Journée du souvenir trans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Journée du souvenir trans
Nom officiel Transgender Day of Remembrance
Observé par Communautés trans
Type Commémoration
Signification Commémoration des victimes de transphobie
Date 20 novembre
Observances Lecture des noms des victimes décédées au cours de l'année écoulée

La Journée du souvenir trans, déclinaison française du Transgender Day of Remembrance (TDoR), a lieu le 20 novembre dans le monde entier, pour commémorer la mémoire des personnes trans assassinées pour motif transphobe, c’est-à-dire la haine des personnes trans[1],[2],[3], et pour attirer l'attention sur les violences subies par les communautés trans[4].

Historique[modifier | modifier le code]

La journée du souvenir trans a lieu le de chaque année[5],[6], en honneur à Rita Hester, tuée le à Allston dans le Massachusetts, lors d'un crime de haine transphobe[7],[8],[9],[10]. Elle est instaurée en 1998 par Gwendolyn Ann Smith[11],[12], une graphiste, éditorialiste et militante trans.

C’était initialement un projet Web[13] de l'internationale Transgender Day of Remembrance de racisme[14],[15],[16],[17], en 1999 une veillée à la bougie toute la nuit à San Francisco.

Puis le projet a évolué progressivement en journée d’action internationale[18].

Objectifs[modifier | modifier le code]

Généraux[modifier | modifier le code]

La journée du souvenir trans a plusieurs objectifs :

  • commémorer toutes les personnes ayant été victimes de crimes haineux et de préjugés,
  • sensibiliser sur les crimes haineux envers la communauté trans,
  • rendre hommage aux personnes décédées et à leurs proches[19].

Politique[modifier | modifier le code]

Si cette journée marque la solidarité de la communauté LGBT à l’égard des victimes et témoigne de son indignation, elle veut aussi rappeler que la transphobie n’est pas reconnue comme discrimination ou circonstance aggravante pour les crimes par l’État.

Il en résulte qu’aucune statistique officielle n’est disponible. En 2011, 221 cas de personnes trans assassinées furent comptabilisés par les associations trans[20],[21].

Ce nombre ne représente pas la réalité puisque le comptage est effectué localement par un nombre réduit d’organisations et dans peu de pays. De plus, la plupart des crimes restent ignorés puisque le caractère transphobe n’est pas retenu par les autorités.

Actions[modifier | modifier le code]

Symbole trans

Le TDoR est devenue le point culminant de toute une semaine d'action, la « Transgender Awareness Week » (« Semaine de sensibilisation trans »)[22].

Lieux publics[modifier | modifier le code]

Généralement, un TDoR mémorial comprend une lecture des noms de ceux qui ont perdu leur vie au cours de l'année précédente[23], et peut inclure d'autres actions, telles que des veillées aux chandelles, des expositions d'art, des collectes de denrées alimentaires, de projections de films et des marches[24]. La Gay & Lesbian Alliance against Defamation (GLAAD) a largement couvert les TDoR[25]. GLAAD a interviewé de nombreuses personnes transgenres défenseurs[26] (y compris l'actrice Candis Cayne[27]), a brossé le portrait d'un événement à la ville de New York de la Communauté LGBT Center[28], et a discuté de la couverture médiatique de TDoR[29],[30],[31],[32],[33].

GLAAD[modifier | modifier le code]

L'association Gay & Lesbian Alliance Against Defamation (GLAAD) a consacré un ample espace au TDoR[34] et défend la couverture du TDoR par les médias[35],[36],[37],[38].

Webcomics Transgender Day of Remembrance[modifier | modifier le code]

Le projet Webcomics Transgender Day of Remembrance est un événement en ligne créé par Jenn Dolari et Erin Lindsey pour la Journée du souvenir trans : les créateurs de différentes bande dessinée en ligne dessinent une page dédiée à l'anniversaire du .

À l'origine, le projet était un croisement comique entre Venus Envy et Closetspace pour la sixième Journée du Souvenir (2004), mais la participation a augmenté pour inclure neuf bandes dessinées au total au cours de la première année. L'événement a continué à se tenir depuis lors : une galerie permanente des pages est hébergée sur le site web de Jenn Dolari.

Diffusion[modifier | modifier le code]

Fausse plaque de rue affichée dans une rue de Lyon à l'occasion du Jour du souvenir trans (Candace Towns).
Fausse plaque de rue affichée dans une rue de Lyon à l'occasion du Jour du souvenir trans (Bianka Gonçalves).

En 2010, le TDoR a été suivi dans 185 villes dans plus de 20 pays[39],[40],[41],[42],[43].

Allemagne[modifier | modifier le code]

En Allemagne, ce sont les associations lesbiennes et gay qui organisent chaque année les actions du jour de commémoration.

Canada[modifier | modifier le code]

Le , la province canadienne de l'Ontario a adopté à l'unanimité la loi Trans Day of Remembrance Act du reconnaissant TDoR et exigeant que l'Assemblée législative tienne un moment de silence chaque année le [44],[45]. Après la province du Saskatchewan en 2015, suivie de l'Ontario en 2016 et de l'Alberta en 2018, le bâtiment de l'Assemblée législative de la Colombie-Britannique arbore en 2019 les couleurs du drapeau de la fierté transgenre. Une longue minute de silence est observée par une centaine de personne[46].

France[modifier | modifier le code]

Cette journée a commencé à être célébrée en France à Paris en 2002[47] à l'initiative de l'association CARITIG (Centre d'Aide et de Recherche et d'Information sur la Transsexualité et l'Identité de Genre). Des actions sont par la suite organisées par d'autres associations ou groupes. Action contre la CNAM en 2003[48] par Act-Up Paris. Die-In (Action au cours de laquelle les participants s'allongent sur le sol en simulant d'être morts) à Paris en 2004[49] par le GAT (Groupe Activiste Trans) et commémoration à Strasbourg[50] par STS (Support Transgenre Strasbourg).

Les commémorations prennent souvent la forme d'un rassemblement avec bougies autour de la lecture ou de l'exposition des noms des personnes trans assassinées dans l’année écoulée, mais ne s’y limitent pas : lecture de textes, actions militantes théâtralisées contre des institutions perçues comme transphobes, projections de films ou de documentaires, conférences.

Italie[modifier | modifier le code]

Une commémoration est organisée chaque année dans plusieurs villes italiennes. En particulier à Rome le en mémoire du meurtre d'Andrea Oliviero[51].

La Journée du souvenir trans de Rome est célébrée par une veillée aux chandelles à la Gare de Rome-Termini, ainsi que dans la rue Gay. En 2017, une série d'événements supplémentaires ont été organisés par le Circolo Mario Mieli Homosexuel culturel et COLT (Lazio Trans Coordination) sur le lieu de la découverte du corps d'un jeune fille trans, près du Métro Eur Magliana. Le meurtre, qui avait bouleversé la communauté rom des LGBT, conduit au rassemblement le à 20 h 0 dans le parc du tourisme, où le corps a été retrouvé. L'appel commence à partir de National Arcigay[52].

À Turin, elle est célébrée dans une Trans Freedom March.

Le , la Journée du souvenir trans a été célébrée également à Sanremo, ce fut le premier événement dédié à la cause transgenre à Imperia. L'événement était organisé par le Rainbow Imperiese Movement (le comité territorial d'Arcigay Imperia) et par l'AGEDO.

Pays-Bas[modifier | modifier le code]

Il y a aussi de la violence contre les personnes transgenres aux Pays-Bas. Une étude de Transgender Network Nederland publiée le sur la sécurité des personnes transgenres dans l'espace public aux Pays-Bas a révélé que pas moins de 43 % des personnes interrogées avaient dû faire face à de la violence envers eux pendant l'année écoulée.

La Transgender Day of Remembrance a lieu chaque année dans une ville différente des Pays-Bas. En 2015, c'était à La Haye[43], en 2014 Maastricht[53] et en 2013 Nimègue[54].

Victimes[modifier | modifier le code]

Quelques chiffres[modifier | modifier le code]

De novembre de 2012 à octobre de 2013, 238 assassinats de personnes trans ont été enregistrées, particulièrement au Brésil avec 95 assassinats, suivi du Mexique (40), les États-Unis (16), le Venezuela (15), Honduras (12), la Colombie (12), l'Inde et le Salvador (8 chacun), l'Italie et la Turquie (5 chacun)[55].

En Pérou, selon un rapport du Mouvement Homosexuel de Lima, entre 2006 et 2010, 249 personnes ont été assassinées en raison de leur orientation sexuelle ou identité de genre[56].

Depuis janvier de 2008 à décembre de 2012, 6 personnes trans ont été assassinés en Espagne, bien que les cas les plus impressionnant étaient antérieurs : la mort de Sonia Rescalvo Zafra victime d'un groupe de néonazisme en 1991, et Roberto González Onrubia le après neuf mois d'enfermement et de torture[57],[58],[59].

Dans la période d' à , il a été signalé 271 décès de personnes trans, dont un Hollandais. Depuis 2008, il y a un total de 1731 décès sont connues dont 56 % sont âgés de moins de 30 ans[43].

Diversité[modifier | modifier le code]

CeCe McDonald parle en 2015, Journée du Souvenir Trans à San Francisco.

Lors de la Journée du souvenir trans, il, est souvent rappelé le lien entre la transphobie, la couleur de la peau et la classe sociale des femmes trans.

Les professionnels et les militants dédiés à la progression politique sur l'Intersectionnalité sont d'avis que la violence transphobe est liée à l'éthnie, au genre et à la classe sociale. Cela se reflète dans l'histoire de la répression colonialiste des troisième sexe issus des cultures coloniales, et dans le nombre de cas traité par les institutions à but non lucratif luttant contre la violence envers les femmes transgenres non blanches en général, et aux États-Unis, en particulier les femmes trans noires[60],[61],[62].

Critiques[modifier | modifier le code]

Représentation des diversités[modifier | modifier le code]

Les théoriciens C. Riley Snorton et Jin Haritaworn critiquent la manière dont les images et les récits sur les décès des personnes trans de couleur, le plus souvent des femmes trans, sont diffusés au sein de mouvements sociaux et espaces dirigée par des militants blancs, gay et trans, comme lors de la Journée du souvenir trans[63].

Dans le cas de la femme transgenre afro-américaine Tyra Hunter, Snorton et Haritaworn observent que les dangers qui guettent les femmes transgenres, et transféminines, et les cadavres trans non blancs n'obtiennent de considération qu'après leur mort, et que cette violence ne se remarque pas comme une combinaison de transferts systématiques et de racisme.

Raisons pour laquelle (entre autres) les militants transgenres CeCe McDonald, Queen Gossett, Sylvia Rivera, Dean Spade, et les travaux de Snorton et Haritaworn affirment l'importance de la diversité dans des événements tels que la Journée du souvenir trans, et dans le militantisme trans en général.

Déresponsabilisation[modifier | modifier le code]

Selon le professeur Sarah Lamble (2008), l'accent mis par Journée du souvenir trans sur le chagrin collectif est susceptible de donner l'impression au téléspectateur blanc d'être innocent de la violence contre les femmes trans non blanches pour lesquelles il est désolé. Elle affirme :

« Notre tâche est de promouvoir ceux qui soutiennent non seulement la Journée du souvenir trans, mais aussi de nombreuses actions, car nous comptons sur eux pour faire face à la violence. Aucun d'entre nous n'est innocent. Nous devons inventer des pratiques de commémoration qui se situent à notre propre point de vue, parmi les structures du pouvoir qui permettent la violence. Notre tâche est de passer de la compassion à la responsabilité, de la conscience à la réaction, de l'observation à l'action. Il ne suffit pas d'honorer les souvenirs des morts — nous devons changer les pratiques des vivants. »

— Sarah Lamble, 2008[64]

Récupération de décès de travailleuses du sexe[modifier | modifier le code]

La militante transgenre Mirha-Soleil Ross critique la Journée du souvenir trans pour créer la confusion sur la motivation derrière les meurtres de travailleuses du sexe transgenres.

Dans un entretien avec la chercheuse Viviane Namaste, elle présente des exemples de travailleuses du sexe transgenres qui ont été assassinés à Toronto pour être des travailleuses du sexe et accuse les organisateurs de TDoR d'utiliser ces femmes qui sont mortes comme des martyrs de la communauté transgenre[65].

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.masstpc.org/dor/%7ctitremasstcp.org.
  2. « Trans Day of Remembrance », Massachusetts Transgender Political Coalition, (consulté le 20 novembre 2013)
  3. (en) « North Carolinians mark Transgender Remembrance Day », sur QNotes, (consulté le 17 octobre 2020).
  4. Lainey Millen, « North Carolinians mark Transgender Remembrance Day », QNotes,‎ (lire en ligne)
  5. « Transgender Day of Remembrance », Human Rights Campaign (consulté le 20 novembre 2013)
  6. La Transyclopedie : tout savoir sur les transidentités, Paris, des ailes sur un Tracteur, , 338 p. (ISBN 978-1-291-10322-9).
  7. http://www.gwensmith.com/background/biography.html « Copie archivée » (version du 24 avril 2008 sur l'Internet Archive)
  8. « Remembering Rita Hester », sur EDGE Media Network (consulté le 17 octobre 2020).
  9. « Remembering Rita Hester », sur EDGE Media Network (consulté le 17 octobre 2020).
  10. Ethan Jacobs, « Remembering Rita Hester », EDGE Boston,‎ (lire en ligne)
  11. [url=http://www.gender.org/remember/about/core.html « Copie archivée » (version du 19 septembre 2013 sur l'Internet Archive)]
  12. (en) « Gwendolyn Ann Smith » [archive du ], page biographique.
  13. Marti Abernathey: About TDOR. Dans: http://tdor.info/. Consulté le 21. (en anglais).
  14. Kate Bornstein, P. Bear Bergman: Genre Hors-La-Loi.
  15. G. Smith, « Biography » [archive du ], Gwensmith.com (consulté le 20 novembre 2013)
  16. (en) « Remembering Our Dead »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), description du projet.
  17. http://www.huffingtonpost.com/irene-monroe/remembering-trans-heroine_b_785829.html
  18. http://www.hrc.org/campaigns/transgender-day-remembranc}
  19. (en) « About TDOR at Transgender Day of Remembrance » [archive du ], Transgenderdor.org, (consulté le 6 juillet 2011).
  20. (en) « LGBT Supports »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 28 mars 2014), statistiques des décès en 2011.
  21. (en) « Trans Respect versus Transphobia Worldwide », autres statistiques des décès en 2011.
  22. Massachusetts Transgender Political Coalition. (2010). Transgender Awareness Week. Accedido el 20 de noviembre de 2013.
  23. « St. Louis Observes Transgender Day of Remembrance », Vital Voice,‎ (lire en ligne)
  24. Yvonne Gonzalez, « Groups recognize transgender remembrance day », The State Press,‎ (lire en ligne)
  25. GLAAD, « An Introduction to the Transgender Day of Remembrance », GLAAD,‎ (lire en ligne, consulté le 7 mars 2011)
  26. GLAAD, « Autumn Sandeen – "What Does Transgender Day of Remembrance Mean to You?" », GLAAD,‎ (lire en ligne, consulté le 3 mars 2011)
  27. GLAAD, « Exclusive Video: Candis Cayne Discusses Being Out as Transgender in Hollywood », GLAAD,‎ (lire en ligne, consulté le 7 mars 2011)
  28. GLAAD, « New York City's LGBT Center Observes Transgender Day of Remembrance », GLAAD,‎ (lire en ligne, consulté le 3 mars 2011)
  29. GLAAD, « Transgender Day of Remembrance's International Scope », GLAAD,‎ (lire en ligne, consulté le 7 mars 2011)
  30. http://www.thevitalvoice.com/news/50-latest-news/817-st-louis-observes-transgender-day-of-remembrance
  31. St. Pierre, E. (2010). TDoR Events and Locations 2010. Retrieved from Transgenderdor.org.
  32. Joan Ferrante: Sociology.
  33. Susanne Scholz (Éd.
  34. (en) « How to Improve the Performance of Your Web App? », sur Blog / GLAAD Voice, (consulté le 17 octobre 2020).
  35. (en) « How to Improve the Performance of Your Web App? », sur Blog / GLAAD Voice, (consulté le 17 octobre 2020).
  36. (en) « Top 5 stunning designer frames in Men's sunglasses 2020 », sur Blog / GLAAD Voice, (consulté le 17 octobre 2020).
  37. (en) « Top 6 New Trends Of Wishing Your Special One On Birthday! », sur Blog / GLAAD Voice, (consulté le 17 octobre 2020).
  38. (en) « Scenario of Online Shopping Now a Days », sur Blog / GLAAD Voice, (consulté le 17 octobre 2020).
  39. St. Pierre, E. (2010). TDoR Events and Locations 2010. Transgenderdor.org.
  40. (en) « Transgender DoR »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 28 mars 2014), liste des événements annoncés.
  41. « Yagg », liste d'événements annoncés.
  42. L'union pour la grande cause « Copie archivée » (version du 9 janvier 2009 sur l'Internet Archive), sur www.sovo.com
  43. a b et c « Nationale Transgender Gedenkdag 2015 in Den Haag », sur COC Pays-Bas
  44. (en-CA) The Canadian Press, « Ontario enshrines Trans Day of Remembrance in law as Nov. 20 », CP24,‎ (lire en ligne, consulté le 21 décembre 2017)
  45. Trans Day of Remembrance Act, 2017 (Act), (lire en ligne)
  46. « Pour la 1re fois, le drapeau transgenre flotte devant l'Assemblée législative de la C.-B. », sur Radio Canbada, (consulté le 17 mars 2020)
  47. « TDOR - 2002 - Page 2 », sur ftmvariations.org, (consulté le 25 novembre 2018)
  48. « Act-Up Paris - Trans: la CNAM nous préfère mortEs », sur actupparis.org, (consulté le 25 novembre 2018)
  49. « TDOR 2004 - GAT », sur bistouriouioui.free.fr (consulté le 25 novembre 2018)
  50. « STS Evénements passés », sur sts67.org (consulté le 25 novembre 2018)
  51. (it) « Transessuale picchiata e uccisa a Termini funerali al femminile nella Chiesa del Gesù », sur http://roma.repubblica.it/
  52. (it) « DOLORE E RABBIA, LE PERSONE TRANS ANCORA ESPOSTE ALLE VIOLENZE PIù EFFERATE » [archive du ], sur imgpress.it (consulté le 21 décembre 2017)
  53. (nl) « Transgender Gedenkdag in Maastricht - COC Nederland », sur COC Nederland, (consulté le 17 octobre 2020).
  54. (nl) « Transgender Gedenkdag 2013 in Nijmegen - COC Nederland », sur COC Nederland, (consulté le 17 octobre 2020).
  55. (es) « En el Día Internacional de la Memoria Transexual, recordamos que 238 personas trans han sido asesinadas en el último año », sur dosmanzanas - La web de noticias LGTB (consulté le 17 octobre 2020).
  56. (es) « Tribuna / La caza del gay », El País, Ediciones El País,‎ (lire en ligne, consulté le 17 octobre 2020).
  57. http://www.transrespect-transphobia.org/en/tvt-project/tmm-results/march-2013.htm
  58. http://www.elmundo.es/elmundo/2011/03/20/barcelona/1300637098.html
  59. (es) « Condenadas a 18 años de cárcel por vejar y asesinar a un transexual », sur EL PAÍS, (consulté le 17 octobre 2020).
  60. National Coalition of Anti-Violence Programs, « A report from the national coalition of anti-violence programs: Lesbian, Gay, Bisexual, Transgender and HIV-affected hate-violence in 2014 »,
  61. « Black Trans* Women's Lives Matter »
  62. Addison Rose, « State of Emergency Continues for Trans Women of Color », Huffington Post,‎ (lire en ligne)
  63. C. Riley Snorton et Jin Haritaworn, Trans necropolitics : A transnational reflection on violence, death, and the trans of color afterlife, The Transgender Studies Reader 2, New York: Routledge Press, , 66–76 p..
  64. Sarah Lamble, « Retelling racialized violence, remaking white innocence: The politics of interlocking oppressions in Transgender Day of Remembrance », Sexuality Research and Social Policy: Journal of NSRC,‎ (lire en ligne, consulté le 19 mars 2016)
  65. Viviane Namaste, Sex Change, Social Change, Women's Press, , 288 p. (ISBN 978-0-88961-483-3, lire en ligne), chap. 7 (« Interview with Mirha-Soleil Ross »), p. 90

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lectures complémentaires[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]