Culture de la Guinée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ballet national de Guinée (1962)

La culture de la Guinée, pays d'Afrique de l'Ouest, désigne d'abord les pratiques culturelles observables de ses 13 000 000 d'habitants.

Peuples, langues, cultures[modifier | modifier le code]

Langues[modifier | modifier le code]

La langue officielle de la République de Guinée est le français. Il s'agit de la langue de l'État et des institutions officielles. Après le régime de Ahmed Sékou Touré, le français est redevenu la langue unique d'enseignement à l'école.

La langue française est une langue en forte expansion en Guinée d'après les derniers rapports. En 2002, le nombre de locuteurs de langue maternelle française était estimé à 2 % de la population totale[1]. D'après les autorités guinéennes, une nouvelle estimation de 2007 revoit ce chiffre fortement à la hausse par rapport à celle de 2002 : le nombre de francophones atteindrait 21,1 % et le nombre de francophones partiels 42,1 %. L'ensemble cumulé représente 6 millions de personnes, soit 63,2 % de la population totale ayant une maîtrise partielle ou complète de cette langue[2]. L'anglais est présent dans les régions frontalières avec le Libéria et la Sierra Leone, et est une langue universitaire et commerciale.

Les trois principales langues d'origine africaine sont (d'après Diallo, 2004) :

  • le poular ou peul, parlé majoritairement en Moyenne-Guinée, soit plus de 40 % de la population guinéenne, possède de nombreux locuteurs dans les autres régions
  • le malinké, parlé majoritairement en Haute-Guinée et le Kpelle ou guerzé parlé en Guinée forestière, possède de nombreux locuteurs dans les autres régions..
  • le soussou, parlé majoritairement en Basse-Guinée, parlée dans toutes les quatre régions naturelles de la Guinée, est la langue dominante de la capitale Conakry.

mais on rencontre également des locuteurs dans d'autres langues qui sont :

La Guinée est membre de l'Organisation internationale de la francophonie.

De plus, les villes de Gueckédou, Kindia, Mamou, Conakry, Kankan, Labé et Télimélé sont membres de l'Association internationale des maires francophones[3],[4].

Peuples[modifier | modifier le code]

Traditions[modifier | modifier le code]

Religion(s)[modifier | modifier le code]

Masque Sande (1940-1965).


Symboles[modifier | modifier le code]

Folklore et Mythologie[modifier | modifier le code]

Croyances[modifier | modifier le code]

Pratiques[modifier | modifier le code]

Fêtes[modifier | modifier le code]

Vie sociale[modifier | modifier le code]

Groupes humains[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Noms[modifier | modifier le code]

Société[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]

Étiquette(s)[modifier | modifier le code]

Divers[modifier | modifier le code]

État[modifier | modifier le code]

Stéréotypes[modifier | modifier le code]

Arts de la table[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Activités physiques[modifier | modifier le code]

Activités non lucratives populaires[modifier | modifier le code]

  • Divertissement en Guinée
  • Jeux
  • Football, Basketball, Volley-Ball
  • Plongée, pêche,
  • Athlétisme

Sports[modifier | modifier le code]

Arts martiaux[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

En 2016, le classement mondial sur la liberté de la presse établi chaque année par Reporters sans frontières situe la Guinée au 108e rang sur 180 pays[6]. L'exercice du métier de journalisme y a subi le contrecoup de l'épidémie de maladie à virus Ebola en Afrique de l'Ouest. Depuis, les médias sont périodiquement censurés sous divers prétextes administratifs ou juridique[7].


Presse écrite[modifier | modifier le code]

Radio[modifier | modifier le code]

RTG (radio télévision guinéenne) est une société publique de production et diffusion de programmes diffusés à la radio et à la télévision en République de Guinée.

Télévision[modifier | modifier le code]

Internet (.gn)[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Artisanat[modifier | modifier le code]

Masque d'épaule nimba, représentant un esprit de la fertilité

Arts graphiques[modifier | modifier le code]

Design[modifier | modifier le code]

Textiles[modifier | modifier le code]

Cuir[modifier | modifier le code]

Papier[modifier | modifier le code]

Bois[modifier | modifier le code]

Métal[modifier | modifier le code]

Poterie, céramique, faïence[modifier | modifier le code]

Verrerie d'art[modifier | modifier le code]

Joaillerie, bijouterie, orfèvrerie[modifier | modifier le code]

Espace[modifier | modifier le code]

Arts visuels[modifier | modifier le code]

La sculpture sur bois, ancienne ou récente, particulièrement baga, est relativement bien connue[10],[11],[12],[13],[14],[15],[16].

La peinture est remarquée, pour Ibrahima Keïta[17], Jean Louis Mantaud, Baba Djogo Barry, Ibrahim Thiam[18], Bangoura Aboubacar Demba Papus[19]

Arts du spectacle[modifier | modifier le code]

Musique(s)[modifier | modifier le code]

Danse(s)[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Autres : marionnettes, mime, pantomime, prestidigitation[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le programme Mémoire du monde (UNESCO, 1992) n'a rien inscrit pour ce pays dans son registre international Mémoire du monde (au 15/01/2016).

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Musées et autres institutions[modifier | modifier le code]

Liste du Patrimoine mondial[modifier | modifier le code]

Le programme Patrimoine mondial (UNESCO, 1971) a inscrit dans sa liste du Patrimoine mondial (au 12/01/2016) : Liste du patrimoine mondial en Guinée.

Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité[modifier | modifier le code]

Le programme Patrimoine culturel immatériel (UNESCO, 2003) a inscrit dans sa liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité (au 15/01/2016) :

  • 2008 : L’espace culturel du Sosso-Bala (balafon sacré historique)[27]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nadine Bari et Josée Maka-Ingenbleek, Cuisines de Guinée, L'Harmattan Guinée, Paris, Conakry, 2012, 164 p. (ISBN 9782296966314)
  • Culture et civilisation islamiques : La Guinée, ISESCO, Casablanca, 1988
  • Muriel Devey Malu-Malu, « Artisanat, art et culture », in La Guinée, Karthala, Paris, 2009 (nouvelle éd.), p. 257 (ISBN 978-2-8111-0037-7)
  • Alpha Mamadou Diallo, « Usage et images des langues en Guinée », Le français en Afrique, no 19 « Recueil d’articles »,‎ (lire en ligne)

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Guinée : musiques des Kpelle : chants polyphoniques, trompes et percussions, Maison des Cultures du Monde, Paris ; Auvidis, Antony, 1998
  • Guinée : percussions et chants Malinké, Buda musique, Paris ; Universal, 1998
  • Guinée : percussions et chants Baga, Buda musique, Paris ; Universal, date?
  • Guinée : concert de percussions, Buda musique, Paris ; Universal, 2001
  • Griots de Guinée : Balante, Bambara, Malinké, Peul (collec. Charles Duvelle), Universal, Antony, 2004
  • Guinée : flûte peule du Fouta Djallon, Buda musique, Paris ; distrib. Universal, 2006

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Aoutara, jeunes filles baga, film documentaire de Laurent Chevallier, ADAV/Les films d'ici, Paris, 1996, 52' (VHS)
  • Mögöbalu : les maîtres des tambours d'Afrique, film documentaire de Laurent Chevallier, ADAV, Les films d'ici, Paris, 1998, 59' (VHS)
  • Le Sosso Bala Manding, film doucmentaire de Patrick Deval, 1999, 13' (DVD)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Francophonie dans le monde 2002-2003, Haut Conseil de la Francophonie, Larousse, Paris, 2003
  2. La Francophonie dans le Monde 2006-2007 Organisation Internationale de la Francophonie, Nathan, Paris, 2007, p. 17 accessible sur http://www.francophonie.org/Rapport-du-Secretaire-general-de.html
  3. asso.aimf.fr
  4. agora.qc.ca/francophonie.nsf/Dossiers/Francophonie_institutions_de_la
  5. http://www.guineeculture.org/Pratique-coutumiere.html
  6. Reporters sans frontières : Les données du classement de la liberté de la presse 2016 [1]
  7. Reporters sans frontières : Guinée [2]
  8. http://www.journaldunet.com/web-tech/chiffres-internet/guinee/pays-gin
  9. http://www.guineeculture.org/le-lepi-l-un-des-pagnes-traditionnel-de-la-guinee.html
  10. http://culturebox.francetvinfo.fr/patrimoine/les-majestueuses-sculptures-du-peuple-baga-de-guinee-exposees-a-marseille-241111
  11. http://vieille-charite-marseille.com/index/archives/baga-art-de-guinee-au-maaoa
  12. http://guineeculture.org/Sculpture.html
  13. http://www.african-concept.com/afrique-masque.html
  14. http://www.persee.fr/doc/jafr_0037-9166_1943_num_13_1_2546
  15. http://www.artisanat-africain.com/masques_africains/masque_guinee/masques_de_guinee.htm
  16. http://cireass.mondoblog.org/le-masque-nimba-au-pays-baga/
  17. http://www.guineeconakry.info/article/detail/ibrahima-keita-la-culture-peut-rapporter-a-la-guinee-autant-que-les-mines-dit-le-peintre/
  18. http://www.guinee-culture.org/Expositions-des-peintres-au-Centre.html
  19. http://africartmodern.com/gallery/papus.html
  20. http://musique.rfi.fr/musique/20080227-ballet-national-djoliba-coeur-guinee
  21. https://www.idance.net/en/lessons/2735-west-african-dance-vol-1-mandiani-lesson-1-introduction-to-mandiani-online-west-african-dance-lesson-with-abdoulaye-camara
  22. https://www.centre-momboye.com/danses-et-percussions/danses-africaines/11-danse-de-guinee
  23. http://yoel.free.fr/percussion/kakilembe.htm
  24. http://www.jeuneafrique.com/229374/culture/ballets-africains-quand-la-guin-e-abandonne-ses-danseurs/
  25. https://www.facebook.com/kouyate.danse/
  26. http://www.opals.asso.fr/fr/le-theatre-de-rue-et-la-sensibilisation-en-guinee/
  27. http://www.unesco.org/culture/ich/fr/RL/lespace-culturel-du-sosso-bala-00009