Histoire de la transidentité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'histoire de la transidentité remonte au premier cas enregistré dans les anciennes civilisations asiatiques. Les premiers cas pourraient dater de 5000 ans[1]. La sensibilisation et le développement de la communauté trans a débuté seulement à partir de la seconde moitié du 20e siècle.

Période antique[modifier | modifier le code]

Les personnes transgenres et troisième genre ont été enregistrées dans presque toutes les cultures à travers l'Histoire.

Amériques[modifier | modifier le code]

George Catlin (1796-1872), Danse aux berdaches. Représente une cérémonie de danse pour célébrer les personnes deux-esprits parmi les indiens Sauk et Fox.

Avant le contact avec l'Occident, certaines tribus autochtones d'Amérique tenaient des rôles du troisième genre, mais les détails ont été enregistrés seulement après l'arrivée des Européens. Les rôles incluaient « berdache » (un terme péjoratif pour désigner les personnes assignées homme à la naissance, qui ont pris un rôle traditionnellement féminin) et « passing de femme » (personnes assignées femme à la naissance qui ont pris un rôle traditionnellement masculin). Le terme « berdache » n'est pas un mot d'origine américaine ; il prend plutôt ses racines en Europe, et a couvert un éventail de personnes du troisième genre dans les différentes tribus. Toutes les tribus autochtones américaines n'ont pas reconnu les personnes transgenres[2].

L'un des premiers comptes-rendus de personne transgenre d'Amérique a été fait par le missionnaire Jésuite Joseph François Lafitau, qui a passé six ans chez les Iroquois en 1711[3]. Il a observé « des femmes avec courage viril qui se vantaient elles-mêmes de leur profession de guerrier », ainsi que « des hommes assez lâches pour vivre en tant que femmes »[4].

Asie[modifier | modifier le code]

Dans l'ancienne Assyrie, il y avait des prostitués homosexuels et transgenres qui participaient à des processions, des chants, des danses, portaient des costumes, et qui parfois portaient des vêtements de femmes et s'appropriaient les symboles féminins, même dans les moments prétendant donner naissance[5].

Dans l'Inde antique, les Hijras sont une caste du troisième genre, ou groupe transgenre, qui vivent dans un rôle féminin. Une Hijra peut avoir été assignée homme ou intersexe, et certaines peuvent avoir été assignées femmes[6]. Les Hijras ont une histoire enregistrée dans le sous-continent indien, à partir de l'époque antique, comme le suggère la période du Kama Sutra.

En Perse, les poètes comme Saadi, Hafiz, et Djami ont écrit des poèmes remplis d'allusions homoérotiques, y compris des rapports sexuels avec des personnes transgenres, des jeunes femmes ou des hommes tenant des rôles transgenres, illustrés par les pratiques spirituelles köçeks, bacchás, et Soufi.

Europe[modifier | modifier le code]

Grèce Antique[modifier | modifier le code]

Sappho lisant à ses compagnons, vase antique de 435 avant J-C.

Dans la Grèce Antique et la Phrygie, et plus tard dans la République romaine, la déesse Cybèle était vénérée par une secte de gens qui étaient castrés, et par la suite ont pris une apparence féminine, ces personnes se sont vêtues d'habits féminins et se sont elles-mêmes désignées comme des femmes[7],[8]. Ces premières personnes transgenres ont inspiré plusieurs auteurs comme premiers modèles gays[9],[10].

Période médiévale[modifier | modifier le code]

Eunuques de la période byzantine[modifier | modifier le code]

Enluminure tirée du Miroir historial ou Speculum Historiale de Vincent de Beauvais montrant l'histoire de Sainte Marine (Paris, BnF, Français 51 f.201v) La partie en haut à droite de l'image montre le corps non conforme à son genre déclaré du frère Marin lors de sa toilette mortuaire.
Chapiteau à l'intérieur de la basilique de Vézelay montrant le moine Eugène découvrant ses seins.

Des cas historiques de changement d'identité de genre sont documentés et font l'objet de recherche en archéologie de la transidentité au XXIe siècle. Ainsi on trouve des exemples parmi les hagiographies des eunuques dans l'Empire Byzantin, comme par exemple Saint Ignace, un eunuque qui devint patriarche de Constantinople et fut canonisé[11],[12],[13].

Saintes travesties[modifier | modifier le code]

Euphrosyne d'Alexandrie mourante se révélant à son père dans le Menologion de Basil II.

Parmi les textes hagiographiques médiévaux, comme La Légende dorée de Jacques de Voragines ou le Speculum historiale ou Miroir historial de Vincent de Beauvais figurent des exemples de personnes ayant vécu sous une identité de genre non conforme à leur sexe assigné à la naissance parmi les saints et saintes catholiques : Sainte Marine[14], Euphrosyne d'Alexandrie[15],[16],[17]. Un des premiers cas documentés dans le christianisme primitif est celui de Thècle d'Iconium, qui est autorisée par Paul de Tarse à endosser l'habit masculin pour prêcher et dont le récit figure dans les Actes de Paul et Thècle[18],[14].

Un chapiteau, datant des années 1125-1140, à l'intérieur de la basilique de Vézelay en France, montre le moment du procès où le moine Eugène, canonisé par l'Église sous le nom de sainte Eugénie, montre ses seins[19] pour dévoiler ses seins et la non conformité de son corps à son genre déclaré et prouver que l'accusation de viol à son encontre est donc fausse. À sa gauche se trouve le juge et à sa droite, la femme qui l'accuse. Selon Clovis Maillet, il s'agit d'un cas de transgendérisme médiéval. La Légende dorée de Jacques de Voragine, écrite entre 1261 et 1266, décrit le moine comme une « femme virile »[14].

Littérature[modifier | modifier le code]

Le livre de la mutation de Fortune écrit en 1403 par Christine de Pisan aborde un récit où la narratrice indique avoir été transformée en homme à la mort de son mari[20].

Période moderne[modifier | modifier le code]

Cette période recouvre à peu près la période du XVIe siècle jusqu'à aujourd'hui.

Afrique[modifier | modifier le code]

Une rencontre entre personnes transgenres a lieu au Cap en 2008 ; ce serait la première en Afrique[21]. Elle aboutit à une exposition de portraits[21],[22].

Il existe dans certains pays, une pratique de « ventriloquie provisoire » où les militants LGBT prennent la parole au nom d'un groupe transgenre restant invisible[23].

Amérique[modifier | modifier le code]

Amérique centrale[modifier | modifier le code]

En République dominicaine, un trait intersexe n'est pas rare dans la ville de Las Salinas où certains garçons ont été assignés et ont grandi en tant que filles. À la puberté, ils sont virilisés par les hormones mâles, reconnus comme des garçons, et grandissent désormais en tant que garçons. Ils sont appelés « guevedoces » (en espagnol pour « les œufs à douze ans »). C'est un fait assez répandu dans la ville, donc les habitants l'ont intégré[24].

Mexique[modifier | modifier le code]

Dans les cultures zapotèques de l'État de Oaxaca, un Muxhe est un individu assigné homme à la naissance qui s'habille et a des comportements associés au rôle féminin. Ils peuvent être vus comme un troisième genre[25]. Une personne muxhe peut réaliser certains types de travail des femmes tels que la broderie, mais aussi ceux associés au rôle masculin, comme la fabrication de bijoux[26],[27]. Selon une étude, six pour cent des hommes de la communauté zapotèque dans l'Isthme de Tehuantepec, au début des années 1970, ont été muxhes[28].

États-Unis[modifier | modifier le code]

Il existe des cas isolés de personnes vivant dans le genre opposé, dans les premières années de la République, tels que Joseph Lobdell. Pendant la Guerre Civile, plus de 200 femmes ont enfilé des vêtements pour hommes et se sont battues comme des soldats ; certaines ont été transgenres et ont vécu le reste de leur vie en tant qu'hommes, comme Albert Cashier[29].

En 1895, un groupe androgynes de New York a organisé un club qui s'appelle le Cercle Hermaphroditos, basé sur leur désir « de s'unir pour la défense contre le monde de la violente persécution »[30].

Un couple, dans les premières années du XXe siècle, a jeté un peu de lumière sur ce qu'est la vie d'une personne transgenre à l'époque, notamment par The Autobiography of an Androgyne (1918) de Jennie June (née en 1874, en tant qu'Earl Lind)[31]. Un brillant musicien de jazz américain et chef d'orchestre, Billy Tipton (né en 1914, en tant que Dorothy Lucille Tipton) a vécu comme un homme, des années 1940 jusqu'à sa mort[32].

L'idée de changer de sexe était inconnue de la plupart des gens jusqu'à ce que des nouvelles de Christine Jorgensen fassent irruption en 1952. Elle fut la première personne, largement médiatisée, a subir une chirurgie de réattribution sexuelle d'homme vers femme[33]. Dans le même temps, l'association et les clubs ont commencé à se former, comme la publication Transvestia de Virginia Prince pour une organisation internationale de travestis[34]. Dans les années 1960, le militantisme transgenre et gay a commencé par des émeutes en 1966, à la cafétéria Compton de San Francisco, et lors d'un événement déterminant en 1969 : les Émeutes de Stonewall à New York.

Les années 1970 et 1980, ont vu les organisations se consacrer aux activités sociales et militantes pour les communautés transgenres, notamment l'association de soutien pour les FtM de Lou Sullivan, qui est devenue FTM International, principal groupe de défense des droits pour les hommes trans[34]. Certaines organisations ou personnes féministes et lesbiennes ont commencé à se demander si les personnes trans pouvaient être acceptées lors des événements désignés pour un sexe seulement, comme la musique collective des femmes Olivia Records où la femme trans Sandy Stone a longtemps été employée, ou dans les années 1990 au festival de musique des femmes du Michigan.

Parmi les amérindiens aux États-Unis, le terme « bispiritualité » a été adopté en 1994 à la majorité, mais sans consensus entre les diverses tribus qui se réfèrent aux individus de leur communauté par le troisième genre ou le genre variant[35].

Les années 1990 ont vu la mise en place de la journée du souvenir trans pour honorer ceux qui sont tombés face à violence ; les défilés et les parades transgenres se déroulaient au moment de la Gay Pride, et progressivement à partir des années 2000, la visibilité des personnes trans s'est accrue, notamment grâce à des actrices comme Laverne Cox, qui a fait la couverture du Time[36],[37],[38], et Caitlyn Jenner qui a fait la couverture de Vanity fair[39]. Beaucoup de nouvelles sources ont décrit Jenner comme étant la plus célèbre américaine ouvertement transgenre[40],[41],[42]. Les premiers responsables politiques élu.e.s trans comme Joanne Conte (élu.e en 1991 à Arvada, au conseil municipal du Colorado)[43] et Althea Garrison (élue à la Chambre du Massachusetts en 1992, en poste de 1993 à 1995)[44] n'avaient pas encore fait leur coming-out lors de leur élection dans les années  ; tandis que Kim Coco Iwamoto est devenue la première personne ouvertement trans à être élue à un poste au niveau de l'État lorsqu'elle a été élue au Conseil de l'éducation d'Hawaï en 2006 (et plus tard à la Commission des droits civils d'Hawaï en 2012) et Danica Roem est devenue la première personne ouvertement trans à être élue à une assemblée législative d'État lorsqu'elle a remporté un siège à la Chambre de Virginie en 2017[45].

Des associations telles que les Girl Scouts[46] et l'Église épiscopale ont annoncé l'acceptation des personnes transgenres[47] dans les années 2010 (voir transgenre et religion) En 2016, l'administration Obama a publié un guide à destination des écoles publiques pour laisser les élèves trans utiliser les toilettes et vestiaires correspondant à leur identité de genre[48], alors que certains corps législatifs ont considéré cela discriminatoire, comme la Caroline du Nord.

En , le président Donald Trump ordonne de ne plus recruter de personnes transgenres dans l'armée américaine[49],[50],[51],[52]. La mesure n'est jamais appliquée. Elle est dans un premier temps repoussée par son administration, puis après des premiers blocages juridiques le président renonce à saisir la Cour suprême pour tenter de la faire appliquer[53],[54].

Le , Trump interdit au département américain de la Santé d'utiliser sept mots, dont « fœtus », « transgenre » et « fondé sur la science »[55],[56],[57],[58],[59],[60].

Asie australe et Océanie[modifier | modifier le code]

Dans les Îles Cook, l'akava'ine est un mot Maori rarotongan qui désigne les personnes transgenres d'origine Maoris des Îles Cook. C'est une identité contemporaine (années 2000) qui se pose en regard du contact culturel avec d'autres polynésiens vivant en Nouvelle-Zélande, en particulier les Fa'afafine de Samoa[61].

En Samoa, Fa'afafine (« à la manière d'une femme ») désigne une sorte de troisième genre, d'origine incertaine, qui remonte au moins au début du XXe siècle. Les personnes fa'afafine sont de sexe masculin assigné à la naissance, et expriment à la fois les traits du genre masculin et féminin[62],[63].

Asie[modifier | modifier le code]

États arabes du Golfe[modifier | modifier le code]

Khanith est une catégorie de troisième genre en Oman, et dans les pays de la péninsule Arabique, qui fonctionne sexuellement, et d'une certaine manière socialement, en tant que femmes[64].

Chine[modifier | modifier le code]

Les études sur la transidentité n'ont été créées, en tant que discipline académique, qu'à partir des années 1990, de sorte qu'il est difficile de relier les personnes transgenres à la culture chinoise, au vu du contexte historique. Il n'y avait pas de groupes ou de communautés transgenres à Hong Kong jusqu'au tournant du XXIe siècle. Aujourd'hui, ils sont encore connus en tant que « minorité sexuelle » en Chine[65]. La Chine et la grande Chine (la région chinoise, incluant la République populaire de Chine, Hong Kong, Macao et Taiwan (République de Chine)) sont caractérisées par la transphobie[66].

Indonésie[modifier | modifier le code]

Tout transgenre de l'équipe de netball d'Indonésie a concouru au Gay Games de 1994, à New York. L'équipe avait été championne nationale[67].

Iran[modifier | modifier le code]

Sous le Shah, les personnes transsexuelles et les travesties ont été classées avec les gays et les lesbiennes, et confrontées à la peine de la flagellation ou même de la mort. Le nouveau gouvernement religieux, qui a été établi en vertu de l'Ayatollah, les traitaient initialement de la même façon.

À partir du milieu des années 1980, cependant, les personnes transgenres ont été officiellement reconnues par le gouvernement et autorisées à recevoir une chirurgie de réattribution sexuelle. En 2008, l'Iran a réalisé plus d'opérations de changement de sexe que toute autre nation, à l'exception de la Thaïlande[68]. Le gouvernement prévoit jusqu'à la moitié du coût pour ceux qui ont besoin d'aide financière, et un changement de sexe reconnu sur le certificat de naissance[69].

Danse Kabuki : l'onnagata Akifusa Guraku.

Japon[modifier | modifier le code]

La transidentité au Japon a commencé au cours de la période Edo[réf. nécessaire]. Les femmes actrices ont été interdites de performances théâtrales kabuki et, à la place, les interprètes masculins efféminés ont pris sur le rôle des femmes. Ces acteurs portaient leur robe à la fois à l'intérieur et à l'extérieur du théâtre. Il était largement considéré, à l'époque, que seuls les hommes pouvaient vraiment savoir ce qu'était la beauté chez une femme. En outre, si un homme agissait comme une femme, était habillé comme une femme et prenait le rôle social de la femme, il était socialisé en tant que tel. Ce dernier point est le résultat de la manière dont le Japon a conceptualisé le genre et la sexualité en termes d'adoption des rôles sociaux.

Thaïlande[modifier | modifier le code]

Danseuses Kahtoey à Bangkok.

Les Toms et les Dees sont deux types d'identités de genres en Thaïlande. Un « Tom » est une femme qui porte des robes, et qui s'exprime éventuellement selon une attitude masculine. Une « Dee » est une femme homosexuelle (ou bisexuelle) qui suit l'expression typique des femmes Thai. La seule différence entre une Dee et une femme traditionnelle Thaï, est l'engagement des Dee dans des relations avec des Toms[70]. Une personne katoï, ou « ladyboy », est un homme qui s'habille et adopte le maniérisme et l'identité d'une femme[71].

La Thaïlande est devenue un centre de réalisation de chirurgie de réattribution sexuelle, où cette dernière s'y effectue désormais plus qu'ailleurs[68].

Europe[modifier | modifier le code]

Allemagne[modifier | modifier le code]

Anna P, qui a vécu pendant de nombreuses années en tant qu'homme, photographié dans le livre de Magnus Hirschfeld, Sexual Intermediates, en 1922.

L'hormonothérapie y fait son apparition au moins à partir de 1918. Une série d'opérations d'affirmation de genre est réalisée en Allemagne au sein de l'Institut Hirschfeld dans les années 1920 ; le chirurgien Felix Abraham, formé en partie en France, réalise et documente les opérations[72].

Berlin a alors le mouvement le plus actif du monde dans la défense des droits LGBT à l'époque. Le médecin juif Magnus Hirschfeld avait co-fondé le comité scientifique humanitaire (Wissenschaftlich-humanitäres Komitee, WhK) à Berlin, et il avait cherché la reconnaissance sociale des homosexuels et des transgenres hommes et femmes. Le Comité a des succursales dans plusieurs autres pays, et il a ainsi été la première organisation internationale LGBT, à petite échelle. En 1919, Hirschfeld a également co-fondé l'Institut für Sexualwissenschaft (Institut de Recherche sur la sexualité). Il avait une bibliothèque de recherche et beaucoup d'archives, et comprenait un office de mariage et de conseils sexologiques. En outre, l'institut a été pionnier dans l'appel pour les droits civiques et l'acceptation sociale des personnes homosexuelles et transgenres.

Le mot travesti a été inventé par Hirschfeld qui l'a utilisé comme titre de son livre de 1910, Die Transvestiten[73],[74].

Balkans[modifier | modifier le code]

Les vierges sous serment des balkans sont des femmes qui ont fait vœu de célibat, portent des vêtements masculins, vivent avec les privilèges masculins, et vivent leur vie en tant qu'hommes dans la société patriarcale du nord de l'Albanie. La tradition remonte au code de loi du XVe siècle, et est observée par les membres de différentes religions[75]. La pratique a d'abord été rapportée par les missionnaires et les autres voyageurs qui ont visité la région au XIXe siècle[76].

Danemark[modifier | modifier le code]

Lili Elbe était une transgenre danoise et l'une des premières personnes bénéficiaires de la chirurgie de réassignation sexuelle[77],[78]. Elbe avait été assignée homme à la naissance, et elle était peintre de renom[79]. Elle se présentait aussi comme Lili (parfois orthographié Lily). Elle a effectué la transition dans les années 1930 et a fait son changement légal de nom en Lili Ilse Elvenes[80], puis elle a arrêté de peindre. Lili est morte des complications d'une greffe d'utérus[81],[82].

Espagne[modifier | modifier le code]

Plusieurs personnes en Espagne au XVIe siècle siècle ont été élevées comme des filles puis ont adopté des identités masculines dans diverses circonstances et sont considérées par certains historiens comme transgenres ; il en va ainsi de Eleno de Céspedes[83] et de Catalina de Erauso[84].

À l'époque franquiste, des milliers de femmes trans et d'homosexuels ont été emprisonnés et se battent dans les années 2010 pour obtenir une compensation[85]. En 2007, une loi est entrée en vigueur permettant aux personnes transgenres de changer les marqueurs d'identité sexuelle dans des documents tels que les certificats de naissance et les passeports sans subir de chirurgie de stérilisation et de changement de sexe.

Grande-Bretagne[modifier | modifier le code]

Les molly houses (en) sont apparues au XVIIIe siècle à Londres et dans d'autres grandes villes. Molly house est un terme anglais archaïque du XVIIIe siècle, pour désigner une taverne ou une chambre privée où les homosexuels et les hommes travestis pouvaient se rencontrer et être de possibles partenaires sexuels. Les patrons du Molly House faisaient parfois des simulations de mariages.

Italie[modifier | modifier le code]

Lucy Salani, antifasciste et déserteuse italienne, déportée à Dachau, est considérée par le Movimento Identità Trans comme la seule personne trans italienne à avoir survécu aux persécutions fascistes et nazies et aux camps de concentration[86],[87].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Transgenres : faut-il sortir du féminin / masculin ? Peut-on facilement changer de sexe ? Vidéo », sur l.frii.com, (consulté le )
  2. Katz, J. (1976) Gay American History: Lesbians and Gay Men in the U.S.A. New York: Thomas Y. Crowell Company.
  3. William N. Fenton et Elizabeth L. Moore, « J.-F. Lafitau (1681-1746), Precursor of Scientific Anthropology », Southwestern Journal of Anthropology, vol. 25, no 2,‎ (JSTOR 3629200, lire en ligne, consulté le ).
  4. FitzGerald, Maureen; Rayter, Scott (2012). "4 The Regulation of First Nations Sexuality, by Martin Cannon".
  5. The Nature Of Homosexuality, Erik Holland, page 465, 2004
  6. « Gay and Lesbian Vaishnava Association, Inc », Galva108.org (consulté le ).
  7. Pat Califia (2003).
  8. Harry Benjamin (1966).
  9. Arthur John Evans (1978).
  10. Conner, R. (1993).
  11. Alicia Spencer-Hall et Blake Gutt, Trans and genderqueer subjects in medieval hagiography, (ISBN 978-90-485-4026-6 et 90-485-4026-7, OCLC 1247660706, lire en ligne)
  12. (en) « Project MUSE - Trans and Genderqueer Subjects in Medieval Hagiography », sur muse.jhu.edu (consulté le )
  13. Nominis, « Saint Ignace de Constantinople », Nominis,‎ date inconnue (lire en ligne, consulté le )
  14. a b et c Clovis Maillet, Les genres fluides : de Jeanne d'Arc aux saintes trans, (ISBN 978-2-918682-76-9 et 2-918682-76-4, OCLC 1200808851, lire en ligne)
  15. (en) « Project MUSE - Trans and Genderqueer Subjects in Medieval Hagiography », sur muse.jhu.edu (consulté le )
  16. (en) « Project MUSE - Trans and Genderqueer Subjects in Medieval Hagiography », sur muse.jhu.edu (consulté le )
  17. David Clark, Between medieval men : male friendship and desire in early medieval English literature, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-955815-5, 0-19-955815-9 et 978-0-19-967117-5, OCLC 243546011, lire en ligne)
  18. Frédérique Villemur, « Saintes et travesties du Moyen Âge », Clio. Femmes, Genre, Histoire, no 10,‎ (ISSN 1252-7017, DOI 10.4000/clio.253, lire en ligne, consulté le )
  19. Chloé Maillet, « Des seins de moine à Vézelay. Eugène-Eugénie, nouvelle image transgenre au xiie siècle », Gradhiva. Revue d'anthropologie et d'histoire des arts, no 28,‎ , p. 220–243 (ISSN 0764-8928, DOI 10.4000/gradhiva.3897, lire en ligne, consulté le )
  20. (en) Blake Gutt, « Transgender mutation and the canon: Christine de Pizan’s Livre de la Mutacion de Fortune », postmedieval, vol. 11, no 4,‎ , p. 451–458 (ISSN 2040-5979, DOI 10.1057/s41280-020-00197-2, lire en ligne, consulté le )
  21. a et b La question homosexuelle et transgenre., Éd. Karthala, , 218 p. (ISBN 978-2-8111-0778-9, OCLC 809236911, lire en ligne), p. 139.
  22. J. Lester Feder BuzzFeed News World Correspondent, « South African Artist Brings Her Collaborative Portraits Of Trans People To The Americas For The First Time », sur BuzzFeed (consulté le ).
  23. Ashley Currier et Raphaël Botiveau, « De la ventriloquie provisoire : l'inclusion de la catégorie transgenre dans les mobilisations LGBT en Namibie et en Afrique du Sud », Politique africaine, no 126,‎ , p. 87–108 (ISSN 0244-7827, lire en ligne, consulté le ).
  24. Michael Mosley, « The extraordinary case of the Guevedoces », sur BBC News, BBC News (consulté le ).
  25. Chiñas, Beverly (1995).
  26. Stephen, Lynn (2002).
  27. MIANO, M. (2002).
  28. Rymph, David (1974).
  29. « TransActive - Transgender History: People & Cultures », Transactiveonline.org (consulté le )?
  30. Alex Pareene, « Why the T in LGBT is here to stay - LGBT », Salon.com (consulté le ).
  31. « Earl Lind (Ralph Werther-Jennie June): The Riddle of the Underworld, 1921 », OutHistory (consulté le ).
  32. Lehrman, Sally (mai-juin 1997).
  33. John T. Mcquiston.
  34. a et b Susan Stryker, « Transgender Activism » [PDF], sur glbtq archives, glbtq (consulté le ).
  35. Beatrice Medicine, « Directions in Gender Research in American Indian Societies: Two Spirits and Other Categories », Online Readings in Psychology and Culture, International Association for Cross-Cultural Psychology, vol. 3, no 1,‎ , p. 7 (ISSN 2307-0919, DOI 10.9707/2307-0919.1024, lire en ligne, consulté le ) :

    « At the Wenner Gren conference on gender held in Chicago, May, 1994... the gay American Indian and Alaska Native males agreed to use the term "Two Spirit" to replace the controversial "berdache" term. The stated objective was to purge the older term from anthropological literature as it was seen as demeaning and not reflective of Native categories. Unfortunately, the term "berdache" has also been incorporated in the psychology and women studies domains, so the task for the affected group to purge the term looms large and may be formidable. »

  36. Eric Levenson, « Laverne Cox Is the First Transgender Person on the Cover of Time », The Wire, (consulté le ).
  37. Katy Steinmetz.
  38. Myles Tanzer.
  39. Buzz Bissinger, « Introducing Caitlyn Jenner », Vanity Fair, (consulté le ).
  40. Milliken, Mary (April 25, 2015).
  41. "Bruce Jenner on living as a woman".
  42. Matt Ford, « Bruce Jenner, Transgender American », The Atlantic, (consulté le ).
  43. (en-US) Claire Martin | The Denver Post, « Joanne Conte’s life story a complex tale of gender, politics », sur The Denver Post, (consulté le )
  44. (en-US) « The Tragic Story of Althea Garrison, the First Trans Person to Hold State Office in America », sur Splinter (consulté le )
  45. (en-US) William Cummings, « Virginia elects its first openly transgender delegate to state House », sur USA TODAY (consulté le )
  46. « Transgender children welcomed by the Girl Scouts of America », Imperfectparent.com, (consulté le ).
  47. Kaleem, Jaweed (9 juillet 2012).
  48. Emanuella Grinberg, CNN (13 mai 2016).
  49. Juliette Mickiewicz, « Trump veut interdire les personnes transgenres dans l'armée américaine », sur Le figaro, (consulté le ).
  50. « Trump annonce que les personnes transgenres ne pourront plus servir dans l’armée », sur Le monde, (consulté le ).
  51. « Trump interdit aux personnes transgenres de servir dans l'armée », sur La dépêche, (consulté le ).
  52. « Trump ordonne de ne plus recruter de personnes transgenres dans l'armée », sur Le figaro, (consulté le ).
  53. « Une juge bloque la décision de Trump d’interdire le recrutement de militaires transgenres », sur Le Monde.fr (consulté le )
  54. « Donald Trump abandonne l’idée d’exclure les transgenres de l’armée », sur Le Monde.fr (consulté le )
  55. « Trump interdit au département américain de la santé d'utiliser sept mots, dont "fœtus", "transgenre" et "fondé sur la science" », sur Huffingtonpost, (consulté le ).
  56. « L’administration Trump ne veut plus des mots "fœtus" et "transgenre" dans ses textes », sur Paris match, (consulté le ).
  57. Clarisse Martin, « "Transgenre", "diversité"... Trump bannit certains termes des documents officiels », sur RTL, (consulté le ).
  58. « «Fœtus», «transgenre»… Donald Trump interdit à l’agence de santé d’utiliser certains mots », sur 20 minutes, (consulté le ).
  59. Stéphane Foucart, « « Transgenre », « fœtus »… l’administration Trump interdit des mots aux agences de santé », sur Le monde, (consulté le ).
  60. « « Fœtus », « transgenre », l'administration Trump veut-elle bannir des mots ? », sur Le point, (consulté le ).
  61. « Story: Gender diversity Page 3 – Fa’afafine ».
  62. Johanna Schmidt, « Story: Gender diversity Page 3 – Fa’afafine », (consulté le ).
  63. N H. Bartlett et P. L. Vasey, « A Retrospective Study of Childhood Gender-Atypical Behavior in Samoan Fa'afafine », Archives of Sexual Behavior, vol. 35, no 6,‎ , p. 659–66 (PMID 16909317, DOI 10.1007/s10508-006-9055-1).
  64. Haggerty, George (5 November 2013) [1st pub. 2000].
  65. Chiang, Howard.
  66. Chiang, Howard (2012) (ISBN 9780230340626).
  67. Altman, Dennis (2001).
  68. a et b "Sex change funding undermines no gays claim", Robert Tait, The Guardian, 26 September 2007; accessed 20 September 2008.
  69. Vanessa Barford, « BBC News: Iran's 'diagnosed transsexuals' », British Broadcasting Corporation, (consulté le ).
  70. Wilson, Ara (July 2004).
  71. Sam Winter et Nuttawut Udomsak, « Male, Female and Transgender : Stereotypes and Self in Thailand », International Journal of Transgenderism, vol. 6, no 1,‎ (ISSN 1434-4599, lire en ligne, consulté le ).
  72. Maxime Foerster, Elle ou lui? : une histoire des transsexuels en France, Paris, La Musardine, , 222 p. (ISBN 978-2-84271-400-0 et 2-84271-400-8, OCLC 798388722, lire en ligne), « Le berceau allemand », p. 40-41
  73. Maxime Foerster, Elle ou lui? : une histoire des transsexuels en France, Paris, La Musardine, , 222 p. (ISBN 978-2-84271-400-0 et 2-84271-400-8, OCLC 798388722, lire en ligne), p. 17-18
  74. « Die Transvestiten: Sexology and Pivotal Moments in Trans History - Digital Transgender Archive », sur www.digitaltransgenderarchive.net (consulté le )
  75. Elena Becatoros, « Tradition of 'sworn virgins' dying out in Albania », Die Welt, (consulté le ).
  76. Elsie, Robert (2010).
  77. Hirschfeld, Magnus.
  78. Lili Elbe. andrejkoymasky.com. 17 May 2003
  79. (de) Sabine Meyer, Wie Lili zu einem richtigen Mädchen wurde – Lili Elbe : Zur Konstruktion von Geschlecht und Identität zwischen Medialisierung, Regulierung und Subjektivierung, , p. 15 et 312-313.
  80. (Meyer 2015, p. 311–314).
  81. « Lili Elbe Biography », sur Biography.com, A&E Television Networks (consulté le ).
  82. "Lili Elbe: the transgender artist behind The Danish Girl".
  83. Francisco Vazquez Garcia, Sex, Identity and Hermaphrodites in Iberia, 1500–1800 (2015, (ISBN 1317321197)), p. 46
  84. (en) Sherry Velasco, The Lieutenant Nun: Transgenderism, Lesbian Desire, and Catalina de Erauso, University of Texas Press, (ISBN 978-0-292-78746-9)
  85. Enrique Anarte, LGBT+ victims of Spain's Franco regime fight for compensation, February 11, 2019, Reuters
  86. (it) Davide Bonesi, « Lucy, un omosessuale a Dachau «Mi salvò l’essere disertore» », sur La Nuova Ferrara, (consulté le ).
  87. (it) « Appello a Mattarella: "Lucy Salani, trans sopravvissuta a Dachau, sia senatrice a vita" », sur Today (it), (consulté le ).