Batterie de Sermenaz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Batterie de Sermenaz
Image illustrative de l’article Batterie de Sermenaz
Description
Type d'ouvrage Batterie
Dates de construction 1878-1879
Ceinture fortifiée deuxième ceinture de Lyon
Utilisation
Utilisation actuelle
Propriété actuelle Commune de Neyron
Garnison 75
Armement de rempart
Armement de flanquement
Organe cuirassé
Modernisation béton spécial Sans
Programme 1900
Dates de restructuration
Tourelles
Casemate de Bourges
Observatoire
Garnison
Programme complémentaire 1908
Coordonnées 45° 48′ 44″ nord, 4° 55′ 11″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Batterie de Sermenaz

Géolocalisation sur la carte : métropole de Lyon

(Voir situation sur carte : métropole de Lyon)
Batterie de Sermenaz

Géolocalisation sur la carte : Ain

(Voir situation sur carte : Ain)
Batterie de Sermenaz

Géolocalisation sur la carte : Neyron

(Voir situation sur carte : Neyron)
Batterie de Sermenaz

La batterie de Sermenaz est située sur la commune de Neyron dans le quartier de Sermenaz. Elle dépendait du fort de Vancia. Elle couvrait le plateau ainsi que la plaine du Rhône et Vaulx-en-Velin.

Présentation[modifier | modifier le code]

L'ouvrage est construit de 1878 à 1879 et localement appelé « batterie de Gribeauval »[1].

En 1943, des stocks d'armes et de munitions sont constitués dans la batterie de Sermenaz, par le maquis du Camp Didier[2].

La batterie de Sermenaz, située à l'extrémité de la route du fort.

Elle est composée de sept bouches à feu entourées par un fossé traversé par un pont roulant, lui-même couvert par deux caponnières. La garnison de cet édifice était composée de 75 hommes abrités dans une caserne protégée d'une motte de terre au centre de l'ouvrage. Un magasin à poudre de 26 tonnes alimentait l'artillerie.

De 2013 à 2019, l'office national des forêts conduit une opération de réhabilitation du domaine forestier entourant le fort. Cette opération implique le plantage de 500 arbres[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ouvrage collectif, Richesses touristiques et archéologiques du canton de Miribel : Miribel, Beynost, Neyron, Saint-Maurice-de-Beynost, Thil, , 207 p. (ISBN 2-907656-27-9), p. 150-152.
  2. Martin et Jo Basse, Histoire de Caluire-et-Cuire, Lyon, Fot, , 281 p., p. 185.
  3. K. P., « L’ONF reboise le fort de Sermenaz », Journal de la Côtière, no 919,‎ , p. 12.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Dallemagne (photogr. Georges Fessy), Les défenses de Lyon : enceintes et fortifications, Lyon, Éditions Lyonnaises d'Art et d'Histoire, , 255 p. (ISBN 2-84147-177-2), p. 198 Document utilisé pour la rédaction de l’article

Lien externe[modifier | modifier le code]