Fort du Trou-d'Enfer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Fort du Trou-d'Enfer
Image illustrative de l’article Fort du Trou-d'Enfer
Description
Type d'ouvrage fort
Dates de construction ?
Ceinture fortifiée camp retranché de Paris
Utilisation fort de ceinture
Utilisation actuelle ?
Propriété actuelle ?
Garnison ?
Armement de rempart ?
Armement de flanquement ?
Organe cuirassé néant
Modernisation béton spécial non réalisée
Programme 1900
Dates de restructuration non réalisée
Tourelles -
Casemate de Bourges -
Observatoire -
Garnison ?
Programme complémentaire 1908 non réalisé
Coordonnées 48° 50′ 57″ nord, 2° 05′ 12″ est

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

(Voir situation sur carte : Yvelines)
Fort du Trou-d'Enfer

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Fort du Trou-d'Enfer

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Fort du Trou-d'Enfer

Le Fort du Trou-d'Enfer fait partie du réseau des forts d'Île-de-France. Il est situé dans la commune de Marly-le-Roi, dans le département des Yvelines. Il fut érigé entre 1878 et 1881 pour accueillir une garnison de 800 hommes.

Historique[modifier | modifier le code]

Carte postale allemande antérieure à la guerre de 1914-18, montrant l'ensemble du système défensif du camp retranché de Paris.

En 1870, la France est en partie occupée par les armées prussiennes. À la suite de cette défaite, on met en place le système Séré de Rivières qui permet notamment la construction de fortifications pour défendre Paris. Au total, ce sont 18 forts, 5 redoutes et 34 batteries qui ont été construits entre 1874 et 1881. C'est dans ce cadre que le fort du Trou-d'Enfer a été construit.

Les membres de l'OAS Albert Dovecar et Claude Piegts, y furent exécutés après leur condamnation à mort en 1962.

Le fort appartient aujourd'hui à l'ONF et peut se visiter (Office du tourisme de Marly-le-Roi, avenue des Combattants). Depuis plusieurs années, une fontaine des époux Poirier y a été déposée temporairement[1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Les dispositifs Séré de Rivières dans les Yvelines :

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]