphes », sur www.vosgesmatin.fr (consulté le 3 janvier 2019)
  5. « Le Fort des Adelphes transformé en centre d'entraînement pour le 1er Rtir », sur Epinal infos, (consulté le 3 janvier 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]