Violences transphobes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Dénigrement trans)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les violences transphobes (trans bashing en anglais) sont le fait de victimiser une personne physiquement, sexuellement, ou verbalement parce qu'elle est trans[1]. Elles sont commises en raison de l'identité de genre, et non de l'orientation sexuelle. Toutefois, une personne trans peut être victime d'homophobie si le persécuteur la perçoit en tant que gay ou lesbienne, plutôt qu'en tant que personne trans. Le terme a également été appliqué aux discours haineux envers les personnes trans[2] et à leurs représentations dans les médias qui renforcent les stéréotypes négatifs à leur égard[3].

La discrimination, notamment la violence physique ou sexuelle, à l'encontre des personnes trans en raison de la transphobie ou de l'homophobie est un phénomène fréquent pour les personnes trans[4],[5],[6]. Tous les trois jours, le meurtre d'une personne trans est signalé en Amérique[7], et de nombreux meurtres sont soupçonnés être ignorés. Les crimes de haine contre les personnes trans sont fréquents, et « dans certains cas, l'inaction de la police ou d'autres représentants du gouvernement conduit à la mort prématurée des victimes transgenres »[8].

L'un des incidents les plus célèbres, en décembre 1993, a été le viol et le meurtre de Brandon Teena, un jeune homme trans, par deux amis hommes après qu'ils ont découvert qu'il avait été assigné femme à la naissance[9]. L'événement est devenu internationalement connu quand il a été raconté dans le film Boys Don't Cry, qui a valu un Oscar à Hilary Swank pour meilleure actrice.

Différenciation entre violences transphobes et homophobes[modifier | modifier le code]

Depuis les émeutes de Stonewall en 1969, les personnes issues de la grande communauté trans ont souvent été politiquement alignées aux communautés lesbiennes, gays et bisexuelles[10]. Cependant, des chercheurs et des militants de la grande communauté trans soutiennent que les violences transphobes sont distinctes de celles commises sur la base de l'orientation sexuelle (homophobes)[8],[11],[12]. Un argument est que l'amalgame entre la violence dirigée contre les personnes trans et celle envers les homosexuels efface les identités des personnes de la communauté trans, et la réalité de ce qui leur arrive. Cependant, les campagnes contre l'homophobie et la transphobie sont souvent considérées comme étant une cause commune[13].

Lors d'un évènement de ce type, les auteurs présumés de crimes haineux contre les personnes trans ont essayé d'utiliser le trans panic (en) comme argument de défense, une extension du gay panic[14],[15]. Une revue de droit a fourni une analyse de l'argument du trans panic, en faisant valoir notamment que l'émotionnel joue un rôle prépondérant dans le phénomène du trans panic (le choc de la découverte inattendue des organes génitaux) mais il est différent du processus émotionnel ressenti dans le gay panic (choc lors des avances d'un membre du même sexe, peut-être en raison de l'homosexualité réprimée)[16].

Lois relatives à l'identité de genre[modifier | modifier le code]

International[modifier | modifier le code]

Les Nations unies ont adopté leur Déclaration Universelle des Droits de l'Homme en 1948[17]. Il y a un certain nombre d'articles dans la déclaration qui ont été suggérés comme concernent spécifiquement les personnes trans et la violence subie (y compris, bien que non limité, à la violence physique, psychologique, juridique, politique), bien que les droits des personnes LGBT ne soient pas explicitement mentionnés dans le document.

  • L'article 2 autorise les individus à « jouir de tous les droits et libertés énoncés dans la déclaration, sans aucune distinction, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d'opinion politique ou autre, comme l'origine nationale ou sociale, la richesse, la naissance ou toute autre situation ».
  • L'article 5 stipule que « nul ne peut être soumis à la torture ou à des traitements cruels, inhumains ou dégradants ».
  • L'article 7 stipule que « toutes les personnes sont égales devant la loi et ont le droit à une égale protection de la loi, sans discrimination. Tous ont droit à une protection égalitaire contre toute discrimination qui violerait la présente Déclaration et contre toute provocation à une telle discrimination ».
  • L'article 9 interdit « l'arrestation arbitraire, la détention ou l'exil » (qui, selon l'article 2, est protégée de la distinction fondée sur l'identité ou la croyance).
  • L'article 20 stipule que « chacun a droit à sa liberté d'opinion et d'expression ; ce droit implique la liberté d'avoir des opinions sans interférence et de rechercher, de recevoir et de répandre des informations et des idées par tout moyen et sans considération de frontières »[18].

Amérique du Nord[modifier | modifier le code]

États-Unis[modifier | modifier le code]

Loi sur les crimes haineux envers les personnes LGBT aux États-Unis ; celle-ci englobe à la fois l'orientation sexuelle et l'identité de genre.

Aux États-Unis, actuellement seize états, plus le District de Columbia ont des lois de protection contre les crimes de haine sur la base de l'identité de genre (elles existent en Californie, Colorado, Connecticut, Delaware, Hawaii, Maryland, Massachusetts, Minnesota, Missouri, Nevada, New Jersey, Nouveau-Mexique, Oregon, Rhode Island, Vermont, Washington, et Washington)[19].

À la fin des années 2000, au quartier gay de Seattle, dans la Colline du Capitole, il y a eu les preuves d'une augmentation des violences transphobes[20].

Europe[modifier | modifier le code]

Malte[modifier | modifier le code]

Malte a fait passer la loi sur « l'identité de genre, l'expression de genre, les caractéristiques sexuelles » en 2015. Ce projet de loi stipule que tous les citoyens de Malte ont le droit :

  1. À la reconnaissance de leur identité de genre
  2. Au libre développement de leur personne en fonction de leur identité de genre
  3. D'être traités en fonction de leur identité de genre et, en particulier, à être identifiés de cette manière dans les documents
  4. À l'intégrité et à l'autonomie physique[21]

Cette loi protège l'identité de genre d'une personne à tout moment. Elle précise également que « personne ne doit être tenu de fournir la preuve d'une intervention chirurgicale totale ou partielle de réassignation génitale, de thérapies hormonales ou de tout autre traitement psychiatrique, psychologique ou médical faisant usage de leur droit à l'identité de genre ». La loi permet aux parents de reporter l'inscription du genre de l'enfant sur le certificat de naissance et interdit « les traitements non médicalement nécessaires sur les caractéristiques sexuelles d'une personne »[21],[22].

Dans les médias[modifier | modifier le code]

Les médias peuvent contribuer à augmenter les violences transphobes par la désinformation et les tactiques de peur. Les personnes trans sont souvent négativement relatées dans les médias, ou ne sont pas représentées dans les médias du tout. Les personnes trans peuvent être présentées dans les médias comme des curiosités ou des bizarreries, comme mentalement instable, et/ou comme des prédateurs[23]. Un exemple public de ce phénomène est l'attention portée à la transition de Chelsea Manning, une soldat trans de l'Armée Américaine actuellement en prison pour la divulgation de documents classés à WikiLeaks[24]. L'histoire de la transition de Manning a été présentée sur Fox News avec la chanson d'Aerosmith « Dude (Looks Like a Lady) », tandis que Gretchen Carlson (en) se référait à Chelsea par son nom de naissance, Bradley, s'en moquant dans le New York Times en « l'aidant lui » tout en employant le pronom de genre féminin[25]. En prison, l'Armée a refusé sa demande de faire pousser ses cheveux longs comme les autres femmes détenues, et ils ont continué à se référer à elle en tant que « Bradley » afin « d'éviter la confusion » jusqu'à ce qu'un mandat de la cour parvienne afin de se référer à elle par le pronom de genre féminin[26]. Le , Manning est devenue le premier membre de l'Armée des États-Unis à avoir un traitement hormonal approuvé par l'armée[26].

Le professeur en études de genre Alexandre Baril rapporte que les médias participent aux violences transphobes en surexploitant la thématique de la transidentité sans égard au bien-être des personnes concernées[27]. Pour ce faire, les médias misent sur le sensationnalisme pour satisfaire la curiosité du public. Ils mettent l'accent sur la transition physique, s'intéresser aux détails de la vie privée et diffuser des images intimes. Les identités des personnes trans sont alors réduites à leur corps et leur témoignage doit suivre un script précis. Ce script est axé sur le dévoilement des détails de la vie intime, du corps, des organes génitaux et de la vie sexuelle. Les problématiques sociales, culturelles, politiques, économiques, juridiques et médicales sont exclues des interventions médiatiques des personnes trans. « La réception de ces images et de ces témoignages n'est pas homogène et peut donner lieu à diverses interprétations. »[27] Même si le script dominant dans les médias peut contribuer à sensibiliser le public, briser les tabous et aider d'autres personnes trans, l'injonction à ce script peut également être vécue comme une violence sexuelle ou une objectivation, sexualisation et fétichisation des corps trans. La diffusion des images intimes et des témoignages sur la transition physique peut être utilisée « d'une manière qui rend mal à l'aise [les personnes trans], les vulnérabilise et les expose à des dangers potentiels, comme le harcèlement public, la discrimination, la perte d'emploi, et plus encore. »[27]

Santé trans[modifier | modifier le code]

Selon le National Transgender Discrimination Survey Report on Health and Health Care (NTDSR), qui a sondé 6 450 personnes trans et de genre non-conforme en 2011, les gens qui ne s'identifiaient pas à leur sexe assigné à la naissance faisaient face à des obstacles concernant l'obtention de soins de santé, et avaient une plus grande probabilité de faire face à des problèmes de santé liés à leur identité de genre[28].

Santé mentale[modifier | modifier le code]

Les personnes trans rencontrent plus de problèmes de santé mentale, comme la dépression, l'anxiété, les tentatives de suicide, et le stress post-traumatique (SPT), ainsi que des disparités en matière de santé (par exemple, des maladies cardiovasculaires)[29]. Les personnes trans ont également un taux plus élevé de tentatives de suicide que la population générale[30]. En 2013, 2,2 % des adultes américains avaient tenté de se suicider[31], tandis que 41 % des personnes trans avaient tenté de se suicider en 2011[28]. Le taux de tentatives de suicide chez les personnes trans ont augmenté de 51 % pour intimidation ou harcèlement scolaire, à 55 % pour perte récente d'emploi à cause de transphobie, et de 61 % et 64 % pour avoir été victimes d'agression physique et sexuelle, respectivement[28]. Une faible estime de soi chez les personnes trans est liée à un risque élevé de transmission du VIH[32],[33]. En 2008, le taux de VIH chez les femmes trans en Amérique du Nord était de 27,7 %[34].

Accès aux soins de santé[modifier | modifier le code]

En 2010 et en 2011, une étude du NTDSRs a révélé que 19 % des personnes interrogées ont été refusées à des soins médicaux en raison de leur identité de genre, et 50 % ont signalé le manque de connaissances des prestataires de santé concernant les besoins médicaux des personnes trans[28],[35]. La discrimination inclut le refus de fournir des services qui sont disponibles pour les autres patients, le refus de fournir des services de soutien, l'obligation de participer à une thérapie de conversion, et toute forme d'ingérence concernant le droit de bénéficier de soins de santé[36].

Disparités raciales[modifier | modifier le code]

L'ethnie a été montrée comme aggravant les discrimination basées sur l'identité de genre[28],[35]. Les femmes trans noires ont le taux le plus élevé de suicide au sein de la communauté des États-Unis, et près de la moitié ont tenté de se suicider, tandis que les femmes cisgenres noires ont un taux de tentative de suicide de 1,7 % en moyenne[37]. Les étudiants trans de couleur font face à des taux plus élevés de harcèlement et de violence dans les écoles[28]. Les élèves trans amérindiennes sont confrontés aux taux les plus élevés d'agressions sexuelles à l'école (24 %), suivie par les étudiants multi-ethniques (18 %), asiatiques (17 %), et noirs (15 %). Les personnes trans blanches font face à un taux d'agressions sexuelles de 9 %[28]. Les femmes trans noires ont un taux plus élevé d'infection par le VIH que les autres groupes, avec un taux de 30,8 % à 56,3 %, contre 27,7 % en moyenne des personnes trans MtF[34].

Police et incarcération[modifier | modifier le code]

En 2011, une étude nationale sur la discrimination des personnes trans a révélé que 22 % des répondants qui avaient interagi avec la police ont fait état de harcèlement. 20 % ont déclaré un déni d'égalité des services. 48 % ont déclaré être mal à l'aise pour demander l'aide de la police. Les répondants qui avait fait de la prison ont rapporté un taux plus élevé de harcèlement provenant de la part des agents que des autres détenus. Sur tous les répondants, 7 % ont signalé avoir été détenu en prison, uniquement en raison de l'expression de leur identité de genre, alors que ce nombre était de 41 % pour les répondants Noirs, et de 21 % pour les personnes trans Latino[28]. Les personnes trans ont déclaré s'être vues refuser des soins médicaux en prison, en particulier l'hormonothérapie, avec un taux d'autant plus élevé que les personnes trans étaient Noires et indiennes d'Amérique[28].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Guilty plea over transsexual bashing By Mariza O'Keefe in Herald Sun.
  2. Demagogues of defamation Gay: Where is the outrage when cable TV’s talking heads trash trans people?.
  3. (en) Mary McNamara, « Transgender Artists, Work Gaining Acceptance », Los Angeles Times,‎ .
  4. Trans Health Project: A position paper and resolution adopted by the Ontario Public Health Association.
  5. Hill, D.B. (2001).
  6. Namaste, V.K. (2000a).
  7. [1].
  8. a et b (en) Phyllis Frye, « The International Bill of Gender Rights vs. The Cide House Rules: Transgenders struggle with the courts over what clothing they are allowed to wear on the job, which restroom they are allowed to use on the job, their right to marry, and the very definition of their sex », William and Mary Journal of Women and the Law, vol. 7,‎ , p. 139–145.
  9. (en) Katherine Ramsland, « Teena Brandon », TruTV (consulté le 22 février 2009), p. 5.
  10. Kay Dayus, Transgenders Protest HRC Exec's Visit to Houston, Hous.
  11. Discrimination and Hate Crimes Against Gender Variant People, It's Time Illinois.
  12. Anti-Transgender Hate Crimes: The Challenge for Law Enforcement, at http://jointheimpactma.com/wp-content/uploads/2011/06/Victimization-Study-Report.pdf
  13. 'Zero tolerance for gay-trans bashing': Protests mount.
  14. Transpeople: Repudiation, Trauma, Healing by Christopher A. Shelley.
  15. "Two murder convictions in Araujo case", Zak Szymanski; Bay Area Reporter 15 septembre 2005.
  16. Victoria L. Steinberg, « A Heat of Passion Offense: Emotions and Bias in "Trans Panic" Mitigation Claims: Hiding From Humanity », Boston College Third World Law Journal, vol. 25,‎ .
  17. « The Universal Declaration of Human Rights », sur un.org.
  18. « About LGBT Human Rights », sur amnestyusa.org, Amnesty International.
  19. « Hate Crime Laws ».
  20. Emily Holt, « Gentrification ousting local gay community » [archive], The Spectator, (consulté le 2 janvier 2011).
  21. a et b « Gender Identity, Gender Expression And Sex Characteristics Act », Social Dialogue Malta.
  22. « Gender Identity, Gender Expression And Sex Characteristics Act ».
  23. (en) Julie Tate, Washington Post, « Bradley Manning sentenced to 35 years in WikiLeaks case », Washington Post,‎ (lire en ligne).
  24. (en) « 'Fox & Friends' Chelsea Manning Segment Introduced With Aerosmith's 'Dude (Looks Like A Lady)' (VIDEO) », Huffington Post,‎ (lire en ligne).
  25. (en) Ryan Grim et Matt Sledge, « Court Orders Army To Stop Referring To Chelsea Manning As A Man », Huffington Post,‎ (lire en ligne).
  26. a et b (en) Vanden Brook Tom, « Military approves hormone therapy for Chelsea Manning », USA Today,‎ (lire en ligne).
  27. a b et c Alexandre Baril, « Société de l’aveu, cis-tème de l’aveu : repenser le consentement à la lumière des images intimes de personnes trans* dans les medias », GLAD!,‎ (lire en ligne).
  28. a b c d e f g h et i Harrison, Jack.
  29. « EBSCO Publishing Service Selection Page », sur web.b.ebscohost.com (consulté le 23 avril 2016).
  30. « Statistics about Youth Suicide ».
  31. « Suicidal Thoughts and Suicide Attempts ».
  32. E Sugano, « The impact of exposure to transphobia on HIV risk behavior in a sample of transgender women of color in San Francisco », AIDS and Behavior, vol. 10,‎ , p. 215–225.
  33. W Bockting, « Transgender HIV prevention: Community involvement and empowerment », Transgender and HIV: Risks, Prevention, and care,‎ , p. 119–144.
  34. a et b J Herbst, « Estimating HIV prevalence and risk behaviors of Male-to-Female transgender persons in the United States: A systematic review », AIDS and Behavior, vol. 12,‎ , p. 1–17 (lire en ligne).
  35. a et b Jaime Grant, « National Transgender Discrimination Survey Report on Health and Health Care », sur National Gay and Lesbian Task Force, National Gay and Lesbian Task Force.
  36. (en) « Healthcare », sur transequality.org (consulté le 3 mars 2019)
  37. (en) « Suicide Statistics », sur afsp.org (consulté le 3 mars 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]