Transition de genre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Dessin d'une personne dans une chambre, s'habillant face à son miroir. La personne porte un binder et un kit d'injection de testostérone est visible dans son étagère.
Dessin d'une personne transmasculine portant un binder ; un kit d'injection de testostérone est visible dans son étagère.

La transition de genre est un ensemble de processus conduisant à modifier l'expression de genre et l'apparence d'une personne transgenre pour les faire correspondre à son identité de genre. Elle inclut de nombreux actes sociaux, administratifs et médicaux, pouvant être réalisés par la personne transgenre sans ordre particulier ni obligation d'exhaustivité.

La transition de genre commence toujours par une phase de questionnement. Lorsqu'une personne est transgenre, elle en prend conscience au cours d'une réflexion appelée coming in. Elle peut alors choisir d'entamer d'autres étapes, à commencer par le coming out et le choix d'un prénom et des pronoms adaptés.

La transition sociale correspond au coming out et à l'adoption publique d'une identité et expression de genre correspondant au genre d'arrivée, y compris par des moyens cosmétiques comme des accessoires ou vêtements. La transition médicale peut inclure des actions variées, allant du coaching vocal aux chirurgies génitales en passant par l'hormonothérapie, la greffe de barbe et de cheveux ou encore la mammectomie. Elle peut rencontrer de nombreux obstacles, notamment la transphobie de l'entourage de la personne et des difficultés dans l'accès aux soins. Enfin, la transition administrative, parfois considérée comme faisant partie de la transition sociale, concerne le changement de prénom et de sexe à l'état civil ainsi que l'accès à la transparentalité.

À toute étape du processus de transition de genre, la personne peut faire le choix ou se voir contrainte d'arrêter, temporairement ou définitivement, sa transition. Cet arrêt est appelé « détransition ».

Typologie des actes de transition[modifier | modifier le code]

S'il existe de nombreux parcours de transition, avec une grande diversité d'étapes pouvant être suivies ou non, celles-ci se retrouvent généralement regroupées dans trois grandes catégories : la transition sociale, la transition juridique et la transition médicale. La transition sociale, qui correspond à la sociabilisation et aux espaces sociaux, et la transition administrative ou juridique, qui correspond au rapport de la personne avec l'État et les autres autorités officielles, sont parfois regroupées par métonymie sous le vocable de « transition sociale »[1].

Dans les années 1950, la transidentité est pensée uniquement dans une perspective médicale, c'est-à-dire par le changement du corps par la chirurgie ou la prise d'hormones, et appelée « transsexualisme » ou « transexualité »[2],[3]. À la fin des années 1960, la militante trans Virginia Prince popularise le terme de « transgenre » pour parler de personnes ayant transitionné socialement, mais pas médicalement[3],[4]. Cette distinction reste en place durant plusieurs décennies, mais après la publication du livre Transgender Liberation de Leslie Feinberg en 1992, le mot « transgenre » devient plus généraliste dans une perspective de mise en avant des différents parcours, sans se concentrer sur la partie médicale[3].

Une étude de 2014 menée en Australie et portant sur 189 personnes âgées de 14 à 25 ans a trouvé que plus des trois quarts des personnes transgenres effectuent une transition sociale au moins partielle et qu'environ 40 % d'entre elles ne souhaitent pas de transition médicale, une proportion plus élevée chez les personnes non binaires[5]. De rares personnes trans font le choix de transitionner médicalement mais pas socialement, préférant garder leur corps et leur genre pour elles seules ou leur cercle intime[6].

Prise de conscience, questionnement et acceptation[modifier | modifier le code]

Questionnement[modifier | modifier le code]

Photographie d'une femme trans blonde sur un défilé. Son visage exprime de la joie tandis qu'elle pose en tenant sa grande couronne de strass contre la tête d'une main et un sceptre de l'autre.
Kylie Sonique Love décrit son processus de coming in comme une libération l'autorisant enfin à savoir qui elle est[7].

Le questionnement est le processus par lequel passent les personnes qui s'interrogent sur leur genre, leur identité de genre ou leur orientation sexuelle[8],[9]. Le questionnement amène une personne trans à prendre conscience de sa transidentité, une étape parfois appelée « coming in » (par opposition à l'annonce aux autres, le coming out)[10]. Dans la majeure partie des cas, ce processus de questionnement et de compréhension de soi peut être une source d'angoisse et de sentiments dépressifs : la personne réalise qu'elle est différente et qu'elle ne correspond pas au modèle cisgenre hétéronormatif[10]. Elle peut également souffrir de transphobie internalisée[10]. Néanmoins, le coming in peut également s'avérer libérateur, permettant aux personnes de mieux comprendre leur identité et de se sentir davantage elles-mêmes[10]. Le questionnement est ainsi une étape d'auto-acceptation de sa propre identité[10].

L'absence d'informations correctes et de représentations positives sur les identités LGBT+ ou l'absence de discussions ouvertes sur le sujet cause un stress plus élevé chez les adultes en questionnement[11]. Avoir un entourage lui-même LGBT+ peut aider dans le processus de coming in, soit que son existence soit rassurante en elle-même ou soit que cet entourage puisse servir d'interlocuteur privilégié par rapport aux questionnements liés au coming in[10]. Depuis l'émergence de communautés LGBT+ en ligne, cet entourage n'a pas besoin d'être géographiquement proche[12].

L'étape du coming in est souvent la première d'un processus de transition de genre[10], bien que certaines personnes choisissent de ne pas transitionner après avoir pris conscience de leur identité de genre[5].

Choix du prénom[modifier | modifier le code]

Il est très commun, surtout en Amérique du Nord et en Europe, de changer de prénom pour mieux correspondre à son genre ressenti[13]. Le nouveau prénom est souvent le premier objet de réflexion de la personne transgenre, même si d'autres étapes de la transition peuvent avoir lieu avant le choix lui-même[13]. Le prénom abandonné se nomme le morinom.

Les personnes transgenres choisissent généralement elles-mêmes leur nouveau prénom, parfois avec l'assistance de leurs proches[13],[14]. Certaines personnes transgenres choisissent de garder leur prénom de naissance ou des vestiges de ce prénom dans un nouveau prénom relevant d'un autre genre, afin de conserver une continuité dans leur identité personnelle[13].

Certaines personnes conservent certains sons ou lettres du prénom de naissance, notamment l'initiale ou un son pouvant être utilisé pour un surnom[13],[14], ou utilisent la version de leur prénom correspondant à l'autre genre (par exemple Alexandre et Alexandra)[13]. Enfin, les personnes portant un prénom épicène à l'oral avant leur transition, en français, changent parfois de prénom pour en prendre un différent dont le genre est marqué[14]. Le prénom peut également venir par pur hasard, à force de tâtonnements[13].

La question de la transmission familiale se pose également : une personne transgenre peut choisir de s'inscrire dans la lignée des générations précédentes, par exemple en choisissant un prénom spécifique à une culture ou une origine[13],[14], ou, si les parents d'un homme trans lui ont donné le nom d'une célébrité féminine qu'ils apprécient, celui-ci peut choisir le prénom d'une célébrité masculine qu'il apprécie[14]. Certaines personnes veulent maintenir une continuité entre les prénoms, d'autres s'en débarrasser parce qu'elles associent l'ancien prénom à une forte souffrance causée par la dysphorie de genre[13],[14] ou refuser l'influence familiale dans une démarche de construction de soi[14].

La personne trans peut demander à des personnes de son entourage proche de tester un nouveau prénom pour voir ce qu'elle ressent quand il est utilisé et prononcé à voix haute[13].

Il est commun que la personne trans conserve, au moins dans un premier temps, son prénom de naissance sous la forme d'un deuxième prénom ou d'une initiale. Ce choix est parfois motivé par une volonté de simplicité administrative ou d'éviter des discriminations[13].

Choix des pronoms personnels[modifier | modifier le code]

Photographie d'une personne noire portant un vêtement blanc, un collier en forme de fleur et du maquillage multicolore autour des yeux.
Les personnes non binaires, telles que Marylize Biubwa (they/them), n'utilisent pas forcément les pronoms « il » ou « elle ».

Dans les langues grammaticalement genrées, les personnes transgenres binaires, c'est-à-dire s'identifiant pleinement comme homme ou femme, utilisent le plus souvent les pronoms personnels correspondants il ou elle[15].

Les personnes non binaires peuvent choisir d'employer des pronoms neutres, ou bien une combinaison de pronoms genrés, ou encore décider de n'employer aucun pronom pour se désigner. Les pronoms utilisés peuvent également varier pour correspondre à l'identité de genre de la personne en fonction de la période. Leur emploi dépend à la fois de l'adéquation ressentie par la personne entre son identité et le ou les pronoms utilisés et de l'environnement dans lequel elle évolue[16]. Les langues romanes, comme l'espagnol, l'italien, le portugais ou le français, sont des langues très genrées, dans lesquelles l'adoption de formes non binaires ou non genrées n'est pas toujours facile ou acceptée[17].

Les personnes trans peuvent utiliser un pronom personnel neutre pendant un certain temps puis passer à des pronoms binaires, surtout si elles ne se sentent pas légitimes en début de transition. De même, certaines personnes peuvent utiliser un pronom binaire puis se rendre compte qu'un pronom neutre leur convient mieux. Enfin, elles peuvent utiliser plusieurs ensembles de pronoms, en les alternant selon la période ou les préférences[18].

Transition sociale[modifier | modifier le code]

Coming out[modifier | modifier le code]

L'annonce de la transidentité, aussi appelée « coming out », à l'entourage est un des éléments les plus significatifs dans le processus de transition pour de nombreuses personnes transgenres[19]. Ce coming out peut être plus ou moins bien reçu, voire entraîner de la violence ou une perte de domicile. En effet, les personnes trans sont beaucoup plus à risque d'être sans domicile fixe que la population générale[20], et les deux-tiers des jeunes trans sans abris le sont car ils ont été chassés ou ont fui le domicile familial peu après leur coming-out[21]. En conséquence, les personnes trans choisissent généralement les contextes, les moments et les personnes à qui annoncer leur transidentité[22]. Une autre stratégie est d'augmenter son passing afin d'éviter discriminations et violences transphobes[23].

Changement de l'expression de genre[modifier | modifier le code]

L'expression de genre change dans la plupart des transitions[5]. Elle passe d'abord par un changement de la pilosité (incluant la coupe de cheveux), par l'arrêt, l'évolution ou le début d'utilisation de maquillage et par un changement dans le style vestimentaire[24]. En général, l'objectif de ces modifications est de « passer », c'est-à-dire d'être perçu par l'entourage comme étant du genre ressenti[24].

Cette nouvelle expression de genre passe par différents changements tels que l'adoption d'une nouvelle coupe de cheveux ou une coloration, la pratique de l'épilation (respectivement sa cessation), l'arrêt, l'évolution ou le début d'utilisation de maquillage et par un changement dans le style vestimentaire[24]. Certaines personnes font en outre évoluer leur voix pour lui donner une sonorité perçue davantage comme féminine ou masculine[25].

Il existe des pratiques et accessoires ayant comme objectif de faciliter le passing des personnes trans. Les personnes transmasculines peuvent s'appuyer sur plusieurs méthodes de bandage de la poitrine incluant le port du binder, un haut de compression, ainsi que sur le packing, le port d'un objet rembourré ou phallique appelé « packer » pour donner l'apparence d'avoir un pénis[26],[27]. Les personnes transféminines peuvent choisir de dissimuler leur pénis par des techniques de tucking, de recourir au rembourrage de hanches et de fesses ou encore de porter des prothèses mammaires externes[1].

Difficultés d'acceptation sociale du nom et des pronoms choisis[modifier | modifier le code]

Le mégenrage est l'action de désigner une personne par un genre qui ne correspond pas à son identité de genre[28]. Il peut être volontaire ou accidentel. Les formes les plus courantes sont l'utilisation de pronoms et d'accords qui ne sont pas ceux utilisés par la personne[29],[30], l’utilisation de « madame » ou « monsieur » en contradiction avec son identité de genre[31].

Le mégenrage inclut également le fait d'utiliser le deadname ou morinom[30], qui est le prénom précédent d'une personne trans[32].

Le mégenrage tout comme l’utilisation du morinom sont une discrimination et font partie du spectre des violences transphobes[33].

Le coming out est une période complexe pour les couples, qui sont, selon une enquête de 2011 réalisée aux États-Unis, 45 % à se séparer à cette période[34]. Pour la moitié d'entre eux, c'est la non-acceptation de la transidentité qui est la cause de cette rupture[34]. La séparation est aussi plus fréquente lorsque la transition arrive à un âge plus avancé, mais aussi quand la personne trans perd son emploi à la suite de son changement de genre[34].

Transition médicale[modifier | modifier le code]

La transition médicale désigne l'ensemble des actes médicaux réalisés pour modifier l'expression de genre. Elle peut inclure une transition hormonale, différentes opérations chirurgicales, l'épilation définitive, et la thérapie de la voix[35].

Conditions d'accès aux soins[modifier | modifier le code]

Trois personnes tenant une banderole sur laquelle est écrite {{lang|en|Action for trans health}}.
Slogan « Action for trans health » (action pour la santé trans) à la Pride de Brighton en 2014.

L'accès aux soins relève d'un double enjeu pour les personnes trans : s'ils permettent d'atténuer la dysphorie de genre, ils ont aussi comme conséquence d'améliorer le passing, et ainsi de protéger les personnes trans, dans une certaine mesure, de la transphobie[23],[2]. Certains parcours de soin, comme celui de la SoFECT en France dans les années 2010, exigent des personnes qui les suivent qu'elles vivent à plein temps dans leur genre choisi durant une période donnée (deux ans dans le cadre de la SoFECT) avant d'avoir accès à une hormonothérapie. Cette expérience de vie réelle expose celles et ceux qui suivent ce type de parcours à de la violence[2].

Coût et prise en charge[modifier | modifier le code]

Les soins médicaux de transition sont très coûteux, ce qui en limite l'accès à de nombreuses personnes trans, une population plus pauvre que la moyenne[36]. La reconnaissance du diagnostic psychiatrique permet cependant, dans beaucoup de pays, la prise en charge des soins[36],[37].

Comme dans le système de soins classique, les personnes trans peuvent être victimes de discriminations dans l'accès aux soins liés à la transidentité. En pratique, en raison des barrières d'accès aux soins et des discriminations, environ 50 % des femmes trans qui débutent une thérapie hormonale le font sans supervision[38]. Un autre exemple est celui de la difficulté d'accès à un gynécologue pour les personnes trans ayant un vagin mais ne ressemblant pas à des femmes cisgenres[39].

Diagnostic de dysphorie de genre[modifier | modifier le code]

Historiquement, la psychiatrie ne considère la transidentité que sous l'angle de la dysphorie de genre : le médecin conçoit son rôle comme consistant à prouver que son patient ou sa patiente n'a pas d'autres causes à cette dysphorie, comme la dépression, la schizophrénie ou l'autisme, pensées comme ne pouvant coexister avec une réelle transidentité[2]. Dans ce cadre le but du thérapeute est idéalement de libérer son patient de sa souffrance via l'acceptation son genre de naissance[2].

Si la perception de la transidentité comme relevant d'une affection psychiatrique est abandonnée lors du passage du DSM-4 au DSM-5 en 2013, elle perdure cependant chez des médecins et thérapeutes[40],[41],[42]. La CIM-11, onzième version de la Classification internationale des maladies, entrée en vigueur en 2022, dépsychiatrise la transidentité, en la classant dans la section liée à la santé sexuelle plutôt que dans celle des affections psychiatriques, et en la définissant sans faire référence à une quelconque souffrance[43],[44].

Certains pays, comme la Suisse, permettent de réaliser une transition sur simple démarche administrative[45]. Dans d'autres, l'accès à certaines étapes de transition, telles que l'hormonothérapie, ainsi que leur remboursement, reste conditionné à l'aval d'un psychiatre[2],[37]. Des universitaires et des associations critiquent la psychiatrisation des transidentités car elle rend l'accès aux soins plus difficile et peut avoir un caractère humiliant[2].

Neuroatypie[modifier | modifier le code]

Une série d'entretiens menés en 2018 par John F. Strang et ses collègues auprès de 22 adolescents autistes à l'identité de genre diversifiée (non cis) conclut qu'un tiers d'entre eux ont vu leur identité de genre remise en question, uniquement parce qu'ils sont autistes[46]. D'après les témoignages de personnes concernées qui ont été collectés en France en 2022, il existe dans ce pays une tendance de certains cliniciens à exclure la possibilité d'un diagnostic d'autisme si la personne est diagnostiquée avec une dysphorie de genre, et inversement[47]. Jusqu’en 2018, en France, la SoFECT a refusé de prendre en charge des personnes qui consultent pour une transidentité et ont au préalable reçu un diagnostic d'autisme[48].

Âge[modifier | modifier le code]

Jeune garçon trans dans la rue, tendant les bras comme Superman avec, en guise de cape, le drapeau trans
Garçon trans se rendant à une marche des fiertés en 2018.

Les équipes médicales utilisent souvent une définition restreinte de la dysphorie de genre pour soigner les enfants. Par exemple en considérant que les bloqueurs de puberté ne devraient être prescrits qu'aux enfants et adolescents vivant une dysphorie génitale, c'est-à-dire rejetant leurs organes génitaux, et ce alors que de nombreux adultes trans n'effectuent pas de chirurgie de réassignation sexuelle[49].

La seule prise en charge médicale chez les enfants prépubères consiste en la prescription d'un traitement par des bloqueurs de puberté, qui permettent de stopper la puberté le temps d'atteindre un âge suffisant pour prendre des hormones du sexe opposé à celui du sexe de naissance[50]. L'accès à ces hormones qui permettent de vivre une puberté est limité pour les mineurs[49],[51]. Ce délai provoque une détresse sociale, où les adolescents trans de 14 ou 15 ans se retrouvent seuls à être prépubères tandis que leurs camarades de classe sont déjà bien avancés dans leur puberté[49].

La version de septembre 2022 des standards de soin de la WPATH ne prévoit pas de seuil d’âge chez l’adolescent pubère pour un certain nombre d'opérations, à l'exception de la phalloplastie chez les jeunes hommes trans mineurs[50]. En France, les mineurs peuvent réaliser des actes de chirurgie esthétique[52]. Ainsi, la section éthique et déontologie du Conseil national de l’Ordre des médecins conclut que la chirurgie de genre, considérée comme une chirurgie réparatrice, doit également être possible avec le consentement de l'enfant et de ses représentants légaux[52]. D'autres pays, tels que la Suède, limitent très fortement l'accès à la masectomie pour les mineurs[53].

Traitements hormonaux[modifier | modifier le code]

Traitement hormonal substitutif[modifier | modifier le code]

Deux photographies d'une personne avant et après sa transition en tant que femme trans. Sur la photographie post-transition, ses cheveux sont plus longs et sa poitrine témoigne d'un développement mammaire.
Effet de la prise de deux ans d'estradiol et de spironolactone sur une femme trans.

Lors d'une transition hormonale, la prise d'hormones sexuelles a des effets féminisants ou masculinisants. La féminisation passe par l'administration d’œstrogènes, souvent associés aux anti-androgènes[54],[38] ou des agonistes de la GnRH[38], et parfois à de la progestérone[55]. La prise d’œstrogènes abaisse le taux de testostérone, mais dans la moyenne basse masculine[38]. L'addition d'anti-androgènes permet d'abaisser encore le taux de testostérone en bloquant sa production, ce qui permet d'atteindre un taux de testostérone situé dans la moyenne féminine[38]. La masculinisation est opérée grâce à l'administration de testostérone[54].

Les études qui ont porté sur le sujet montrent que la thérapie hormonale chez les personnes transgenres est associée à une meilleure qualité de vie, un taux plus faible de dépression et d'anxiété, quel que soit l'âge et le sexe des personnes[56]. Lorsque la thérapie hormonale commence à l'adolescence, les personnes trans présentent une meilleure santé mentale et sont moins susceptibles de s'engager dans des abus de substances que leurs pairs ayant débuté la thérapie hormonale à l'âge adulte[57].

La thérapie hormonale est considérée sûre lorsqu'elle est réalisée avec un suivi sur certains points[58]. Les principaux risques rapportés sont la polycythémie dans le cadre d'une thérapie hormonale masculinisante et les thromboembolies veineuses dans le cadre d'une thérapie hormonale féminisante[58]. Chez les personnes transféminines hormonées, des triglycérides augmentés sont également retrouvés[58].

Effets prévisibles et attendus si les hormones sont prises après la puberté[55]
Caractères sexuels secondaires Hormones masculinisantes Hormones féminisantes
Voix Mue vers une voix grave NC
Musculature et graisse Accroissement de la masse musculaire et légère fonte de la masse graisseuse Fonte musculaire et légère modification de la répartition de la masse graisseuse
Poitrine NC Développement mammaire
Pilosité Développement de la pilosité, risque accru de calvitie Dans certains cas, diminution de la perte de cheveux et légère réduction de la pilosité générale
Ossature NC NC

Bloqueurs de puberté[modifier | modifier le code]

Pancarte en carton aux couleurs du drapeau trans sur laquelle est écrit le texte Protect trans kids
Pancarte Protect trans kids (en) lors de la marche des fiertés de Toulouse 2023.

Le traitement visant à bloquer la puberté a été mis au point au début des années 1980 pour les enfants atteints de puberté précoce. Le traitement consiste à administrer à l'enfant des hormones de synthèse qui imitent l'action de la GnRH, l'hormone de libération des gonadotrophines hypophysaires normalement produite dans l'hypothalamus. Des injections répétées sont nécessaires pour que la puberté reste en sommeil. À l'arrêt du traitement, elle reprend son cours normal. Le traitement est généralement entamé avant l'apparition des premiers signes de puberté, qui sont mal vécus par les enfants transgenres. Quelques rares effets secondaires sont répertoriés, dont des risques de douleurs musculaires et articulaires, de la fatigue, des troubles du sommeil ou un retard de calcification des os[59].

En 2022, une méta-analyse note que « plusieurs études ont été publiées soulignant les impacts positifs sur le devenir psychologique ainsi que l’innocuité relative de la suspension de la puberté, dite ‘suppression de puberté’ » et que « le ratio bénéfice/risque semble suffisamment solide pour que cette proposition de soin soit reprise dans toutes les recommandations internationales dans des indications similaires »[52]. La prise de bloqueurs de puberté s'accompagne d'une sérénité retrouvée des enfants et des adolescents, ainsi que d'une plus grande confiance en eux[49]. Toutefois, pour les adolescents les plus âgés, la prise de bloqueurs seuls, sans hormones sexualisantes (œstrogène ou testostérone), peut s'avérer pénible (bouffées de chaleur, troubles de l'humeur)[49].

Un phénomène paradoxal a lieu avec les bloqueurs de puberté : alors que, dans les années 2010, émerge un consensus médical quant à la pertinence de leur utilisation, ceux-ci sont aussi l'objet d'une controverse dans le débat public[49]. Les actions contre les bloqueurs de puberté aboutissent à la mise en place de limitations légales à l'accès de ces traitements dans plusieurs pays[49],[60],[61],[62].

Chirurgies[modifier | modifier le code]

Chirurgie non génitale[modifier | modifier le code]

Photographie d'un homme trans torse nu et souriant, dont le développement mammaire est réduit au minimum et dont la poitrine ne laisse apparaître aucune cicatrice.
Homme trans, quatre ans après une mastectomie.

Les chirurgies que peuvent réaliser les femmes trans dans leur transition comportent la mammoplastie[63], les chirurgies de féminisation faciale qui comprennent entre autres la reconstruction frontale, la rhinoplastie et la plastie du menton et mâchoire[64], la greffe de cheveux[65], la réduction de la pomme d'Adam et la chirurgie des cordes vocales[66],[67].

Les hommes trans ayant vécu une puberté féminine passent souvent par une mastectomie[68]. D'autres chirurgies existent, notamment la greffe de barbe[65] et l'injection d'acide hyaluronique pour rendre la mâchoire plus saillante[69].

Chirurgie génitale[modifier | modifier le code]

Toutes les chirurgies génitales stérilisent la personne qui les subit[70].

Chirurgie de réattribution sexuelle d'homme vers femme[modifier | modifier le code]
Photographie de plusieurs dispositifs médicaux de forme oblongue.
Collection de dilatateurs vaginaux en plastique et en silicone.

La chirurgie la plus commune est la vaginoplastie, c’est-à-dire la construction d’un vagin. L'esthétique, les sensations et les résultats fonctionnels de la vaginoplastie varient grandement selon les méthodes et les patientes[71]. Les testicules sont retirés et les peaux du prépuce et du pénis sont généralement inversées pour former un vagin complètement sensible. Un clitoris peut être réalisé à partir d'une partie du gland du pénis[71]. Étant donné que le corps humain traite le néo-vagin comme une blessure, la patiente doit entretenir le volume de son vagin à long terme par une dilatation vaginale régulière à l'aide de dispositifs spécifiques[72].

Certaines femmes trans font parfois procéder à l'ablation des testicules sans création d'un vagin[70]. L'opération permet d'empêcher définitivement la production de testostérone et présente l'avantage d'éviter la plupart des complications possibles de la vaginoplastie. Elle est parfois une première étape en attendant la vaginoplastie et dans d'autres cas peut être motivée par une inéligibilité à la vaginoplastie[73].

Chirurgie de réattribution sexuelle de femme vers homme[modifier | modifier le code]

La création d'un pénis chez l'homme trans passe le plus souvent par la phalloplastie. Elle se fait en deux temps : d'abord, on opère une ablation du vagin avec reconstruction de l'urètre, une scrotoplastie et une reconstruction du pénis en greffant de la peau d'une autre partie du corps, souvent l'avant-bras. Après un an de cicatrisation, on peut placer des prothèses testiculaires et péniennes permettant l'érection[74].

Une alternative moins invasive est la métaidoïoplastie. Cette opération ne peut se faire qu'une fois que le patient a suivi une thérapie de remplacement par la testostérone. En effet, cette thérapie élargit progressivement le clitoris vers une taille moyenne de 4-5 centimètres. Lors de la métaidoïoplastie, le chirurgien sépare le clitoris des petites lèvres, et sectionne son ligament suspenseur afin de le ramener à une position approximative de pénis. Il en résulte un petit pénis d'environ 5 à 7 centimètres, qui ne peut pas être utilisé pour la pénétration lors des rapports sexuels[74].

Épilation définitive[modifier | modifier le code]

La prise d'œstrogènes chez une personne transféminine qui a vécu une puberté masculine n'affecte pas sa pilosité. Il est donc commun pour les femmes trans de réaliser une épilation définitive du visage[75].

Changement de voix[modifier | modifier le code]

Les femmes trans qui vivent une puberté masculine développent des qualités vocales masculines. L'hormonosubstitution ne modifie pas la voix d'une femme trans : une formation vocale est nécessaire pour féminiser la voix[66]. La masculinisation de la voix n'est généralement pas considérée nécessaire pour les hommes trans car les effets de la testostérone sur le larynx suffisent à produire une voix masculine, mais elle reste utile pour travailler les intonations[76].

Qualité de vie après les interventions médicales[modifier | modifier le code]

Une étude longitudinale de 2010, fondée sur 1 833 personnes trans ayant reçu un diagnostic de dysphorie de genre et suivies par une équipe médicale américaine, constate que le fonctionnement psychologique général des personnes transgenres après la transition médicale est similaire à celui de la population générale, et nettement meilleur que celui des personnes transgenres non traitées[77]. Une étude de 2011 conclut à un effet positif de la thérapie hormonale sur la qualité de vie des personnes trans suivies par la FPATH[78],[79].

En France, les résultats d'une étude de 2009 montrent que la chirurgie de réattribution sexuelle améliore la qualité de vie des personnes trans dans différents domaines, notamment sur les plans social et sexuel. Des différences persistent toutefois entre les hommes trans et les femmes trans, les hommes ayant une vie sociale, professionnelle et amicale et un bien-être psychologique plus importants[80].

Des études réalisées sur le devenir des personnes trans hormonées et opérées montrent qu'elles peuvent développer des sentiments de regret. Une étude suédoise de 1990 a trouvé un taux de 3,8 % de regret notamment dus à un soutien insuffisant de la part de leur famille ou de leurs amis proches[81] ; une étude française de 2008 évalue ce taux à 2 %[82]. Une étude de 2001 sur 232 femmes trans qui ont bénéficié d'une chirurgie de réattribution sexuelle trouve que 6 % déclarent des regrets partiels ou occasionnels, dus pour la plupart aux résultats physiques ou fonctionnels de la chirurgie[83]. Une revue de littérature médicale de 2009 suggère que le taux global de regret ou de sentiments de doute des femmes trans est estimé à 8 %[84]. Une revue de littérature médicale de 2021, reposant sur 27 études, trouve un taux de regret d'environ 1 % chez les personnes ayant eu une chirurgie de réattribution sexuelle, avec moins d'1 % chez les hommes trans et entre 1 et 2 % chez les femmes trans[85]. Certaines personnes trouvent les regrets passagers, d'autres font le choix de détransitionner, parfois en choisissant des chirurgies de réversion des opérations subies[86].

Aspects juridiques[modifier | modifier le code]

Changement d'identité[modifier | modifier le code]

Carte du monde, qui représente notamment les pays dont au moins une région permet d'enlever complètement le marqueur de genre du passeport, comme l'Australie, l'Inde, ou des pays d'Amérique du Nord et d'Amérique du Sud.
Lois concernant l'utilisation d'un marqueur de genre hors Homme ou Femme sur les papiers d'identité.
  • Marqueur volontaire dans au moins une région
  • Marqueur volontaire pour personnes intersexe uniquement
  • Marqueur obligatoire pour un troisième genre
  • Marqueur obligatoire pour personnes intersexe
  • Pas de marqueur spécifique ou pas de données

À l'échelle mondiale, la plupart des juridictions reconnaissent les deux identités de genre traditionnelles et leurs rôles sociaux, homme et femme, mais ont tendance à exclure les autres identités et expressions de genre. Certains pays reconnaissent un « troisième sexe »[87]. D'autres pays comme l'Australie, le Costa Rica et la majeure partie du Canada permettent d'enlever complètement le marqueur de genre du passeport[88].

En 2020, un rapport de l’Association internationale des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, trans et intersexuées (ILGA) identifie 25 pays qui autorisent la transition de genre par autodéclaration. Par ailleurs, 69 pays reconnaissent la transidentité, mais appliquent des conditions très strictes voire prohibitives : transition médicale et stérilisation obligatoires, conditions de ne pas avoir de partenaire ou d'enfant à charge, internement psychiatrique obligatoire ou encore expérience de vie réelle, c'est-à-dire forcer un délai d'attente entre la transition sociale et la transition légale, ce qui peut présenter un risque de sécurité important pour les personnes trans dont les papiers d'identité et l'apparence ne coïncident plus[88],[89].

Criminalisation de la transidentité[modifier | modifier le code]

En 2020, 13 pays criminalisent explicitement la transidentité, le comportement de personnes trans, le comportement de personnes perçues comme trans, ou la transgression des normes de genre. Ces pays sont le Brunei, les Émirats arabes unis, la Gambie, l’Indonésie, la Jordanie, le Koweït, le Liban, le Malawi, la Malaisie, le Nigéria, Oman, le Soudan du Sud et les Tonga. En dehors de cette criminalisation de la transidentité, des mesures liées aux nuisances publiques, à l'indécence, à la moralité, au vagabondage, au travail du sexe et à l'homosexualité, entre autres, sont activement déployées pour sanctionner les personnes trans dans d'autres pays[88],[89].

Droit de la famille[modifier | modifier le code]

Carte du monde, qui représente notamment la Russie ou plusieurs pays d'Afrique du Nord et de l'Est comme ne permettant pas le changement légal d'identité.
Lois sur le changement légal d'identité des personnes trans par pays (état en 2015).
  • Changement légal d'identité, sans chirurgie obligatoire
  • Changement légal d'identité, chirurgie obligatoire
  • Absence de changement légal d'identité
  • Inconnu/ambigu

Le changement d'identité est conditionné à une stérilisation (souvent par chirurgie de réattribution sexuelle) dans de nombreux pays[88],[90]. C'était le cas en Belgique jusqu'en 2018[91].

Dès le milieu des années 1990 en France, les couples hétérosexuels formés d'un homme trans et d'une femme cis peuvent avoir accès au don de sperme et à la procréation médicalement assistée, à condition que ce soit la conjointe qui accouche[92],[93],[94]. Les femmes trans peuvent faire le choix pré-transition de conserver leur sperme ; toutefois l'utilisation de ces gamètes avec leur conjointe cis ou leur conjoint trans n'est pas toujours possible selon les pays[95],[96].

La réception d'ovocytes de la partenaire (ROPA) est une technique qui permet, dans le cadre de la transparentalité, qu'un homme trans puisse donner ses ovocytes tandis que sa ou son partenaire réalise la grossesse ou, inversement, qu'il soit enceint avec l'ovocyte de son conjoint ou de sa conjointe[97]. Si de nombreux pays interdisent directement cette technique, notamment en France[98], ceux qui l'autorisent, notamment des États des États-Unis, le font à la fois pour les couples lesbiens et les hommes trans[99]. La possibilité pour le donneur d'ovocytes d'être le parent légal dès la naissance de l'enfant n'est toutefois pas possible dans tous les endroits où la ROPA est autorisée[99].

Même si ces grossesses d'hommes trans sont possibles, elles s'accompagnent souvent de difficultés administratives ; ainsi, en Belgique et au Royaume-Uni, les hommes trans qui mettent au monde un enfant sont considérés comme des « mères » à l’état civil[100],[101].

Enfin, dans les pays où la gestation pour autrui est légale, celle-ci peut être limitée aux couples hétérosexuels, excluant ainsi les femmes trans lesbiennes ; c'est notamment le cas de l'Ukraine[102].

Détransition[modifier | modifier le code]

Le roman de Torrey Peters Detransition, baby aborde la détransition. Dessin de Laurier The Fox représentant les trois personnages principaux Reese, Ames (qui a détransitionné) et Katrina

La détransition est le fait d'arrêter complètement ou temporairement la transition de genre[103]. La disparition de la dysphorie de genre sans transition sociale, juridique ou médicale n'est pas considérée comme une détransition[104].

La détransition implique par exemple l’arrêt de l’hormonosubstitution ou le retour aux prénom et pronoms pré-transition[104]. Elle peut être due à des facteurs internes (la personne change de genre ressenti) ou, le plus souvent[105], externes (problèmes de santé, manque de soutien, difficultés matérielles)[104]. Elle peut aussi être forcée[106].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Lexie 2021, chap. La transition : suite logique ?.
  2. a b c d e f et g Arnaud Alessandrin, « Histoire du « transsexualisme » en France », dans Sociologie des transidentités, .
  3. a b et c Heyam 2022, Introduction.
  4. Rémi Noyon et Émilie Brouze, « Le mouvement trans expliqué à vos parents qui regardent "Plus belle la vie" », sur L'Obs, (consulté le ).
  5. a b et c (en) Elizabeth Smith, Tiffany Jones et Roz Ward, « From blues to rainbows: the mental health and well-being of gender diverse and transgender young people in Australia », Australian Research Centre in Sex, Health and Society,‎ (DOI 10.4225/50/557E5925A5A83, lire en ligne Accès libre [PDF], consulté le ).
  6. (en) Katherine Rachlin, « Medical Transition without Social Transition », TSQ: Transgender Studies Quarterly, vol. 5, no 2,‎ , p. 228-244 (ISSN 2328-9252 et 2328-9260, DOI 10.1215/23289252-4348660, lire en ligne Accès payant, consulté le ).
  7. (en) Justin Curto, « Kylie Sonique Love Returned to Drag Race All Stars to Show Her Full Self », sur Vulture, (consulté le ).
  8. (en) Carlisle K. Webber, Gay, lesbian, bisexual, transgender and questioning teen literature : a guide to reading interests, Libraries Unlimited, coll. « Genreflecting advisory series », , 156 p. (ISBN 978-1-59158-506-0).
  9. Nicolas Mendes, Laure Woestlandt, Clément Moreau et Florence Eustache, « Enjeux éthiques de l’accompagnement des enfants et des adolescents et adolescentes trans ou en questionnement : articulation à la santé reproductive », médecine/sciences, vol. 39, no 1,‎ , p. 44-48 (ISSN 0767-0974 et 1958-5381, DOI 10.1051/medsci/2022197, lire en ligne Accès payant, consulté le ).
  10. a b c d e f et g (en) Shoshana Rosenberg, « Coming In: Queer Narratives of Sexual Self-Discovery », Journal of Homosexuality, vol. 65, no 13,‎ , p. 1788–1816 (ISSN 0091-8369, PMID 28990876, DOI 10.1080/00918369.2017.1390811, lire en ligne Accès payant, consulté le ).
  11. (en) Steven J. Boyer et Tierney K. Lorenz, « The impact of heteronormative ideals imposition on sexual orientation questioning distress », Psychology of Sexual Orientation and Gender Diversity, vol. 7, no 1,‎ , p. 91–100 (ISSN 2329-0390, DOI 10.1037/sgd0000352, S2CID 210375097, lire en ligne Accès payant).
  12. Natacha Chetcuti, « Autonomination lesbienne avec les réseaux numériques », Hermès, vol. 69, no 2,‎ , p. 39 (ISSN 0767-9513 et 1963-1006, DOI 10.3917/herm.069.0039, lire en ligne Accès libre, consulté le ).
  13. a b c d e f g h i j et k (en) Arielle VanderSchans, « The Role of Name Choice in the Construction of Transgender Identities », Cahiers linguistiques de Western, vol. 1, no 2,‎ (lire en ligne Accès libre [PDF]).
  14. a b c d e f et g Maud Defays, « Le choix du prénom de la personne transgenre: », Cahiers de psychologie clinique, vol. 59, no 2,‎ , p. 265–281 (ISSN 1370-074X, DOI 10.3917/cpc.059.0265, lire en ligne Accès payant, consulté le ).
  15. (en-GB) GenderGP, « Why Pronouns Are So Important to Trans People », sur GenderGP Transgender Services, (consulté le ).
  16. (en) Emmie Matsuno et Stephanie L. Budge, « Non-binary/Genderqueer Identities: a Critical Review of the Literature », Current Sexual Health Reports, vol. 9, no 3,‎ , p. 116-120 (ISSN 1548-3584 et 1548-3592, DOI 10.1007/s11930-017-0111-8, lire en ligne Accès payant, consulté le ).
  17. (es) Ben Papadopoulos, « A Brief History of Gender-Inclusive Spanish/Una breve historia del español no binario », Deportate, esuli, profughe, vol. 48, no 1,‎ , p. 31-48 (lire en ligne Accès libre [PDF]).
  18. (en-US) Tomás Mier, « Why Demi Lovato Now Uses Both ‘They/Them’ and ‘She/Her’ Pronouns », sur Rolling Stone India, (consulté le ).
  19. (en) Chloe Ann Rounsley, True selves : understanding transsexualism-- for families, friends, coworkers, and helping professionals, San Francisco, Jossey-Bass, , 264 p. (ISBN 0-7879-6702-5, 978-0-7879-6702-4 et 0-7879-0271-3, OCLC 51437864).
  20. (en) Jesse B. Fletcher, Kimberly A. Kisler et Cathy J. Reback, « Housing Status and HIV Risk Behaviors Among Transgender Women in Los Angeles », Archives of Sexual Behavior, vol. 43, no 8,‎ , p. 1651–1661 (ISSN 1573-2800, PMID 25190499, PMCID PMC4214608, DOI 10.1007/s10508-014-0368-1, lire en ligne, consulté le ).
  21. (en) Soon Kyu Choi, Bianca DM Wilson, Jama Shelton et Gary J. Gates, « Serving Our Youth 2015: The Needs and Experiences of Lesbian, Gay, Bisexual, Transgender, and Questioning Youth Experiencing Homelessness », University of California,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  22. (en) Stacey M. Brumbaugh-Johnson et Kathleen E. Hull, « Coming Out as Transgender: Navigating the Social Implications of a Transgender Identity », Journal of Homosexuality, vol. 66, no 8,‎ , p. 1148–1177 (ISSN 0091-8369, PMID 30052497, DOI 10.1080/00918369.2018.1493253, lire en ligne Accès payant, consulté le ).
  23. a et b (en) Stephanie Begun et Shanna K. Kattari, « Conforming for survival: Associations between transgender visual conformity/passing and homelessness experiences », Journal of Gay & Lesbian Social Services, vol. 28, no 1,‎ , p. 54–66 (ISSN 1053-8720 et 1540-4056, DOI 10.1080/10538720.2016.1125821, lire en ligne, consulté le ).
  24. a b et c (en) Heath Mackenzie Reynolds et Zil Garner Goldstein, « Social transition », dans Trans Bodies, Trans Selves: A Resource for the Transgender Community, Oxford University Press, (ISBN 978-0199325351).
  25. Aron Arnold, « Voix et transidentité : changer de voix pour changer de genre ? », Langage et société, vol. 151, no 1,‎ , p. 87–105 (ISSN 0181-4095, DOI 10.3917/ls.151.0087, lire en ligne Accès libre, consulté le ).
  26. (en) Rachel Venning et Claire Cavanah, Sex Toys 101 : A Playfully Uninhibited Guide, Simon & Schuster, , 86 p. (ISBN 978-0-7432-4351-3, lire en ligne).
  27. (en) Cathy Winks et Anne Semans, The Good Vibrations Guide to Sex : The Most Complete Sex Manual Ever Written, Cleis Press, , 199– (ISBN 978-1-57344-158-2, lire en ligne).
  28. (en) Julia Serano, Whipping girl : a transsexual woman on sexism and the scapegoating of femininity, Seal Press, (ISBN 978-0-7867-4791-7, 0-7867-4791-9 et 1-58005-154-5, OCLC 726734680).
  29. (en) JoAnne Herman, Transgender explained for those who are not, AuthorHouse, , 148 p. (ISBN 978-1-4490-2957-9 et 1-4490-2957-4, OCLC 469762719).
  30. a et b (en) Bender-Baird, Kyla., Transgender employment experiences : gendered perceptions and the law, State University of New York Press, , 195 p. (ISBN 978-1-4619-0630-8, 1-4619-0630-X et 978-1-4384-3676-0, OCLC 756501393).
  31. (en) Dawn Atkins, Looking queer : body image and identity in lesbian, bisexual, gay, and transgender communities, Haworth Press, (ISBN 1-56023-931-X, 978-1-56023-931-4 et 0-7890-0463-1, OCLC 38519315).
  32. (en) Sinclair-Palm, « "It's Non-Existent": Haunting in Trans Youth Narratives about Naming », Occasional Paper Series, vol. 2017, no 37,‎ (ISSN 2375-3668, lire en ligne Accès libre).
  33. « Transphobie: Le «mégenrage», une discrimination omniprésente dans le quotidien des personnes transgenres », sur www.20minutes.fr (consulté le )
  34. a b et c (en) Jaime M. Grant, Lisa A. Mottet, Justin Tanis, Jack Harrison, Jody L. Herman, Mara Keisling, National Center for Transgender Equality et National Gay and Lesbian Task Force, Injustice at Every Turn : A Report on the National Transgender Discimination Survey, (lire en ligne).
  35. (en) E. Coleman, A. E. Radix, W. P. Bouman et G. R. Brown, « Standards of Care for the Health of Transgender and Gender Diverse People, Version 8 », International Journal of Transgender Health, vol. 23, no sup1,‎ , S1–S259 (ISSN 2689-5269, PMID 36238954, PMCID PMC9553112, DOI 10.1080/26895269.2022.2100644, lire en ligne, consulté le )
  36. a et b Tom Reucher, « Dépsychiatriser sans démédicaliser, une solution pragmatique », L'information psychiatrique, vol. 87, no 4,‎ , p. 295-299 (lire en ligne Accès libre).
  37. a et b Judith Butler, « Dédiagnostiquer le genre », dans Défaire le genre, Éditions Amsterdam, (ISBN 978-2-35480-099-4).
  38. a b c d et e (en) Vin Tangpricha et Martin den Heijer, « Oestrogen and anti-androgen therapy for transgender women », The Lancet Diabetes & Endocrinology, vol. 5, no 4,‎ , p. 291–300 (PMID 27916515, PMCID PMC5366074, DOI 10.1016/S2213-8587(16)30319-9, lire en ligne Accès payant, consulté le ).
  39. M. Briet, J. Barkatz, S. Frontczak et R. Ramanah, « Modalités du suivi gynécologique chez les patients transgenres — Revue de littérature », Gynécologie Obstétrique Fertilité & Sénologie, vol. 50, no 12,‎ , p. 788-796 (ISSN 2468-7189, DOI 10.1016/j.gofs.2022.09.003, lire en ligne Accès libre, consulté le ).
  40. (en) Michael W. Chapman, « Johns Hopkins Psychiatrist: Transgender is ‘Mental Disorder;' Sex Change ‘Biologically Impossible’ », sur CNS News, (version du sur Internet Archive).
  41. Camille Rivieccio, « Transidentité : « Ni psychiatrisation ni validisme » », sur ouest-france.fr, (consulté le ).
  42. Sevan Hosebian-Vartanian, « La psychiatrie se mêle-t-elle trop des parcours de transition de genre? », sur Slate.fr, (consulté le ).
  43. (en) Pam Belluck, « W.H.O. Weighs Dropping Transgender Identity From List of Mental Disorders », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  44. Hervé Picard et Simon Jutant, « Rapport relatif à la santé et aux parcours de soins des personnes trans » Accès libre [PDF], sur sante.gouv.fr, (consulté le ).
  45. Nicky Doll, « Moon : Le parcours classique d'une drag queen n'existe pas », dans Reines : L'Art du drag à la française, (ISBN 9782701403977).
  46. (en) John F. Strang, Meredith D. Powers, Megan Knauss et Ely Sibarium, « “They Thought It Was an Obsession”: Trajectories and Perspectives of Autistic Transgender and Gender-Diverse Adolescents », Journal of Autism and Developmental Disorders, vol. 48, no 12,‎ , p. 4039–4055 (ISSN 0162-3257 et 1573-3432, DOI 10.1007/s10803-018-3723-6).
  47. Espineira et Thomas 2022, p. 102-104.
  48. Espineira et Thomas 2022, p. 105.
  49. a b c d e f et g (en) Cal Horton, « Experiences of Puberty and Puberty Blockers: Insights From Trans Children, Trans Adolescents, and Their Parents », Journal of Adolescent Research,‎ , p. 074355842211005 (ISSN 0743-5584 et 1552-6895, DOI 10.1177/07435584221100591, lire en ligne Accès libre, consulté le ).
  50. a et b « L'Ordre des Médecins valide les chirurgies pour ados trans » Accès libre, sur Réseau Santé Trans, (consulté le ).
  51. « La Suède, pays pionnier de la reconnaissance des transgenres, revoit son protocole vis à vis des mineurs », sur Radio Classique, (consulté le ).
  52. a b et c A. Condat et D. Cohen, « La prise en charge des enfants, adolescentes et adolescents transgenres en France : controverses récentes et enjeux éthiques », Neuropsychiatrie de l'Enfance et de l'Adolescence, vol. 70, no 8,‎ , p. 408–426 (ISSN 0222-9617, DOI 10.1016/j.neurenf.2022.10.003, lire en ligne Accès libre, consulté le ).
  53. (en) « Why is Sweden restricting hormone therapy and surgery for trans teens? », sur euronews, (consulté le ).
  54. a et b (en) Cécile A. Unger, « Hormone therapy for transgender patients », Translational Andrology and Urology, vol. 5, no 6,‎ , p. 877–884 (PMID 28078219, PMCID PMC5182227, DOI 10.21037/tau.2016.09.04, lire en ligne Accès payant, consulté le ).
  55. a et b Association professionnelle mondiale pour la santé des personnes transgenres, « Standards de soins - Version 7 de Septembre 2013 - Dernière version disponible » Accès libre [PDF], sur wpath.org, (consulté le ).
  56. (en) Kellan E Baker, Lisa M Wilson, Ritu Sharma et Vadim Dukhanin, « Hormone Therapy, Mental Health, and Quality of Life Among Transgender People: A Systematic Review », Journal of the Endocrine Society, vol. 5, no 4,‎ , bvab011 (ISSN 2472-1972, PMID 33644622, PMCID PMC7894249, DOI 10.1210/jendso/bvab011, lire en ligne Accès libre, consulté le ).
  57. (en) Erin Digitale, « Better mental health found among transgender people who started hormones as teens » Accès libre, sur Stanford Medicine News Center, (consulté le ).
  58. a b et c (en) Jamie D. Weinand et Joshua D. Safer, « Hormone therapy in transgender adults is safe with provider supervision; A review of hormone therapy sequelae for transgender individuals », Journal of Clinical & Translational Endocrinology, vol. 2, no 2,‎ , p. 55–60 (ISSN 2214-6237, DOI 10.1016/j.jcte.2015.02.003, lire en ligne Accès libre, consulté le ).
  59. Lise Barnéoud, « Transsexuels : donner le temps de choisir », Le Monde,‎ (lire en ligne Accès payant, consulté le ).
  60. (en) Roberto L. Abreu, Jules P. Sostre, Kirsten A. Gonzalez et Gabriel M. Lockett, « “I am afraid for those kids who might find death preferable”: Parental figures’ reactions and coping strategies to bans on gender affirming care for transgender and gender diverse youth. », Psychology of Sexual Orientation and Gender Diversity,‎ (ISSN 2329-0390 et 2329-0382, DOI 10.1037/sgd0000495, lire en ligne Accès payant, consulté le ).
  61. (en) Scott Leibowitz, Jamison Green, Ren Massey et Alison Mohr Boleware, « Statement in response to calls for banning evidence-based supportive health interventions for transgender and gender diverse youth », International Journal of Transgender Health, vol. 21, no 1,‎ , p. 111–112 (ISSN 2689-5269, PMID 33015662, PMCID PMC7430425, DOI 10.1080/15532739.2020.1703652, lire en ligne Accès libre, consulté le ).
  62. « La justice britannique met des conditions aux transitions des mineurs transgenres », Le Monde,‎ (lire en ligne Accès libre, consulté le ).
  63. Violaine Chatal et Laura Badler, « Laura Badler, transgenre, amoureuse, nous raconte son parcours de femme », Le Journal des femmes, (consulté le ).
  64. Lilas Pepy, « Ces femmes trans qui « chassent le fantôme » de la masculinité de leur visage », Le Monde,‎ (lire en ligne Accès payant, consulté le ).
  65. a et b (en) Anthony Bared et Jeffrey S. Epstein, « Hair Transplantation Techniques for the Transgender Patient », Facial Plastic Surgery Clinics of North America, vol. 27, no 2,‎ , p. 227–232 (ISSN 1558-1926, PMID 30940388, DOI 10.1016/j.fsc.2018.12.005, lire en ligne, consulté le ).
  66. a et b Anaïs Moran, « Femmes transgenres : les voies pour trouver sa voix », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  67. (en) Baudewijntje P.C. Kreukels, Thomas D. Steensma et Annelou L.C. de Vries, Gender Dysphoria and Disorders of Sex Development : Progress in Care and Knowledge, New York/Heidelberg, Springer Science & Business Media, (ISBN 978-1-4614-7441-8, lire en ligne), p. 303.
  68. (en) Ryan Nicholas Gorton et Laura Erickson-Schroth, « Hormonal and Surgical Treatment Options for Transgender Men (Female-to-Male) », Psychiatric Clinics, vol. 40, no 1,‎ , p. 79-78 (ISSN 0193-953X et 1558-3147, PMID 28159147, DOI 10.1016/j.psc.2016.10.005, lire en ligne, consulté le ).
  69. (en) Koenraad De Boulle, Nobutaka Furuyama, Izolda Heydenrych et Terrence Keaney, « Considerations for the Use of Minimally Invasive Aesthetic Procedures for Facial Remodeling in Transgender Individuals », Clinical, Cosmetic and Investigational Dermatology, vol. 14,‎ , p. 513–525 (ISSN 1178-7015, PMID 34012284, PMCID 8128506, DOI 10.2147/CCID.S304032, lire en ligne, consulté le ).
  70. a et b (en) Gennaro Selvaggi et James Bellringer, « Gender reassignment surgery: an overview », Nature Reviews. Urology, vol. 8, no 5,‎ , p. 274–282 (ISSN 1759-4820, PMID 21487386, DOI 10.1038/nrurol.2011.46, lire en ligne, consulté le ).
  71. a et b (en) R. Rossi Neto, F. Hintz, S. Krege, H. Rübben et F. vom Dorp, « Gender reassignment surgery - a 13 year review of surgical outcomes », International braz j urol, vol. 38, no 1,‎ , p. 97-107 (DOI 10.1590/s1677-55382012000100014).
  72. (en) « Dilation after gender-affirming surgery », sur Mayo Clinic (consulté le ).
  73. (en) Wouter B. van der Sluis, Thomas D. Steensma et Mark-Bram Bouman, « Orchiectomy in transgender individuals: A motivation analysis and report of surgical outcomes », International Journal of Transgender Health, vol. 21, no 2,‎ , p. 176–181 (ISSN 2689-5269, PMID 33015667, PMCID 7430475, DOI 10.1080/26895269.2020.1749921, lire en ligne, consulté le ).
  74. a et b (en) Stan J. Monstrey, Peter Ceulemans et Piet Hoebeke, « Sex Reassignment Surgery in the Female-to-Male Transsexual », Seminars in Plastic Surgery, vol. 25, no 3,‎ , p. 229–244 (ISSN 1535-2188, PMID 22851915, PMCID 3312187, DOI 10.1055/s-0031-1281493, lire en ligne, consulté le ).
  75. Aline Alzetta-Tatone, Transidentités, les clés pour comprendre : Enjeux et richesses des parcours trans*, Éditions In Press, , 224 p. (ISBN 9782848358154, lire en ligne).
  76. Aurore Malinet, Masculinisation vocale des personnes trans : intérêt de l’accompagnement orthophonique, Paris, Université de la Sorbonne, , 28 p. (lire en ligne [PDF]).
  77. (en) Mohammad Murad, Mohomed Elamin, Magaly Garcia, Rebecca Mullan, Ayman Murad, Patricia Erwin et Victor Montori, « Hormonal therapy and sex reassignment: a systematic review and meta-analysis of quality of life and psychosocial outcomes », Clinical Endocrinology, vol. 72, no 2,‎ , p. 214-231 (PMID 19473181, DOI 10.1111/j.1365-2265.2009.03625.x, lire en ligne).
  78. (en) Audrey Gorin-Lazard, Karine Baumstarck, Laurent Boyer, Aurélie Maquigneau, Stéphanie Gebleux, Jean-Claude Penochet, Dominique Pringuey, Frédérique Albarel, Isabelle Morange, Anderson Loundou, Julie Berbis, Pascal Auquier, Christophe Lançon et Mireille Bonierbale, « Is Hormonal Therapy Associated with Better Quality of Life in Transsexuals? A Cross-Sectional Study », J Sex Med (DOI 10.1111/j.1743-6109.2011.02564.x).
  79. Mireille Bonierbale, A. Michel, C. Lançon, « Devenir des transsexuels opérés », Information psychiatrique, vol. 81, no 6,‎ , p. 517-528.
  80. N. Parola, M. Bonierbale, A. Lemaire, V. Aghababian, A. Michel, C. Lançon, « Étude de la qualité de vie chez des transsexuels après réassignation sexuelle », Sexologies,‎ (DOI https://doi.org/10.1016/j.sexol.2009.05.003, lire en ligne).
  81. (en) M Landén et Wålinder, J, Hambert, G, Lundström, B., « Factors predictive of regret in sex reassignment », Acta Psychiatr Scand., vol. 97, no 4,‎ , p. 284–9 (PMID 9570489, DOI 10.1111/j.1600-0447.1998.tb10001.x).
  82. A. Gorin-Lazard, M. Bonierbale, N. Magaud-Vouland, A. Michel, I. Morange, A.-S. Perchenet, C. Lançon, « Trouble de l'identité de genre : quel est le rôle du psychiatre ? », Sexologies,‎ (DOI 10.1016/j.sexol.2008.06.003).
  83. (en) Anne Lawrence MD, « Factors associated with satisfaction or regret following male-to-female sex reassignment surgery », Archives of Sexual Behavior, vol. 32, no 4,‎ , p. 299–315 (PMID 12856892, DOI 10.1023/A:1024086814364).
  84. (en) A Baranyi et Piber, D, Rothenhäusler, HB., « Male-to-female transsexualism. Sex reassignment surgery from a biopsychosocial perspective », Wien Med Wochenschr, vol. 159, nos 21–22,‎ , p. 548–57 (PMID 19997841, DOI 10.1007/s10354-009-0693-5).
  85. (en) Valeria P. Bustos, Samyd S. Bustos, Andres Mascaro et Gabriel Del Corral, « Regret after Gender-affirmation Surgery: A Systematic Review and Meta-analysis of Prevalence », Plastic and Reconstructive Surgery Global Open, vol. 9, no 3,‎ , e3477 (ISSN 2169-7574, PMID 33968550, PMCID 8099405, DOI 10.1097/GOX.0000000000003477, lire en ligne, consulté le ).
  86. (en) Lindsey Tanner, « How common is transgender treatment regret, detransitioning? », sur AP News, (consulté le ).
  87. (en) Chris Lau, « Will the rest of Asia follow Hong Kong’s lead on transgender rights? », sur South China Morning Post, .
  88. a b c et d Daniele Paletta, « Droits humains des personnes trans : ILGA World publie une recherche mondiale sur la reconnaissance juridique du genre et sur la criminalisation », ILGA, (consulté le ).
  89. a et b Louna Galtier, « Droits des personnes trans dans le monde : une avancée des combats, mais aussi plus de crispations et de réactions violentes », sur neonmag.fr, (consulté le ).
  90. (en) Carla A Pfeffer, « Trans Pregnancy: An International Exploration of Transmasculine Practices of Reproduction », Law and Policy Review,‎ (lire en ligne).
  91. « Législation », sur Institut pour l'égalité des femmes et des hommes (consulté le ).
  92. Florian Bardou, « En France, on a complètement mis de côté la filiation des personnes trans », Libération, (consulté le ).
  93. Louise Fessard, « PMA: le projet de loi oublie les personnes transgenres », sur Mediapart, .
  94. Laurence Hérault, « La gestion médicale de la parenté trans en France », Enfances, Familles, Générations, no 23,‎ , p. 165–184 (ISSN 1708-6310, DOI 10.7202/1034206ar, lire en ligne, consulté le ).
  95. Marie Mesnil, « L’autoconservation de gamètes : nouvelle donne ou nouveaux dons ?: », Journal du Droit de la Santé et de l’Assurance - Maladie (JDSAM), vol. 32, no 2,‎ , p. 37–43 (ISSN 2269-9635, DOI 10.3917/jdsam.222.0037, lire en ligne, consulté le ).
  96. Rozenn Le Carboulec, « Jena, activiste trans et mère : « C’est fatigant d’être toujours la minorité sacrifiée » » Accès payant, sur Mediapart, (consulté le ).
  97. (en) Phoebe Greenwald, Bethany Dubois, Jovana Lekovich et John Henry Pang, « Successful In Vitro Fertilization in a Cisgender Female Carrier Using Oocytes Retrieved From a Transgender Man Maintained on Testosterone », AACE Clinical Case Reports, vol. 8, no 1,‎ , p. 19–21 (ISSN 2376-0605, PMID 35097196, PMCID 8784719, DOI 10.1016/j.aace.2021.06.007, lire en ligne, consulté le ).
  98. « La méthode ROPA est-elle autorisée en France ? », sur Assistance médicale à la procréation (consulté le ).
  99. a et b (en-US) « What You Don’t Know About LGBTQ+ Family Making », sur resolve.org, National Infertility Association, (consulté le ).
  100. Florian Bardou, « En France, on a complètement mis de côté la filiation des personnes trans » Accès libre, sur Libération, (consulté le ).
  101. (en-US) « Transgender parents conceiving children », sur NGA Law (consulté le ).
  102. Delphine Lance et Jennifer Merchant, « Réglementer les corps : la gestation pour autrui en Ukraine et aux États-Unis: », Les Cahiers de la Justice, vol. 2, no 2,‎ , p. 231–247 (ISSN 1958-3702, DOI 10.3917/cdlj.1602.0231, lire en ligne, consulté le ).
  103. Catherine Cochard, « Parcours discontinus – L'opération n'est plus le passage obligé pour changer de genre » Accès payant, sur 24 heures, (consulté le ).
  104. a b et c (en) Pablo Expósito-Campos, « A Typology of Gender Detransition and Its Implications for Healthcare Providers », Journal of Sex & Marital Therapy,‎ , p. 1–11 (ISSN 0092-623X et 1521-0715, DOI 10.1080/0092623X.2020.1869126, lire en ligne, consulté le ).
  105. (en) Skye Davies, Stephen McIntyre, Craig Rypma, « Detransition rates in a national UK Gender Identity Clinic », dans 3rd biennal EPATH Conference Inside Matters. On Law, Ethics and Religion, (lire en ligne), p. 118.
  106. (en-US) Amelia Hansford, « Saudi trans woman Eden Knight dies by suicide after being 'forced to de-transition' », sur thepinknews.com, (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :